Messages récents

Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10
21
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Des flots de larmes
« Dernier message par pscar13 le Hier à 00:27:21 »
Boutchou,

Je lis ta tristesse et tes larmes ce soir,
mais aussi l'amour qui continue,
il est là, dans ton cœur.

Je me suis aussi posé la question du pourquoi,
Pas de réponse.

Tendresse et douceur, un peu de chaleur dans cette nuit froide.
22
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par souci le 19 Janvier 2019 à 22:38:44 »

    Pour tous les Anges d'ici et d'ailleurs ...

     8)https://www.youtube.com/watch?v=1Sw2JJ5nSbM

23
Vivre le deuil de son conjoint / Re : depuis le 23 avril 2014
« Dernier message par qiguan le 19 Janvier 2019 à 22:12:39 »
j'ai énormément utilisé la convocation de souvenirs à résonance positive, à sensation plaisante pour survivre dès le début de mon deuil
ce fut une cane, voire un déambulateur ...  ::) pour survivre sur ce chemin
Jean m'avait dit plusieurs fois en fin de vie "il faudra que tu oublies, moi faut que je me souvienne de ce que tu as là fait pour moi" oui oublier l'horreur de la confrontation à la dégradation etc ... ne retenir comme je disais que l'amour qui nous a baigné dans ces moments
mais là à l'approche de 5 ans de deuil  ( ::) de 5 ans de deuil cela me semble surréaliste voire irréel, ce chiffrage du temps) je constate que j'ai modifié, à l'insu de mon plein gré certains souvenirs ...
par flashs, bribes il m'arrive de retrouver des morceaux gommés, transformés ... à l'intérieur d'un souvenir ...
j'ai cherché et trouvé cette lecture
https://www.hogrefe.fr/manipuler-la-memoire-peut-on-faire-confiance-a-ses-souvenirs/
pas rassurante en fait ...  :-\
certes les modifications sont pour la bonne cause ... les forces pour réussir à survivre
je m'en suis inquiétée auprès de ma psy qui m'a "rassurée" c'est normal, un processus logique du cerveau ...
oui je pourrais retrouver des passages modifiés, les rétablir ... bricoler encore les souvenirs ...
à un moment fort de tempête émotionnelle la justification de l'amour a apaisé mon mental inquiet ...

Je suis dans une période où des ennuis dont j'aurai aimé me dispensé sont là et je les affronte , bien sûr seule.
Je constate que le chemin de deuil m'a donné ce que certains nomment nouvelle force  ::), une distanciation avec le négatif, les conséquences comme si l’extrême douleur  avait modifié la "tabulation" ou graduation des autres souffrances émotionnelles ... c'est le constat que la cicatrice restera bien active définitivement, rassurant ou pas ...

Avec le comment je "porte" Jean, sa mémoire ce que l'on nomme phase d'acceptation
"Acceptation : Dernière étape du deuil où l'endeuillé reprend du mieux. La réalité de la perte est beaucoup plus comprise et acceptée. L'endeuillé peut encore ressentir de la tristesse, mais il a retrouvé son plein fonctionnement. Il a aussi réorganisé sa vie en fonction de la perte."
me surprend
la psy me dit que cette étape dure sans fin (mais se transforme) en fait car sans cesse on redéfini la réorganisation de sa vie en fonction de la perte
cela me rassure car j'avais l'impression de ne jamais en sortir ...  ::)
http://forumdeuil.comemo.org/apres-la-grande-souffrance-la-reconstruction/ma-reconstruction-pas-a-pas/msg107308/#msg107308
voilà quelques témoignages
prenez soin de vous
affectueusement
24
Être un parent en deuil / Re : Deuil absent
« Dernier message par Real le 19 Janvier 2019 à 20:02:02 »
Bonjour Flower,

Rien n’est plus horrible que de perdre un enfant, d’autant de le voir mourir sous ses yeux. Dix ans après, la non-douleur est toujours aussi insistante.
Les circonstances du décès de ta fille sont rares et chaque deuil est singulier. Malheureusement tu n’es pas seule, sinon nous serions pas tous ici sur ce forum à s’entraider.
Ce que je retiens de cet horrible soir de Noël, c’est le traumatisme que tu as vécu. Malgré bien des imperfections, notre organisme, notre cerveau sont dotés de ressources insoupçonnées pour nous aider à survivre. Nous avons des sortes de fusibles qui disjonctent à la vision de l’horreur. C’est un peu ce qui permets à des soldats de se remettre de voir leur copain mourir sur un champs de batailles. Plus proche, ce sont ces jeunes au Bataclan qui ont survécu au carnage et qui ont tous eu une vision d’horreur.
La sidération fige l’instant juste avant.
Moi aussi j’ai été traumatisé de voir ma fille mourir sous mes yeux. Elle avait 5 ans et cela va faire 9 ans en mai prochain. J’ai eu une vison d’horreur qui au-delà de l’insupportable aurait du me conduire au suicide direct… J’ai eu et j’ai encore un chagrin incommensurable. Mais beaucoup de gens, des inconnus m’ont jugés, trouvant que je n’étais pas assez triste à la mesure de mon malheur, voire que j’étais pas normal… Et certains relevaient déjà une suspicion à mon égard, sans pourtant m’avoir rencontré, ni même me connaître. Mais c'est facile de juger le malheur des gens au travers des médias et la presse.
Pour le commun des mortels, et surtout par déformation de ce que nous montre la télévision, le cinéma, quand on perd un proche, surtout son enfant, on s’effondre dans un torrent de larmes, de cris. C’est ce que je croyais aussi lorsque le médecin légiste a confirmé le décès de ma fille dans les minutes qui ont suivi. J’avais ressenti une énorme sécheresse et la douleur physique d’une hallebarde qui me traversait le corps, mais pas de larmes. Avec beaucoup de difficultés à parler, je lui disais « j’arrive pas à pleurer »… Je venais d’assister au meurtre en direct de ma fille par sa propre mère, venue la tuer au couteau pendant son sommeil. Je suis intervenu, j’ai voulu sauver ma fille, je l’ai vu mourir… indéniablement, je suis traumatisé.
Peut-être que je me trompe, mais ce qui me vient en te lisant, c’est que tu trouves que ta douleur n’est pas à la hauteur de ce qu’on pourrait en recevoir en vivant pareille épreuve. Donc tu la minimises. Pourtant elle est bien là. Vivre l’impuissance face à la mort en direct, il y a la culpabilité, le choc émotionnel, le déni en subis en trois secondes… Notre cerveau disjoncte en cet instant.
J’ai fais de l’hypnose Ericksonniene avec des pratiques développées pendant la guerre du Vietnam pour apprivoiser l'insupportable. Cela m'a aidé, mais c'est plus tard 6 ans après, avec des séances d'EMDR, surtout la première, que j'ai somatisé toute ma douleur. J'ai fini aux urgences avec tous les symptômes d'une crise cardiaque. Seulement mon coeur allait mieux...
Une amie psychologue et qui pratique l'EMDR (mais que je n'ai pas choisi comme praticienne), m'a expliqué ce phénomène fusible et que "normalement" j'aurais du mourir d'une crise cardiaque immédiatement en voyant l'horreur. Nous sommes mieux "équipés" que des lapins qui meurent facilement d'un arrêt du coeur. Tu as vécue aussi un traumatisme et tu aurais du mourir d'une crise cardiaque devant l'épouvante. Seulement une autre vie était dans ton ventre et qui est devenue ta priorité. Du coup, tu n'as pris le temps de prendre soin de toi. Seulement ton deuil est pourtant bien là.
Ce n'est qu'à l'issue de beaucoup de thérapie et d'une psychothérapie et l'EMDR que j'ai pu reprendre confiance en la vie. Il est certainement grand temps pour toi de te faire aider par une thérapie douce, maintenant que ton quatrième enfant à dix ans.
25
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une guerre perdue d'avance
« Dernier message par pscar13 le 19 Janvier 2019 à 17:57:07 »
Mon Amour,
Tu as entendu mon appel de cette nuit,
je suis allé faire "mon vélo",
tu m'as suivi tout l'après midi, 
sur tes nuages blancs.



Tu me manques, mon amoureuse, je t'aime pour toujours
26
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une guerre perdue d'avance
« Dernier message par pscar13 le 19 Janvier 2019 à 17:43:07 »
BEBE,

Merci pour ce voyage dans les nuages.
27
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par Federico le 19 Janvier 2019 à 16:17:26 »

Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !

+ 3100 réponses et + 500.000 vues !

j'ai aussi écrit + 2700 messages amicaux et de solidarité sur ce forum "les mots du deuil".

J'essaie de faire vivre dans mon Coeur mon fils aîné Raphaël à travers mes textes, ma musique, ma poésie... ma joie, mon silence, ma solitude, ma mélancolie, mon en-VIE, mon amitié, mon Amour, mon ESPOIR !

Merci à vous

Papa de Raphaël
Federico
28
Discussions Générales / Re : Parent divorcé et désenfanté
« Dernier message par souci le 19 Janvier 2019 à 15:18:58 »
Un lien endommagé c'est un cœur sacrifié ...    Tendresse à vous les menitous-too-too
     :-* de la part de Scalperlipopette
   
29
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par résilience et silence le 19 Janvier 2019 à 15:16:02 »
Dès que ça le fait, je partage un couscous avec toi en parlant de ce tire le coyote, de cette vision Navajo du coyote qui vient nous emmerdailler l'hozho, et de plein d'autres choses en route!
J'ai bien tapé la balle au tennis qui avait à peu près cette tronche là  :-\ tellement j'l'a tapée, histoire de retrouver la patate.
ça fait du bien, yes! 8) Allez je  vas balader la Cheyenne qu'attend avec sa laisse et son air de "alors on y va?"
Zoubix, amix! Et on fête ton 1/2 Million!!!!! Grave  ;D ;D ;D ;D ;D ;D ;D
30
Être un parent en deuil / Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Dernier message par souci le 19 Janvier 2019 à 15:08:14 »

   Justice réparatrice, encore deux mots qui "font bien" ...

   Et notre souffrance, elle répare quoi et qui ?

   Tendrement solidaire, parcimonieuse de mots tant ils sont maladroits ...
  Je vous, je nous M
Pages: 1 2 [3] 4 5 ... 10