Auteur Sujet: Retour de boomerang  (Lu 71527 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Retour de boomerang
« le: 02 Juillet 2012 à 14:32:44 »
Bonjour à tous,
Je viens de m'inscrire avec un noeud au ventre. Ma soeur Carole est décédée le 17 août dernier. J'ai fait front toute l'année tant bien que mal. Mais le 17 juin, date de décès de mon père et de l'entrée définitive à l'hôpital de ma soeur, j'ai "rechuté", éprouvant les mêmes tourments qu'à l'annonce de son décès. J'ai la chance d'avoir un mari, deux enfants et des amis, mais j'éprouve quand même un profond sentiment de solitude parce que personne ne sait à quel point ça fait mal de perdre une soeur. Je me sens seule dans ma souffrance, et j'ai besoin de savoir ce que les autres éprouvent et s'ils font face aussi à des moments de régression. J'ai 49 ans, ma soeur avait 45 ans à sa mort. C'est trop jeune pour mourir. Je suis la survivante de ma première famille, puisque mon père et ma mère sont décédés depuis 14 et 8 ans. J'ai malheureusement l'expérience du deuil, mais pour ma soeur, c'est pour l'instant insoutenable.

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Retour de boomerang
« Réponse #1 le: 02 Juillet 2012 à 23:59:05 »
Bonjour
je ne vais pas te souhaiter la bienvenue... mais tu trouveras sur ce forum compréhension et soutien.
Malheureusement, il n'y a pas beaucoup de frères et soeurs qui viennent échanger mais en tant que maman qui a perdu son fils, je connais le chagrin de mes autres enfants depuis 14 mois.
Tu as perdu ta petite soeur, dernier témoin de ton enfance... et tu n'es pas en régression.
Le deuil est un processus très long, fait de nombreuses étapes et même si souvent on a l'impression de revenir en arrière, on avance un jour après l'autre et les dates anniversaires restent difficiles à passer même des années après.
Tout ça est très bien expliqué dans le livre de Christophe Fauré "vivre le deuil" ou dans la vidéo suivante :
http://www.inrees.com/Conferences/dimensions-du-deuil-Comment-vivre-le-deuil/

j'espère que tu y trouveras des réponses et que cela t'aidera à comprendre tes émotions au fil du temps.
Amicalement
Corinne
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Retour de boomerang
« Réponse #2 le: 04 Juillet 2012 à 21:47:09 »
Bonsoir Angelik (je ne sais pas si je dois m'adresser à toi par ton pseudo ou ton prénom…)
Quel plaisir de pouvoir m'entretenir avec quelqu'un qui sait ce par quoi je passe! Tu m'as donné un lien et il se trouve que j'y suis allée lundi soir. J'ai écouté quelques extraits de la conf de C Fauré, que je connaissais déjà puisque j'avais acheté son livre Vivre le deuil après le décès de mon père. C'est juste, que comme tu le dis, j'ai perdu le dernier témoin de mon enfance, et que cela m'est très difficile. Je regarde souvent une photo en particulier de mes parents, ma soeur et moi, et je me dis que je suis la seule encore en vie. C'est très bouleversant comme sentiment, très déstabilisant. La mort d'une soeur, ou d'un frère renvoie à sa propre mort qui se concrétise. On en parlait parfois, en se disant que ce serait insupportable, et puis on chassait vite l'image. Et puis là, ça y est, chaque jour qui passe renforce le fait que je ne la reverrai plus, et c'est très dur. Elle est morte d'une maladie auto immune, dans des souffrances physiques et morales intenses. Je me pose beaucoup de questions sur le sens de la vie. Mon père avait coutume de dire que c'est la souffrance qui nous fait évoluer. Je veux bien le croire, mais le chemin est douloureux et long. Tu dis qu'on avance un jour après l'autre et tu as raison. Ca doit être dur aussi pour toi. Il faut beaucoup de sagesse pour accepter la perte de son enfant. Il faut de toute façon beaucoup de sagesse pour accepter la mort des êtres auxquels on tient. Nous devons parvenir à les faire vivre en nous, afin qu'ils ne nous quittent plus, même s'ils ne sont plus là physiquement.
Je te souhaite à toi et à tes enfants beaucoup de courage.
Amicalement,
Pascale

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Retour de boomerang
« Réponse #3 le: 05 Juillet 2012 à 14:55:41 »
merci Pascale
Moi aussi, je cherche un sens à tout ça mais pour l'instant cela m'échappe complètement. Pour ce qui est de la sagesse, elle me fait un peu défaut, et j'ai du mal à accepter d'avoir perdu Geoffrey. Je suis encore dans la colère, contre moi-même, contre la vie, les autres qui ne comprennent pas...
Je suis consciente qu'il faut que j'avance et que j'accepte le fait de ne plus l'avoir à mes côtés et de faire le deuil de son avenir...
De ton côté, il te faudra aussi accepter qu'avec Carole, ton enfance s'est envolée et te tourner vers l'avenir avec tes enfants.
mais c'est plus facile à dire qu'à faire !!
Tu dis que tu as fait front depuis tout ce temps, et c'est ce que j'ai fait aussi les premiers temps, je voulais absolument rester debout pour mes deux autres fils et ne pas couler. Je voulais être forte pour mes enfants... Aujourd'hui, j'accepte les vagues de chagrin intense et baisse les armes quand je sens que me battre ne sert à rien, à part à m'épuiser.
Et je souhaite à tous sur ce forum, de parvenir à faire vivre en nous celui ou celle que nous aimons et qui nous manque tant.
Amicalement
Corinne ou Angelik (comme tu veux...)
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Retour de boomerang
« Réponse #4 le: 05 Juillet 2012 à 15:47:42 »
Bonjour Corinne,
Tu as raison, je crois qu'il faut admettre qu'on ne peut pas être fort tout le temps et se donner le droit parfois de se laisser aller à son chagrin. Le problème, c'est que souvent les gens qui t'aiment pensent que si tu te laisses aller, tu vas sombrer (mon mari en particulier). Je crois qu'il faut aussi que l'entourage de l'endeuillé lui donne le droit de se laisser aller. En tous les cas, moi, j'ai envie qu'on me dise que je peux m'enfermer dans ma bulle de tristesse sans culpabiliser. Je suis allée sur le forum de vivresondeuil.asso.fr , et j'y ai relevé des réflexions qui m'ont fait écho. Entre autres, que "le deuil est un processus de solitude ultime(...)qui nous ramène au coeur du coeur de l'intime de nous(...)dans le vécu du deuil, il est essentiel d'être en lien avec les autres (et tu fais partie des autres, même si je en te connais pas) mais de se MENAGER DES TEMPS OU ON EST SEUL AVEC SOI MEME DANS CE LIEU D'ELABORATION OU SE DISTILLE LE LIEN" (avec l'aimé(e) qui nous a quittés). "Donc il y a la solitude structurelle au deuil." Et tu vois, ça m'a rassurée parce que je me suis dit qu'il n' était pas anormal après 10 mois de ressentir ce besoin de me retrouver seule pour penser tout à loisir à Carole, avec tristesse ou joie selon les moments... Je suis heureuse de t'avoir "rencontrée", parce que je me sens pleinement comprise :)
Tout comme toi, je nous souhaite à tous d'apprivoiser notre douleur, de la faire nôtre et de la transformer en amour et en force pour notre nouvelle vie sans celui ou celle qui est parti(e).
Amicalement,
Pascale

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : Retour de boomerang
« Réponse #5 le: 05 Juillet 2012 à 16:25:39 »
Peut-être que tu pourrais faire écouter à ton mari la conférence que Corinne (Angelik) t’avait indiquée pour qu’il puisse mieux te comprendre.
Affectueusement
Méduse

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
i
« Réponse #6 le: 05 Juillet 2012 à 19:44:29 »
A Méduse,

J'y ai pensé, mais je ne sais pas s'il est prêt à écouter une vidéo de 70 minutes… Ceci dit, je vais y réfléchir à nouveau. Je lui ai dit que j'avais enfin trouvé des sites intéressants. Le pb avec mon mari, c'est qu'il a perdu son père à 23 ans, et qu'il n'a pas vraiment fait son deuil. Je pense qu'en 23 ans de vie commune, il a dû parler de son père 2 heures environ…Il est du genre à regarder vers le futur, et à ne pas se retourner. Il ne sait pas que ça ne l'empêche pas d'avoir ce poids dans le dos, même s'il ne se retourne pas…Je l'appelle d'ailleurs l'autruche ;). Merci pour ton conseil :). Je ne sais pas qui tu as perdu, mais je te souhaite force et courage pour surmonter ta perte.
Amicalement,
Pascale

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : Retour de boomerang
« Réponse #7 le: 06 Juillet 2012 à 00:24:27 »
Chère Pascale,
Merci. J’ai perdu ma fille ainée, il y a 16 mois et mon mari, il y a 9 mois. Ma seconde fille de 24 ans a ainsi perdu comme toi sa sœur, la complice de son enfance et son papa, l’homme de sa vie.
Sauf les premières semaines, mon mari ne parlait pas de sa peine, mais n’en souffrait pas moins. Grace aux modules-vidéo du site, j’ai appris que les hommes et les femmes ne réagissaient souvent pas de la même façon face au deuil. Moi, j’avais besoin d’en parler tout le temps, lui, refoulait tout.
Après les premiers mois les plus horribles et les plus longs de ma vie, j’ai tenu plus ou moins debout jusqu’à présent, mais je suis arrivée à un immense épuisement. Il nous faut bien du temps pour nous occuper de notre peine.
Je te souhaite beaucoup de courage aussi.
Méduse

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Retour de boomerang
« Réponse #8 le: 06 Juillet 2012 à 12:21:08 »
Chère Méduse,

Frappée doublement, c'est très dur, surtout quand on est en processus de deuil. Je m'interroge souvent sur le sens de la Vie, en l'occurrence sur le sens de la mort. Qu'est ce à dire, que les liens que nous avons tous avec l'univers priment sur les liens noués avec notre famille ou nos amis? Et que nous sommes là pour finir par le comprendre, avant de partir nous mêmes?Quand je raisonne ainsi, la douleur d'avoir perdu ma soeur et mes parents est allégée, parce qui si le but ultime est notre lien avec le Tout, que nous le nourrissons et l'enrichissons par notre capacité à surmonter les épreuves, alors je peux trouver un sens à tout ça. Mais je n'ai pas toujours le recul et la sagesse nécessaires…Je suis heureuse de m'être inscrite sur ce forum, parce que je me sens comprise et moins seule dans mon chagrin. Nous formons ainsi une chaîne et nous retrouvons liés à des inconnus avec qui, curieusement, nous pouvons partager des sentiments forts d'empathie. Et c'est ça le miracle de la Vie, de continuer à vivre envers et contre tout, par amour pour elle.
Amicalement,
Pascale

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Retour de boomerang
« Réponse #9 le: 06 Juillet 2012 à 22:36:47 »
c'est vrai que les hommes ne parlent pas beaucoup de ce qu'ils ressentent, je sais que mon mari (beau-père de mon fils) culpabilise et souffre beaucoup depuis mais refuse d'en parler, même à un professionnel... et je ne suis pas sûre que ce soit mieux.
et a contrario, nous avons besoin d'en parler le plus possible pour comprendre et trouver un sens à ce que nous vivons.... mais à part, sur ce forum, rares sont les personnes prêtes à en parler ou à écouter.
Méduse, je comprend ton épuisement... après 14 mois, je suis en permanence fatiguée et pourtant je ne travaille plus, ayant perdu mon emploi depuis et j'essaie de garder le peu d'énergie qu'il me reste pour m'occuper de mon petit dernier de 13 ans et de mon grand (25 ans) quand il vient à la maison et même ça, je ne suis pas sûre d'être à la hauteur.
Pascale, tu as raison, continuer envers et contre tout, par amour pour eux, parce qu'ils ne peuvent plus le faire.
Mais c'est difficile. Dimanche 08 juillet, Geoffrey aurait du souffler ses 21 bougies, mon moral est en baisse et j'appréhende cette journée.
Amicalement
Corinne
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Retour de boomerang
« Réponse #10 le: 07 Juillet 2012 à 18:41:31 »
Bonjour Corinne,

Effectivement, cette date qui approche doit être extrêmement déstabilisante. Mais au moins le jour de leur anniversaire, on pense plus à leur vie qu'à leur mort, puisqu'on fête leur naissance. Ma soeur est née le 5 décembre, j'ai donc déjà vécu son anniversaire sans qu'elle soit là. Mais ce jour là a été plus positif que négatif parce que j'ai remercié la Vie de l'avoir fait naître. Je trouve que les dates anniversaire de décès sont beaucoup plus dures à vivre parce qu'elles nous renvoient à un jour triste. Tu peux allumer une bougie demain et dire merci à ton fils pour tous les moments de bonheur qu'il t'a apportés. Ca, personne ne peut te l'enlever  :)
Amicalement,
Pascale

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : Retour de boomerang
« Réponse #11 le: 08 Juillet 2012 à 20:26:18 »
Chère Pascale,
La mort nous oblige effectivement à nous poser les questions existentielles. Il n’est plus possible de les éviter. Ainsi, ma vision du monde a changé totalement en peu de temps. Je suis certaine maintenant que la mort nous ouvre la porte vers un autre monde et que nous nous retrouverons. Néanmoins, la question de l’utilité de cette vie terrestre se pose. Et le temps me semble maintenant bien long avant de retrouver mon ainée.

Chère Corinne,
Je pense tout particulièrement à toi et à ton Geoffrey aujourd’hui.

Je vous embrasse
Méduse

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Retour de boomerang
« Réponse #12 le: 08 Juillet 2012 à 21:32:32 »
Chère Méduse,

Si nous passons par la vie terrestre, c'est qu'elle a une utilité, dont le sens peut nous échapper, certes…Je ne sais pas si je retrouverai un jour ma soeur, sous une autre forme ou pas. Et quand je me dis que je ne la reverrai peut être jamais, c'est vertigineux ce que je ressens. Alors, je me raccroche aux souvenirs de ce que nous avons vécu ensemble, et ça m'aide. Elle m'accompagne quotidiennement grâce au pouvoir de ma pensée, et ça c'est merveilleux. Elle m'influence aussi. Elle était très sportive, et quand j'ai récupéré son vélo d'appartement, je me suis dit que ça lui ferait plaisir que j'en fasse. Alors je m'y suis mise. Et quand j'en fais, j'écoute un de ses CD dont j'ai hérité, et je pédale en regardant sa photo et ça me fait du bien. C'est à la fois bon et douloureux, mais tous ceux qui me lisent connaissent cette ambivalence…Ou devrais je dire toutes celles? car il y a apparemment peu d'hommes… Est ce à dire que nous sommes plus prêtes à faire la démarche pour nous en sortir? Méduse, j'ai une fille aînée de bientôt 20 ans, et je peux imaginer ton désarroi d'avoir perdu ton aînée. Mais, j'ai envie de te dire que ton enfant souhaiterait que sa mère continue malgré tout à goûter la vie dont elle dispose encore. Pas à être insouciante, parce que c'est impossible quand on a perdu un être qu'on aimait, mais simplement à saisir l'Instant, un bourgeon, un sourire, un parfum, un mot écrit par quelqu'un qui vous comprend, et qui a envie à sa façon d'alléger votre peine…
Je te souhaite Méduse de parvenir à saisir des Instants, et à les offrir à tes aimés qui ne sont plus. C'est ce que je fais avec Carole, ma soeur, mais aussi avec mes parents bien aimés. Parvenir à goûter au bonheur malgré ma peine, c'est pour moi leur faire honneur.
Avec toute ma sympathie,

Pascale

Chère Corinne,

J'ai aussi pensé à toi aujourd'hui. J'espère que tu as quand même pu avoir un rayon de soleil dans la grisaille de cette journée…

A bientôt

Pascale

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Retour de boomerang
« Réponse #13 le: 08 Juillet 2012 à 22:59:21 »
merci Méduse et Pascale d'avoir pensé à moi et Geoffrey aujourd'hui...

La journée n'a pas été facile. C'est le deuxième anniversaire sans lui mais l'an dernier, il n'était plus là depuis 2 mois et j'étais dans le brouillard complet Aujourd'hui, c'était plus douloureux .Peut être qu'un jour, je pourrais le vivre plus sereinement et ne garder que les bons souvenirs...

Méduse, j'espère que tu as raison et que nous pourrons revoir ceux que nous aimons ailleurs... heureux...

Bonne soirée
Corinne
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Retour de boomerang
« Réponse #14 le: 12 Juillet 2012 à 20:44:23 »
Bonsoir à tous ceux qui me liront,

Pas de philosophie aujourd'hui, ni de paroles réconfortantes, juste de la colère, grande, dévastatrice. Ce soir, j'en veux à la Vie qui m'impose ce destin, j'en veux à mon mari qui continue à vivre comme si rien ne s'était passé, tout ça pour m'inciter à "oublier", à "revivre". Comment on continue à vivre bien quand on est amputé à vie de toute son enfance? Ma soeur me manque, cruellement. J'ai envie de tout laisser tomber, de m'abandonner à ma peine. Au lieu de ça, demain je vais à St tropez, et ce week end, on reçoit des amis… Je n'ai pas envie de faire comme si je surmontais ma peine, parce qu'en ce moment je revis l'agonie de Carole, et quelle contraste avec la vie qui continue. Combien de temps, on peut garder son masque?

Amicalement à tous et merci de me comprendre

Pascale ou Madâme, comme on s'appelait avec humour avec ma soeur