Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une dispute de trop ?
« Dernier message par France Bxl le Aujourd'hui à 15:48:27 »
Ho Bmylove, ne te laisse pas aller comme ça!

Hop Hop Hop, il est temps que tu t'occupes de toi! Vas aussi chez le coiffeur et chez l'esthéticienne (soin visage et manucure). Tu te sentiras mieux. On est pas vieille à 49 ans! Et ce n'est pas une question de séduction, tu te sentiras mieux dans ta peau et ton entourage s'en rendra compte. Quelques compliments de ceux qu'on aime ne font jamais de tord.

Moi ce sont mes cheveux qui sont devenus gris en 1 an. Hier je déjeunais avec des cousines de ma maman et elles m'ont dit que ma couleur était magnifique!

Ce n'est pas facile mais il faut tirer parti de toute situation. Se battre c'est dure, c'est fatigant mais quand on constate que petit à petit on commence à aller mieux, que petit à petit on va mieux, le soleil réapparaît doucement et chaque rayon réchauffe ta joue.
Prends ma main, je vais t'aider. Allez bouge… C'est peut-être dure ce que je vais te dire mais c'est plus facile de se laisser aller que de se battre et faire face. Je suis certaine que tu as assez de force en toi!
2
Après le suicide d’un proche / Re : ce deuil pour les autres
« Dernier message par souci le Aujourd'hui à 15:32:52 »

   "Le monde est trop brutal pour moi ...
   Je ne me sens pas faire partie du monde"
     John Keats.

     Apprendre, apprendre, apprendre ...
     Certaines personnes trop fragiles et trop sensibles ont dû trop bien apprendre ...
     Trop fragiles, trop sensibles, trop conscients: la vie est impossible.
     Te serais-tu pardonné, Kalahan, une vie aussi frêle que la mienne ?
     Une vie réfugiée dans le miel de l'Enfance, douceur et force naïve ...
     Entrer dans la vie adulte et y perdre toutes ses illusions ... en rester malade et obligé de se soigner pour toujours ...
     Depuis ta mort je vais plus mal que jamais, j'ai lutté stoïquement jusqu'à la fin de l'été dernier, où là, je suis tombée au plus bas.
     Mais JE VIS, la plupart du temps en souffrance, mais JE VIS.
     Nous aurions tellement aimé que TU VIVES, même si tu n'y arrivais pas. Nous t'aurions compris, nous t'aurions aimé, nous ne t'aurions ni critiqué ni incité à changer.
     Tata.
     
3
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une dispute de trop ?
« Dernier message par Bmylove le Aujourd'hui à 15:26:58 »
Je casserais bien le buffet qui prend de la place...  ::)

C'est dur quand même de changer physiquement comme ça...
J'espère que c'est temporaire. Il le faut.
Je veux pas être moche. >:(
4
Oui tu vas y arriver
Oui sa force te nourrit
Affectueusement
5
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Une dispute de trop ?
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 15:19:28 »
Tu as lu sur ce forum que quelques fois la vie réserve des surprises n'interdit pas à un miracle qui pourrait exister
Citer
L'amour, la tendresse, la complicité, le partage, l'amour physique, c'est fini.
certain(e)s ici disent ces miracles pouvoir venir surprendre.
Ta démarche chez le coiffeur aura rassuré ta fille.
Oui on souffre du manque d'authenticité mais si on laissait libre cours à notre réalité serions nous plus aptes à faire face à ce que ça générerait ??
Parfois on a besoin de passer par le concret d'une destruction
Je reparle quelques fois de cette connaissance de deuil qui a concrétisé ce besoin
Après avoir prévenus les voisins
En massacrant à coups de marteau un buffet ...
Une autre une pile d'assiettes
Pourquoi pas ?
Passer par le concret et vivre l'action destructrice peut parfois aider ...

Certaines femmes arrivent à maintenir leur ancienne apparence en mémoire de l'aimé d'autres se laissent aller dans des tenues informes : pas de règle ...
Juste trouver de pseudo équilibres et s'autoriser à les changer
Voire partir à l'opposé
Je t'embrasse
6
Demain...grand jour...départ en vacances…"seule"...pour la première fois de ma vie…
Angoisse terrible de partir sans lui...de quitter "notre cocon"...de m'éloigner de ses cendres...de m'éloigner de mes seuls repères…
Ma fille est également angoissée...elle a peur de partir loin de notre village…"loin de son papa"...
Et en même temps...grand défi pour moi….
Me prouver que je peux y arriver...me prouver que je peux gérer tout ça seule...me prouver que je peux apprécier un peu le dépaysement, que je peux me nourrir de la beauté d'un paysage...que je peux encore profiter d'un changement d'air...
De toutes façons, il est en moi mon homme...il est là...tout près de moi...où que je sois…
J'espère que je vais arriver à dormir ce soir...il me manque terriblement mais je n'ai qu'une seule envie au moment où j'écris...me prouver que je peux y arriver...
Je me nourri de sa force et de son amour...je vais y arriver...
7
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Elle me manque....
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 15:03:07 »
Oui si peu et déjà tant

Je vais me répéter
Écoute la, dans ton cœur te conseiller, j'utilise ce que je pense qu'il m'aurait dit c'est ça l'intégration du défunt ...
C'est curieux comme quand ce vécu se fait le manque n'est ponctuellement plus là puis jaillit douloureusement
Et je sais que je peux choisir d'alimenter la douleur du manque
Ou de nourrir la douceur de ce qui vit de lui en moi
Tu peux tester si tu en as envie
C'est ainsi que la reconstruction s'élabore

Tu peux tester aussi de passer en revue les nouveaux souvenirs sans elle, des choses précises dont tu nous a parlé, avec tes enfants et amis ... Cette activation t'apportera malgré le chagrin une forme d'aide.

Apprendre à vivre avec eux que dans le cœur seulement sans corps est un défi, une épreuve
Naviguer du manque corporel concret aux souvenirs est utile, du moins l'a été pour moi

Affectueusement
8
Vivre le deuil de son conjoint / Re : J'ai perdu mon premier amour.
« Dernier message par adajul le Aujourd'hui à 14:59:45 »
Les vies lisses...sans accros...oui...c'est sûr...c'est bien loin de nous tous ce genre de vie...mais est-ce que je jalouse ces vies...en fait, pas vraiment…même si j'aurai tellement aimé que la mienne ne prenne pas cette direction non souhaitée…
La vie que j'ai eu avec mon chéri n'était pas lisse...elle était franche, nette, honnête, avec des accros que l'on réparait à deux...en étant toujours plus amoureux et toujours plus fort...C'est grâce à ces accros et ces difficultés qu'on s'aimait tant et qu'on se sentait si forts ensemble…Je ne donnerai cette vie passée à personne, elle nous appartenait...on l'avait adopté...on l'aimait…
Alors oui, le plus gros accros...la déchirure...là, pour le coup, j'essaye de la surmonter seule...mais pas tout à fait...mon homme est en moi, il fait partie de moi, pour toujours…
Des regrets de ma vie passée, je n'en ai aucun...je suis épuisée à cause de la solitude et du manque...mais j'essaye de vivre tout ça du plus profond de moi, et chaque petite victoire me fait grandir...me rapproche un peu plus de mon amour...Je n'ai plus de contacts avec lui et c'est une douleur terrible...mais je suis entrain de l'intégrer à ma propre personne...je change... je sens que je deviens différente…c'est un sentiment particulier...malgré mes faiblesses...malgré ma tristesse...je change...et je me surprends tous les jours à découvrir une autre facette de moi-même...même si parfois, c'est une découverte qui ne me convient pas...
Alors non, je n'envie pas "les autres"...car j'ai l'impression d'être tellement plus "riche" que tous finalement...malgré ma solitude extrême...malgré ma tristesse…
Après...les connards...je les laisse là où ils sont...je n'ai de toute façon jamais aimé les cons...et maintenant...non seulement ces personnes sont toujours aussi cons...mais en plus, j'en suis totalement indifférente...ils ne font pas partie de mon monde à moi...rien à faire de ces gens là...rien à foutre de leur vie et de leur mort…
Certains matins je me lève remplie de douleurs...malheureuse...avec cette envie utopique de faire un bond en arrière...D'essayer de changer l'issue fatale de cette" première journée de l'après"...mais je me rends vite compte que cela restera un rêve...et je ne veux pas m'enfermer dans un rêve…
Je vis une réalité, aussi triste soit-elle...mais c'est devenu ma réalité ainsi que celle de notre fille...alors je pleure un bon coup...je hurle, je me fâche...je relâche un maximum de tensions...j'embrasse les photos...mets mon nez dans un de ses t-shirt avec l'angoisse de perdre à tout jamais son odeur...je lui parle en lui disant que je vais y arriver…et je me lance dans ma journée…
Moi, je n'emmerde pas la vie...j'emmerde la mort...et je me nourris de mon chagrin...en tous cas, c'est mon objectif quotidien...même si parfois mes journées sont bien compliquées à gérer...
J'emmerde le monde...et je continue tant bien que mal notre vie...en puisant non stop la force issue du lien unique et tellement fort que j'avais construit avec mon chéri…
Il aimait tellement la vie, il nous aimait tant notre fille et moi-même...rien que pour lui, je ne peux pas fonctionner autrement...même si c'est épuisant...
Nous ne sommes pas seuls Christiti...
9
Vivre le deuil de son conjoint / Re : J'ai perdu mon premier amour.
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 14:51:06 »
Vois sur le fil de Chimène ce que je te dis
Affectueusement
10
Vivre le deuil de son conjoint / Re : j'ai perdu l'amour de ma vie
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 14:48:12 »
Est ce qu'il y a un centre de loisirs dans ta commune pour les enfants ?
Ou des activités en centre social pour eux ???
Cela leur ferait du bien et te libérerait un peu ...

Je ne sais pas s'il y a par chez toi ce que l'on nomme échange Sel"
http://seldefrance.communityforge.net/node/445
Cela peut être une solution aussi pour des aides

Et je t'encourage à demander à tes enfants de faire des cartons de choses à eux ... Cela t'aidera et aussi les préparera.

Douceur
Pages: [1] 2 3 ... 10