Auteur Sujet: Deux mois sans lui  (Lu 992 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Vinciane

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 11
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Deux mois sans lui
« le: 15 décembre 2019 à 18:15:24 »
Il faut sortir, voir des gens, trouver des activités. Les gens sont gentils mais j’ai seulement envie de rester seule.  Je ne supporte pas ton absence. Je n’y arriverai jamais.

Hors ligne Errinette

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 8
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Deux mois sans lui
« Réponse #1 le: 16 décembre 2019 à 19:01:47 »
comme je te comprends. moi, il est parti il y a 50 jours aujourd'hui.
je saisis toutes les mains qui se tendent, même si je n'ai pas envie, juste pour sortir, pour avoir l'obligation de sortir déjà de mon lit, ou de mon appartement.
par moment, j'arrive à rire, et en même temps, je pense à lui... ou alors, un mec qui m'indiffère profondément m'a invitée. par principe, j'ai accepté... juste pour me dire qu'il faut que je sorte, que je m'habille en moi - parce que je m'habille en jean-claude depuis plus d'un mois - bref, pour moi, c'était dans l'esprit de me forcer à essayer de me ressembler.
je me suis ennuyée, terriblement... à plusieurs reprises, je me suis doucement adressée à jean-claude pour lui dire : "non, ne te moque pas, c'est pas cool"...  bref, il m'accompagne partout, tout le temps.
pareil, hier, les voisins du quartier aimaient beaucoup mon mari. il avait fait koh lanta et surtout il s'occupait des gamins, des jeunes,... juste comme ça, parce qu'il était comme ça ; il discutait avec tout le monde... bref, ils ont voulu faire une quête. avec, ils ont acheté un citronnier qu'ils ont planté devant l'immeuble et ils vont mettre une plaque à son nom. ils m'ont conviée à une petite "réception" devant l'arbre pour me remettre le reliquat de la quête. alors, la démarche est belle, pour jean-claude, mais, sincèrement, moi, j'était mal à l'aise : j'ai voulu les remercier d'avoir participer à son bonheur en l'aimant, mais en fait, ils se parlaient tous entre eux ; j'ai même pas pu être entendue, sur rien. par exemple, c'était cool qu'ils aient opté pour un citronnier, parce qu'en fait, juste avant de partir, comme chaque jour, il s'apprêtait à faire un jus de citron... mais je n'ai pu partager ça qu'avec les deux personnes à côté de moi, tellement ils étaient plus là pour se rencontrer que pour moi... ils aimaient jean-claude, moi...
mais tu vois, je pense que, même si ça coûte, il faut accepter les mains qui se tendent et poussent à retourner à la vie. parce que, je le crois en tout cas, c'est ainsi que petit à petit, on peut réapprendre à "vivre"... même si, sincèrement, de ce que je ressens, je pense que jamais personne ne pourra me le faire oublier, déjà parce que je ne veux pas, et ensuite, parce que j'ai beau regarder, je ne vois personne qui lui arrive à l'orteil.
je ne connais pas la relation que tu avais avec ton homme, mais il me semble évident que plus ça a été long, plus ça a été fort, plus il est irremplaçable... mais malgré toute cette souffrance qui colle à l'âme, je ne regrette pas de l'avoir connu, aimé aussi fort, d'avoir été aussi fusionnelle avec lui... la souffrance est d'autant plus grande, certes, mais pendant 28 ans, j'ai été heureuse, et ça, personne ne pourra jamais me l'enlever, et nos enfants sont là, lorsque je doute, lorsque je sombre en remettant tout en question, nos enfants me rappellent des épisodes de notre vie, ... c'est si important...
en fait, tout à l'heure, j'ai parlé à mon fils et je lui ai demandé deux choses :
- que chacun de nous, lorsqu'un souvenir lui vient, qu'il l'écrive tout de suite, qu'il le partage avec les autres (nous avons 2 enfants de 23 et 26 ans), pour que petit à petit, nous nous reconstituions une bibliothèque de souvenirs, pour oublier le moins de choses possibles, pour nous nourrir pour les décennies à venir, et transmettre aux futurs petits-enfants qui ne l'auront pas connu... (je t'avoue que j'appréhende Noël qui arrive. je n'ai encore rien pris pour personne tellement je n'y arrive pas et le 28 décembre, ce sera l'anniversaire de notre fils... j'ai déjà mal rien que d'y penser.)
- j'ai aussi demandé que lorsque mon tour sera arrivé, qu'avant de nous mettre en terre, qu'on mélange nos cendres. autant dire que je ne pense pas que nous mettrons celles de jean-claude en terre avant. à ce niveau, rien n'est encore décidé, mais lorsque je pense que je suis prête, je me rends compte que ça a un côté définitif que je ne suis pas prête à assumer pour l'instant.

et toi, arrives-tu à sortir ? à rire ? ...