Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Re : Le malheur d'Alfred..
« Dernier message par Federico le Aujourd'hui à 08:04:03 »
Alfred... va te faire enculer ! connard !

Clochette... va te faire enculer ! salope !

Tu es la même personne et tu viens ici sur ce forum pour te divertir et nous narguer...

Tu ne respectes pas nos souffrances !

Tu ne mérites que mépris !

Tu es démasquée et marquée au fer rouge...

HONTE A TOI ... Alfred Clochette de mes couilles ! casse toi d'là !

Je signe : Federico

2
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je suis anéantie
« Dernier message par danube le Aujourd'hui à 07:06:30 »
Je vous comprends, les vacances, ces deux mois que j'aimais tant ,viennent rajouter du vide au vide .
Je remplis sans cesse , j'essaye de faire quelque chose chaque jour , de voir des amis , mais je m'épuise physiquement, tellement être  en mouvement perpétuel ne me correspond pas .
J'aimerais me poser , me reposer mais une petite voix me dit que si je le fais , je vais m'effondrer mais comme c'est épuisant.
Il y a un an , mon mari allait et venait entre la maison et l'hôpital .J'ai cru qu'il allait s'en sortir même si au fond de moi , une petite voix me disait le contraire .Je ne voulais pas l'écouter pas l'entendre .
Pendant cette période aussi , je me suis agitée dans tous les sens pour trouver ce qui lui permettrait d'aller mieux , de le soulager .
Mais il  est parti en octobre et 9 mois après ,l'angoisse est là chaque jour dés que je m'arrête .Mais jusqu'à quand vais-je tenir .Parfois , je voudrais que mon corps lâche pour arrêter ce mouvement , cette suractivité qui ne me remplit pas , qui remplit seulement le temps .
3
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Le malheur d'Alfred..
« Dernier message par danube le Aujourd'hui à 06:52:03 »
Je lis souvent ce forum , sans nécessairement laisser de message , trop de chagrin , peur d'ennuyer avec mes angoisses qui sont souvent les mêmes que les vôtres .
Les propos "d'Alfred " me semblaient incohérents et peu en adéquation avec un deuil récent.
Mais quelle indécence , quelle tristesse d'en arriver à faire des choses pareilles .
Pourquoi , quel intérêt , à quoi cela sert-il?
4
Merci emi...merci beaucoup…
5
Vivre le deuil de son conjoint / Re : aux nouvelles personnes inscrites
« Dernier message par emi le Aujourd'hui à 00:02:16 »
Merci Qiguan et les autres qui l'on "démasqué" car je n'y avais vu que du feu.. À vrai dire je ne comprends pas pourquoi faire ce genre de choses. Quel est le but recherché? C'est sordide...
6
Je comprends ce que tu dis dans ton dernier message.

Moi aussi ça m'arrive assez souvent de ne pas profiter, mais plutôt dans le sens : la vie ne m'a pas permis de garder ma mère à mes côtés. La vie peut me présenter des bonheurs, je n'en ai rien à faire. Je ne veux pas jouer le jeu.
Rejeter tout, le bon comme le mauvais.
Je ne crois même pas que ce soit pour me punir. J'ai l'impression de vouloir provoquer l'univers.
Ca peut paraitre absurde... je me vois comme une petite fille qui tourne le dos de colère à la vie.
7
Ton texte est magnifique. Plein d'amour pour ton chéri ! Et tu décris très bien ce que l'on ressent.
Continue d'écrire ainsi si cela t'aide ne serait-ce qu'un peu.
8
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je viens de perdre mon Amour
« Dernier message par emi le Hier à 23:41:05 »
Merci Qiguan !

Pas trop le moral ce soir. Ce contre coup attendu commence peut-être à pointer le bout de son nez...
Je n'arrête pas de me fâcher avec ma fille aînée. Tout ce que je fais n'est pas suffisant et je ne peux pas compter sur elle ne serait-ce que pour mettre la table. Elle n'a que 5 ans et demi et ne comprend pas tout c'est normal je le sais. Elle ne peut pas se rendre compte de ce que je fais pour elle, sa sœur et son frère, mais c'est usant émotionnellement. J'ai l'impression de faire du sur place avec mes filles alors que je fais tout pour avancer dès que j'ai un peu de forces. Je sais qu'il ne faut pas trop se projeter, mais qu'est ce que ça va donner dans 10 ans si c'est si difficile aujourd'hui. Comment je vais pouvoir m'occuper de mes enfants à l'adolescence? Quand je pense à l'expression "petits enfants , petits soucis, grands enfants, grands soucis", c'est loin d'être rassurant...

Je vais aller me coucher en espérant un réveil plus doux demain.
Bonne nuit à tous...
9
Bonsoir Sd,

C'est avec la gorge serrée que je lis ton message. Je m'y retrouve dans la description de ta douleur et dans la relation que tu évoques avec ta maman. Moi j'ai eu heureusement ou malheureusement le temps de comprendre que la mort allait l'emporter, ce qui fait que le déni n'a pas été très difficile à vaincre. Cependant, je pense être restée longtemps dans un phase de choc, de sidération.

Pour le moment, tu penses qu'il semble impossible d'avancer, tellement la douleur est cruelle. La seule chose que je peux te conseiller est d'être ou de rester bien entourée. De parler de ce que tu ressens au maximum,  de communiquer tes pensées, tes émotions. Peut-être qu'à ton papa ou autre c'est compliqué car eux mêmes sont en proie aux mêmes problématiques, mais peut-être as-tu des amis qui pourront t'épauler.
En dehors d'un entourage présent, je te conseille aussi d'essayer d'assurer tes besoins vitaux. Essaie de te reposer, essaie de manger si ça passe. Essaie de prendre soin de toi au maximum au moins niveau sommeil et alimentation, car cela influence énormément nos émotions, et nous aident dans cette phase atroce à tenir le choc, si on peut dire ça comme ça.
Je sais qu'au départ, j'ai fait plusieurs malaises. Je me dis que ça aurait été pire si je n'avais pas fait attention à ces deux paramètres. Je n'avais pas la force de cuisiner, je mangeais vite fait, mais je me poussais à me mettre à table quand même, et j'ai respecté des horaires régulières pour aller dormir.  Je pense que ça m'a aidé.

Chaque jour qui passe; tu vas te rendre compte que la réalité reste en effet impossible à admettre, épouvantable, mais que tu es là, que tu arrives à te battre pour avancer.
Et chaque jour qui passe, des changements imperceptibles se produisent dans ta tête, et vont au fur et à mesure te faire avancer dans le chemin du deuil.

Nous sommes tous là pour t'écouter, et te répondre. Partage nous ton quotidien, si tu le souhaites, tes craintes, tes peines. Sincères pensées...
10
Bonsoir à tous…

J'ai déjà transmis de nombreuses fois sur ce fil de discussion que j'écrivais beaucoup et que c'était une thérapie en soi…
Pour une fois, je souhaite partager autre chose qu'un moment de désespoir...je souhaite vous transmettre un texte que je viens de finir à l'instant…

"En décembre 2017, nous avons traversé un nouveau coup dur...la vie n'est pas facile...même si on nage dans le bonheur, rien est facile...A ce moment là, tu avais peur de tout perdre, notre amour, notre maison...Je t'ai rassuré...on s'est câliné..on s'est enlacé...tu as arrêté de t'inquiéter…
Et maintenant...hein...maintenant...nous t'avons perdu toi! Pas la maison, les assurances ont payé nos dettes...elle est à nous...mais on t'a perdu toi! Mon amour avec un grand "A", un papa!
Je suis veuve alors que je me projetais à être maman une seconde fois...je suis seule...sans tendresse...plus d'homme à aimer...alors que je pensais vieillir à tes côtés…
Notre fille se retrouve orpheline de père...comme ça, subitement...alors qu'elle n'a même pas 7 ans...on dirait le script d'un film!!!
Notre statut social a changé...tout aussi subitement…
Plus de prêt à payer...parent isolé...je touche des aides de la CAF car je me retrouve, comme ils disent...dans une "situation compliquée"…
Nous qui n'aimions pas demander de l'aide...quelle merde!
Oui, notre statut social a changé...comme ça...tout d'un coup...suite à quelques minutes irréelles, des minutes mortelles…Ta fille et moi sommes différentes...nous avons un statut social "particulier"...assez rare...On est particulières...étranges...
C'est une horreur...mais bizarrement, je me complais dans cette différence...
Oui, c'est bizarre, irréel, particulier...
Oui, j'ai envie de crier mon désespoir, ma tristesse...
Oui, j'ai envie que tout le monde le sache...tout en restant muette...
Non, je ne fais pas le dos rond...je ne baisse pas les épaules...je reste fière...même dans notre situation...
Et si des personnes se sentent mal à l'aise lorsqu'ils perçoivent ma douleur, cela ne me dérange pas...il faut que je vive avec ça moi...alors, ça ne me dérange pas...
Je ne jalouse pas les personnes qui nagent dans le bonheur...les rires, les sourires ne me font pas peur...tout cela confirme seulement que nous vivons bien quelque chose de "différent"...
On ne m'a pas volé mon innocence...celà faisait un moment que je ne vivais plus dans "le monde des bisounours"...et heureusement...
Je ne me maquille plus...je ne mets pas de couleurs trop vives...je porte le bracelet noir que j'ai crée le lendemain de ton décès, je fais attention de ne pas porter d'habits trop "déshabillés"....je souri très peu...
Je suis bel et bien malheureuse...je ne veux pas paraître heureuse...foutaise, mensonge...je suis malheureuse et si ça ne plaît pas, ça m'est égal!
Je veux que l'on respecte ma peine et ma douleur...j'aimerai qu'on m'écoute, qu'on ait de la retenue...mais je sais bien que cette volonté est utopique...un deuil de cette nature fait peur...les personnes ont peur du malheur...
Je ne peux pas leur en vouloir, c'est normal...on est pas fait pour broyer du noir...
Mais moi, je ne broie pas de noir...j'ai quelques moments d'énergie...je bricole...j'essaye de me faire un peu plaisir...je veux que tu sois fier de moi, je veux que notre fille soit fière de moi...
Non, moi, je ne broie pas de noir...mais oui, j'ai des moments de désespoir...
J'avais des bases solides, une structure familiale sécurisante, tendre et aimante...j'avais un statut social qui me convenait...Nous étions 3, nous étions une famille...on s'aimait et on avait plein de projets...
Alors oui, je traverse des moments de désespoir...tout a volé en éclat ce jour là!
Je ne suis pas magicienne, je ne suis pas "wonder woman"...je suis humaine...forte peut-être...résiliante sans doute...mais il me faut du temps pour y voire un peu plus clair dans ce bordel imposé...
Pleurer, ressentir le manque, la douleur intense de ton absence...les images du choc, les projets qui n'aboutiront jamais...tout celà, il faut y passer...c'est une nécessité...
Je me suis pris "l'accident" dans la gueule...maintenant, c'est toute une nouvelle réalité non souhaitée qui me boxe...qui me terrasse par moments...
Mais je tiens bon...je me relève...encore et encore...et a un moment, je la dompterai...cette nouvelle réalité...
J'arriverai à trouver un équilibre entre notre vie passée et celle que je m'aprête à mener...mais ce qui est sûr, c'est que tu seras toujours à mes côtés...une présence discrète pour les autres...une présence réelle et prenante pour moi...
Et au jour d'aujourd'hui, je pense même que si jamais j'aimais une nouvelle fois...il faudra que l'on fasse "l'amour à trois"...
Je t'aime très fort mon amour...et tu me manques énormément..."

Merci de m'avoir lue...

Douce nuit à tous...
Pages: [1] 2 3 ... 10