FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Mobiliser ses ressources (Santé, bien-être, entre aide) => Partage de vécu => Discussion démarrée par: Webmaster le 19 Février 2016 à 19:51:19

Titre: Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Webmaster le 19 Février 2016 à 19:51:19
Bonjour,

J'aimerais aborder ici une métaphore et avoir votre ressenti.

Au fils des années d'accompagnement ma vision sur le deuil et sur ce que je pouvais apporter à personne qui a perdu un être cher a évoluée.
Pendant longtemps, je me suis heurté à beaucoup d’incompréhensions de la part des personnes qui n'avaient jamais vécu de perte et qui me demandaient de leurs expliquer ma démarche et/ou ce qu'est le deuil.

Cela m’a forcé à essayer de mettre les choses au clair, tout d’abord pour moi (c'est mieux me direz-vous ;)) et puis pour mieux expliquer ce long processus.

Je me suis rendu compte que j’avais naturellement recourt à une image assez parlante et qui revenait aussi très souvent de la part de spécialistes qui accompagnent le deuil : celle du chemin.

J’ai d'ailleurs essayé d'en résumer l'essence dans ce petit article : http://deuil.comemo.org/deuil-chemin-vie (http://deuil.comemo.org/deuil-chemin-vie)

Pour récapituler la pensée que j'ai voulu partager à travers cet article, je dirais que je conçois le deuil comme « un chemin de retour vers la vie » que l'on est obligé d'emprunter, souvent à marche forcée.

Un chemin long, fatiguant, durant lequel on est balloté par les vagues, l’impression d’avancer puis de reculer, parfois même d'être complétement perdu en pleine mer.

Un chemin qui soulève beaucoup de questions, que l'on ne s’était parfois jamais posées et d'autres pour lesquelles on pensait avoir des réponses claires et structurantes qui sont finalement remise en cause.

Sur ce chemin on est amené à revoir certains fondamentaux de la vie pour réapprendre à vivre mais cette fois avec l’absence et le manque en toile de fond.

Dans ces circonstances, j'ai pris conscience qu'accompagner une personne en deuil, ce n'est pas ramer avec elle, ce serait faux et présomptueux de dire ça, car quand on est dans « sa barque », on est seul. On est seul à ramer, on est seul durant les tempêtes les plus terribles. La souffrance isole et durant le deuil on se sent seul.

Ça prend du temps d'accepter cette impuissance à ne pas pouvoir "ramer" avec l'autre.

Pourtant, accompagner reste essentiel, je conçois désormais mon rôle, celui des accompagnants et celui de chaque membre du forum, plus comme celui d'un marin ou d'un garde côte qui habite un phare au loin pour éclairer la rive de la vie.  Même si bien sûr j'aimerais faire plus, c'est tout ce que l'on peut faire et c'est finalement déjà pas si mal.

Être une présence dans un phare, une lumière à l'horizon, rassurante, qui donne une direction, des repères. Voilà ce que chaque témoignage sur le forum peut offrir à celles et ceux qui ont perdu de vue la rive de la vie. Il n’y a bien sûr, pas un seul chemin de deuil mais cette rive est étendue et je suis persuadé que nous avons tous les ressources en nous pour un jour ou l'autre réussir à l’accoster de nouveau, chacun à manière.

Voilà, c'était un peu ma perception de ce processus aujourd'hui, j'imagine que cela va encore évoluer. Tout cela pour dire que j'aimerais avoir votre ressenti sur cette image du chemin et surtout connaitre les images que vous utilisez pour parler de votre vécu, celles qui font le plus écho en vous.

Encore merci pour la présence et le soutien de chacun.

Chaleureusement,

Yacine
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Eva Luna le 19 Février 2016 à 20:34:28
La vie est le chemin.
Le deuil... enfin le deuil d'un essentiel à sa vie...est un nouveau chemin, imposé,différent , difficile, à jamais ombré par la mort , bordé de ténèbres ou de brumes, de passages lumineux et d'autres plus sombres...Le deuil est aussi le sac à dos empli des effets de la mort de l'aimé qui pèsent sur le coeur, l'esprit, le corps...de celui qui reste.
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: souci le 19 Février 2016 à 22:42:21

     La vie est le chemin: oui, je "vois" ça comme ça aussi.

     Le deuil, je ne le "vois" pas, je le "ressens", comme une amputation, une blessure ou encore un poison dans le sang: c'est en nous, au plus profond, et peu importe désormais que le chemin soit boueux, empierré, escarpé ou d'herbes tendres.

    On ne devrait d'ailleurs pas dire "le deuil", mais "les deuils", car on en accumule plusieurs dans une vie, et puis chaque deuil est lié à une histoire unique, il peut être vécu comme une épreuve ou comme un traumatisme, selon les sensibilités personnelles ...

    Je ne sais pas si le deuil est à "traverser", si nous retournons vers la vie: j'en témoignerai si un jour je le ressens comme ça.

    Depuis bientôt 3 ans à partir d'une mort cataclysmique, je n'ai pas l'impression d'avancer, plutôt que tout s'est arrêté.
    Pas l'impression d'avoir parcouru le moindre espace, plutôt d'avoir lutté pour pas étouffer dans des sables mouvants.
   
    Le deuil, c'est la DOULEUR au quotidien, le mal au ventre, le poids sur le coeur, la tête engourdie.
    Son paysage est de sang.

    Les psys prétendent que le deuil n'est pas une maladie, mais c'est un CHOC et comme tout choc, il peut entraîner des dommages, physiques, mentaux.

    Les endeuillés sont des personnes atteintes ...
    Les chemins de vie sont à "continuer", en tant que personne blessée qui tente de cicatriser, ou de gérer ses ulcères.
    Si le deuil est un lieu, il est à l'extrême limite de notre conscience.
    Pas sûr que nous en revenions.

    Il y beaucoup de "profils" d'endeuillés, je crois ... je ne vais pas ressortir les enquêteurs mystiques , les baroudeurs bucoliques , les encapuchonnés des coudes ...
     
   
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: piera le 21 Février 2016 à 14:20:19
Le Deuil pour moi
Explosion
Implosion
Effondrement
Perte totale de TOUT repère et de TOUTE raison d'être
Monde inhabitable et inaccessible
Recueillement- isolement
Obligation de TOUT redéfinir
Pas encore chemin vers la vie mais chemin vers moi- à travers moi- retrouvailles avec moi
Ambivalence- force et fragilité / profonde tendresse et intransigeance
Ma plus grande difficulté- continuel basculement (sans crier gare) entre l'envie de vivre et l'envie d'en finir...
Titre: Re : Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: malou le 03 Juillet 2016 à 19:55:50
Le Deuil pour moi
Explosion
Implosion
Effondrement
Perte totale de TOUT repère et de TOUTE raison d'être
Monde inhabitable et inaccessible
Recueillement- isolement
Obligation de TOUT redéfinir
Pas encore chemin vers la vie mais chemin vers moi- à travers moi- retrouvailles avec moi
Ambivalence- force et fragilité / profonde tendresse et intransigeance
Ma plus grande difficulté- continuel basculement (sans crier gare) entre l'envie de vivre et l'envie d'en finir...


Je me retrouve complètement dans ce que vous exprimez !
Merci.
J'aimerais le faire comprendre à mes amis...ils admettent mais ne comprennent pas.
Dommage, mais tant pis, c'est mon chemin.
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: piera le 04 Juillet 2016 à 11:04:36
Malou,
Surtout apprendre à s'écouter même si ça doit être envers et contre tous...
Je crois que chacun a son propre temps pour le deuil.
Tendrement.
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Cinderella le 04 Juillet 2016 à 11:39:00
Yacine, je trouve ton idée du chemin et du phare très bonne pour définir le cheminement du deuil.

Après 3 ans ½ et beaucoup de chutes, j’en suis arrivée à une conclusion du même style.  J’ai appris à reconstruire un nouveau  chemin (de la vie d’après)  pierre par pierre, certains pierres dépassent parfois (souvent)  et il y a des aspérités qui font que je  trébuche encore à tout moment mais avec le temps j’ai appris à lever les pieds pour tomber moins souvent  et j’avance petit à petit.  Parfois quand la tempête s’approche, je recule d’un pas, 2 pas ou même une dizaine de pas  mais je m’accroche à un arbre sur le bord du chemin et j’essaie de trouver une solution pour progresser à nouveau.

Certain(e)s  sur le site aident ceux qui sont moins loin dans l’élaboration de leur nouveau chemin ,  qui désespèrent devant la montagne de  « travail » à faire car un ouragan a tout emporter et il ne reste que des ruines. Ils se disent que jamais ils n’arriveront à se relever donc certain(e)s  les aident à surmonter comme ils peuvent les difficultés pour reconstruire un nouveau chemin, ils ne peuvent pas les empêcher de tomber mais ils leur tendent la main quand cela arrive en leur apportant parfois quelques pierres pour les aider à construire leur chemin.  Ils sont là quand ils se découragent car une tempête à inondé leur chemin et qu’ils reculent et que tout est à recommencer à nouveau. 

Certain(e)s essaient d’être la lueur d’espoir que leur dit «  oui il y a un après certes différent de celui qu’on espérait mais un pas après l’autre, ça devient moins difficile ».  L’ombre de l’absent continue à cheminer à coté de nous mais on trouve un certain apaisement.  On apprend à vivre différemment tout en gardant le souvenir vivace de celui qui n’est plus.  Il n’est plus près de nous mais il vit toujours en nous à jamais.
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: qiguan le 04 Juillet 2016 à 21:03:24
Depuis + de 20 ans suite à un cheminement ...
j'avais compris que l'aidant est un pompier et un phare pas plus ... mais utile
pompier car il aide mais doit se protéger pour continuer à aider
phare quand on montre dans le danger où est la solidité 
le chemin pour moi a toujours été la vie, la vie est chemin
du coup le deuil n'est qu'un changement dans les conditions du chemin c'est peut être dû à mes deuils jeune ( perte de mon père à 21 alors que j'entrais dans ma vie de femme, de mère et quelques mois avant perte de ma meilleure amie)
j'ai vécu le chemin de ma vie qui a inclus un long accompagnement en "pleine conscience" (cf la méditation en pleine conscience) du coup le deuil aussi
retour à la vie ?  retour à une autre vie  ... je suis si changé que je ne vois pas le mot retour comme adapté !
je suis autre, pour une autre partie de vie sur le chemin
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Ludmilla 31 le 29 Août 2016 à 17:12:22
Le Deuil pour moi
Explosion
Implosion
Effondrement
Perte totale de TOUT repère et de TOUTE raison d'être
Monde inhabitable et inaccessible
Recueillement- isolement
Obligation de TOUT redéfinir
Pas encore chemin vers la vie mais chemin vers moi- à travers moi- retrouvailles avec moi
Ambivalence- force et fragilité / profonde tendresse et intransigeance
Ma plus grande difficulté- continuel basculement (sans crier gare) entre l'envie de vivre et l'envie d'en finir...

Totalement d'accord avec vous Piera et Malou ,oui s'écouter car on se fatigue très vite ,suite aux nuits trop courtes ,trouver des occupations qui nous obligent à ne pas cogiter ,ne plus penser ....

Pour ma part ,cela fait 20 mois ,il y a des répits et de gros coups de blues ,le plus dur c'est d'affronter le regard des collègues ,amis ,qui voudraient qu'on redevienne comme avant ,ils ne comprennent pas que plus jamais on sera comme avant .
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Oiseau-de-Pluie le 08 Mars 2017 à 02:42:21


Citer
    Les endeuillés sont des personnes atteintes ...
    Les chemins de vie sont à "continuer", en tant que personne blessée qui tente de cicatriser, ou de gérer ses ulcères.
    Si le deuil est un lieu, il est à l'extrême limite de notre conscience.
    Pas sûr que nous en revenions.

    Il y beaucoup de "profils" d'endeuillés, je crois .

Comme dit dans un autre topic, je copie / colle :

" On ne va pas comparer une personne qui a une leucémie, puis qui se fait harceler (insulter et frapper tous les jours)  à l'école, puis qui a un accident de voiture qui lui cause de graves séquelles, puis qui perd une personne très chère à ses yeux... à une personne qui va très bien et qui perd un être cher alors qu'elle était tout à fait heureuse avant le drame, par exemple.
Je ne dis pas que l'une souffre forcément plus que l'autre, puisqu'il y a des gens qui ont des capacités de résilience hallucinantes (ce qui n'est pas le cas de tout le monde), mais simplement que c'est incomparable... "

C'est pour cette raison qu'il n'y a pas de profil type... et qu'on ne peut pas se permettre de juger une personne qui ne s'en sort pas...
Deux personnes qui vivent un même drame peuvent au final être extrêmement différentes et avoir vécu des choses très différentes par ailleurs...

Ainsi, le deuil, pour moi, c'est une souffrance à vie dont on ne se remet jamais, c'est atroce. Pour d'autres, c'est terrible, mais "il faut avancer".... (pour moi, le terme "avancer" n'a aucun sens).

Mais mon ressenti est favorisée par mon vécu (j'étais déjà très mal et j'avais déjà des pensées suicidaires avant de perdre 2 êtres chers à mes yeux par la mort pour d'autres raisons), je n'ai aucun projet de vie etc...

Donc ce n'est pas pareil pour tout le monde...
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: souci le 09 Mars 2017 à 11:14:26

   Bonjour petite oiselle,

   Tu l'as dit, c'est pas pareil pour tout le monde.

   Souffrante à vie aussi, je puise et j'épuise ... la profondeur des sentiments qui malgré tout, ne se tarit jamais.

   Il y a l'ouverture à l'intérieur de soi et celle vers les autres, ceux qui sont sensibles bien sûr.

   Je vis dans la maison de ma douleur, fenêtres et portes ouvertes, accueillante. Et j'ai un puits. C'est tout. Pas de projet, l'horizon peut venir à moi, il le fait parfois. Peut-être un jour je prendrai quelques vacances, mais je reviendrai, c'est là que vis.

   Encouragements solidaires, Martine.
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Oiseau-de-Pluie le 10 Mars 2017 à 01:35:08
Bonjour,

Ta poésie est belle, souci, mais si triste... :'(

Merci pour tes encouragements, que de douces pensées entrent dans ta maison pour atténuer ta douleur...
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: souci le 10 Mars 2017 à 15:58:43

    La tristesse devient germe de joie lorsqu'elle est créative, c'est de se borner aux limites qui tue et enferme.
    La psychologie enseigne qu'il existe deux familles de sentiments positifs, ceux qui s'apparentent à la joie et ceux qui s'apparentent à ... LA SURPRISE.
    D'où l'importance de savoir stimuler, en période de malheur où la tristesse éclipse notre joie, la créativité, je suis persuadée qu'elle joue un rôle important dans la "réconciliation" avec l'existence ... en toute indépendance des notions de bonheur ou de malheur, tu vois ...
   Le malheur est ma résidence principale depuis qu'il a séquestré mon cher neveu ...
   Je n'y habite que pour chaparder les clés de ses serrures ... et faire s'évader un maximum de détenus ...
   Sourire, M.
   
   
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: sonia tlili le 13 Mars 2017 à 00:30:25
bravo yacine ,tu as trés bien vu la réalité du deuil  et tu as utilisé les mots qu'il faut , c  le chemin du retour à la vie certes ,un chemin sur lequel on vit l'incertitude ,la peur ,le désespoir du retour à la normal et je pense que c pour cette raison qu'on a l'impression parfois de reculer ,car on a peur de la déception à l'arrivée  ,on est pas sure de trouver au bout du chemin ce qu'on a laissé avant
merci yacine pour ton accompagnement ,tu me donnes l'impression d’être accompagnée dans ce chemin dans mon combat ,et tu atténue ma peur d'arriver au bout du chemin
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Alexandra le 16 Mars 2017 à 10:27:17
Bonjour à toutes et tous,
je crois qu'il y a autant de définitions de ce qu'est le deuil que de deuils et d'endeuillés. L'image du chemin me parle bien sûr, comme celle du phare dans la tempête, mais j'ai le sentiment qu'elle implique nécessairement un retour à la vie "normale". Peut-être parce qu'en perdant l'homme avec qui je ne formais plus qu'une seule et unique entité je ne crois pas qu'un jour je pourrai revenir vers la "rive des vivants". Je n'en n'ai même pas envie d'ailleurs.

La psy m'a demandé l'autre jour de représenter ma blessure. J'y travaille ces jours-ci, on y verra ma poitrine déchirée en deux et quelque chose qui m'arrache le cœur, les poumons,  tous les organes vitaux...  pour ne laisser que ma coquille vide. Quelques jours après la mort de Tom, j'avais rêvé que je tombais et que je me réveillais amputée d'un  bras et d'une jambe. On m'avait mis à la place des prothèses en plastique de Barbie, artifices ridicules et décalés, et j'arrivais à marcher avec.

Le deuil pour moi c'est réapprendre à marcher après une amputation, réapprendre à aimer avec le cœur qui boite. Trouver la force de se remettre debout en sachant que peut-être on ne pourra plus jamais marcher comme "avant", peut-être plus jamais aimer comme "avant".  Celles et ceux qui m'accompagnent dans cette lutte sont un peu les kinés et les prothésistes de ma rééducation. Elles et ils peuvent m'apprendre à remarcher avec ma blessure mais c'est à moi de trouver le courage de supporter la souffrance pour réapprendre à marcher (ça rejoint assez bien ton idée Yacine qu'on est seul dans sa barque). Et je les remercie, je vous remercie, du plus profond de mon cœur qui boite de me relever quand je trébuche.

Une pensée pour vous toutes et vous tous,
Alex
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: qiguan le 16 Mars 2017 à 11:01:09
Citer
je crois qu'il y a autant de définitions de ce qu'est le deuil que de deuils et d'endeuillés. L'image du chemin me parle bien sûr, comme celle du phare dans la tempête, mais j'ai le sentiment qu'elle implique nécessairement un retour à la vie "normale". Peut-être parce qu'en perdant l'homme avec qui je ne formais plus qu'une seule et unique entité je ne crois pas qu'un jour je pourrai revenir vers la "rive des vivants". Je n'en n'ai même pas envie d'ailleurs.
J'ai vite compris que je ne reviendrai jamais à la vie "normale" ...
déjà je n'y étais pas de par mes deuils multiples autour de mes 20 ans : ma meilleure amie, mon père, mon beau père alors que je me construisais dans ma vie de couple, de femme, cela a chez moi renforcé d'ailleurs la fusion avec mon aimé ...

moi j'ai employé les mots déchirure d'une symbiose ... pour imager ma blessure ...

Citer
Le deuil pour moi c'est réapprendre à marcher après une amputation, réapprendre à aimer avec le cœur qui boite. Trouver la force de se remettre debout en sachant que peut-être on ne pourra plus jamais marcher comme "avant", peut-être plus jamais aimer comme "avant".  Celles et ceux qui m'accompagnent dans cette lutte sont un peu les kinés et les prothésistes de ma rééducation. Elles et ils peuvent m'apprendre à remarcher avec ma blessure mais c'est à moi de trouver le courage de supporter la souffrance pour réapprendre à marcher

oui  je pense que pour moi c'est de cet ordre
je pense actuellement que ma croyance que je vis une vie nouvelle avec un lourd handicap non visible qui brouille la communication avec tant ... m'aide car plante ma perception de ma réalité (sans doute en évolution)
je me centre sur idée d'une nouvelle vie avec plein de difficultés c'est sans doute déjà mon deuil du passé ...
Transformer ma dépendance affective avec lui = lutte ...
à 34 mois et demi de deuil, là, et aussi grâce à ce que me renvois le deuil plus doux de ma maman : 7 mois,  j'ai progressé mais je sais que je suis toujours dans cette dépendance, ce n'est pas grave dit la psy car j'avance par ailleurs et progresse dans mon deuil, c'est une béquille et aucun reproche quand on est bléssé, cassé à utiliser une béquille, on la laissera plus tard ... peut être
en fait je crois que je n'en suis qu'au déambulateur ... ;-) béquille double puis canne puis rien ???
et que j'ai moi aussi plein de prothèses artificielles ...
Creuser avec les psys sur cette dépendance affective ce qu'elle comblait/enfance aux croyances émotionnelles perso de manque de confiance, me permet d'avancer peu à peu mais il faut BEAUCOUP de temps !
là je peux être dans cette quête car le chagrin prend moins d'ampleur, il est là mais permet en même temps de faire autre chose. Je peux donc là aller à des conférences sur ce thème ...
c'est prendre soin de moi !
Souci le malheur source de créativité c'est de la résilience, peu importe comment on fait avec ... mais créer (exemple arthérapie) pour sortir son malheur est oui utile ... c'est la soupape au début puis l'évacuation plus large ...  elle peut prendre plein de formes selon qui on est et devient ...
affectueusement à toutes et tous
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Régine le 23 Mars 2017 à 04:46:11
Ça me fait tellement du bien de lire tout ce qui est écrit ici
<< les mots du deuils>>

Pour ma part, faire son deuil..c'était une expression que je ne comprenais pas du tout....je suis pas sûre que je comprends bien encore , je sais en théorie..les phases du deuil..choc, colere depression etc
En quelques années  j'ai perdu mon chéri, ma mère, ma soeur décédé subitement, ma meilleure amie, ma voisine de chalet est decede du cancer, mon autre voisin de chalet est decede d'effet secondaire de medicament..et ..mon travail..un collègue s'est suicidé..et les autres .qu'on connaît , j'étais tellement là-dedans..que je pensais que c'était  rendu la norme.. Ça l'air bizarre à dire..je m'en excuse..j'écris et ça me fait prendre conscience encore plus.., ça ete une grosse période parce que c'est plein de vecu autour de chacun.

Le dernier ça ete mon conjoint..depuis trois ans..presque..on me disait..la premiere annee c'est dur...j'ai pensé ..la deuxième c'est encore plus dur pour moi. J'ai eu ma claque  dans la face

L'image qui me vient , c'est comme si, je me suis retrouvé sur une autre planète completement inconnue..tout du monde différent autour de moi..une autre langue..pas savoir sur quelle planète je suis tombée..les gens m'interpelait mais moi, je ne les reconnaissais pas.. Quel choc j'ai eu quand j'en ai pris conscience que je ne savais plus où j'étais rendu...qui j'étais...perdu, j'en voyais même pas de chemin, je voyais juste des obstacles, ..j'avais jamais ramé toute seule dans un canot..en plus j'ai peur de l'eau..les rapides me terrorisent.,,je ne sais pas nager...tout ce que je faisais c'etait de tenir la rame fort...ça c'est apprendre à ramer à la dure école..
let j'aime bien l'image du phare au loin..c'est ce qui m'a aider , à tenir bon!

Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Nandou_Guanaco le 23 Mars 2017 à 10:40:02
Tout à fait ça, tout est déstructuré autour de nous, il y a un avant et un après, sauf que l' après est une illusion d' optique un mirage dans l' océan de la vie qu' on nous oblige à supporter alors qu' on n' en a envie que modérément car on est poussé par des culpabilités du genre: il faut que je tienne pour mes enfants, pour mes parents, pour mes amis bref, il faut se donner un but pour avancer alors qu' avant on avançait naturellement.  Je pense à l' identique de vous deux, nous sommes restées sur terre mais la terre ne tourne plus rond dans notre tête, nous sommes larguées, les autres ne comptent que parce que leur présence est une évidence, mais l' envie nous fuit, la foi de vivre s' étiole, on rit bien sûr, on passe de bons moments, mais plus rien de vrai, de sincère, de profond nous étreint. L' instant d' après notre rire ou notre sourire est une défaite, le temps qui passe un poids mort, tiens je viens d' employer le terme "mort", bah, faut pourtant parler survivance, tiens tu parles, survivre à la mort des autres, ce n' est même pas un combat, c' est le bagne clos au fin fond de la Guyane.  Mais y a aussi Kourou en Guyane, d' où l' on lance les fusées, sitôt que j' obtiendrai une autorisation de sortie du bagne, je m' inscrirai pour le prochain vol histoire d' aller voir si mon mari veut encore bien de moi. Bisous à toutes (tous).
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Psychyn le 01 Mai 2017 à 02:36:09
Parfaitement decrit par tous.

Je vis la perte de mon jeune père adoré comme la fin d'une vie heureuse, d'un chemin de vie plein de promesses, de bonheur, et le debut d'un autre empli de tenebres et de souffrance. Pour moi, aucun retour possible.  Je suis á jamais blessée, brisée et ai le sentiment que je passerai le restant de ma vie à tenter de retrouver, sans certitude, un semblant de sens, un minimum foi en quelque chose pour apaiser cette douleur.

Pour l'instant, je ne parviens pas à reinvestir quoique ce soit, toujours dans la rage et la nostalgie de ma vie d'avant le drame, malgré les années ecoulées...  Je suis sceptique, je doute pouvoir retrouver un reel mieux etre... la blessure est si profonde. Hallucinée egalement par notre résilience.
Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Régine le 01 Mai 2017 à 14:44:18

Bonjour
Hier soir, je voulais vous répondre mais les mots me manquaient..quels mots dire pour vous encourager...
Des fois faut juste accueillir ce qui se passe..ce qui monte à la surface.....continuer d'exprimer toute cette souffrance, cette colère..des fois cette colère peut nous protéger de la grande tristesse du vide intérieur et vice versa..c'est tellement personnel le chemin du deuil

Qu'est-ce qui vous manque le plus?  En parler encore et encore..pour que vous soyez entendus dans ce que vous vivez

Enfin..si il y a une chose qu'il est impossible de prévoir..c'est le demain comment ça va être..dans un mois comment ça va être, dans un an ..
Prenez soin de votre santé
Douceurs!

Titre: Re : Le deuil, un long chemin... de retour à la vie.
Posté par: Psychyn le 01 Mai 2017 à 20:42:57
Merci beaucoup Régine pour votre bienveillance.

J'ai conscience que mes posts ne sont pas des plus encourageants, je broie pas mal de noir et ne laisse que peu de place à l'espoir, je l'avoue  :-\ Je vous rejoins sur l'imprevisibilité de notre avenir, en l'esperant plus doux, plus serein pour nous tous...

Douce semaine à vous aussi,
So