Auteur Sujet: Les petites phrases dont on se passerait bien  (Lu 171645 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 153
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #390 le: 16 Février 2018 à 16:43:31 »
Cela dit, je dois bien admettre que j'ai envie d'apprendre la vie à des gens comme ça. Pour qu'on ne sorte pas ce genre de choses à d'autres personnes qui sont dans la souffrance, quelle qu'elle soit.

Et parce que c'est tellement égoïste comme démarche de se dire que ça n'est pas grave que cette personne qu'on aime est morte, parce que nous on est en vie.

J'ai vraiment eu de la chance d'arriver sur ce forum, j'aurais pas pu tenir sans vous tous-tes. Merci, mille fois merci.

En ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2871
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #391 le: 16 Février 2018 à 19:04:34 »
On doit tous avoir une part de  "connasse condescendante et agressive" en nous...
pour tous ces autres soit si maladroits soit si égoïstes soit si Cons!(dont la connerie absolue mérite une majuscule!)
et parfois les 3 à la fois!

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #392 le: 20 Février 2018 à 22:21:45 »
Des personnes de ce genre nous en avons tous croisés hélas, ce sont elles les connasses prétentieuses  :'( >:(

 :-*
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #393 le: 20 Février 2018 à 22:37:35 »
  Les personnes même les mieux intentionnées, mais qui sont maladroites parce-qu'elles ne comprennent pas notre façon personnelle de vivre le deuil, sont parfois celles qui mettent le plus mal à l'aise. Il y a une telle incompréhension, et c'est un vrai dialogue de sourds.

  Dès le début de mon deuil-dès le tout premier jour en fait-j'ai èprouvé le besoin de l'exprimer par chansons, musiques, vidéos interposées...il y a un forum axé sur la spiritualité où je l'ai fais à de nombreuses reprises. C'est bien compris par certains, mais pas par tous: il y a sur ce forum quelques athées et agnostiques qui ne comprennent pas l'ouverture à la spiritualité, et ne conçoivent pas que même s'ils n'y croient pas, eux, ça peut être très bénéfique à d'autres.
  Dans les premiers mois ça passait, mais au bout de ce laps de temps l'un des membres à commencé, à chaque fois que je postais une vidéo évoquant le deuil, en a posté d'autres en réponse, des chansons me conseillant de faire mon deuil, de passer à autre chose, de tourner la page, d'oublier etc etc...sachant que ça partait d'une bonne intention, je ne "répondais" pas, où alors sous forme de vidéos tâchant d'exprimer mes bons moments, mon état d'esprit lorsque j'ètais apaisée, pensant qu'il comprendrait le message, étant que mes convictions ne m'empêchent pas de vivre, ne m'immobilisent pas. Peine perdue...
  Jusqu'à ce qu'il y a environ un an, à chacune de mes vidéos, ce monsieur a décidé de passer à la vitesse supèrieure, puisque je ne le "comprenais pas" manifestement: à l'une d'entre elles, il a en a posté une où le mot oubli revenait plus que jamais...puis il a dû décider d'un traitement de choc (à mon avis c'est ce qu'il pensait  >:( ) le clip de sa nouvelle vidéo, se voulant humoristique, montrait des squelettes sortant de leurs tombes et dansant dans leur cimetière  >:( je ne pense pas être paranoïaque en interprètant ça de la manière suivante: "Ton ami ce n'est plus que ça, un squelette, et il ne vas pas sortir de sa tombe" C'est l'impression que ça donne en tout cas!
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #394 le: 20 Février 2018 à 22:59:12 »
  Ce serait moins exaspèrant si je ne lui avais pas expliqué un nombre incalculable de fois que mes croyances ne m'empêchent nullement de profiter de l'instant, d'accepter et d'acceuillir tout ce que la vie a et aura éventuellement à m'apporter, que c'est même tout le contraire même, mais ça dépasse sa compréhension  :-\
  Pas plus tard qu'hier, j'ai posté un clip où il est subtilement question de deuil, sans rien de mélodramatique, mais ces précautions n'ont pas suffit  ::) aujourd'hui, j'ai eu droit à une chanson qu'il a assortis d'un commentaire du genre: "Tu vois, ça parle d'une femme dont la sœur est décèdée, et qui comprends que sa sœur n'est plus qu'un souvenir, parce-qu'elle n'est plus..." Et c'est reparti pour un tour  :(  c'est consternant.
  J'ai répondu par une chanson d'Evanescence appelée "My immortal" et j'ai bien précisé que c'était la dernière fois que je répondais avec des mots; pour la ènième et dernière fois, je me suis expliqué concernant ma foi personnelle, que je ne demande à personne de partager et que ce serait le contraire qui m'empêcherais de bien vivre ici et maintenant. Comme vraiment il ne pense pas à mal, j'ai ajouté: "Je te le dis en toute amitié."
  Quoiqu'il m'envoie comme vidéos ou commentaires, je ne répondrai plus que par vidéos évoquant ma manière de vivre le deuil. S'il parle d'oubli par exemple, je posterai une chanson intitulée "N'oubliez jamais"  :) :-*
  L'enfer est pavé de bonnes intention dis-t-on...sa vidéo de squelettes, et surtout ses derniers mots, je ne les ai toujours pas digèrés  >:( jusqu'à présent personne n'a osé me répondre...
  Je ne pouvais rien faire d'autre, et je sais que plusieurs personnes ici comprendront mon extrême exaspèration  >:( il n'empêche qu'il ne change rien à mes opinions et au cheminement qui me convient  :-*
 
 
« Modifié: 20 Février 2018 à 23:05:19 par Stana »
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 308
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #395 le: 23 Février 2018 à 00:48:44 »
Bonsoir à tous. Je comprends ton exaspération chère Stana.... des personnes qui, sous prétexte de vouloir m'aider, m'ont abreuvé de bons conseils et on cherché à m'expliquer la vie ces deux dernières années, j'en ai rencontré quelques unes également... Il n'y a pas si longtemps encore, ces remarques me faisaient véritablement exploser... Depuis quelques temps, je réalise à quel point elles sont conséquences, au mieux, de la maladresse... au pire de la bêtise.... et j'essaye de ne plus m'y arrêter. Mais il y a des limites! Et l'insistance de ce monsieur sur ton forum est clairement déplacée! J'espère que désormais, le message est passé!
J'ai pour ma part, également besoin de lâcher un peu de lest ici ce soir... Je me sens globalement moins en colère ces derniers temps. J'arrive à ne plus prendre chaque maladresse en pleine figure... C'est sans doutes également lié au fait que petit à petit, mon cercle affectif s'est redessiné, reprécisé... Et les personnes avec lesquelles je demeure étroitement liées  sont des personnes sensibles, à l'écoute... avec lesquelles je parviens à être moi-même. Un cercle restreint... vraiment restreint... mais des amitiés profondes. Et ça me convient bien...
En revanche, depuis peu, je tente de rebondir sur le plan professionnel.... Comme je l'expliquais dans un autre post, j'étais en recherche d'emploi lorsque mon aimé est décédé... Et 10 mois auparavant, je choisissais de quitter l'Alsace pour venir m'installer avec lui dans le Sud... Pendant ces quelques mois, il a fallu que je trouve mes marques et ma recherche d'emploi n'était pas fructueuse.... Cela fera donc bientôt 3 ans que je suis "hors circuit"...
Mes dernières expériences significatives sont: l'obtention de mon diplôme d'éducatrice spécialisée en 2014 et la réalisation dans la foulée d'un service civique dans une association étudiante de sensibilisation à l'environnement... et depuis.... tant de choses. Un tsunami sur le plan émotionnel. Mais pas de place pour toutes ces émotions sur un stupide CV.
Malgré tout... j'ai 27 ans et fait partie d'une génération pour qui la retraite sera sans doute devenue un mot d' "ancien français", avant que j'atteigne l'âge requis... J'ai besoin, petit à petit, de retrouver du boulot. Je n'ai pas vraiment le choix au final...  Pour recouvrer un peu d'autonomie... Mais j'ai plusieurs difficultés... Je ne conçois pas de faire n'importe quoi  pour commencer... Je ne peux pas faire un boulot qui va à l'encontre de mes valeurs, de mon éthique... Et ça, ça complique pas mal la tâche... Et le fait d'être "travailleur social" ne facilite en rien les choses... Parce que trouver du boulot en tant qu'éducateur... dans n'importe quel service en crise où on me demandera de recevoir des gens à la pelle, à qui je ne pourrai accorder que 5 mn d'attention et à qui il me faudra rabâcher les oreilles sur la nécessité de rentrer dans le rang... alors que moi-même je ne supporte plus ce discours... et bien comment dire... ça me pose question... Ensuite, il y a le fait que clairement, quand on cherche à effectuer une transition en douceur vers le retour à l'emploi.... le boulot d'éducateur n'est PAS la meilleure option à l'heure actuelle.... En témoignent certains amis à moi dont je sais les conditions de travail et le burnout qui guette... Mais je n'ai pas non plus passé ce diplôme par hasard.... alors aller complètement vers autre chose? Et comment? Je ne sais pas...
Mais si j'écris ici, c'est avant tout parce que j'ai besoin de pousser un coup de gueule. Alors je vais y venir. Parce que malgré tout, j'ai trouvé la force de mener des recherches, de postuler à certaines offres... et j'ai même décroché des entretiens... 3 entretiens au final... Et dans un seul de ces entretiens uniquement j'ai eu la sensation d'échanger, véritablement. D'échanger avec un être humain.
Le premier entretien que j'ai passé concernait un poste de travailleur social au sein d'un centre d'accueil de migrants. C'était un pré entretien de 15 mns en réalité... J'y suis allée détendue... Vraiment détendue. Car étrangement, la pression que je me mettais avant sur ce genre de choses s'est estompée... Je n'aime pas cette notion de "relativiser", surtout quand on l'utilise pour me faire la morale... mais malgré tout je suppose que c'est ce que je fais. Je relativise... J'étais détendue donc, et j'avais décidé de ne pas chercher à cacher ce qui m'est arrivé, ce qui est arrivé à Hanaël... sans pour autant amener la discussion sur le sujet. Parce que ça m'appartient. C'est tout. Pourtant, je n'ai rien à cacher. Et jamais, JAMAIS je ne m'empêcherai de parler de mon amour parce que ça risque de mettre les autres mal à l'aise ou qu'ils pourraient me juger ou faire des projections sur moi à cause de ça. Bref...l'entretien commence et s'oriente sur mes compétences, mes idées pour accompagner les personnes... Je pense pouvoir dire que ça se passe bien. Vraiment bien même. Et puis, un peu avant la fin du temps imparti, le type me demande de justifier le trou dans mon CV. Alors je lui parle d'Hanaël. Oui, j'ai la voix qui tremble un peu, mais je ne m'effondre pas pour autant. Je ne m'apitoie pas. Je réponds à sa question, c'est tout. Il élude très rapidement le sujet et me pose à nouveau une question qui n'a rien à voir, sur ce que je ferais en priorité en arrivant sur le poste. Je réponds, tout ce passe bien. Du moins en apparence... Grand sourire, on vous recontactera sans faute et bla et bla.... Je ressors, avec un brin de fierté et de confiance en moi qui commence à poindre... Ça faisait longtemps, alors j'accueille. Je me dis "Tu vois? ça n'était pas si mal. Tu as encore des choses à offrir et les gens sont capables de le voir..." Voila... Les jours passent: pas de nouvelles. Puis une semaine, deux semaines, trois semaines... Alors je choisis de contacter ma conseillère Pôle emploi, car c'est dans leur locaux que s'est déroulé l'entretien. L'association ne voulant pas donner leurs propres coordonnées aux candidats... Et là, je suis sidérée.... J'apprends que le jeune monsieur (qui devait avoir à peu près mon âge) avec qui j'ai passé l'entretien, un "manager du social", a décidé que j'étais trop fragile pour le poste à cause de ce qui m'est arrivé. Point. Merci. Au revoir. Je ne comprends pas... je demande des détails... Et bien il semblerait qu'il m'est sentie fragile pendant l'entretien et pas capable, donc, d'assumer ce poste. Il aurait ajouté: "je suis pas mal spécialiste du deuil, et on ne pourra rien attendre d'elle avant qu'elle ait passé la date des 3 ans"... Voilà... Voilà... Je suis sciée.... Que moi même je me sois posée des questions sur mes capacités à assurer ce job, cela me semble naturel... Que lui se pose ces questions après m'avoir entendu évoquer le décès d'Hanaël... je peux le concevoir... Mais a t'il eu le courage de me regarder dans les yeux et de me poser la question? A t-il seulement envisagé de me laisser une chance avant de me jeter dans la corbeille des ratés, des instables, des canards boiteux? Je ne le crois pas non.... La seule chose qui m'a rassuré, c'est d'apprendre son statut de "manager du social"... Heureusement, c'est sans doute un gestionnaire qui restera à l'abri dans son bureau et qui n'aura pas trop à faire avec les migrants accueillis.... Parce que s'il perçoit tous les accidentés de la vie comme des faibles... je pense qu'il aurait plus de choses à apprendre des migrants que l'inverse...
Voilà... Premier retour d'entretien... J'avoue que j'ai eu un peu de mal, l'espace d'une journée, à accuser le coup... C'est peut être le fait que ce monsieur n'ait même pas pris la peine de me recontacter en personne pour m'annoncer sa décision qui m'a le plus heurté... alors qu'il semblerait que d'autres candidats aient été recontactés. Comme si, en plus de ce qui m'est arrivé, il me fallait désormais endosser cette étiquette de pestiférée...
Mais comme je l'ai déjà dit, je continuerai d'arborer fièrement mes antennes et ma peau verte à pois! Et je ne laisserai pas ce genre d'expérience me démolir, même si clairement, j'aurais aimé m'en passer...
« Modifié: 23 Février 2018 à 00:53:03 par Ela »

Hors ligne Ela

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 308
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #396 le: 23 Février 2018 à 00:57:36 »
Je pensais vous parler de mes autres entretiens également, mais il est tard et j'ai déjà beaucoup écrit... Et de reparler de tout ça m'a un peu échauffé les nerfs. Alors je garde le reste sous le coude pour une prochaine fois... De toute façons, ce ne sont pas des expériences que je pense oublier dans l'immédiat... Même si j'aimerais bien. La mémoire est vraiment étrange... elle prend en otage des souvenirs pleins de douceur qu'on aimerait pouvoir ré-invoquer sereinement... et elle enregistre des rencontres stériles comme celle que je viens d'évoquer...
Chers ami(e)s de ce forum, je vous embrasse. Prenez soin de vous et de vos belles sensibilités, et ne laisser pas "l'étoile noire" de la bêtise vous pulvériser.

Hors ligne Alexandra

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 153
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #397 le: 23 Février 2018 à 09:23:51 »
Tu vas trouver Ela, c'est la jungle la recherche d'un travail. Le gars avait peut-être besoin d'une excuse parce qu'il a trouvé un-e autre candidat-e qui lui convenait mieux. C'était sûrement ce qu'il avait de plus évident pour justifier qu'il ne te prenait pas mais ça ne veut pas dire du tout que tu vas toujours être confrontée à ce genre d'imbéciles.

Hors ligne loma

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 657
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #398 le: 23 Février 2018 à 11:20:56 »
Chère princesse Leia, euh non Ela, ce n'est pas parce que tu es tombée sur Jabba le hutt qu'il faut sombrer du côté obscur de la force. Sinon pour tes prochains entretiens je dois bien avoir un sabre laser qui traine quelque part pour montrer à tes interlocuteurs que la force est en toi !
signé maitre Yoda , euh non loma
"si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur, on pourra lire en lettres d'or ... je t'aime encore"  William Shakespeare

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2729
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #399 le: 23 Février 2018 à 11:30:22 »
   Chère Ela, ton récit illustre fort bien la mentalité de merde de ce monde du travail complètement aliénant.
   Il n'y a rien à espérer de positif de la société des gens qui "réussissent".
   Quand j'étais jeune, j'avais postulé avec motivation pour un emploi de plongeuse dans un resto au Luxembourg. J'obtiens le job. J'ai tenu seulement 5 semaines dans l'ambiance de travail dans cette cuisine, aux côtés d'un chef colérique, injurieux, dictateur. Un arrêt de plusieurs semaines pour rechute de dépression a permis à cet employeur de rompre le contrat d'essai, j'en ai été plus soulagée qu'autre chose.
   Lors de ma dernière entrevue avec lui, alors que j'étais venue récupérer qqs affaires, il m'a fait remarquer "vous n'aviez pas DIT que vous étiez dépressive", à quoi je réponds "si je l'avais DIT, vous ne m'auriez pas embauchée", il a rien répondu mais c'est évident: être sensible, "fragile", est plus que mal perçu par les "solides", ils nous excluent carrément.
   Fière d'être complètement différente de ces brutes qui s'ignorent, Titine.

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2729
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #400 le: 23 Février 2018 à 11:35:37 »

   @ Ioma:  :D :D :D :D :D :D  :-*  8)

Hors ligne Eric38

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 240
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #401 le: 23 Février 2018 à 11:53:43 »

J'apprends que le jeune monsieur  a décidé que j'étais trop fragile pour le poste à cause de ce qui m'est arrivé.. Il aurait ajouté: "je suis pas mal spécialiste du deuil, et on ne pourra rien attendre d'elle avant qu'elle ait passé la date des 3 ans"...

Je ne peut pas ne pas réagir.
Il est spécialiste du deuil comment, ce jeune blanc bec ? Il a fait des études de psycho ? Dans ce cas cela reste très théorique. Il a vécu un deuil ? Et si c'est le cas, il n'en a retiré aucune compassion, aucun réflexe de bonté.
Bref, un prétentieux, un poseur, persuadé de mieux savoir que les autres, mais qui aussi bien (ce que je ne lui souhaite pourtant pas) s'effondrera quand une grosse tuile lui tombera sur la gueule.
A bas les prétentieux, ils me fatiguent.

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #402 le: 27 Février 2018 à 20:53:14 »
Bonsoir à tous. Je comprends ton exaspération chère Stana.... des personnes qui, sous prétexte de vouloir m'aider, m'ont abreuvé de bons conseils et on cherché à m'expliquer la vie ces deux dernières années, j'en ai rencontré quelques unes également... Il n'y a pas si longtemps encore, ces remarques me faisaient véritablement exploser... Depuis quelques temps, je réalise à quel point elles sont conséquences, au mieux, de la maladresse... au pire de la bêtise.... et j'essaye de ne plus m'y arrêter. Mais il y a des limites! Et l'insistance de ce monsieur sur ton forum est clairement déplacée! J'espère que désormais, le message est passé!
J'ai pour ma part, également besoin de lâcher un peu de lest ici ce soir... Je me sens globalement moins en colère ces derniers temps. J'arrive à ne plus prendre chaque maladresse en pleine figure... C'est sans doutes également lié au fait que petit à petit, mon cercle affectif s'est redessiné, reprécisé... Et les personnes avec lesquelles je demeure étroitement liées  sont des personnes sensibles, à l'écoute... avec lesquelles je parviens à être moi-même. Un cercle restreint... vraiment restreint... mais des amitiés profondes. Et ça me convient bien...
En revanche, depuis peu, je tente de rebondir sur le plan professionnel.... Comme je l'expliquais dans un autre post, j'étais en recherche d'emploi lorsque mon aimé est décédé... Et 10 mois auparavant, je choisissais de quitter l'Alsace pour venir m'installer avec lui dans le Sud... Pendant ces quelques mois, il a fallu que je trouve mes marques et ma recherche d'emploi n'était pas fructueuse.... Cela fera donc bientôt 3 ans que je suis "hors circuit"...
Mes dernières expériences significatives sont: l'obtention de mon diplôme d'éducatrice spécialisée en 2014 et la réalisation dans la foulée d'un service civique dans une association étudiante de sensibilisation à l'environnement... et depuis.... tant de choses. Un tsunami sur le plan émotionnel. Mais pas de place pour toutes ces émotions sur un stupide CV.
Malgré tout... j'ai 27 ans et fait partie d'une génération pour qui la retraite sera sans doute devenue un mot d' "ancien français", avant que j'atteigne l'âge requis... J'ai besoin, petit à petit, de retrouver du boulot. Je n'ai pas vraiment le choix au final...  Pour recouvrer un peu d'autonomie... Mais j'ai plusieurs difficultés... Je ne conçois pas de faire n'importe quoi  pour commencer... Je ne peux pas faire un boulot qui va à l'encontre de mes valeurs, de mon éthique... Et ça, ça complique pas mal la tâche... Et le fait d'être "travailleur social" ne facilite en rien les choses... Parce que trouver du boulot en tant qu'éducateur... dans n'importe quel service en crise où on me demandera de recevoir des gens à la pelle, à qui je ne pourrai accorder que 5 mn d'attention et à qui il me faudra rabâcher les oreilles sur la nécessité de rentrer dans le rang... alors que moi-même je ne supporte plus ce discours... et bien comment dire... ça me pose question... Ensuite, il y a le fait que clairement, quand on cherche à effectuer une transition en douceur vers le retour à l'emploi.... le boulot d'éducateur n'est PAS la meilleure option à l'heure actuelle.... En témoignent certains amis à moi dont je sais les conditions de travail et le burnout qui guette... Mais je n'ai pas non plus passé ce diplôme par hasard.... alors aller complètement vers autre chose? Et comment? Je ne sais pas...
Mais si j'écris ici, c'est avant tout parce que j'ai besoin de pousser un coup de gueule. Alors je vais y venir. Parce que malgré tout, j'ai trouvé la force de mener des recherches, de postuler à certaines offres... et j'ai même décroché des entretiens... 3 entretiens au final... Et dans un seul de ces entretiens uniquement j'ai eu la sensation d'échanger, véritablement. D'échanger avec un être humain.
Le premier entretien que j'ai passé concernait un poste de travailleur social au sein d'un centre d'accueil de migrants. C'était un pré entretien de 15 mns en réalité... J'y suis allée détendue... Vraiment détendue. Car étrangement, la pression que je me mettais avant sur ce genre de choses s'est estompée... Je n'aime pas cette notion de "relativiser", surtout quand on l'utilise pour me faire la morale... mais malgré tout je suppose que c'est ce que je fais. Je relativise... J'étais détendue donc, et j'avais décidé de ne pas chercher à cacher ce qui m'est arrivé, ce qui est arrivé à Hanaël... sans pour autant amener la discussion sur le sujet. Parce que ça m'appartient. C'est tout. Pourtant, je n'ai rien à cacher. Et jamais, JAMAIS je ne m'empêcherai de parler de mon amour parce que ça risque de mettre les autres mal à l'aise ou qu'ils pourraient me juger ou faire des projections sur moi à cause de ça. Bref...l'entretien commence et s'oriente sur mes compétences, mes idées pour accompagner les personnes... Je pense pouvoir dire que ça se passe bien. Vraiment bien même. Et puis, un peu avant la fin du temps imparti, le type me demande de justifier le trou dans mon CV. Alors je lui parle d'Hanaël. Oui, j'ai la voix qui tremble un peu, mais je ne m'effondre pas pour autant. Je ne m'apitoie pas. Je réponds à sa question, c'est tout. Il élude très rapidement le sujet et me pose à nouveau une question qui n'a rien à voir, sur ce que je ferais en priorité en arrivant sur le poste. Je réponds, tout ce passe bien. Du moins en apparence... Grand sourire, on vous recontactera sans faute et bla et bla.... Je ressors, avec un brin de fierté et de confiance en moi qui commence à poindre... Ça faisait longtemps, alors j'accueille. Je me dis "Tu vois? ça n'était pas si mal. Tu as encore des choses à offrir et les gens sont capables de le voir..." Voila... Les jours passent: pas de nouvelles. Puis une semaine, deux semaines, trois semaines... Alors je choisis de contacter ma conseillère Pôle emploi, car c'est dans leur locaux que s'est déroulé l'entretien. L'association ne voulant pas donner leurs propres coordonnées aux candidats... Et là, je suis sidérée.... J'apprends que le jeune monsieur (qui devait avoir à peu près mon âge) avec qui j'ai passé l'entretien, un "manager du social", a décidé que j'étais trop fragile pour le poste à cause de ce qui m'est arrivé. Point. Merci. Au revoir. Je ne comprends pas... je demande des détails... Et bien il semblerait qu'il m'est sentie fragile pendant l'entretien et pas capable, donc, d'assumer ce poste. Il aurait ajouté: "je suis pas mal spécialiste du deuil, et on ne pourra rien attendre d'elle avant qu'elle ait passé la date des 3 ans"... Voilà... Voilà... Je suis sciée.... Que moi même je me sois posée des questions sur mes capacités à assurer ce job, cela me semble naturel... Que lui se pose ces questions après m'avoir entendu évoquer le décès d'Hanaël... je peux le concevoir... Mais a t'il eu le courage de me regarder dans les yeux et de me poser la question? A t-il seulement envisagé de me laisser une chance avant de me jeter dans la corbeille des ratés, des instables, des canards boiteux? Je ne le crois pas non.... La seule chose qui m'a rassuré, c'est d'apprendre son statut de "manager du social"... Heureusement, c'est sans doute un gestionnaire qui restera à l'abri dans son bureau et qui n'aura pas trop à faire avec les migrants accueillis.... Parce que s'il perçoit tous les accidentés de la vie comme des faibles... je pense qu'il aurait plus de choses à apprendre des migrants que l'inverse...
Voilà... Premier retour d'entretien... J'avoue que j'ai eu un peu de mal, l'espace d'une journée, à accuser le coup... C'est peut être le fait que ce monsieur n'ait même pas pris la peine de me recontacter en personne pour m'annoncer sa décision qui m'a le plus heurté... alors qu'il semblerait que d'autres candidats aient été recontactés. Comme si, en plus de ce qui m'est arrivé, il me fallait désormais endosser cette étiquette de pestiférée...
Mais comme je l'ai déjà dit, je continuerai d'arborer fièrement mes antennes et ma peau verte à pois! Et je ne laisserai pas ce genre d'expérience me démolir, même si clairement, j'aurais aimé m'en passer...
Merci pour ton soutien chère Ela, il m'a fait et me fait toujours beaucoup de bien  :-*

Je suis indignée par l'attitude de ce type, il a un sacré culot de te dire qu'il te recontactera, avec grand sourire à l'apuis  >:(  il n'y a pas de raison que tu t'abstienne de parler de ton amour, surtout quand on te pose des questions directes. Tu as été franche avec lui-c'est si tu avais caché quoi que ce soit et qu'il l'ai découvert qu'il aurait eu lieu de te le faire remarquer-et tu es restée digne et forte en évoquant ce drame: tout ça aurait dû entrer en ligne de compte  >:(  :(de quel droit juge-t-il tes capacités en quelques phrases de ta part?...Comme si ça suffisait à savoir, alors que chaque cas est différent et que c'est toi qui avait fait la démarche pour ce travail! Est-ce-que ça ne prouve pas justement que tu es motivée, que tu garde malgrès tout la tête hors de l'eau, que tu te bats?...Le fait même que tu reste digne malgrès cette terrible èpreuve, ce que tu as prouvé durant cet entretien, y compris quand tu as parlé de Lui, est assez significateur  >:( :-* mais quel con!...A ce niveau, on ne peux même plus parler de maladresse, c'est de la connerie à l'état pur.
  Certaines personnes ne comprennent rien ou ne veulent rien comprendre. Elles ne valent pas la peine qu'on s'y attarde, mais pas du tout! Nous, nous nous comprenons^^
   :-* :-* :-*
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne Stana

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1322
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Les petites phrases dont on se passerait bien
« Réponse #403 le: 27 Février 2018 à 20:55:47 »
Ca c'est un message qu'on devrait lancer à tous les cons  ;D

https://youtu.be/eEo1o4n_M30

Quand on pense à un con, ça fait un bien fou à ècouter, testé et approuvé de nombreuses fois  ;) et ça fait encore plus de bien si on a les paroles sous les yeux en ècoutant la chanson, c'est un petit exercice à moi  :)
« Modifié: 01 Mars 2018 à 21:27:30 par Stana »
*Où que tu sois, ne m'oublie pas. Ici, ta voix résonnera encore et toujours. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à toi; mais c'est un monde où je ne suis pas...* (Dark Sanctuary)

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4791
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char