Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Après le suicide d’un proche / Re : ce deuil pour les autres
« Dernier message par souci le Aujourd'hui à 18:50:54 »

    Blues de fin d'année,
    chagrin fatigué,
    battu par les vents, engourdi aux soleils,
    palpitant encore, sensible toujours,
    qui mourra avec moi,
    mais seulement pour moi.
    La paille me parle, taisez-vous, paillettes ...

   
2
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je viens de perdre mon Amour
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 11:52:52 »
Citer
Se confronter à d'autres témoignages n'est pas toujours simple même si je trouve cela important pour ma part.

c'est la valeur de ce forum
relativiser intellectuellement oui
mais aussi accepter ses émotions qui semblent uniques ...
les deux
Les enfants oui c'est l'ancrage, l'instinct de survie oui aussi il est là !
je vous embrasse très fort
3
Les beaux textes / Re : Comme toujours dans la vraie vie !
« Dernier message par Federico le Aujourd'hui à 11:04:56 »


Symphonie des parfums

À Madame Dardoize

Je veux m’endormir dans le parfum des roses fanées, des sachets vieillis, des encens lointains et oubliés. –
Dans tous les chers et charmeurs parfums d’autrefois. –
Mes souvenirs chanteront sur des rythmes doux, et me berceront sans réveiller les regrets.
 Tandis que le morne et spléenétique hiver pleure sur la terre inconsolée,
 Et que le vent hurle comme un fou,
 Tordant brutalement les membres grêles des ormes et des peupliers,
 Je veux m’endormir dans le parfum des roses fanées,
 Des sachets vieillis, des encens lointains et oubliés.
 Et les rythmes et les parfums se confondront en une subtile et unique symphonie;
 Les roses fanées se lèveront superbes et éclatantes,
 Chantant avec leurs lèvres rouges les vieilles chansons aimées;
 Elles s’enlaceront aux pâles jasmins et aux nénuphars couleur de lune;
 Et je verrai passer leurs ombres miroitantes, comme en une ronde des robes de jeunes filles.
 Les clochettes des liserons chanteront avec leurs parfums amers – les mortelles voluptés;
 La violette à la robe de veuve dira les tendresses mystiques et les chères douleurs à jamais ignorées;
 L’héliotrope avec son parfum vieillot et sa couleur défraîchie, fredonnera des gavottes, ressuscitant les belles dames poudrées qui danseront avec des mouvements lents et gracieux.
 Musc minuscule et compliqué comme une arabesque,
 Scabieuse, – reine des tristesses,
 Opoponax dépravé comme une phrase de Chopin,
 Muguet, – hymne à la gloire des séraphiques fraîcheurs,
 La myrrhe solennelle, le mystérieux santal,
 L’odeur du foin coupé, – sereine et splendide comme un soleil couchant,
 Iris où pleurs l’âme des eaux dormantes,
 Lilas aux subtils opiums,
 L’amoureuse vanille et le chaud ambre gris
 S’uniront en des accords grondants et berceurs – comme les orgues et comme les violons
 Évoquant les visions cruelles et douces
 Les extases évanouies, – les valses mortes, – les cassolettes éteintes et les lunes disparues.
 Tandis que le morne et spléenétique hiver pleure sur la terre inconsolée;
 Et que le vent hurle comme un fou, tordant brutalement les membres grêles des ormes et des peupliers,
 Je veux m’endormir dans le parfum des roses fanées, des sachets vieillis, des encens lointains et oubliés.

Marie Krysinska, Rythmes pittoresques
4
Les beaux textes / Re : Comme toujours dans la vraie vie !
« Dernier message par Federico le Aujourd'hui à 10:55:26 »



Tropique du Cancer

À l’heure où se voile la nuit

 Il me revient en mémoire la saveur de très anciennes amours
 En des cités où le Soleil ne se couchait que par intermittences
 Pour prendre le deuil de la terre.
 Et croyez-moi, Ô vous , marins du «Mogadiscio»,
C’étaient de fières amantes que nos amies d’alors.

À l’heure où tombe la nuit

Vite, si vite qu’on n’a aucune peine à se savoir sous de très basses latitudes,
 Il me revient le souvenir de déchirures oubliées,
 Car mes bonheurs eurent parfois de tragiques fins.
 Peut-être vous les conterai-je quelque jour,
 Car il n’est pas de secret qui ne se puisse partager.

Puis vint le temps où le Soleil cessa de se coucher…

Et les jours étaient longs et mornes
 Ô si longs et mornes les jours
 longs, longs sous leur blanche morsure

Et des bonheurs, seule la déchirure.

Je t’ai quitté

Pour les Pays des Hautes Terres Froides et des Nuits Sombres
 Je t’ai quitté pour les tempêtes atlantiques et les aurores
 Pour la chanson du vent sur les genêts au temps d’hiver.

Mon souvenir va vers toi

 Quand s’effaçaient au loin les contours de Fuerteventura.
 Alors, pour les marins du « Mogadiscio », venait l’heure,
 Le moment furtif du regret
 Jusqu’à ce que la première étoile se lève

 Seulement la première étoile.

Villebramar, Puerto del Carmen, 1986   


5
Bonjour,

Merci beaucoup pour cette réponse cela me touche  et je ne me sens pas seule merci encore d'avoir répondu
6
Discussions Générales / Re : Mon Petit Monastère... mon paradis blanc !
« Dernier message par Federico le Aujourd'hui à 10:38:23 »


Un cheval de race

Elle est bien laide. Elle est délicieuse pourtant !
 Le Temps et l’Amour l’ont marquée de leurs griffes et lui ont
 cruellement enseigné ce que chaque minute et chaque baiser
 emportent de jeunesse et de fraîcheur.
 Elle est vraiment laide ; elle est fourmi, araignée, si vous
 voulez, squelette même ; mais aussi elle est breuvage, magistère, sorcellerie ! en somme, elle est exquise.
 Le Temps n’a pu rompre l’harmonie pétillante de sa démarche
 ni l’élégance indestructible de son armature. L’Amour n’a pas
 altéré la suavité de son haleine d’enfant ; et le Temps n’a
 rien arraché de son abondante crinière d’où s’exhale en fauves
 parfums toute la vitalité endiablée du Midi français : Nîmes,
 Aix, Arles, Avignon, Narbonne, Toulouse, villes bénies du soleil, amoureuses et charmantes !
 Le Temps et l’Amour l’ont vainement mordue à belles dents ;
 ils n’ont rien diminué du charme vague, mais éternel, de sa poitrine garçonnière.
 Usée peut-être, mais non fatiguée, et toujours héroïque, elle
 fait penser à ces chevaux de grande race que l’œil du véritable
 amateur reconnaît, même attelés à un carrosse de louage ou à un lourd chariot.
 Et puis elle est si douce et si fervente ! Elle aime
 comme on aime en automne ; on dirait que les approches de
 l’hiver allument dans son cœur un feu nouveau, et la servilité
 de sa tendresse n’a jamais rien de fatiguant.

Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris
7
Vivre le deuil de son conjoint / Re : VIVRE SANS LUI
« Dernier message par kate911 le Aujourd'hui à 08:57:19 »
Hier soir ma fille ainée avec qui je devais passer la soirée du 24 m'a laissé tomber prétextant fatigue, envie se se retrouver seule, besoin de solitude.....Je me faisais une telle joie de passer la soirée avec elle. Depuis le décés de leur père mes 2 filles ne sont pas présentes pour moi et ne comprends pas cet  égoïsme. Ne sommes nous pas une famille, ne devons nous pas nous entraider dans les épreuves.  Je n'ai pas pu aller travailler ce matin et pourtant pour moi le travail est primordial dans ma reconstruction. Je crois que je tombe lentement dans l'abîme, moi qui me croyais très forte.  Juste envie de ne rien faire et de pleurer en pensant à toi qui m'a laissé et qui ne peut me consoler.
merci à vous
8
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Mon tendre amour
« Dernier message par marijo le Aujourd'hui à 08:51:23 »
Il m'est toujours aussi difficile d'écrire. J'ai peu d'énergie mais vos messages m'ont touchée. Vous que je ne connais pas mais qui êtes toujours pour une pensée, un mot gentil alors que vous traversez les mêmes affres que moi. Si à cela ne venaient pas s'ajouter les tracas du quotidien. Ce matin j'ai dû reprendre un xanax tant l' angoisse était insupportable. Plus d' un an sans en prendre. J' étais plutôt fière. Et là ce matin un souci matériel et je craque. La guerre n' est jamais totalement gagnée. C'est dur de gérer seule.
9
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Je viens de perdre mon Amour
« Dernier message par emi le Aujourd'hui à 00:57:23 »
Merci Minou! C'est vrai que nous ne sommes pas les seules; on le voit bien sur ce forum. Et j'entends aussi beaucoup de témoignages autour de moi, de personnes se retrouvant privé de leur moitié; des jeunes et des moins jeunes. Malheureusement il y en aura encore d'autres après nous.
Certes, on y passe tous un jour, mais je pensais que le sien serait bien plus tard.
Je pense avoir du courage effectivement, mais comme tout le monde ici, car rien que de venir ici lire ou écrire ses émotions demande du courage. Se confronter à d'autres témoignages n'est pas toujours simple même si je trouve cela important pour ma part. Ce courage que l'on a dans cet épreuve, et qui me surprend aussi d'ailleurs, ce doit être notre instinct de survie qui nous le donne. Dans mon cas, c'est bien sur compliqué de gérer deux enfants et de poursuivre une grossesse (heureusement bébé va bien), mais c'est aussi une bonne "motivation". Ces enfants n'ont plus qu'un parent, il faut donc qu'il tienne le cap.
Ma grande fille de 5 ans est angoissée depuis quelques jours. Et son corps réagit. Elle a fait 2malaises (chutes de tension) et là n'arrête pas de tousser la nuit, elle grince des dents... Je pense qu'elle fait un reflux nocturne. Tout ce qu'elle n'arrive pas à extérioriser sort à sa façon.
Tu vois Minou, ton message m'a fait du bien. Associé à 1 ou 2 heures de sommeil, j'ai aussi réussi à relativiser un peu plus.
Et toi, comment te sens tu?  Comment vis-tu ce cauchemar?
10
Bonsoir Betty
Tristement je t'accueille sur le forum , j'ai perdu mon fils dans un accident de voiture il avait le même age que  ta sœur
Longtemps j'ai ressenti une colère monstrueuse contre l'ambulance qui l'a percute et une culpabilité intense de ne pas avoir ....... tout est prétexte a cette culpabilité pour s'installer
Ses sœurs se sentaient coupable d'etre là tout simplement , de ne pas faire face etc
C'est une partie du chemin de deuil
Tu liras des témoignages qui l'aideront peut être a te sentir moins en décalage avec ses émotions si fréquentes dans le deuil
En tous les cas continue de venir parler de ta sœur ici bien sur mais aussi en famille le partage de ce grand chagrin est très important
Mille pensées pour toi
Pages: [1] 2 3 ... 10