Auteur Sujet: Ma fille  (Lu 829 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Djazzie38

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Ma fille
« le: 09 Juillet 2019 à 13:51:23 »
Voilà maintenant 3 ans que j'ai, pardon que nous avons perdue notre fille unique âgée de 20 ans. Je l'ai accompagnée durant les années de sa maladie (épilepsie) jusqu'à mettre entre parenthèse ma vie professionnelle et notre vie de couple en à particulièrement souffert. Aujourd'hui après trois longues années, rien n'est fait, rien n'est évident encore. J'ai fait le choix récent de changer de vie professionnelle, de perdre la liberté que m'offrait ma vie d'avant. Par sécurité d'abord et pour rompre avec une forme de solitude.
Le chemin vers cette décision à pris du temps, mais il me devenait impossible de continuer comme avant.
Après quelques mois de cette nouvelle activité salarié cette fois, mille questions surgissent ou resurgissent.
Sans de ma vie, comment être moi, le couple etc ... J'ai besoin de vivre énormément de choses seul, de parler, d'écrire.

Avec mon épouse, le dialogue n'existait presque plus ces dernières années, et en essayant de renouer avec ce dialogue, la maladresse de la douleur aidant, je ne fais à mon sens qu'empirer les choses. Mots parfois trop dur, ou pas assez. Bien que ne cherchant qu'à exprimer à ma femme ce que je ressent. Je ne déballe pas une liste de reproches, d'ailleurs je n'ai de reproche à faire à personne sauf peut être à moi.
J'ai tant bien que mal essayé d'accompagner ma fille le mieux possible, être présent le plus possible tout au long des années de souffrance. De souffrance oui, l'épilepsie est une maladie invisible sauf au moment des crises. La peur rivée au ventre sans cesse, le cerveau en perpétuelle action, la fatigue de ma fille, la prise des traitements.
Aujourd'hui j’oscille entre la culpabilité de n'avoir su préserver mon enfant, et le mal que je fais à ma femme en étant distant, et voulant juste vivre.
Aujourd'hui je suis perdu, je ne sais plus ou j'en suis, je perds doucement l'envie de me battre, bien que parfaitement entouré d'amis et surtout de ma meilleure amie qui porte cette charge énorme, d'être non seulement ma meilleure amie, mais l'amie de ma femme et qui était très très proche de ma fille.
Trois ans et l'on crois que ça va s’arranger, se calmer, s'adoucir. Mais non la douleur est bien présente au jour le jour, et quand l'exprimer deviens un enfer alors là, je ne sais plus comment avancer.
Ma tête en perpétuelle ébullition, mon cœur qui résonne d'amour et de chagrin agrémenté de douleurs affreuses.
J'ai comme chaque parent qui perd un enfant souvent pensé la rejoindre, mais la vie reste à vivre pour elle, pour parler d'elle. Sauf que je ne sais plus comment. Tellement démuni, vide, sans la conviction certaine de faire les choses bien.

C'est un moment difficile que celui qui va suivre, celui de livrer mes pensées ou une partie de celles ci à des inconnus.
Merci
Ma fille je t'aime ...

Hors ligne résilience et silence

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 445
  • One eye dog's man
Re : Ma fille
« Réponse #1 le: 10 Juillet 2019 à 08:54:43 »
Bonjour Djazzie 38,
Certes nous sommes des inconnu(e)s. Mais ce que nous connaissons, c'est ce qui nous a mené(e)s à nous exprimer ici, le plus souvent avec des mots qui paraissent si faibles pour exprimer le fond de notre déchirement. Pour autant, nous apprenons à nous entraider comme nous le pouvons comme autant d'échos à ces douleurs si personnelles du deuil à vivre et parfois impossible à partager entre parents. Je salue le courage de vos mots et vous prie de recevoir mon empathie.
Bien à vous et aux vôtres.
Pascal.
C'est dans les situations les plus difficiles et les plus désespérées que les individus trouvent le courage de se battre pour leur conviction. Tecumseh.

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2727
Re : Ma fille
« Réponse #2 le: 10 Juillet 2019 à 14:21:55 »
Inconnus certes..mais reliés par la même traversée de la mort de l'enfant..
Tu pourras nous dire ce qui est possible à partager...avec pudeur ou avec rage... l'essentiel sera que ça te fasse un peu de bien.Déposer  parmi nous une partie de ce qui te hante et te brise...les questions, les doutes...nous avons eu les mêmes, ou leurs sœurs de misère...

3 ans... c'est à peine hier dans ta vie...
Moi, à 3 ans du drame, j'étais encore en mode désespérance aiguë avec en boucle: Et ça va durer comme ça toute ma vie, cette souffrance intense?

Avec toute mon empathie pour ta douleur, partageable...ou pas...

Hors ligne Djazzie38

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Ma fille
« Réponse #3 le: 28 Août 2019 à 13:00:52 »
Avec l'aide insoupçonnée quoi que de ma meilleure amie, la meilleure des amies. Je vais reprendre le taureau par les cornes. Rdv est pris avec mon hypnothérapeute, pour sortir de cette torpeur, de cette tristesse et cette négativité de chaque instant. Elle m'a dit des mots forts. A moi d'en tirer le meilleur.
Rien n'est enlevé aux pensées, au coeur ou à l'esprit, juste aller mieux pour moi et mon entourage proche.