Messages récents

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
11
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par Federico le Hier à 13:25:34 »
I've got some problems with my internet's connexion ! fuck ! fuck ! fuck !

Fed-ito en colère !
12
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par Federico le Hier à 11:34:37 »
Bonjour à toutes, à tous
Salut mon Grand... amiguito !

"Et je crois que l'un des "challenges" de l'endeuillé(e) c'est de retrouver l'unité." Pascal

OUI, OUI et OUI ! c'est exactement ça !

On ne cesse de diviser pour mieux régner...
On sépare... on multiplie... on éclate... on fracasse... on casse... on déchire en mille morceaux...
On compartimente... on sectionne... on parcellise... on fractionne... on fragmente...
On oppose... on désunit...
On se désunit... on se désolidarise...
ET il n'y a plus de lien ni d'amitié, ni d'Amour... il n'y a plus de lien humain !

L'Unité... quelle belle notion de collectivité, d'humilité et de respect !

Souder les choses de la vie,  réunir les choses de sa vie, harmoniser sa vie... Réunifier sa pensée, son comportement !

Unité et Harmonie

Bon dimanche
Federico

PS : aujourd'hui à midi... ça sera double apéro... puis repas (magret de canard avec cuisson à point) et gâteaux pour dessert ( polka et/ou gros macaron garni de framboises !)
... je doublerai aussi mon temps de sieste !... tranquillou-bilou le dimanche !
13
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Mon amour est parti, brutalement
« Dernier message par Pandor le Hier à 11:31:52 »
2 ans que tu es morte depuis déjà 5 jours, et le temps continue à filer

J'en ai marre
14
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Des flots de larmes
« Dernier message par Boutchou le Hier à 08:55:39 »
 Ce matin je m'interroge
vous pourrez peut-être m'aider à comprendre
je m'interroge face a l attitude de certains amis  ,très proches ,vraiment très proches ,
ils ne me parlent plus ou peu de mon amour , y font peu allusion .
ils manifestent peu d'empathie ni d attention  face à mon état si particulier que vous connaissez vous tous
lorsque parfois le chagrin ou les larmes  ( et il me semble pourtant que je suis forte à l extérieur ) s'affichent sur mon visage je dois me contenir sans cesse  ,ou justifier une faiblesse ou m'excuser  .
Face à cela ils me disent qu'il faut avancer .....
comment leur faire comprendre  ? Comment partager ?
comment réagir à ce qu'il me semble être de la distance ?
ils sont présents pour certaines aides pratiques  ou matérielles  ,mais ce n'est pas forcément  ce dont j'ai besoin .
ma solitude est encore plus intense lors ce que je les quitte .
pourtant ma meilleure amie a perdu sa grande fille il y a moins d'un an . Je pensais que nous nous sentirions plus proches encore.....mais elle , à son compagnon....
Je suis certainement trop dans l attente ...
je vous avoue être un peu perdue  .
rencontrez-vous ce type de problème  ?
 Douce journée à tous
Boutchou
16
Vivre le deuil de son conjoint / Re : depuis le 23 avril 2014
« Dernier message par qiguan le Hier à 08:00:53 »
Je crois qu'il y aura un autre palais au moment où je laisserai mon corps ...

La Demeure d’un ciel
Camille
On s'est connu
En bas des marches
Du palais
Tout en bas de l'escalier de glace
Tes pieds dansaient
nus sur la neige
Et tu chantais cet air plein de malice et de grâce
Ôte maintenant
Tes souliers
Et chausse à ton pied
Quelques pelotes de nuées
Car ici désormais
Est la demeure d'un ciel
La demeure d'un ciel
On a monté
Toutes les marches
Du palais
Jusqu'en haut de l'escalier de glace
Un ingénu
Nous attendait
Et nous a mariés
Parmi les oiseaux sauvages
Ôte maintenant
Tes souliers
Et chausse à ton pied
Quelques pelotes de nuées
Car ici désormais
Est la demeure d'un ciel
La demeure d'un ciel

https://youtu.be/GMDpo9Ah-Ao

Prenez soin de vous
Affectueusement
17
J'ai écrit sur ma file
Avec le comment je "porte" Jean, sa mémoire ce que l'on nomme phase d'acceptation
"Acceptation : Dernière étape du deuil où l'endeuillé reprend du mieux. La réalité de la perte est beaucoup plus comprise et acceptée. L'endeuillé peut encore ressentir de la tristesse, mais il a retrouvé son plein fonctionnement. Il a aussi réorganisé sa vie en fonction de la perte."
me surprend
la psy me dit que cette étape dure sans fin (mais se transforme) en fait car sans cesse on redéfini la réorganisation de sa vie en fonction de la perte
cela me rassure car j'avais l'impression de ne jamais en sortir ...  ::)

Oui mon quotidien est rempli de "vie" d'activités, de sourires, de partages, d'éclats de rires aussi, de fantaisie, d'enrichissement culturel, de réflexion etc et je le traversé en portant mon aimé défunt et tous mes autres défunts .
Ils sont là quand une pertinente réflexion surgit dans mes pensées ou sur mes lèvres qu'ils auraient faite
Ils sont là quand mon cœur savoure un partage, une joie avec mes proches actuels, en creux par le manque mais de manière instantanée la richesse des années de vie avec eux comme un baume vient
Ils sont là quand je vis une situation difficile, le souvenir de leur amour, affections lors de d'autres situations difficiles vient et j'y cherche de la consolidation, des forces pour affronter.
Ils sont là par des objets, des décorations, des arrangements, leurpour mon aimé ses savoirs faire m'ont laissé un si doux nid ...
Je me suis comme approprié leur sagesse, leurs filtres d'analyse qui se mêlent aux miens intérieurement au lieu de venir de l'extérieur. Et j'echange cela avec ma fille, parfois pour certaines situations nous énumérons  ce que 7 proches défunts auraient chacun dit et nous discutons un moment pour nuancer ça nous fait du bien.
Je vis avec les morts autrement, dans la balance pour le deuil de mon aimé  encore le plateau penche plus souvent vers le manque que vers le réconfort, et même si le réconfort vient la balance tangue fort côté souffrances
Donc après discussion avec la psy la phase dite acceptation c'est ça faire avec ce n'est pas accepter la perte comme je l'ai cru au début.
Le chemin de deuil continu donc

voilà quelques témoignages
prenez soin de vous
affectueusement
18
Hello!

Je suis content ce matin de voir que Fed-ito a été honoré de tant de vues depuis son 1/2 million. Quelque part on s'en fout car on est pas dans le challenge. Ce genre de challenge, "on" le laisse à qui veut,  je ne crois pas usurper quoique ce soit en l'affirmant.
Et ça colle bien avec ce que je ressens de nos partages, à nous les endeuillé(e)s.

Citation Fedo.
Lutter pour plus de liberté c'est avoir la force physique et morale de mettre parfois notre blessure suffisamment à distance afin de ne pas se noyer dans notre sang de douleur et pouvoir ainsi profiter de moments plus doux... amicaux, amoureux !
La Liberté de mourir n'existe pas...
Seule la Liberté pour vivre est belle... avoir la sagesse de vivre en toute liberté notre blessure... j'y crois !


 Et ça de Souci : un lien endommagé c'est un coeur sacrifié.

Hier "ma" nana qui bosse sur la vie de Frida Kalho a reçu un bouquin sur la psychosomatique : entre l'âme et le corps, douleur et maladie. il est écrit en préface ce truc qui me parle bien:

L'âme et le corps ne sont pas deux réalités, ce sont deux concepts que nous inventons pour rendre compréhensible l'unité. On est toujours obligé de faire des divisions, de distinguer des choses, alors que dans la réalité tout cela est uni. Et toute la théorie relationnelle est en fait une pensée de l'unité.


ça rejoint bien ce que je crois percevoir de la conscience Navajo : l'unité.

Il y a tellement de choses qui nous encombrent dans la pensée occidentale. Il y a tellement d'emprise qui avilissent notre aspiration à une liberté du vivant dans laquelle nous les endeuillé(e)s nous nous débattons pour faire lien avec le non vivant. Il y a la nécessité de célébrer le courage de celles et ceux qui tentent par leur propres forces de restaurer ce lien endommagé d'un coeur sacrifié.
Je suis d'accord avec toi Souci. Et je crois que l'un des "challenges" de l'endeuillé(e) c'est de retrouver l'unité.

Mon partage de ce matin, un propos ancien qui me revient :

la propriété privée, c'est le vol.


Bisous-ito.

Pascal.








19
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par Federico le Hier à 01:55:29 »

Une maman endeuillée par la mort accidentelle de son fils vient de m'écrire en MP ces quelques mots :
"Nos fils sont toujours au cœur de notre vie mais je n'ai pas la liberté de cette blessure !"
C'est fort comme phrase ! forte émotion !
" Avoir ou ne pas avoir la liberté de cette blessure "
Cela me bouleverse mais m'inspire et me pousse irrésistiblement vers un élan vital, soif de vivre, faim de savoir ! HUMBLEMENT !
ELLE sait que je défends corps et âme cette notion essentielle de Liberté dans le deuil !
Liberté de penser... pleurer, rire !
Cette inguérissable blessure ne peut être constamment insaisissable... indéfinissable !
Nous devons nécessairement prendre soin de la douleur de notre corps et apprivoiser au mieux la souffrance de notre Coeur.
Lutter pour plus de liberté c'est avoir la force physique et morale de mettre parfois notre blessure suffisamment à distance afin de ne pas se noyer dans notre sang de douleur et pouvoir ainsi profiter de moments plus doux... amicaux, amoureux !
La Liberté de mourir n'existe pas...
Seule la Liberté pour vivre est belle... avoir la sagesse de vivre en toute liberté notre blessure... j'y crois !

Federico

20
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une guerre perdue d'avance
« Dernier message par pscar13 le Hier à 01:00:27 »
Mon Amour, mon Amour, mon Amour

Cent quatre jours, Je ne sais plus quoi faire

Pour tes seize ans
Je ne savais pas quoi faire
Je t’ai offert un parfum
Ce n’était pas un cadeau à faire

Pour tes cinquante-six ans
Je ne savais pas quoi faire
Je t’ai souhaité « bon anniversaire »
Je n’avais pas de cadeau à faire

Tu n’auras pas cinquante-sept ans
Je ne sais plus quoi faire
Demain c’est ton anniversaire
Je n’aurai pas de cadeau à faire

Tu chantais toujours « Un joyeux non-anniversaire, ma chère, ma chère »,
Alors demain sera ton « non-anniversaire, mon amour, mon amour »

Tu me manques, mon amoureuse, je t’aime pour toujours
Pages: 1 [2] 3 4 ... 10