Messages récents

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10
21
Être un parent en deuil / Re : Jérôme mon enfant
« Dernier message par souci le Hier à 19:49:08 »

   Voir ou savoir à rebours
   L'autre prisonnier
   De ses souffrances
   Injustice implacable
   Quel poids
   Quelle impuissance
   Cela ne peut s'effacer
   Mais je lutte
   Pour que "cela"
   Ne puisse effacer
   Tout le Beau
   Tout l'amour
   Là on peut faire ... par moments ... par petites portions ... pour soi, pour les autres ... pour opposer de la rébellion en face du Malheur, cette ordure je ne veux pas qu'il gagne TOUT, je veux l'emmerder, oui, l'emmerder ce monstre.
   Humblement et tendrement, M.
   
22
merci à tous pour vos gentils messages qui me font chaud au coeur. Je suis suivie par une psy qui est très bien mais à part ça je suis très seule, du coup ça me fait du bien de vous lire. cordialement
mary
23
Vivre le deuil de son conjoint / Re : j'ai perdu l'amour de ma vie
« Dernier message par chimene le Hier à 18:54:16 »
19 semaines aujourd'hui qu'il n'est plus là. 19 semaines que je l'ai vu pour la dernière fois vivant le matin et que je l'ai trouvé sans vie le soir. 19 semaines pendant lesquelles mon moral a fait des hauts et des bas, pendant lesquelles je n'ai cessé de penser à lui

Comme beaucoup d'autres d'entre nous j'ai l'impression d'avoir des signes. Les quelques jours avant la crémation pendant les nuits j'ai pu sentir de la chaleur et voir une grande lumière blanche quand j'étais couchée, une autre fois je l'ai senti m'embrasser doucement sur les lèvres. Je ne sais pas si c'est mon imagination mais pour moi c'est lui.

On m'a dit que les papillons sont les âmes des défunts, aux enterrements de mes grands parents et d'autres j'en ai toujours vu un. Il y en a régulièrement dans la chambre où nous dormons mon bébé et moi. Pensez vous que c'est lui qui veille sur nous?

J'ai l'impression que quand je n'ai pas de ces " signes" je ne suis pas rassurée. Dois je croire que ce sont des signes de sa présence ou le fruit de mon imagination? Je suis perdue à ce niveau.

Il y a tant de questions que je me pose, tant de choses vis à vis de lui que je me reproche( le fait de ne pas être restée à côté de lui en attendant les secours entre autre).  Je l'aimais d'un profond amour mais je n'ai pas réussi à lui dire au revoir ce soir là ni à rester à ses côtés. Dois je m'en vouloir?

Les semaines passent et se ressemblent. Je compte les jours depuis son départ et je me remémore ce que j'ai fait jour après jour ( décès le samedi, crémation le vendredi) Cela tourne en boucle dans ma tête. Est ce que tout cela est normal?

Désolée de vous embêter avec ces questionnements mais vous êtes les seules personnes qui peuvent m'aider.

Bien à vous
24
Bonjour Mary du 83.

La maladie c'est difficile à vivre (coté malade et coté accompagnant). Le suicide je ne peux pas en parler puisque je ne l'ai pas vécu mais cela doit etre comme la fin du monde mais l'homicide je n'arrive pas à trouver les mots.
Il y a de quoi avoir une colère monstre .
Tu trouveras dans ce forum   des messages plus sympathisants que le mien; Tu pourras venir déposer sur ta rubrique toute ta souffrance .
Amicalement.
25

   Bonjour Mary,
   J'ai lu ton histoire hier soir  :'(
   Que dire, le destin est bien cruel ...
   Tendrement, Martine.
26
En ce qui concerne ce livre qui fait la corrélation entre prise d'antidépresseurs et baisse du suicide, il faut dire que la baisse du suicide est la plus marquée chez les jeunes, à qui on ne donne pas d'antidépresseurs.

Mais on met les moyens en psychothérapie, dans les contacts entre jeunes, on met les moyens en termes humains et on ne compte pas sur la molécule pour sauver du suicide

Reprenez vous infosuicide . org actualités et présentez les différents points de vue, sinon on continuera à  avoir une médecine à deux vitesses, ceux qui ont le psychiatre et ceux qui peuvent se payer un bon psychothérapeute
27
Ma petite Jeany d'amour, tu en as pris des antidépresseurs pendant 10 ans et tu t'es suicidé

Ma petite Jeany ma canadienne, depuis ton suicide il y a 16 ans, on a essayé toutes sortes de molécules sur moi comme antidépresseur et comme tu peux le voir de là haut, ma biche, je suis en pleine forme, avec attaques de panique et montée de tension

Ma petite Jeany, nous avons perdu  la lutte pour un monde meilleur, je t'aime, je t'adore.
28
L'autre jour ce site fait la promotion d'un livre qui dit que les antidépresseurs ont fait diminuer le suicide.

Est ce vraiment vrai ? Comment les auteurs peuvent ils vraiment affirmer cette Coorélation entre l'augmentation de prise d'antidépresseurs et la baisse du suicide ?

Ce n'est pas trop mon problème psychique o'est l'anxiété alors quel antidépresseur me permettra de me passe d'anxiolitiques ?

Et pourquoi tant parler des béquilles que sont les médicaments, sans parler du reste ce qui est le plus important dans une guérison et qui vous permettent de balancer vos béquilles au feu.
29
Enfin infosuicide.org actualités nous sort une étude faisant le comparatif de 21 antidépresseurs.
De quoi informer les psychiatres.
Cela permettra à ceux qui ont en besoin et qui y croit d'être bien soigné.

Moi, j'attends un comparatif de 21 psychothérapies permettant à un anxieux, un agoraphobe depuis 40 ans de s'en sortir, de se sortir de cette addiction.

Infosuicide.org actualités a fait son choix...... Je me demande si c'est le meilleur moyen d'éviter le suicide des gens en souffrance et des sujcidaires qui prennent déjà une tonne de médicaments

Alors allez à l'hôpital PSYCHIATRIQUE dans cet environnement incitant à la prise de médicaments, ce n'est pas  facile

Ma souffrance en tant que drogué du Xanax fait face à une indifférence sans bornes, criminelle comme dirait Boris Cyrulnik
30
Être un parent en deuil / Re : Jérôme mon enfant
« Dernier message par Alexandra p le Hier à 08:24:50 »

 Oui, je comprend, pas simple de passer outre...

 J'ai perdu ma maman dans de telles circonstances aussi que je suis, à jamais marquée au fer rouge par celles-ci...
J'ai accompagné ma mère partout, les chimios, les radiothérapies, les médicaments, les piqûres d'X-geva, le létrozole...
je m'occupais d'elle, je la massais, je lui préparais de bons plats équilibrés,..je la cocoonais ma p'tite mamounette.

 Et dans les derniers moments, lorsque je n'étais plus que seule à y croire encore, elle ne faisait que dormir...
Elle mangeais si peu...
Puis l'après, il a fallu que je m'occupe de tout, elle avait décidé d'être incinéré, j'aurai toujours cette image dans ma tête...
Voir le cercueil partir à la flamme, et si vite de plus...
Et choisir ses vêtements....La voir allongée et éteinte....froide...

 Mon coeur n'oubliera inexorablement jamais ces horribles images qui resteront gravées, pour toujours, au plus profond de mon âme..
Je me suis battue auprès d'elle et avec elle...Et maintenant, plus rien...
C'est le grand vide....

 Effectivement, c'est très difficile de ne pas ressasser tout cela...
Et, j'aimerai tellement revenir dans le passé...Et Si j'avais su...

 Mais il faut malgré tout se raccrocher aux bons souvenirs, du temps de leur vivant, quand ils étaient en forme...
...Avant que l'on apprenne ce qui se tramait, que cette garce qui était là, bien cachée , était prête à bondir, et à nous prendre nos ptits amours...
...et à cette chance que l'on a eu de partager tout ces moments vécus avec eux...
C'est ce qu'ils nous restent, les souvenirs...

 Occultons le reste, le plus possible, il ne faut surtout pas s'enfermer dans cette spirale infernale, ou plus l'on s'enfonce et moins l'on en sort...Ou l'on n'y voit que la nuit et hélas, plus le jour...

 Pour continuer de vivre, et pour ceux qui restent à nos côtés également...
Ceux qui sont toujours là et qui nous voient déperrir...

Je t'accompagne dans cette souffrance pour ton petit Jérôme...
Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10