Auteur Sujet: Racontez votre rencontre.  (Lu 1382 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

marguerite13

  • Invité
Racontez votre rencontre.
« le: 04 Juin 2019 à 21:18:37 »
Bonsoir à tous!
Je suis devenue accro à ce forum mais on n'y vient que pour raconter notre tristesse, notre chagrin, le manque, le vide.
Il m'est venu à l'esprit qu'on devrait se raconter comment est né cet amour si grand. Pendant quelques minutes ne penser qu'au temps du bonheur et le raconter. Je vais commencer.

Mon chéri vivait dans le village de mes grands- parents, moi à Paris. Pour presque toutes les vacances scolaires et les longs week-ends, nous nous y rendions. Pas d'autoroutes, il fallait la journée.
Des bals étaient régulièrement organisés.Je dansais le rock, le madison et autres danses rapides avec mes copines. Soudain, les lumières s'éteignaient et allait se produire ce que nous attendions tous, la série des slows. La musique résonnait et je vois ce beau garçon grand, distingué qui vient m'inviter. Je rêve! J'avais passé la journée entière à me préparer et m'étais regardée dans toutes les vitrines des magasins pour m'assurer que ma coiffure et ma tenue étaient à la hauteur de l'évènement à venir: danser avec un garçon.
Nous nous serrâmes directement l'un contre l'autre, pas d'angoisse les lumières étaient tamisées et tout le monde flirtait. Nous nous sommes embrassés sans jamais nous parler. Beaucoup allaient faire un tour dehors mais pas nous.
A la fin du bal, je rentrai chez ma grand-mère, heureuse d'avoir passé la soirée avec lui,  triste de le quitter mais nous avions 15 ans la première fois.
Cela a duré 6 ans, à flirter au bal, presque sans se dire un mot. Je me suis mariée avec un autre mais ne l'ai jamais oublié. Je l'aime encore à la folie comme durant les 8 mois de passion avant sa mort, suite à nos retrouvailles. A 70 ans il était encore tellement beau. Il est mon amour à tout jamais.

Je me sens bien d'avoir repensé à notre rencontre au lieu de penser au vide lié à son départ sans retour. Vous la raconter l'a fait revivre un moment.
Faites comme moi!

Marguerite 13.

marguerite13

  • Invité
Re : Racontez votre rencontre.
« Réponse #1 le: 05 Juin 2019 à 10:34:15 »
Nicole et Laurent, je crois.
Elle n'est pas géniale mon idée?
Je vous raconterai nos retrouvailles en 2017, c'est évidemment le plus extraordinaire!!!
Bises.

Hors ligne pscar13

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1354
  • Seul l'Amour peut garder quelqu'un vivant
Re : Racontez votre rencontre.
« Réponse #2 le: 05 Juin 2019 à 14:26:11 »
J'étais un jeune garçon de seize ans qui faisait le malin, je venais voir les « minottes » à la « cabine verte », un abribus. J’avais déjà commencé à « fréquenter » des filles, mais rien de très sérieux, j’avais remarqué cette superbe « minotte » blonde à la piscine « Katia », mais à seize ans, on fait le grand, et les filles de quatorze ans sont des « minottes ».
Je ne sais pas si on peut dire que c’était un coup de foudre, mais je sentais déjà battre mon cœur plus fort quand je voyais ce sourire de Katia qui me faisait littéralement fondre. Et Katia, elle souriait tout le temps, c’était sa nature, elle était joyeuse, rigolote, elle riait beaucoup et souriait tout le temps.
Alors j’ai commencé à venir de plus en plus souvent à la « Cabine verte ».
L’été suivant, à la piscine ou quand Katia et sa copine allaient à la mer en train, j’allais la voir en mobylette avec mes copains. Elle était si belle, toute fine, dans son maillot de bain noir, sa belle peau dorée, presque brune tellement elle était bronzée, ce qui faisait ressortir ses beaux cheveux blonds et ses grands yeux d’un beau mélange de gris, de bleu et de vert, je m’allongeai sur ma serviette, un peu plus loin, et je la regardais, par-dessous mon bras, discrètement, et je sentais mon cœur battre très fort, j’étais subjugué, et l’entendre parler, son accent charmant, son sourire éblouissant, j’étais amoureux.
Au cours de l’été 1977, elle était partie voir sa grand-mère, elle m’avait écrit, je lui avais envoyé une carte postale sur laquelle j’avais conclu par « je t’embrasse où tu veux ».
Mais je n’étais pas le seul prétendant, tous les garçons tournaient autour de cette jolie blonde qui souriait tout le temps, mais Katia était difficile, elle ne voulait pas que son premier amoureux soit juste un flirt sans qu’il se passe quelque chose, elle attendait...
Je me souviens de cette « boom », où un copain lui a demandé si elle voulait « sortir » avec lui, elle a refusé, par dépit il s’est saoulé et s’est enfermé dans une armoire, moi, j’étais content qu’elle lui ait dit non.
Un samedi après-midi, avec nos mobylettes, nous sommes allés voir « La guerre des étoiles » au cinéma. Ce jour-là, Katia était montée en car nous rejoindre avec sa copine. C’est ce jour-là, quand je l’ai vue me faire un signe de la main et son grand sourire, à travers la vitre arrière de ce car, que j’ai eu le vrai « coup de foudre », mon cœur s’est emballé, j’ai compris à cet instant que ça n’allait jamais s’arrêter.
J’aimais bien être près d’elle, je me souviens qu’à la « Cabine verte », j’aimais l’effleurer, ses bras, son dos, et je sentais qu’elle ne me fuyait pas, mais je n’osais pas, je crois qu’au fond de moi j’avais si peur qu’elle me refuse que je n’osais pas.
Katia n’était pas seulement belle, elle resplendissait, elle rayonnait, c’était un soleil, son sourire illuminait la vie. Et pas seulement pour moi, qui était amoureux fou, mais pour toutes les personnes qu’elle croisait, tout le monde était amoureux de Katia à sa manière.
J’avais pourtant une petite expérience avec les filles, des petits flirts, mais avec Katia, je n’y arrivais pas, je voulais trouver le bon moment.
J’ai passé mon permis en décembre, et je trainais de plus en plus souvent à la « Cabine verte » avec ma fiat 850.
Le 1er janvier 1978, j’ai passé la soirée avec Katia, mais il y avait un autre gars, qu’on connaissait et qui ne nous lâchait pas, je l’ai ramenée, elle devait dormir chez son oncle, près de chez moi, et elle m’a dit « je n’ai pas envie de rentrer », et moi, couillon, je n’avais rien compris, je l’ai laissée là sans rien dire. Et j’ai passé la nuit à me ronger les doigts.
Le lendemain, ce 2 janvier 1978 au soir, nous étions tous à la « Cabine verte », et elle allait rentrer chez sa grand-mère, et j’ai eu ces 20 secondes de courage, je me suis lancé. J’ai démarré la Fiat en trombe, j’ai ouvert la porte à sa hauteur, et j’ai l’ai appelée « Katia monte ! », c’était pas vraiment des plus romantiques, mais Katia s’est assise à côté de moi…

Je suis devenu ton amoureux Katia, tu es devenue mon amoureuse, mon rêve est devenu réalité.
Je me souviendrai toujours de tes baisers sucrés au goût de miel, ta tendresse, la douceur de ta peau, tu sentais si bon, j’étais amoureux fou, je le suis toujours...
Le futur devient présent, et, dans l'instant qui suit, passé.
Mon rêve est devenu réalité, mon amoureuse, mon éternel présent.

marguerite13

  • Invité
Re : Racontez votre rencontre.
« Réponse #3 le: 05 Juin 2019 à 22:50:31 »
BL62, Nicole, Pscar, Malome,
vos histoires sont tellement belles. J'avais une réunion d'association ce soir et je n'avais qu'une envie, c'était de rentrer vite à la maison pour les lire. Je savais que vous nous raconteriez. J'ai passé un moment heureux en vous racontant la mienne, j'ai passé un moment heureux en lisant les vôtres.
Dans les circonstances où nous sommes, c'est un beau cadeau, merci à vous. On est reparti des années en arrière, nos belles années quand tout espoir était permis.
Je n'ai pas pleuré une seule fois depuis que j'ai eu cette idée. 24h sans pleurer, c'est un exploit! Pourtant à ma réunion il y avait son frère qui lui ressemble beaucoup. Habituellement, je m'effondre quand je le vois. J'ai cru flancher en le voyant arriver de loin mais j'ai résisté. Pas de pleurs même quand il m'a embrassée pour me dire bonjour comme aux autres femmes présentes. Je le vois souvent et c'est très difficile pour moi. Au dernier dîner de l'association, très récemment, j'ai dû partir discrètement. Je pensais revenir mais je n'ai pas pu m'arrêter de pleurer.
Je vous souhaite une bonne nuit faite de rêves de la rencontre avec vos chéris. Pas de pleurs, pas de chagrin, vous avez connu le bonheur immense et incomparable d'aimer et d'être aimé en retour. De passer de nombreuses années avec votre amour.
Moi, je l'ai connu un peu tard ce bonheur avec lui, mais je l'ai connu.
Je dois être honnête et admettre que mon mari m'a aimée aussi. Il m'a donné quatre enfants formidables et la possibilité de parrainer, dès avant sa naissance, une petite fille qui a maintenant 18 ans. Je l'adore et elle me le rend bien.
Nous avons été heureux en famille mais nous étions souvent en conflit, mon mari et moi. Je ne saurai jamais s'il avait compris que je rêvais d'un autre.
Je vous embrasse.

marguerite13

  • Invité
Re : Racontez votre rencontre.
« Réponse #4 le: 06 Juin 2019 à 06:25:59 »
Nicole, je vois que tu es en ligne. Fais- moi un petit sourire de loin.
Je te souhaite de passer une bonne journée, oui, une bonne journée, malgré tout.
Je t'embrasse et te fais un sourire.
Marguerite.

marguerite13

  • Invité
Re : Racontez votre rencontre.
« Réponse #5 le: 10 Juin 2019 à 23:06:05 »
Bonsoir!
Un coup de déprime ce soir.
Cela allait pourtant beaucoup mieux.
J'ai reçu de bonnes nouvelles et c'est là que je flanche. Sans doute parce que les meilleures nouvelles ne peuvent pas faire oublier la très très mauvaise qui m'est tombée dessus.
Moi aussi, je suis en colère. J'ai perdu bien trop vite celui que j'attendais depuis si longtemps. Au lieu d'un avenir avec mon amour, mon avenir est vide, le néant. Je ne sais pas pourquoi je vis. La vie c'est à deux!
Les autres nous disent "tu as tes enfants, tes petits-enfants", mais ils ne remplacent pas notre compagnon, celui qui vit avec nous (dans mon cas, aurait vécu avec moi), celui qui nous fait le dernier bisou en éteignant la lumière et dont on tient la main en s'endormant.
Moi qui aimerais vous remonter le moral, c'est raté.
Bises de Marguerite.

Hors ligne babetheric

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Racontez votre rencontre.
« Réponse #6 le: 12 Juin 2020 à 13:24:42 »
Je vais quand même vous raconter notre rencontre, car ça fera toujours un bon souvenir dans la poche.
J'ai été indépendante très tôt, au milieu de parents qui se disputaient la moindre cuillère en argent pendant leur divorce.
A 16 ans je faisais des ménages et j'ai eu la chance (à 20 ans) d'être embauché comme secrétaire de Mairie.
Je sortais d'une histoire douloureuse, où la personne avec lequel j'étais m'avait cassé deux côtes juste parce que j'étais devant la télé.
J'ai réussi à me sortir de cette histoire, mais il a fallut que je passe par la police pour que cet homme me laisse tranquille définitivement.
Je n'étais donc pas tout à fait prête à rencontrer quelqu'un d'autre.
Forte de ma liberté retrouvée et de mes 20 ans, je travaillai beaucoup mais j'aimais ça. J'étais belle comme un coeur (un peu moins aujourd'hui). Un soir en sortant du travail, j'ai décidé d'aller me promener et suis parties à pieds pour un magasin réputé pour vendre de la pseudo-décoration pour la maison.
J'étais jeune, libre, je pratiquais un métier que j'aimais, j'avais un studio à meubler, et suffisamment de sous pour vivre correctement.
J'arrive au magasin, et là je retrouve en caisse, une amie d'école, une bonne amie d'école primaire. Elle est comme moi , pas de mec, un appart, un travail, etc... et me propose de sortir un soir avec elle et une bande d'amis à elle. Elle avait l'idée de séduire l'un des garçons de cette soirée. Après un resto, nous partons en boîte et nous sommes rejoins par d'autres amis dont mon mari. Il était 2 heures du matin et lui comme moi, étions bourrés. On discute un peu, mais bon, on danse un slow, rien de bien folichon.
Après 2 années passées avec un chômeur professionnel qui dépensait tous mes sous pour sa voiture, c'était devenu un leitmotiv "qu'est-ce que tu fais dans la vie ?". Eric était employé dans un bureau d'études comme dessinateur. Il vivait chez ses parents avec son CDI en poche.  OK on peut discuter. Les discussions faites à 4 heures du matin laissent rarement une place dans votre cerveau (vodka orange).
Nous nous sommes revus mais toujours à l'intérieur du groupe d'amis que nous avions formé ce soir là. Ma copine est sortie avec le mec qu'elle voulait et tous les week-end nous allions tous ensemble boire un coup, au resto ou autres distractions. Le seul point noir, c'est qu'il fumait beaucoup de shit. Aïe!
Le soir de son anniversaire (mai) il avait organisé un repas chez l'un de ses collègues qui était né à une semaine de distance. Il avait 24 ans.
Je n'ai jamais autant rit de ma vie et je lui ai dit beaucoup plus tard que c'est par le rire qu'il m'avait eu. J'avais 21 ans.
A l'époque je profitai beaucoup des hommes, j'avais compris que j'avais du charme, je faisait du sport tous les jours, j'allai à la plage donc j'étais dorée comme une brioche, chez nous en Provence on disait que j'étais "un bloc" soit une très belle fille. Quand j'ai rencontré Eric, il mesurait 1m80 et pesait 60 kgs. Il était barbu et très roux. Donc pas du tout mon type. Mais bon.....un de plus à me faire sortir, à m'acheter des petites choses, et puis son humour incroyable a gommé son physique. J'avais quand même deux autres hommes qui m'offraient ces petites douceurs.
Il avait retenu l'endroit où je travaillais. Petite mairie de village. Un jour, il m'a appelé à mon travail. "Bonjour, c'est Eric" ...mais qui c'est Eric ?...."le barbu tu te souviens"...OK effectivement. "Voilà, je t'appelle parce que ce soir le groupe veut aller en boîte mais si tu es partante, je voudrai bien que nous allions dans un piano bar plutôt." OK pour moi, n'ayant jamais mis les pieds dans un piano bar, pourquoi pas.
Nous avons passé la soirée dans cet endroit, qui même si c'était très agréable, c'était quand même difficile de se parler et de s'entendre.
Au sortir de cet endroit, nous sommes allés nous promener le long de la plage. Premier bisou, normal. Jeune homme très entreprenant quand même, donc, on se calme, je ne m'enverrai pas en l'air, sur une plage à 500 mètres d'un groupe de scouts.
Je sortais toujours de cette histoire traumatisante avec ce garçon qui m'avait fait du mal, donc, après ce premier baiser, je lui ai dit mon désir d'indépendance, que je n'avais pas besoin de quelqu'un qui m'appelle 15 fois pas jour juste pour savoir qui j'ai vu et ce que j'ai fait.
Comme ça lui convenait, nous avons continué à nous voir.
Un soir, il a sonné chez moi, il était plein de joints, nous avons tenté de faire l'amour et il n'a jamais pu. Donc, je me suis rhabillée et je l'ai mis dehors, en lui disant que s'il avait besoin de ça pour venir me voir, qu'il ne vienne plus. Et il est parti.
J'étais sûre que je ne le reverrai jamais.
Quelques jours plus tard, il m'a appelé et m'a demandé si gentiment si nous pouvions nous revoir que j'ai dit oui.
Il a arrêté les joints, il sortait du travail, prenait une douche, se parfumait et m'attendait en bas de chez moi, dans sa voiture, pour aller au resto, boire un verre, se promener, etc..... Pendant un moment, il me déposait en bas de chez moi, sans monter. Nos au revoir et à demain se faisaient au pied de mon immeuble où nous nous embrassions tendrement.
Il a attendu que ce soit moi qui lui dise qu'il pouvait monter. Ce fut l'une des plus belles nuits de ma vie. Physiquement nous étions fait l'un pour l'autre, et nous nous le prouvions encore et encore.
J'ai viré les autres et n'ai jamais plus aimé que lui. C'était tellement évident lui et moi. Je ne peux pas l'expliquer, une entente parfaite d'esprit et de corps. Il était tellement calme, tellement prévoyant, tellement gentil, il mettait du baume sur mon coeur et mon esprit, qui jusque là avaient été malmené par d'autres. Il avait dit à ses plus proches amis, et ça je ne l'ai su qu'après son décès, que j'étais la femme de sa vie.
Il m'a demandé en mariage. Coktail, musique douce, rose, la totale. Il avait peur quand il me l'a demandé. Pour des personnes qui s'étaient promis l'indépendance de l'un et l'autre, nous ne nous sommes plus quitté. 1 an plus tard nous avions déménagé et je suis tombé enceinte (volontairement et avec un désir partagé) alors que nous n'étions ensemble que depuis 18 mois.
Comment expliquer l'évidence ? Je l'ai toujours aimé, et je pense que lui aussi. Pendant 28 ans, nous avons tout partagé, nous avons eu trois merveilleux enfants. Nous avons tout surmonté ensemble. Il était plus que mon âme soeur, il était une partie de moi, presque physique. Il était là pour sa famille, à chaque fois, je crois que au fur et à mesure des années et malgré les routines qui s'installent, on peut aimer encore plus. C'est ce que j'ai vécu.

Hors ligne Pensées

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 20
  • Le souvenir, c'est la présence invisible (V. Hugo)
Re : Racontez votre rencontre.
« Réponse #7 le: 13 Juin 2020 à 20:27:36 »
c'est une très belle histoire que tu nous racontes là Babethéric...

douces pensées,
nadia
Tu n'es plus là tu tu étais, mais tu es partout là où je suis
(V. Hugo)