Auteur Sujet: lectures  (Lu 65341 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne MissSuzan

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : lectures
« Réponse #120 le: 10 Mai 2015 à 00:13:35 »
Pour ma part, c'est "un autre corps pour mon âme" de M. Newton qui m'a énormément aidée: pratiquant l'hypnose dans le cadre de thérapie, l'auteur relate des expériences qu'il a menées sur certains patients lors de régressions dans leurs vies antérieures, et dans l'"entre-deux" incarnations. Ces expériences l'amènent à une description de l'au-delà, à l'idée de missions de nos âmes amenées à évoluer en fonction d'expériences vécues...
Une façon de "positiver" le deuil, un réconfort aussi, celui de se dire que nous nous reverrons...

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3728
Re : lectures
« Réponse #121 le: 06 Juin 2015 à 16:13:48 »
j'ai lu ce livre
un extrait
http://www.e-ostadelahi.fr/eoe-fr/un-autre-corps-pour-mon-ame-extrait/
c'est vraiment la pièce manquante du puzzle selon moi
après les NDE et les témoignages des médiums
très clair
très précis
ce qui est remarquable c'est que sur les 7000 sujets qu'il a "étudié" venant le voir pour des soucis de vie actuelle tous décrivaient de manière similaire les entre deux vies !
MissSuzan tu pourrais d'ailleurs ouvrir un fil/ce livre sur
http://forumdeuil.comemo.org/philosophie-spiritualite-deuil/
 
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 658
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : lectures
« Réponse #122 le: 09 Août 2015 à 17:37:38 »
Bonjour,
Je viens de terminer un roman, très beau, très émouvant, poignant mais plein d'espoir. J'ai beaucoup pleuré ...mais c'est un livre qui fait du bien.
L'auteur est Agnès Ledig, elle a commencé à écrire après la mort d'un de ses enfants, atteint d'une leucémie. Il y est question de la mort d'un enfant ...

"Juste avant le bonheur"
Agnès Ledig

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2381
Re : lectures
« Réponse #123 le: 12 Août 2015 à 12:48:12 »
Une journée particulière /Poche / de Anne-Dauphine Julliand

lu cette nuit d'une traite...
suite de 2 petits pas sur le sable mouillé...
c'est tout ce qu"elle vit et pense et ressent le 29 février jour de l'anniversaire de Thaïs, sa fille qui n'a pas 8 ans puisque morte à 3 ans...
émouvant et centré sur l'espérance et la joie malgré tout.

Hors ligne Ludmilla 31

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 152
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : lectures
« Réponse #124 le: 23 Septembre 2015 à 18:32:03 »
Bonjour

Aujourd'hui je suis allée chercher un formulaire pour une conférence en octobre et congres sur 2 jours en novembre ,chez l'auteur du livre "Contacts Médiumniques avec L'Au -delà de Christine Rousseaux ,qui me l'a gentiment dédicacé .
Je l'ai lu d'une traite ,je vous le conseille .

Hors ligne Liane37

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 45
Re : lectures
« Réponse #125 le: 01 Octobre 2015 à 23:56:31 »
Bonsoir à Tous,

Voilà, après m'être procuré plusieurs livres suggéré ici ou non, me revoici 2 ans plus tard, après le départ de maman... avec aucune lecture achevée  :-\

N'en pouvant plus de faire du sur place, j'ai commencé à attaquer la semaine passé un livre qui m'a rejoint par son résumé et il m'a conquise dès les premières pages. Je ne le regrette pas. J'ai même eu une montée de larmes à certain passage.  Bien que je ne l'ai pas fini, je vous le suggère chaudement car je crois qu'il pourrait rejoindre plusieurs personnes.

Au contraire de la plupart qui parlent des 5 étapes ou des expériences des autres seulement, celui-ci est sur les Manières de vivre son deuil. Les identités qu'on se créés à la perte d'une personne chère....

Je vous laisse un résumé, le titre et l'auteur. En espérant qu'il vous aident à continuer à cheminer sur cette route sinueuse où rien n'est tout à fait gagné.

Cinq manières de vivre son deuil  - Susan A.Berger

 Compte rendu du livre: Cinq Manières de Vivre son Deuil

 Exemple d'un site pour l'achat du livre et info
«Il n'y a rien qui n'arrive pour rien dans la vie!» Mais quand ça arrive, on se demande toujours «Pourquoi?» Et la réponse ne vient pas toujours au même moment :-( Malheureusement!

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2381
Re : lectures
« Réponse #126 le: 02 Octobre 2015 à 12:13:44 »
Oui, je l’avais lu, une approche différente qui nous aide à comprendre comment on fait pour traverser cette épreuve... on voit comment d'autres font.. on se regarde et on se comprend mieux...
belle lecture...

Hors ligne Liane37

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 45
Re : Re : lectures
« Réponse #127 le: 02 Octobre 2015 à 14:16:16 »
Oui, je l’avais lu, une approche différente qui nous aide à comprendre comment on fait pour traverser cette épreuve... on voit comment d'autres font.. on se regarde et on se comprend mieux...
belle lecture...

Merci Eva Luna pour ton commentaire. Voilà ce que moi j'ai besoin... de savoir «Comment» .  C'est d'ailleurs quelque chose que je répète à mon mari depuis plusieurs mois. J'ai un énorme besoin du «comment». Pas de voir clair, car je vois clair dans les événements, mes émotions, la perte etc... mais comment faire..............  ;)
«Il n'y a rien qui n'arrive pour rien dans la vie!» Mais quand ça arrive, on se demande toujours «Pourquoi?» Et la réponse ne vient pas toujours au même moment :-( Malheureusement!

Hors ligne loma

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 533
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : lectures
« Réponse #128 le: 03 Octobre 2015 à 08:03:28 »
"Cinq manières de vivre son deuil  - Susan A.Berger"
commandé (d'occasion) aujourd'hui
merci de vos conseils
"si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur, on pourra lire en lettres d'or ... je t'aime encore"  William Shakespeare

Hors ligne Nora

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 658
  • " Ne me secouez pas, je suis pleine de larmes "
Re : lectures
« Réponse #129 le: 07 Novembre 2015 à 09:07:07 »

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2560
Re : lectures
« Réponse #130 le: 07 Novembre 2015 à 18:20:58 »

   Hum, le vivre "5 manières de vivre son deuil" a l'air intéressant ...

   Il n'y a pas de chapitre pour moi hélas, càd ceux qui deviennent des glandouilles assommées à moitié zinzin !
   Des activistes désactivés pour cause de C.V. plein de carabistouilles !
   Des nomades qui tournent en tous sens dans leur jardin !
   Des quêteurs de sens bien pêtés de la boussole !

   Quelle lourdeur sur l'estomac !
   Quel rétrécissement de la trachée !
   Quels noeuds dans le ventre !
   Quel poids pèse le corps !
   Quel étourdissement dans la tête !
   Quelle pointe au fond des yeux ...
   Et le coeur, n'en parlons pas ...

    Je me sens comme une automate quand j'agis, l'espace réel est tout rétréci autour de moi.
    Quand je rêvasse alors seulement je peux étendre ma vue.
    Et tout se mélange de manière plus complexe que ne le permettent les explications, et alors j'approche pleinement des sentiments, ceux seuls capables de me représenter l'issue de la désolation.

    Nerval ... des mots comme une musique :

                        "   Ma seule étoile est morte et mon luth constellé
                             Porte le soleil noir de la mélancolie ..."

     

   
   
   
"Un ami fidèle est un puissant soutien:
qui l'a trouvé a trouvé un trésor"

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2381
Re : lectures
« Réponse #131 le: 28 Novembre 2015 à 14:52:33 »
"J'ai réussi à rester en vie", de Joyce Carol Oates : le manuel de la veuve

LE MONDE DES LIVRES | 03.11.2011 à 12h16 | Par Florence Noiville

Les Américains en ont presque fait un genre littéraire : la "Widow's story" ou "histoire de veuve". C'est l'art de "regarder le deuil en face". D'explorer de façon méthodique, quasi clinique, "l'expérience brute" de la mort de l'autre. De démasquer les ruses minuscules, les stratagèmes dérisoires qui permettront de rester en vie. Sans lui. Sans l'époux.

Il y a quatre ans, la romancière américaine Joan Didion nous en donnait un aperçu déchirant avec L'Année de la pensée magique (Grasset, 2007) récemment adapté par elle-même, sous le même titre, pour le théâtre (Grasset, 80 p., 10 €) et superbement mis en scène par Thierry Klifa, depuis le 2 novembre, au Théâtre de l'Atelier, à Paris. De sa voix de mezzo inimitable, Fanny Ardant, dans le rôle de la veuve, donne le ton d'emblée : "Je suis là pour vous dire ce que vous devez savoir..."

Comme s'il y avait quelque chose à savoir. De l'insu à révéler. Comme si être veuve, c'était - au grand étonnement de la veuve elle-même - passer de l'autre côté d'une paroi invisible, un monde parallèle, insoupçonnable, où la survivante se verrait brutalement projetée. Et dont elle tenterait de revenir, Eurydice sans Orphée, se cognant à chaque pas dans la profondeur des ténèbres.

A son tour, la grande romancière Joyce Carol Oates se lance dans la description de cette "chute libre". Elle en tient la chronique minutieuse. Pas à pas, page à page. Jusqu'à la dernière phrase du livre. Ce cri qui donne son titre à la version française : "J'ai réussi à rester en vie !"

En substance, son "message" est le même que celui de Didion : le veuvage, "cette punition qui attend les épouses", vous n'en avez aucune idée, semble-t-elle dire à ses lectrices. Et pourtant, cela vous arrivera... Un jour, comme moi, vous quitterez votre mari alors qu'il se remettait - plutôt bien - de la pneumonie qui avait failli l'emporter. Ce soir-là, vous sortirez de l'hôpital guillerette. Vous retrouverez l'appétit, vous dormirez même - oh ! comme vous vous en voudrez plus tard de ce sommeil coupable ! Et puis, à 0 h 38, le téléphone sonnera. "Votre mari, Raymond Smith, est dans un état critique..."

C'est ainsi que le livre commence. Avec ensuite, pendant 500 pages, enregistrées avec la précision d'un sismographe, toutes les variations du paysage mental de la veuve : l'incrédulité (disparu du jour au lendemain, "Comment est-ce possible ?"), le sentiment persistant de l'"erreur" (et s'il revenait ?), le choc des derniers messages (le répondeur qu'on interroge pour le seul plaisir d'"entendre sa voix encore et encore"), la difficulté de se heurter au chagrin d'autrui ("Il vous faut déjà toutes vos forces pour résister au vôtre"), le point d'honneur que met la veuve à se "débrouiller seule", les antidépresseurs en catimini, l'obligation de sourire pour montrer que "ça va", l'importance de prononcer le prénom du mort aussi souvent que possible ("de peur que ce nom se perde"), etc., etc.

Dans la "vraie vie", Joyce Carol Oates a effectivement perdu son mari, Raymond Smith, en 2008. Ils s'étaient connus dans une réunion d'étudiants à l'université du Wisconsin et avaient vécu ensemble "47 ans et 25 jours". Raymond Smith, éditeur, dirigeait l'Ontario Review, une revue qui avait publié les oeuvres d'écrivains consacrés - Margaret Atwood, Saul Bellow, Raymond Carver, Philip Roth, Robert Penn Warren, Richard Burgin... En 2008, alors qu'il guérissait d'une pneumonie, Raymond Smith a été emporté - le jour même où il devait sortir de l'hôpital - par une infection nosocomiale foudroyante.

Ce n'est pas l'écrivain Joyce Carol Oates qui raconte. Comment le pourrait-elle d'ailleurs - "La veuve habite une histoire dont elle n'est pas l'auteur". Disons que Joyce Carol Oates prête sa plume - mais quelle plume ! - à Mme Smith. Autrement dit Mme Tout-le-Monde. Les sentiments qu'elle décrit n'ont peut-être rien d'exceptionnel. Toute femme aura pu les éprouver - tout homme aussi sans doute. Songeons au superbe récit de veuvage de Claudio Magris Vous comprendrez donc (L'Arpenteur, 2008). Vers la fin du livre, Oates elle-même s'interroge : "Le chagrin de la veuve n'est-il pas pure vanité ? Prétendre que la perte qu'on a subie est si particulière, si extraordinaire qu'il n'y en a jamais eu de comparable ? Le chagrin de la veuve n'est-il qu'une sorte de passe-temps ou de hobby pathologique - une sorte de TOC, de "trouble obsessionnel compulsif" - comparable à la manie de se laver longuement les mains ou d'amasser toutes sortes d'objets sans valeur ?"

Rien d'extraordinaire ? N'empêche que le résultat est bouleversant. Jamais larmoyant. Parfois même drôle - par exemple quand le livre tourne au "Manuel de la veuve" ou quand l'auteur décrit certains rituels absurdes comme ces "corbeilles de condoléances de luxe" qu'on envoie aux Etats-Unis pour les deuils ("Les gens s'imaginent-ils que truffes et pâté de foie gras adoucissent le chagrin ?").

Bref, J'ai réussi à rester en vie ne ressemble à rien de ce que nous a donné jusqu'ici l'auteur de Blonde. Savoir que Joyce Carol Oates s'est remariée depuis (en 2009) n'enlève évidemment rien à sa force.
J'AI RÉUSSI À RESTER EN VIE (A WIDOW'S STORY. A MEMOIR) de Joyce Carol Oates. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claude Seban. Philippe Rey, 480 p., 24 €.

Florence Noiville
Extrait   

"La plupart du temps, la veuve habite un autre monde qui n'est ni ici ni là. Presque continûment, la veuve aspire à l'oubli ineffable du sommeil. (Elle est) un être posthume qui passe parmi les vivants. Quand la veuve sourit, quand la veuve rit, on voit luire la folie dans son regard, une actrice tentant désespérément de jouer son rôle comme les autres souhaitent qu'elle le joue, et seule une autre veuve, une autre femme ayant récemment perdu son mari peut apercevoir l'imposture.

Une veuve jetant un rapide coup d'oeil à une autre : C'est la même chose pour vous ? Vous êtes morte vous aussi ?"

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/11/03/j-ai-reussi-a-rester-en-vie-de-joyce-carol-oates_1597802_3260.html#kGv1qzo9FlrYST16.99

Hors ligne Coccinelle12

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 216
Re : lectures
« Réponse #132 le: 14 Décembre 2015 à 22:04:05 »
Citer
Bonsoir à toutes,
concernant le sujet de modification de personnalité j'ai lu le livre de Susan Berger "5 manières de vivre son deuil", cela change un peu du "où en est on dans les étapes du deuil" pour s'intéresser à "qui devient-on". Un livre que je relirai dans quelques mois certainement

je fais un copié -collé de la Fnac :

Quand nous perdons un être cher, nos priorités et notre rapport au monde, parfois même nos valeurs, sont à reconstruire. Comment avancer sur le chemin de la cicatrisation et revivre ? Comment trouver une nouvelle identité ?
Psychothérapeute, Susan Berger a perdu ses deux parents alors qu’elle était toute jeune encore, et cela fait vingt-cinq ans qu’elle accompagne des personnes endeuillées. Elle a repéré cinq manières de vivre son deuil :
- Les nomades ne font pas leur deuil et rejettent l’idée que leur vie puisse en être affectée.
- Les mémorialistes préservent la mémoire du disparu en l’honorant par des rituels ou des créations.
- Les prosaïques recréent leur famille, leurs amis et leur communauté pour retrouver ce qui a été perdu.
- Les activistes s’échinent à aider quiconque se trouve confronté aux mêmes maux que la personne disparue.
- Les quêteurs se réfugient dans la religion, la philosophie ou la spiritualité pour redonner un sens à leur vie.
Un livre ouvert, rassurant, positif, qui réconforte et donne espoir en l’avenir.

Au vu des catégories citées, je suis sans aucun doute une mémorialiste.
"Le plaisir d'avoir un ami est parfois éphémère, mais pas le bonheur d' en avoir eu un "
"La mort laisse un chagrin que nul ne peut consoler, L' amour laisse un souvenir que nul ne peut voler"

Hors ligne loma

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 533
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : lectures
« Réponse #133 le: 15 Décembre 2015 à 08:33:17 »
Merci Coccinelle d'avoir ouvert le sujet ici, nous avions commencé une discussion sur le fil de Nora et nos vifs débats commençaient à "polluer" son fil.
Le résumé que j'avais copié est assez succinct

Le livre se décompose ainsi :
- Une première partie sur les 4 piliers de l'identité (cette partie a vraiment fait écho en moi)
- Description des 5 manières de vivre le deuil citées plus haut avec :
               * des portraits réels
                * un profil type de la catégorie
                * avantages et inconvénients de la catégorie
                 * faisons nous partie de cette catégorie ?
                 * comment parvenir à cicatriser ses blessures et pistes de réflexion ( cette partie est courte)

ce que je n'ai pas aimé :
- Encore une fois on a l'impression qu'on cherche à nous étiqueter, à nous mettre dans des cases, alors que notre personnalité est si complexe et pleine de contradictions.
- On sent bien la patte "américaine"
- Même si je me projette dans un des profils , j'ai du mal à appliquer ses conseils, je pense relire le livre d'ici quelques mois pour me resituer. J'ai peut-être lu ce livre trop top...

ce que j'ai apprécié :
- lecture aisée
- l'auteur a vécu des deuils , on se sent compris
- de nombreux exemples illustrent chaque catégorie, on arrive à se reconnaître dans tel ou tel cas
- cela change des éternelles étapes qui nous permettent certes de nous situer mais pas  d'aller mieux, l'auteur nous offre des pistes de réflexion dans les différentes catégories
- le fait qu'on comprenne que mon identité a changé, je ne suis plus la même et c'est normal. Notre entourage cherche tellement à nous retrouver "comme avant"

Je tiens à préciser que je n'ai vraiment pas un profil littéraire et encore peu lu sur le sujet du deuil
à bientôt pour vos échanges
"si un jour je meurs et qu'on m'ouvre le coeur, on pourra lire en lettres d'or ... je t'aime encore"  William Shakespeare

Hors ligne Ludmilla 31

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 152
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : lectures
« Réponse #134 le: 27 Décembre 2015 à 16:10:55 »
"Développez vos facultés psychiques et spirituelles " de Serge Boutboul et la suite "comment déployer l'être spirituel que nous sommes"  ,il y a des chapitres sur la mort ,la vie après la vie etc ....