Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Merci
« Dernier message par Mononoké le Hier à 23:20:18 »
je suis triste ce soir,
oui, c'est la tristesse qui vient me rendre visite, mais une tristesse douce-amère, pas violente, la journée est passée, le weekend se termine
... j'avais envie de vous le partager
2
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Merci
« Dernier message par emi le Hier à 23:04:38 »
Demain la fête des pères sera derrière...
 je n'ai pas pu appeler mon père alors je lui ai envoyé un pauv' texto
Tant pis, le pire c'est qu'il n'est pas éternel, ni plus tout jeune, lorsqu'il sera mort, je regretterai de ne plus pouvoir lui souhaiter.. mais comment prononcer ces mots "bonne fête papa", alors que mes enfants ne peuvent plus le faire, comment y mettre toutes les choses que j'y mettais avant, que je ne côtoie plus ? Je n'y arrive pas. J'espère qu'il comprendra

J'ai fais la même chose... C'était pareil pour la fête des mères. Ces 2 fêtes n'ont plus de sens pour moi
3
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je viens de perdre mon Amour
« Dernier message par emi le Hier à 22:59:00 »
Sur le coup ce sont les nerfs qui tiennent. Ça ne peut pas être autrement vu le peu de sommeil depuis ce 6 novembre. Maintenant que mon fils fait ses nuits, ça retombe un peu et dès que la nuit est compliquée (ma 2ème dort avec moi depuis quelques nuits, car ça devenait infernal, je ne pouvais pas la coucher avant 23h 23h30 et en se fachant) je ressens la fatigue intensément, ce qui n'était pas le cas avant.
Sinon je suis seule à la maison par choix mais aussi parce que mes parents sont à 45 km de chez moi. Donc si ma maman vient la journée, elle reste dormir aussi. Elle l'a fait pendant 2 mois après le décès et j'en avais bien besoin, mais ensuite ce n'était plus possible. Il fallait que l'on prenne nos marques alors j'ai souhaité être seule avec mes enfants. Par contre je bougeais presque tous les week-ends. Même si mes parents ne se seraient pas imposés (ils sont formidables)  je voulais gérer ma maison, mes enfants et mon deuil comme je le voulais même si ce n'est pas facile, loin de là. Si bien qu'après la naissance je ne voulais pas encore perturber le semblant d'habitudes et de quotidien que l'on se créait sachant que l'arrivée de bébé allait déjà tout chambouler. Et puis je crois que c'est aussi une question de caractère. J'ai du mal à demander de l'aide (peut être trop d'ailleurs), mais ça a toujours été, dans la vie privée comme dans le travail. Ah et aussi pour moi, aller cbez mes parents me donnait l'impression de régresser. Je ne juge pas du tout le fait que toi tu y sois en disant cela, c'est un juste mon ressenti et je ne saurais pas trop te dire pourquoi, chacun est différent je pense.
Pour ce qui est de la maison, au départ j'avais très peur, surtout le soir et la nuit. Comme c'était l'hiver, il faisait beaucoup nuit... Je fermais à clé la cuisine alors que ça se limite au garage normalement et vérifiais plusieurs fois. J'avais peur d'être seule, peur du moindre bruit, peur de voir des "fantômes"... Alors je laissais ma lampe de chevet allumée. Petit à petit, à force de passer dans chaque pièce, de revenir le dimanche soir après un week-end chez les uns, les autres et surtout après  les uns, les autres, je me suis aperçue que j'avais besoin de nous retrouver seules toutes les 3 mais aussi de retrouver notre maison. C'était notre cadre de vie et donc notre plus grand repère. Tout est bousculé après ce drame alors être dans notre maison nous a rassuré. Et puis, c'est comme s'il était là.
Le mois prochain, on va partir et ce sera très dur.  J'ai obtenu un logement social dans la commune de mes parents et à 15 minutes de mon travail. C'est l'idéal vu la situation, et en plus le voilà libre juste à la fin de l'année scolaire. Je sais que c'est la bonne solution pour moi, pour nous de partir de notre nid douillet. Le nous n'est plus, ou en tout cas plus comme avant alors je ne peux pas continuer dans l'attente inconsciente de son retour. Par contre, si je n'avais pas été aussi loin de mon travail et de ma famille, je ne serai pas parti si vite de la maison.

Ta psy a raison Céline, il faut avancer tout doucement, se laisser porter par la vie qui nous pousse sans qu'on s'en aperçoive et dans ton cas, par la vie que tu as en toi.
4
Vivre Le Deuil / Re : ah lala ces réveils !
« Dernier message par Mononoké le Hier à 22:51:12 »
tous les matins, une1ere phrase me venait :
il est mort
et ce, tous les matins pendant ?? je ne sais pas quand ça s'est arrêté
5
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Elle me manque....
« Dernier message par Mononoké le Hier à 22:48:46 »
Maniaclik,
L'année dernière, j'ai traversé la 1ere fête des mères, sans mon mari. Cette journée a été très dure pour moi, bonne fête maman n'avait plus de sens. Quand mes enfants m'ont offert un cadeau (que ma mère avait pris soin d'acheter et de remettre à mes enfants, sans que je ne le sache), j'étais obligée de l'ouvrir, je n'en avais pas envie, si ma mémoire ne me joue pas des tours, la fête des mères avait été plus dure à vivre que la fête des pères,
je ne sais pas si tu as pu passer des moments doux auprès de tes enfants mais envie de te déposer un peu de douceur
tendrement
Mononoké
6
Discussions Générales / Re : Deuils multiples à 20 ans
« Dernier message par Mononoké le Hier à 22:43:09 »
a mon tour de t'accueillir tristement ici,
mettre des mots sur mes mots m'a été salutaire, déverser mes angoisses, mes douleurs, mes peines, mes questionnements ici, m'a fait beaucoup de bien,
Lorsque j'ai été accueillie ici (j'avais envie d'écrire recueillie), on me disait de venir user ma peine, et l'écrire, partager mes émotions,
 me sentir comprise ne pouvait pas faire de miracle, non, mais m'a permis d'apprivoiser ma peine, de faire sauter mes angoisses, de me sentir moins folle, ici, de ne pas être en constant décalage, et surtout d'être entendue, comprise. Ici, on ne me disait pas : "il faut que tu fasse ci ou ça", "pense à autre chose, change toi les idées", "essaie de ne pas te mettre en colère".. non ici, chacune de mes émotions, chacun de mes sentiments était accueillis,
Ici je me suis sentie en sécurité, et ce forum m'a apporté bien plus que je ne pouvais imaginer.
Alors si tu sens qu'écrire ici peut te faire du bien, alors viens, il y aura toujours quelqu'un pour te lire, et souvent quelqu'un pour te laisser un petit mot, un peu de chaleur

tendrement
Mononoké
7
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Elle me manque....
« Dernier message par maniaclik le Hier à 22:41:01 »
merci... :'(
8
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Dimanche 17 juin 2018
« Dernier message par Mononoké le Hier à 22:22:21 »
aujourd'hui,
son anniversaire, date si particulière pour toi

une tendre pensée pour toi, Céline, pour toi et ton bébé,


Mononoké
9
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Merci
« Dernier message par Mononoké le Hier à 22:16:35 »
De simples vagues d'amour,
Oui je suis sûre qu'elles peuvent faire des miracles

Tu vois Souci, tu as réussi à me faire sourire avec mon surnom et ton  mousquetairement votre  :D



Demain la fête des pères sera derrière...
 je n'ai pas pu appeler mon père alors je lui ai envoyé un pauv' texto
Tant pis, le pire c'est qu'il n'est pas éternel, ni plus tout jeune, lorsqu'il sera mort, je regretterai de ne plus pouvoir lui souhaiter.. mais comment prononcer ces mots "bonne fête papa", alors que mes enfants ne peuvent plus le faire, comment y mettre toutes les choses que j'y mettais avant, que je ne côtoie plus ? Je n'y arrive pas. J'espère qu'il comprendra

 


10
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Parti trop vite et trop tot
« Dernier message par Mononoké le Hier à 22:06:44 »
Oh Biche,
Partir, rester.. ? Toutes ces questions... peut être suivre les conseils du dr Fauré dans un 1er temps, ne pas prendre de décisions hâtive en début de deuil, que l'on pourrait regretter.
En début de deuil je me suis interdit de penser trop loin, juste au jour même voire à l'organisation du lendemain,pour limiter toutes ces questions, ça m'a aidé, je crois
Tendrement
Mononoké
Pages: [1] 2 3 ... 10