Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Bonsoir
C'était il y a 9 mois.
J'ai vu ma mère mourir suite à un cancer  et je n'arrive pas à m'en remettre. J'ai pourtant tout fait pour assister à ce moment. Par amour pour elle, et probablement aussi par égoïsme, mais je narrive pas à savoir quelle est la nature de ce dernier.  Il me revient régulièrement des flashs de ses dernières respirations laborieuses,  ses yeux grands ouverts (alors qu'ils etaient restés fermés depuis 2 jours à cause du coma dans lequel elle avait été plongée pour ne plus souffrir ) dirigés vers la fenêtre, les bruits de sécrétions, les pleurs de ma soeur et moi tellement terrifiée que je n'ai réussi ni à pleurer, crier, ni toucher la main de ma maman.
J'ai vu mourir celle qui m'a donné la vie, j'ai l'impression de ne pas avoir été à la hauteur dans ce moment, car j'aurais dû avoir le courage de prendre sa main, et je ne l'ai pas fait... je suis restée impuissante, à compter ses râles et à dire aux infirmières: elle est encore en vie, elle vit encore...jusqu'au dernier souffle.
Ces scènes me hantent. Je n'arrive pas à  m'en débarrasser. Elles me viennent d'elles-mêmes. Je me demande également sans cesse si elle se rendait compte de ce qu'il se passait, puisque ses yeux se sont ouverts d'un coup quand sa respiration est devenue mecanique. J'ai envie de m'enlever la partie de mon cerveau dans laquelle tous ces souvenirs sont rangés. Je ne sais plus quoi faire pour ne plus avoir ces flash et cette culpabilité sous jacente
Merci de m'avoir lue. 
2
Vivre le deuil de son conjoint / Re : avancer sans toi
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 22:03:36 »
Ce sont les échanges depuis un an avec les personnes croisées avec l'assos par laquelle je fais des sorties (musée, expos, randos, causeries etc) qui sont à la quasi totalité des personnes divorcées qui m'ont aidé à traverser les vagues liées à la solitude.
Ecouter leur détresse, comment elle se manifeste et , j'en avais parlé, constater leur vide intérieur lié à leurs échecs de vie de couple, leurs peurs, leurs questionnements est impressionnant, souvent je sens, voire certain(e)s me le disent la richesse que j'ai de la vie de couple que j'ai eu.
La solitude est terrible, oui nous on a le manque en plus, eux ont l'échec ...
j'ai lu beaucoup sur la solitude
dont ce dossier
http://www.psychologies.com/Moi/Moi-et-les-autres/Solitude/Articles-et-Dossiers/6-habitudes-pour-lutter-contre-la-solitude
et décidé (pour survivre) d'en faire un point de départ de transformation, ça me coûte, oui, tous les jours ... mais j'ai le sentiment d'avancer, malgré tout ... pas facilement, pas vite mais d'avancer !
bien affectueusement
3
Spiritualité / Re : en résumé sur mes signes
« Dernier message par qiguan le Aujourd'hui à 21:46:29 »
regardez à 36 mn
https://www.youtube.com/watch?v=AxQMnpxNGTw
il montre une vraie séance
sinon boite à outils le lien
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/boite-a-outils/msg55656/#msg55656
pour les autres outils ...
amitiés à tout le monde
4
Vivre le deuil de son conjoint / Re : avancer sans toi
« Dernier message par arfaca le Aujourd'hui à 21:06:44 »
Je te rejoins anneso..marre d entendre que  tu es forte et courageuse et qu au final on s en sort bien.Pour moi c est la même chose,donner le change aux enfants,à la famille,les amis..  mais quel choix a t on? Et pleurer et se detruire en cachette. Après bientot 4 ans ,la vague de souffrance est revenue me frapper !Nous avons reussi à etre forts à profiter des bons moments en memoire de cette merveilleuse vie de famille que nous avions vecue.. et puis les enfants devenus adultes ont quitté notre maison   ..aujourd hui cette solitude cette vie sans partage du quotidien est insoutenable. Pour moi aussi aujourd'hui besoin de lâcher du lest..personne ne s imagine les efforts qu il faut faire c est epuisant..j ai l impression que mes ressources s epuisent.Venir ecrire et lire ici  est apaisant .. j aimerai beaucoup ne plus avoir besoin de venir vous lire et vous oublier. .. mais aujourd'hui je ne peux m empecher de penser à vous tous qui souffrez. ..il faut malheureusement accueillir chaque jour des nouveaux sur ce forum. .
Triste vie et merci et courage à tous
5
Être un parent en deuil / Re : Mamandeuil ou la vie après la mort de ma fille.
« Dernier message par Ode 06400 le Aujourd'hui à 20:43:07 »
Je ne connais pas de blog particulier.
Eva Luna, je t'écris demain.
Toutes mes pensées affectueuses.
6
Être un parent en deuil / Re : Mon étoile du soir
« Dernier message par Eva Luna le Aujourd'hui à 20:40:47 »
Entre anesthésie émotionnelle, hyperagitation et prostration...les jours ne se ressemblent pas...
Le ciel est lourd comme une chape de nuage noir qui cache toute la lumière, c'est comme ça  aujourdhui...
et demain une micro éclaircie
puis de nouveau un puits sans fond...
les oscillations sont toujours étonnantes, on ne s'habitue pas ...

2 ans et demi... je ne sortais encore pas la tête de l'eau...
7
Vivre Le Deuil / Re : Mon fils 20 ans parti depuis le 16 décembre 2017
« Dernier message par Ode 06400 le Aujourd'hui à 20:37:43 »
Je vais prendre le temps de l'écouter.
8
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Mon amour est parti, brutalement
« Dernier message par Stana le Aujourd'hui à 20:26:43 »
  Oui, au fil du temps la souffrance insoutenable du début s'adoucit progressivement, d'abord insensiblement, puis de plus en plus, elle devient supportable, on apprends à l'apprivoiser, à vivre avec. Au bout d'un laps de temps plus ou moins long selon les personnes et leur cheminement spécifique, une mélancolie, une nostalgie à la fois douces et poignantes remplacent la douleur dans ce qu'elle a de pire, émaillées de merveilleux souvenirs, évoqués avec tendresse et reconnaissance de les avoir vécus. Je me souviens parfaitement, moi aussi, de l'atroce souffrance des premiers temps, et même s'il m'arrive encore d'avoir des moments plus difficiles que d'autres, je suis reconnaissante aussi du chemin parcouru, si lentement mais sûrement  :( :)
  J'ai la chance de me souvenir parfaitement du visage de Pierre, et de chaque détail de sa personne, de son sourire, de son rire, de son regard, de sa voix, de la douceur et de l'odeur de sa peau, de ses cheveux que j'aimais tans. Ma plus grande peur était de perdre tout ceci, mais heureusement ça n'a pas été le cas  :-*
  Le cheminement varie d'une personne à l'autre, ça demande beaucoup de patience et de ténacité, c'est la pire des expériences, mais retrouver un certain apaisement est possible, et quand les larmes coulent malgrès tout, il faut les accepter, c'est ce que je pense.
 :-*
9
Être un parent en deuil / Mon étoile du soir
« Dernier message par Ode 06400 le Aujourd'hui à 19:44:11 »
Voilà 2 ans et demi que ma fille nous a quittés. Ce n'était pas dans l'ordre des choses, elle aimait la vie ; c'était brutal, si brutal...
Un choc pour nous, ses parents, un choc terrible pour la famille.
On n'arrive pas à y croire, encore aujourd'hui, et pourtant plus rien n'est comme avant et ne sera plus..
Quand j'ai été informée, j'ai eu l'impression de tomber dans un ravin, une chute sans fin.
Et puis, une forme d'anesthésie, rentrer dans un sas, nier toutes les émotions, une somnambule, un automate qui ne sait plus où il est et ce qu'il fait...Un sentiment d'irréalité et le fol espoir que cet évènement soit une erreur !
La vie est si fragile aujourd'hui : prostration ou hyper agitation, mais consciente de cette radicalité de la séparation qu'impose la mort. Où est-elle maintenant ? Y a t'il une vie après la mort ? J'ai lu certains livres, écouté certaines conférences mais ma question reste entière. J'ai lu "vivre le deuil au jour le jour" de Christophe Fauré ; c'est un petit apaisement. Ensuite des romans témoignages de parents qui ont perdu leur enfant.
Aujourd'hui "(...) le ciel est bas et lourd comme un couvercle (...)".
10
Vivre le deuil de son conjoint / Re : Mon amour est parti, brutalement
« Dernier message par Byuti le Aujourd'hui à 19:12:01 »
Bonjour Pandor
Je m'excuse d'avance de ne pas avoir lu la totalité de tes écrits, ton premier message et cette page ont été mes seules lectures.

Je ne sais pas aujourd'hui pourquoi c'est ton post que j'ai ouvert, surtout que cela fait bien longtemps que je ne suis pas venue ici. Je pars du principe que le hasard n'existe pas, il n'y a que des rendez vous.
Je me reconnais bcp dans tes écrits, j'ai moi aussi fait bcp de recherches sur l'après vie, cherchant des signes au quotidien. J'ai hésité à aller voir un medium pour lui parler, pour discuter à nouveau avec cet homme tant aimé. Mais j'ai eu peur, peur de l'arnaque surtout, et du vide. Je franchirai bientôt le pas grâce à l'amie d'une amie.

Je détestais que l'on me dise ça, mais malheureusement c'est vrai, il faut te laisser du temps. Les jours sont longs, les semaines interminables et les mois une éternité. Mais ils passent. Le temps fait son travail. Lentement la douleur psychique laisse à nouveau place à la vie.
Pour les photos, sa voix, etc c'est normal. Je n'entends plus son rire depuis le début, ma mère s'en souvient comme au premier jour. Parfois encore (après plus de 2 ans maintenant), voir la photo de nous accrochée chez moi me fait du mal. La progression n'est jamais linéaire, il arrive des "retours en arrière" (qui n'en sont pas mais que l'on ressent ainsi) et qui nous remettent en bas. Mais pas aussi bas que ce que l'on pense. On devient hyper sensible à la douleur tellement elle est présente au quotidien. Mais quand j'ai mal aujourd'hui, je me rappelle de l'horreur que j'ai vécu il y a 2 ans, et je sais que je ne suis pas aussi bas.
Fais la liste de ce que tu as réussi à accomplir comme chemin de retour vers la vie. Tu as repris une formation, c'est un grand pas ! Même si c'est dur au quotidien car tu dors mal, tu as fait ce pas, tu l'as fait toi et tu peux en être fier. Je suis sûre qu'il y a d'autres choses que tu as accompli et qui mérite que tu t'y attardes :)

Les 1 ans ne sont pas toujours l'étape la plus dure, même si je pense qu'on appréhende tous. Parfois certaines autres dates, qui nous sont personnelles, sont pires et très dures. Prends des forces auprès de ce que te fait du bien : ta famille, tes amis, tes animaux, une passion, ...
Tu as écrit le premier message de cette page le 14 février, peut être est ce une date souvenir plus douloureuse pour toi.

Je finirai sur une note d'espoir. Après un tel traumatisme, nous pouvons nous relever. Jamais guérir totalement car il y aura toujours une cicatrice, une sensibilité restante, mais les coups qui nous assomment nous rendent plus forts si on travaille en ce sens. Je suis convaincue que chacun d'entre nous peut tirer une force énorme de ce drame, grâce à l'amour que ces êtres d'exceptions nous ont donné et qui continue de nourrir notre coeur.
(Je ne suis pas à ma première claque pourtant dans la vie, et je souffre toujours de son absence, mais je garde espoir :) )

Surtout, ne pas hésiter à se faire suivre par des professionnels : psychologue, hypnose thérapeutique, ... Le shiatsu m'a bcp aidé, ainsi que les soins énergétiques.

Et pour finir, ne culpabilise pas d'être vivant. Tu as le droit de vivre et de retrouver goût à la vie ;-)
Pages: [1] 2 3 ... 10