Auteur Sujet: Perte d'un cousin très proche  (Lu 219 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Oiseau-de-Pluie

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
Perte d'un cousin très proche
« le: 09 Mars 2017 à 22:18:14 »
Bonjour,

Je préviens à l'avance que je ne sais même pas pourquoi je poste, car je sais très bien qu'aucun forum ni rien ne m'apportera d'aide... Disons que je souhaite peut-être juste partager ma souffrance avec celles et ceux qui traversent la même chose et pourquoi pas juste extérioriser ma souffrance, sans attendre aucune réponses, juste vider mon sac...

Mon histoire est très longue, alors pour résumer, je n'ai déjà pas eu une vie facile... Déjà, toute petite, je souffrais d'un trouble peu connu qu'on peut souvent confondre avec l'autisme, appelé "mutisme sélectif"(qui consiste à être incapable de parler en dehors du cercle familial). J'ai très longtemps été harcelée à l'école à cause de ça, autant par mes camarades de classe que par certains profs...
Dans ma propre famille, j'étais très mal comprise aussi et mon père était parfois violent psychologiquement avec moi (attention je ne dis pas qu'il le faisait exprès pour me faire du mal, il ne se rendait probablement pas compte, mais ça m'a fait beaucoup souffrir...)

Et le pire, c'était au collège : des insultes, des coups, des bousculades dans les couloirs etc, tous les jours pendant deux ans pure et dure...
Puis je suis tombée dans une forte dépendance affective, je suis presque tombée amoureuse d'une prof qui a finit par me rejeter... J'en ai terriblement souffert, on avait voulu me virer du collège, on avait voulu me faire passer pour la coupable (alors que quand c'était moi qui étais véritablement harcelée, rien n'avait jamais été fait contre les harceleurs !)...

J'ai été hospitalisée 3 mois à 14 ans, ça ne s'était pas très bien passée... La prof a finit par être mutée et j'en avais atrocement souffert...
Puis, je me suis attachée à une autre prof qui m'avait aidée au début... Elle était très gentille, jusqu'à ce qu'elle me rejette également sans me donner aucune explication à ce rejet... j'en souffre...
Un jour, elle m'avait violemment rejetée et j'avais voulu me suicider, du coup, j'avais atterri en hôpital psychiatrique, encore pire qu'à 14 ans : j'ai été enfermée chez les fous, attachée, droguée de neuroleptiques jusqu'à m'évanouir dans les couloirs, une horreur !!!
Non, les méthodes barbares ne datent pas toutes du moyen-âge malheureusement...

Mais je crois que cette dépendance affective aux profs est due au harcèlement scolaire... Plus j'y réfléchis, plus je suis sûre que c'est ça au final... j'ai aussi eu une période d'anorexie et huit ans de mutilation...

Bref, après tout ça, l'état de ma mamie qui était malade du coeur depuis longtemps s'est dégradée... Elle alternait l'hôpital et chez elle et un jour, elle est morte, en octobre 2013...
J'ai perdu toute une partie de ma vie et de mon enfance en même temps qu'elle... J'avais 19 ans, elle en avait 82, alors oui, on va me dire que c'est le cycle de la vie mais bon, elle me manque quand même... Le seul espoir, c'est qu'elle ne souffre plus...

Et puis, pour en venir au sujet, un an plus tard, un de mes cousins dont j'étais très proche est mort. Il a attrapé une maladie foudroyante du jour au lendemain : une pancréatite aiguë sévère. Il est resté 19 jours à l'hôpital et il est mort, le 27 décembre 2014.
J'avais 20 ans, vous savez, le plus bel âge de la vie où les jeunes s'éclatent pour le nouvel an... C'est le pire âge de ma vie et Noël et le jour de l'an sont pour moi synonymes d'un affreux drame pour le restant de ma vie...

Voilà, j'ai des dizaines de cousins / cousines mais je ne suis proche d'aucun à part lui... Il était presque comme un grand frère pour moi, c'est pourquoi je poste sur cette partie du forum même si elle n'est pas vraiment la bonne...

Le deuil d'un frère ou d'une soeur est déjà assez mal reconnue dans la société, alors celui d'un cousin ou d'une cousine, ce n'est pas reconnue du tout...

Quand j'ai annoncé le décès tragique de mon cousin à une infirmière travaillant dans un centre pour jeunes en souffrance, elle m'a répondu en souriant : "Faut faire son deuil ! Tu vas faire les soldes cet après-midi ?" d'un ton extrêmement naturel et comme s'il n'y avait rien de dramatique...

La prof à laquelle je m'étais attachée m'a répondu : "C'est des choses qui arrivent, la vie continue !"

On aurait dit que je leur avais annoncé que j'avais perdu un paquet de mouchoirs... et dans ma souffrance intense, je ne supporte plus un tel manque de compassion et d'empathie.... je ne dis pas que je veux que les gens souffrent et pleurent avec moi, ce n'est pas ça, mais je voudrais juste qu'on reconnaisse que c'est une véritable tragédie et non pas une banalité...
Le choc de sa mort a été si brutal... Un mois avant, nous étions au cinéma, on riait et il était très bien... Il avait 42 ans...

Voilà, je ne cherche pas d'aide, juste un peu de compréhension...  merci de m'avoir lue et bon courage à vous tous qui êtes également dans une terrible souffrance...
« Modifié: 09 Mars 2017 à 22:22:14 par Oiseau-de-Pluie »

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1593
Re : Perte d'un cousin très proche
« Réponse #1 le: 10 Mars 2017 à 10:02:49 »

    Chère belle oiselle,

    Je me souviens très bien de toi.
    Je ... comprends la profondeur de tes difficultés, pleinement.
    Aucune aide "immédiate" ne peut en effet combler les grands vides que tu ressens.
    Il te faut avancer péniblement, un jour après l'autre, seule et démunie.
   Seule et démunie, je sais.
   Tu as cependant ta plume, et l'Oiseau de pluie peut se muter en Oiseau de feu, en Oiseau rare, en Oiseau de joyeux augures, en Oiseau de passage ...
   Les ailes de l'imaginaire, la créativité de tes écrits, ton Savoir "interne" des complexités psychiques ... ton regard d'aigle ...
   Je veux bien t'accompagner un bout de chemin ... j'ai vécu "des choses" dans ma jeunesse, comparables en intensité à celle que tu as vécues, tout en ne retrouvant pas la même histoire que la tienne, je retrouve la violence des rejets ...
  Tu auras besoin de beaucoup de temps, d'aller puiser dans les éclairs de bonheur entrevu, pour comprendre que malgré les nuages, de belles étoiles peuvent encore te guider ...
   Bien amicalement et solidairement, Martine.
   
J'aime donc je suis !

Hors ligne Oiseau-de-Pluie

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
Re : Perte d'un cousin très proche
« Réponse #2 le: 10 Mars 2017 à 20:35:29 »
Bonjour Martine,

Merci pour ton joli message... C'est vrai, j'ai des plumes, dans les 2 sens du terme d'ailleurs, puisqu'on me conseille souvent de me servir de ma plume pour extérioriser mes souffrances... Bien sûr cela n'enlève malheureusement pas la douleur, rien ne peut combattre l'absence et le manque, mais c'est utile quand même, notamment pour faire de la prévention à certains sujets...
Par exemple, mon cousin vivait toujours chez sa mère à 42 ans et était au chômage. Il ne trouvait pas de travail. Au lieu de le soutenir, beaucoup de personnes le jugeaient. Il le vivait très mal et noyait son chagrin dans l'alcool...
J'ai découvert par la suite que la saleté de maladie qui l'a tué était très souvent due à une consommation excessive d'alcool. Peut-être que si on l'avait soutenu au lieu de le juger, il n'aurait pas eu besoin de se réfugier dans l'alcool et peut-être serait-il toujours en vie ?...
En plus, il a été "soigné" dans un hôpital de banlieue qui n'était pas bien réputé. Peut-être que si on l'avait mis dans un hôpital spécialisé (tel que l'hôpital Beaujon), il serait toujours en vie ?
Ce genre de questions me tue...

Ma mamie était malade du coeur depuis longtemps, elle était aussi dans un hôpital de banlieue en 2005 où elle se laissait mourir. Ma tante l'avait vite transférée à la Salpêtrière. Je sais que si elle y était restée, elle serait morte en 2005 et non en 2013...

La moralité de cette histoire : ne jugez jamais une personne en fonction de son statut social... La vie d'une personne vaut tellement plus que ça...

Mon cousin était au chômage et vivait chez sa mère à son âge, et alors ? C'est l'homme le plus drôle que j'ai connu dans ma vie et il laisse un vide tellement immense...


Pour en revenir à ton message, Martine, je ne serais pas un Oiseau de feu, je risque de me brûler les ailes... La pluie peut aussi être douce, bien que pour l'instant c'est encore la tempête...
« Modifié: 10 Mars 2017 à 20:37:33 par Oiseau-de-Pluie »

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1120
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Perte d'un cousin très proche
« Réponse #3 le: 11 Mars 2017 à 14:09:26 »
Salut Oiseau
Mes filles ont perdu leur grand frère et mes nièces leur cousin elles en souffrent beaucoup ne croît pas que tu es seule
Tendrement