Auteur Sujet: perte d'une famille  (Lu 118651 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
perte d'une famille
« le: 03 Septembre 2012 à 18:42:04 »
Bonjour,
Je vous écris car je suis totalement perdue.
J'ai perdu fin juillet mon frère de 30 ans, ma belle-soeur de 33 ans, ma nièce de presque 4 ans et mon neveu de 2ans dans un accident de voiture. Ils sont sorties de la route sans raison apparente, leur voiture est partie en tonneau avant de s'embraser. Ils ont brule tous les quatre. Le fait que leur mort ait été médiatisée n'a rien arrangé. Cela me rend malade.
J'étais très proche de mon frère et de toute sa jolie petite famille. Etant séparés géographiquement on faisait tout notre possible pour pouvoir nous retrouver au moins à chaque vacances.
Je n'arrête pas de penser à l'annonce de leur mort, au fait qu'ils étaient peut-être pas morts quand ils ont brûlé, à la cérémonie avec les quatre cercueils, je passe de l'un à l'autre toute la journée.
Certaines fois la douleur de la perte de mon frère prend le dessus car pour moi perdre mon petit frère s'est déjà atroce. Nous étions très fusionnels, il était mon "frère d'âme", ma moitié.
D'autres fois, c'est ma Flo qui prend le dessus; elle était la compagne de mon frère et mon amie.
Puis d'autres fois ce sont les enfants....
Bref, c'est juste atroce. J'ai perdu d'un coup 4 personnes qui faisaient une grande partie de mon bonheur.
Je tiens le coup pour ma fille qui va avoir 6 ans mais c'est quand même très difficile et certains jours j'ai juste envie de hurler et je me demande si je ne vais pas devenir dingue. Car comment vivre après ça? Comment vivre quand on a perdu autant de personnes qu'on aime d'un coup?
Ils ne restent rien d'eux, que des photos, des souvenirs et une tombe.

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : perte d'une famille
« Réponse #1 le: 03 Septembre 2012 à 21:26:07 »
Bonsoir Asia,

Ton témoignage est poignant. En effet comment réagir quand on a perdu autant de personnes chères d'un seul coup? En plus, ton deuil est tellement récent…Je veux juste te montrer que je peux comprendre ce que tu ressens et te dire qu'heureusement tu as une petite fille qui peut t'aider à envisager un futur positif malgré la perte. Je ne sais pas si tu as d'autres personnes chères qui t'entourent et qui peuvent t'assurer de leur présence. Tu trouveras toujours sur ce site une personne prête à intervenir sur ton fil. Ce dont on a le plus besoin lors du processus de deuil, ce ne sont pas vraiment des solutions, mais surtout une écoute.
Je suis en train de me reconstruire après la mort de ma soeur unique, au sens propre et au sens figuré…Je m'étais déjà reconstruite après la mort de ma mère puis celle de mon père.
Je te souhaite de tout coeur de trouver les ressources pour rester debout malgré la douleur et trouver un jour l'apaisement lorsque tu auras abrité les tiens bien au chaud dans ton coeur.

Madâme

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
Re : perte d'une famille
« Réponse #2 le: 04 Septembre 2012 à 07:15:28 »
Bonjour Madame,
Pour répondre à ta question, j'ai la chance d'avoir des gens autour de moi que j'aime et qui m'aime. J'ai la chance d'avoir encore une soeur, mes parents, mes amies et donc surtout ma fille. Ce qui est dur c'est que les gens qui les connaissaient souffrent aussi beaucoup. Tout le monde coule petit à petit...
Ils étaient tellement présent dans nos vies...
Les mois à venir me terrorisent car je sais que le plus dur reste à venir.
Merci beaucoup pour ta réponse.
Asia

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : perte d'une famille
« Réponse #3 le: 04 Septembre 2012 à 10:35:32 »
Bonjour Asia,
Je comprends ce qui t’arrive. J’ai perdu ma fille, il y a 18 mois et 7 mois plus tard mon mari alors que j’étais toujours dans un deuil profond pour ma fille. Du jour au lendemain, mon deuil pour ma fille s’est interrompu et j’étais en deuil pour mon mari. Puis, je ne peux pas dire exactement quand, celui-ci s’est estompé pour faire place à celui pour ma fille de nouveau, mais moins violent. Mon expérience, c’est également qu’on ne peut pas être en deuil pour plus d’une personne à la fois.
Elisabeth Kübler-Ross conseille en cas de deuil multiple de consacrer du temps au deuil d’une une personne à la fois à tour de rôle afin d’honorer chaque disparu.
Je vous souhaite beaucoup de courage, à toi et à ta famille. Vous allez vous soutenir mutuellement et être encore plus soudés. Il vous faudra certainement du temps pour faire surface, mais vous allez y arriver.
Prenez bien soin de vous
Méduse

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : perte d'une famille
« Réponse #4 le: 04 Septembre 2012 à 18:37:07 »
Bonsoir Asia,

Tu dis que les mois à venir te terrorisent. Je vais me permettre de te donner un autre conseil que celui de Méduse. Il ne faut surtout pas envisager le futur avec ses tourments, mais vivre au jour le jour. En effet, parfois, on est surpris d'avoir pu passer une "bonne" journée et le lendemain, on est à nouveau anéanti. Quand j'ai perdu ma soeur Carole, lorsque je me projetais dans l'avenir en me disant que je ne la reverrais plus jamais, c'était intolérable. Donc, je ne cherche plus à me projeter et je vis chaque jour différemment, avec plus ou moins de tristesse, plus ou moins de bonheur. Et je ne cherche plus, après un an à me fixer un moment où je ne souffrirai plus. J'essaie d'être patiente et surtout j'accepte sans culpabiliser d'être mal parfois et bien à d'autres. Ainsi va le long travail du deuil…

Bon courage à toi et à tous ceux qui sont touchés par cette perte,

Bien à toi,

Madâme

Un petit PS : je pense que le conseil de Méduse est un sage conseil. Mais Méduse a toujours de sages paroles :)

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
Re : perte d'une famille
« Réponse #5 le: 05 Septembre 2012 à 08:09:52 »
Merci beaucoup pour vos réponses.

C'est vrai que lorsque je me dis que je ne les verrai plus c 'est intolérable, juste l'enfer. J'essaie d'avancer au jour le jour mais chaque matin c'est la même "claque",la pensée qu'ils sont morts. Après ça il faut réussir à avancer malgrè tout. Je sais que cela fait seulement quelques semaines qu'ils sont morts et j'imagine que c'est normal.
 Parfois je reste aussi bloquée sur l'accident à essayer d'imaginer ce qu'il a pu se passer pour qu'ils sortent comme ça de la route sans aucune raison, sans parler des tonneaux, des flammes...
J'aurai aimé savoir comment il faut faire pour se concentrer sur un seul deuil à la fois? Faut-il commencer par le plus lourd "affectivement"? En ce moment, mon frère et ma petite Lou prennent le dessus. Comment les isoler les uns des autres? Est-ce qu'il faut faire ça à la journée, à la semaine...? J'avoue que ce n'est pas très clair pour moi. Avez-vous la référence de ce livre d'Elizabeth Kubler-Ross?

Encore merci à toutes les deux

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : perte d'une famille
« Réponse #6 le: 05 Septembre 2012 à 09:25:34 »
Le titre du livre d’Elisabeth Kübler-Ross, c’est « Sur le chagrin et le deuil ». Il y a un chapitre « perte multiple » pages 211-215.
Tu pourrais prendre quelques jours pour l’un puis pour l’autre, regarder des photos et où tu recherches un à la fois en te rappelant des souvenirs et tu pourrais lui parler. Probablement, il vaudrait mieux que tu commences par ceux qui s’imposent le plus à toi.
Ensuite, tu peux écouter aussi la conférence du Dr Fauré :
http://www.inrees.com/Conferences/dimensions-du-deuil-Comment-vivre-le-deuil/ ou les modules d’information sur le deuil ou les livres de la bibliographie :
Les mots du deuil
Ici, tu trouveras pleins de conseils de lecture :
http://forumdeuil.comemo.org/index.php/topic,864.0.html
C’est vrai que tous les jours, on espère se réveiller de ce cauchemar.
Un jour après l'autre
PS : Un petit bonjour à toi, Madâme. J’aime lire aussi tes messages plein de sagesse.
« Modifié: 27 Février 2014 à 15:47:01 par Webmaster »

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : perte d'une famille
« Réponse #7 le: 05 Septembre 2012 à 10:05:17 »
Bonjour Asia,

Je vais encore te répondre parce que ce tu dis m'interpelle encore. En janvier 2001, j'ai appris par téléphone que mon père avait été victime d'un grave accident de la route. Il était passager transporté et le conducteur avait bu et roulait trop vite. Il y a eu un mort dans cet accident. Le conducteur s'en est sorti indemne! Mon père est resté des mois dans le coma. Quand il en est sorti, il était comme un enfant incapable de marcher et de s'alimenter seul. Il est allé d'hôpital en hôpital et il est mort au bout de 3 ans et demie de calvaire…Comme toi, je restais bloquée sur l'accident à imaginer ce qui s'était passé. Je suis même allée sur les lieux de l'accident à la recherche de je ne sais quoi. Toutes tes réactions sont NORMALES. Maintenant je suis apaisée, même si t'en parler comme ça, alors que je ne te connais pas m'émeut énormément. Par contre, tu vois, je me dis qu'à chaque perte, une mutation s'opère en nous et déclenche quelque chose de positif. L'accident de mon père a fait naître en moi l'envie d'avoir un deuxième enfant à 38 ans, et je suis tellement heureuse d'avoir ma petite Eva. Quand il est décédé, j'ai enfin franchi le pas d'acheter une maison, puis de me marier. J'ai eu le courage de prendre des décisions pour lutter contre l'impact de la fatalité sur ma vie. Et là, pour ma soeur, j'attends. J'espère aussi trouver de nouvelles ressources pour continuer à avancer, malgré ce vide.

Les lectures et vidéos que Méduse t' a conseillées t'aideront à comprendre le cheminement. Et puis le site est là aussi :)

Bon courage à toi

Madâme

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : perte d'une famille
« Réponse #8 le: 05 Septembre 2012 à 10:39:48 »
Dans un des livres que j’ai lus, l’auteur dit que nous, les proches, nous revivons leur mort encore et encore, mais que les disparus ne l’ont vécue qu’une fois et qu’ils sont en paix maintenant. Cela m’a aidé à ne plus repasser leur mort en boucle.
Madâme, et même si tu ne trouvais pas une nouvelle orientation maintenant, car tu en as eu tellement, tu arriveras à être de nouveau totalement à ta petite famille !

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : perte d'une famille
« Réponse #9 le: 05 Septembre 2012 à 11:34:50 »
Re bonjour Méduse,

Aujourd'hui, je ne travaille pas, alors me revoilà! Juste pour te dire que ce que tu as posté peut en effet nous aider à ne pas ruminer inutilement. C'est vrai qu'ils sont en paix et que nous, nous restons pour grandir et nous ouvrir davantage à l'autre. Car la souffrance et l'incompréhension de ce qui nous frappe développent incontestablement l'empathie, même envers des inconnu(e)s. Et c'est bien de communiquer avec des personnes qui te comprennent souvent mieux que tes proches. Quant à ma nouvelle orientation, c'est vrai que je suis impatiente, mais il faut que je me calme. Je sens bien que je la guette pour combler le vide… Un objectif à la fois!

Bonne journée à vous, autant que faire se peut…Exerçons-nous à cueillir les bons moments de cette journée. Il y en a déjà eu en ce qui me concerne, ma conversation avec vous. :) :)

Madâme

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
Re : perte d'une famille
« Réponse #10 le: 05 Septembre 2012 à 17:50:28 »
Merci beaucoup pour tous vos conseils, je vais essayer de les appliquer petit à petit.
Je vais aussi aller voir du côté des lectures; j'ai déjà lu le livre du docteur Fauré, c'est grâce à lui que j'ai découvert ce forum.
Je vais tenter d'avancer au jour le jour, de toutes façons nous n'avons pas le choix.
Et une chose est sûre, vous avez raison, la douleur qui nous frappe développe l'empathie et la compassion. J'espère juste qu'avec le temps je ne vais pas devenir plus "dure", cela serait très triste.
Je ne sais plus qui a écrit "il ne faut pas que ma mort devienne le drame de ta vie", je pense beaucoup à cette phrase et au fait que mon frère n'aurait pas aimé me voir si malheureuse.
Parfois j'arrive à me dire que c'est mieux pour eux qu'ils soient partis ensemble, même si pour nous c'est pire. De toutes façons mon frère et Flo s'aimaient tellement qu'ils n'auraient pas pu vivre l'un sans l'autre, et des enfants sans parents ce n'est pas une vie non plus...
En tout cas merci encore pour tout
Asia

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : perte d'une famille
« Réponse #11 le: 08 Septembre 2012 à 18:54:51 »
Bonjour Asia,

Tu dis que tu crains de devenir plus "dure". Je ne le pense pas dans  la mesure où tu es d'accord pour dire que l'expérience du deuil nous aide à développer l'empathie et la compassion. Tu le ressens alors que tu n'en es qu'au début. J'aime la phrase que tu cites, parce que c'est ce que je ressens. la perte de ma soeur, c'est le drame de ma vie, l'épreuve la plus douloureuse. Je peux imaginer Carole, dans une autre dimension, m'envoyer ce message et m'inviter à continuer à profiter de la vie. Je connais beaucoup de hauts et de bas dans ce deuil qui me renvoie beaucoup à mon enfance qui n'a pas été facile. Ma soeur a été le fidèle compagnon de mon enfance, et je me rends compte que sa mort ne signifie pas seulement son absence définitive mais une traversée de moments passés où j'ai dû être un bon petit soldat que je continue à être depuis un an. Mais en ce moment le soldat est fatigué et a envie de rendre les armes…Si je puis te donner un conseil, c'est celui de ne pas étouffer tes émotions "négatives" (tristesse, pleurs, angoisse face à l'avenir…) pour préserver ton entourage. Je me rends compte que c'est ce que j'ai fait jusqu'à maintenant, et j'aimerais pouvoir lâcher prise et me montrer telle que je suis. Après un an, les gens se disent que la boucle est bouclée et que l'on doit passer à autre chose (c'est ce que pense mon mari par exemple, ou certains de mes amis ou collègues qui ne me demandent plus si ça va). Nous continuons à vivre, mais nous devons le faire pas seulement pour les autres, mais aussi et avant tout, pour nous, en respectant ce que nous sommes.

Je suis contente de pouvoir parler avec toi qui aimait tant ton frère. Bon courage à toi

Madâme

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
Re : perte d'une famille
« Réponse #12 le: 11 Septembre 2012 à 07:54:51 »
Bonjour Madame,

C'est vrai que j'aime beaucoup mon frère. Je dis bien j'aime, car je l'aime au-delà de sa mort. Cela peut paraître incroyable et peut réaliste mais en 30 ans je n'ai eu qu'une seule dispute avec lui lorsque nous étions enfants. Nous n'avions pas besoin de parler, nous avions juste besoin d'être l'un à côté de l'autre. La relation que j'avais avec lui je ne l'ai jamais eu avec personne d'autre.
C'est étrange mais depuis quelques jours je me sens "confiante" et "apaisée". Je ne sais pas si c'est normal? Et je dois dire que je redoute le retour de boomerang. Quand l'état dépressif va-t-il arriver? Attention, je ne dis pas que c'est la grande joie, loin de là, c'est juste que les crises de désespoir s'espacent. Je vis juste avec ma peine. Je commence p.e à l'apprivoiser?

Cela peut paraître débile mais j'ai refusé toute aide médicale "chimique", je me suis tournée vers les fleurs de bach et les huiles essentielles. J'ai l'impression que cela m'aide. C'est toujours g^énant de parler de ses croyances mais dans ma famille nous avons beaucoup recours aux magnétiseurs, barreur de feu... Mais je ne veux froisser personne avec ça.
Je lis aussi beaucoup et j'ai commencé la méditation. Bref, j'essaie de prendre soin de moi (on se raccroche à ce qu'on peut).

Je vais aussi mieux car j'ai eu le témoignage d'un gendarme qui est intervenu tout de suite sur l'accident; il n'a rien pu faire pour eux (la voiture commençait à bruler, il s'est brulé lui-même et a du être hospitalisé!) mais il a quand même dit qu'il n'y avait aucun son dans la voiture, ni pleurs, ni cris, rien. Ils étaient certainement déjà "partis" ou du moins sans connaissance, et ça c'est un grand soulagement. Je pense que cela nous aidera tous à nous reconstruire.

Je t'embrasse très fort Madame.
Je sais ce que c'est, en perdant notre frère ou notre soeur, on a perdu une partie de notre enfance et donc une partie de nous.
Je vais te dire ce que je me dis souvent, c'est que notre douleur c'est de l'Amour, c'est juste le revers de la médaille.  On souffre parce qu'on les aime. Et ils le méritent.

Hors ligne mamita

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 439
Re : perte d'une famille
« Réponse #13 le: 11 Septembre 2012 à 11:44:20 »
Bonjour Asia, bonjour à toutes

Je sais ce que c'est, en perdant notre frère ou notre soeur, on a perdu une partie de notre enfance et donc une partie de nous.

Oui cet exact, j'ai perdu mon frère en mai 2010, ( 1an de + que moi) et c'est avec lui que j'évoquais les souvenirs, nous étions très liés dans les joies et les chagrins de l'enfance. Nous avons perdu notre père à 6 et 7 ans, et nous étions très soudés, complices dans nos vies.

Il me manque et bien des fois quand "un souvenir", "un nom" de notre village d'autrefois m'échappe je me surprends à penser :"je demanderai à Gérard, il saura lui", eh bien non, il n'est plus là pour partager les souvenirs ! une partie de ma vie s'est envolée avec lui.

Oui il faut faire un deuil à la fois, mais pour moi, le deuil de mon frère, celui de mon fils se sont "télescopés", avec les deuils du passé.
j'avais l'impression d'avoir "une pelote de laine" emmelée dans ma tête.
Il faut se faire aider et j'ai eu la chance de pouvoir rencontrer une psychiatre pleine d'empathie qui m'a aidé justement à clarifier mes tourments.

De tout coeur avec toi Asia

Pensées chaleureuses à Madame, Méduse et à tous et toutes
"Au lieu de me désoler d'un futur qui n'existera plus, j'ai savouré la chance inouïe que j'ai eue de vivre à tes côtés, de te connaître et de t'aimer"

"Que la relation cesse n'est pas l'essentiel, l'Essentiel c'est qu'elle ait existé"

(Marie-Lise Labonté "Le point de rupture")

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : perte d'une famille
« Réponse #14 le: 11 Septembre 2012 à 13:12:05 »
Bonjour Asia,

Tu as raison d'utiliser le présent pour parler de ton frère. Et moi aussi, la relation que j'avais avec Carole, je ne l'ai jamais connue avec quelqu'un d'autre. Nous nous disputions souvent parce que nous avons des personnalités très fortes, mais nous étions intrinsèquement branchées sur les mêmes questions existentialistes. Nous pouvions discuter au téléphone pendant des heures par mois, ce qui irritait d'ailleurs mon mari… Et surtout, nous avions des délires uniques. Elle m'appelait Madâme et elle, Madâme bis. Dans les cartes postales, ça se transformait en Madââââââme. Tous les jours, j'entends sa voix quand elle m'appelait… Moi aussi, je me refuse à prendre une "béquille chimique". J'utilise aussi les fleurs de Bach, le millepertuis et autre. Je veux rester clairvoyante, même si j'ai des insomnies et des angoisses parfois. Maintenant, je me fais confiance, et je me dis qu'après la pluie…, et vice versa... et qu'il faut l'accepter. Avec l'acceptation vient l'apaisement. Donc profite de ces moments de sérénité et ne t'inquiète pas si un matin tu te réveilles à nouveau en état de choc et de refus. Je suis intervenue sur ce site 11 mois après le décès de ma soeur, parce que j'ai eu un matin l'impression que je ne pourrais jamais supporter. Et la compréhension que j'ai connue sur TLD m'a énormément aidée. Reste soudée avec les tiens. Epaulez-vous et continue à prendre soin de toi. Tu le mérites.

Moi aussi je t'embrasse

Madâme

PS Merci Mamita pour tes pensées chaleureuses et ton témoignage :) Je pense que nous nous nourrissons tous de nos témoignages qui nous montrent que nous sommes "normaux" et surtout, plus que jamais HUMAINS.