Auteur Sujet: Le respect de l'autre et la part de notre responsabilité  (Lu 232 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Sortie de ma noyade

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
  • Le forum d'entraide durant un deuil
 Bonsoir,

Je tente expliquer mon message...
« Modifié: 13 Juin 2019 à 05:04:51 par Sortie de ma noyade »

Hors ligne Geatnows

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Le respect de l'autre et la part de notre responsabilité
« Réponse #1 le: 12 Juin 2019 à 06:46:04 »
The story makes me very confused. You make it clear

Hors ligne Sortie de ma noyade

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Le respect de l'autre et la part de notre responsabilité
« Réponse #2 le: 13 Juin 2019 à 03:44:24 »
Bonsoir Geatnows,

Le texte que j'ai écris, je tente de l'expliquer. Nous savons comment les racines familiales sont souvent représentées par les racines  d'un arbre alors voici mon opinion très  personnelle.  Avertissement: Je ne suis pas un expert évidemment  alors  libre à chacun d'en prendre et d'en laisser...


Je suis convaincue qu’il nous faut parfois retourner en arrière afin d' analyser les éléments nutritifs de nos racines familiales  (éléments composants de notre famille) et voir ce qui est de trop (les traits de caractères qui peuvent nous énerver par exemple) ou ce qui leur manque (la patience, l’amour, l’écoute, la bienveillance etc). De plus, nous devons voir si le permissible (si tout est permis et il n’y a pas de frontières) risque de devenir malsain s’il n’est pas surveillé de près (si nous ne sommes pas vigilant(e)s à demeurer respectueux/respectueuse) envers les autres et soi meme.
Je suis entrain de pendre soin de nos cèdres qui sont maintenant devenus envahissant pour nos voisins.  Urgence! Symbole fort pour moi. Les branches de ceux-ci,  se sont trop étendues rapidement avec les intempéries et commencent à s'installer et dépasser leurs frontières. (Je n’ai pas été vigilante ou respectueuse avec mon jardinage, à respecter les frontières du terrain qui ne m’appartient point alors mes arbres envahissent le terrain du voisin).  « Myriam a dépassé les frontières!», m’annonça la petite voisine un jour. En effet, il faut y voir. (Je raconte tout simplement que même un enfant sait que parfois, nous devons respecter les frontières du voisin ou de la voisine.)
Nous souhaitons demeurée respectueux/respectée alors nous ne cherchons pas à s’imposer ou être imposant n’est-ce pas? J'ai dû alors me mettre au boulot urgemment.  Je dois maintenant décider ce que je dois faire avec des arbres d’une telle forteresse.  (J’ai trop mis de temps avant d' y voir). Les tailler en espérant que cela soit une solution ou bien devrais-je demander le conseil d’un expert? (Parfois, lorsque nous tardons trop de se mettre à la tâche, cela risque de nous coûter plus cher, c.à.d. que la situation risque de dépasser nos compétences). J’ai  exécuté la première solution mais je songe maintenant à la deuxième puisque les chances sont que les racines et repousses risquent devenir hors contrôle. 
Entreprendre ce projet avec beaucoup d’énergie physique ou entreprendre ce projet avec beaucoup d’argent à déverser? L’un ou l’autre sera coûteux, c’est certain, il n’y a pas moyen de passer à coté, ni de moyen facile à s'y prendre. Mais, ceci dit, chaque problème a sa solution.  Autre question : Devrions-nous être obligés de déraciner un arbre  rendu à ce point (les racines d’un arbre sont parfois symboles de nos racines familiales qui peuvent parfois être envahissantes au point à ce qu’elles nous étouffent par leur charactère dominant)? Vingt ans passé, j’aurais dis que non. (Je croyais qu'il me fallait demeurée au Coeur de ma famille même si celle-ci  était toxique.  Aujourd’hui, je me dis que si c’est l’envahissement qui ressort de cette conversation, les chances sont qu’un déracinement  risque fort de s’imposer de notre part afin que  la respiration soit permise chez le voisin en ce cas en tout respect. (parfois je crois qu’il nous faut couper les liens avec certains membres de notre famille ou des ami(e)s devenu trop proche, afin de pouvoir devenir soi même et respirer un peu plus si nous nous sentons étouffés par ceux-ci et ce, pour un certain temps du moins).  La mort chez nous et la vie chez le voisin ou bien la vie chez nous et la mort chez le voisin? (Nos arbres sont étouffés par leur racines devenues trop grosses alors ils s'étendent chez nos voisins en recherche d'oxygène , alors pourquoi pas couper certaines racines  c.à.d. prendre une pause des membres qui nous étouffent afin qu’après avoir mieux respirer, nous puissions reprendre vie et être dans une meilleure relation, plus saine). C'est un cercle sans fin. Ce sont des choses auxquelles nous aurions dû fort probable être  plus attentifs dès le début et auxquelles nous aurions dû réfléchir à long terme. Par contre, elles nous serviront tout de même définitivement de leçon pour les projets futurs.
« Modifié: Hier à 12:46:27 par Sortie de ma noyade »