Auteur Sujet: Ma soeur, mon ange, ma douleur  (Lu 4384 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne steph65

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
Ma soeur, mon ange, ma douleur
« le: 06 Décembre 2012 à 16:14:32 »
Bonjour à tous,

J'ai trouvé ce site en parcourant sur le net. Je viens de perdre ma grande soeur, le 25 novembre exactement elle avait 37 ans et s'est éteinte a cause d'un cancer qui a mis fin a sa vie en à peine 2 Mois.
Je sais aujourd'hui que ma soeur n'est plus là mais j'ai si mal et je trouve ça si injuste. Trop jeune pour partir. Elle laisse 2 petits bout derrière elle et j'ai mal pour eux.
Elle me manque terriblement. Tout est allé trop vite et je voudrais tant pouvoir encore la serrer mais je sais que cela est impossible.
Alors après a des moments je me dis que je sais qu'elle est bien là ou elle est et qu'elle ne souffre plus, mais c'est quand même douloureux car au final je crois que je me dis ça pour essayé d’être bien.

Si j’écris ici c'est peut être pour trouver un peu de réconfort, car j'essaie d’être forte pour mes parents et mes filleuls et je pense l'etre mais c'est dur dedans.

Merci à tous

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #1 le: 06 Décembre 2012 à 18:54:54 »
Bonsoir Steph65,

Je suis désolée pour la perte de ta soeur, même si, comme tu dis, elle ne souffre plus là où elle est. Je pense que la perte d'une soeur ou d'un frère est source de manque indicible pour ceux qui partageaient une relation de connivence sincère et unique. Car qui nous connaît mieux qu'une soeur ou un frère avec qui on a partagé toute son enfance? Avec qui on a partagé des confidences, des secrets, des délires propres à nous deux, rien qu'à nous deux? Le même sang. Tout un symbole. Ma soeur aimait dire que nous étions jumelles, même avec deux ans et demie d'écart. D'ailleurs, dans nos jeux, on inventait des personnages qui portaient le même nom. Il y avait les "Catherine", les "Annie", et bien sûr les indétrônables "Madâme"! Après plus de 15 mois, je me dis que j'ai perdu tout ça, mais qu'en même temps, c'est profondément ancré en moi. Carole est là, tous les jours, avec moi. En fait, je pense plus à elle maintenant qu'avant sa maladie, puis sa mort…Je veux juste te dire ça, Stephanie, que ta soeur sera toujours là. Rien ne peut l'effacer. C'est son enveloppe qui n'est plus. C'est à ça que nous devons nous habituer, ne plus voir l'enveloppe. Pour le reste, nos défunts continuent à vivre à travers nous. Tu as la chance d'avoir "tes deux petits bouts". Tu vas être très importante pour eux. Ma soeur n'avait pas d'enfants, mais adorait mes filles. S'il m'était arrivé quelque chose, nul doute qu'elle se serait rapprochée d'elles.

Je te souhaite beaucoup de courage, car l'absence est dure à gérer, mais il faut garder espoir,

Madâme

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #2 le: 06 Décembre 2012 à 19:52:48 »
Bonsoir Steph 65,

C'est mon petit frère de 30 ans que j'ai perdu (avec toute sa famille - je sais que je me répète mais c'est important pour moi de citer Flo et les enfants) il y a 4 mois.
Je comprends ta souffrance...l'absence...la douleur...l'injustice... Je ressens certainement à peu près la même chose que toi.
Tu as la chance d'avoir tes nièces, elles sont une partie de ta soeur. Pour moi qui ai perdu Lou et William, les enfants de mon frère, cela a une grande valeur. Alors sans leur mettre la pression (elles ne seront jms leur maman bien sûre), profite d'elles autant que tu peux. Je donnerais moi-même cher pour pouvoir à nouveau voir les enfants...

Tout comme toi je me dis qu'ils sont bien là où ils sont, qu'ils ne souffrent plus, cela n'enlève pas ma souffrance mais cela m'apaise quand même, surtout quand ça va très mal.

Je te souhaite une douce soirée
Asia

Hors ligne steph65

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #3 le: 07 Décembre 2012 à 09:13:35 »
Bonjour à tous,

Tout d'abord merci pour vos témoignage. Grace à vous je me rend compte qu'au final nous vivons tous la même choses. On passe par les même moments et on ressent la même chose.
C'est vraiment très dur tout ça. J'ai comme un gros vide en moi et par moment je ne sais pas trop comment le gérer. Nous avons 3 ans de différence moi j'ai 34 ans et j'ai promis à ma soeur de bien s'occuper de ses enfants (à mon niveau bien entendu), je sais qu'elle aurait souhaité ça et au final ca m'aide car je me dois d’être forte pour eux et mes parents aussi.
Les fêtes de noël approchent et je les appréhende terriblement, d'une part parce que ca fera 1 Mois pile qu'elle nous aura quitté et ensuite il y aura 1 personne en moins à table avec nous. Nous n'avons pas vraiment envie de faire noël mais les petits seront tellement content, donc on le fera pour eux et en mémoire de ma soeurette.
En tout cas je vous souhaite bien du courage à tous aussi et écrire sur ce site me fait du bien.

Bonne journée
Steph

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #4 le: 07 Décembre 2012 à 20:10:30 »
Rebonsoir Steph 65

Je suis d'accord, nous devons être forte pour les autres mais nous ne devons pas non plus nous oublier, car nous avons le droit d'être mal.
Tu l'as dit c'est très dur (je dirais horrible, atroce), nous devons vivre avec cette perte qui est inimaginable pour nous. Nous avons perdu une part de nous, de notre enfance c'est pourquoi nous devons également être douce avec nous même.
De mon côté je n'essaie pas vraiment de gérer, j'essaie plutôt de trouver de l'apaisement (lecture, fleurs de bach, méditation, calin à ma fille..) pour supporter la souffrance. J'avance au jour le jour... Je pleure beaucoup, pas logntemps mais beaucoup, surtout le soir et le w.e.
Cela fait plusieurs jours que j'ai mal dans la poitrine; les jours de grande souffrance la douleur s'intensifie...

Les fêtes de Noël seront très différentes pour nous, notamment parce que Lou et William (les enfants) ne seront plus là. Il manquera 4 personnes à table, c'est trop dur. Ma fille sera chez son père et les enfants de ma soeur chez le leur, nous nous serons chez ma grand-mère (93 ans!  :)). Les parents de Flo ma belle-soeur seront chez leur seconde fille en Equateur. Ce sera notre 1e Noël sans eux...
Quant au nouvel an, il se fera sans moi (ça n'a jamais été mon truc en fait); juste un petit repas avec ma fille et un dessin animé puis dodo!

Continue à venir "poser" ta peine, ici tu es comprise.
Douce soirée
Asia

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #5 le: 07 Décembre 2012 à 21:56:14 »
Bonsoir Steph, bonsoir Asia,

Ah! là!là!ces fêtes de Noël qui peuvent être tellement source de peine lorsqu'on est endeuillé. c'est comme si on se donnait un grand coup de marteau sur un hématome…c'est extrêmement douloureux. Il faut le temps que la douleur s'atténue. Elle va s'atténuer, sinon on meurt de souffrance. Alors, on fait bien les choses. On s'auto-régule, et on arrive à retrouver une forme d'équilibre. Et, si on est vraiment désireux de ne pas faire de Noël uniquement une source de souffrance, on s'efforce de trouver du positif dans tout ça. Et on finit par en trouver. Dans une lumière du sapin, une boule multicolore, un sourire de notre enfant ou de notre petit-enfant, un plat qu'on a réussi et qu'on partage, une chanson qu'on aime, les bulles du champagne, etc. Tant de choses positives qu'il ne tient qu'à nous de saisir.

je pense à vous et vous envoie des ondes positives, et vous promets d'avoir une pensée pour vous le soir du réveillon :)

Madâme

Hors ligne steph65

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #6 le: 11 Décembre 2012 à 14:31:06 »
Bonjour à tous,

Vos témoignages sont tous très touchant et quand je les lis je me dis aussi que la vie est si injuste. Ma soeur me manque toujours autant si ce n'est plus, après mettre des mots sur tout ce que je ressent m'est impossible car je ne comprend pas tout.
Je n'arrive toujours pas a me dire que tout cela est vrai en fait. Je sais que ma soeurette n'est plus là, mais comment dire.... A des moments je pense a autre chose car je suis au travail et d'un coup ça revient a mon esprit et je suis mal car la réalité me rattrape et je me dis que tout est fini.
Sa voix me manque, sa petite bouille aussi, enfin tout me manque. Tout s'est arrêté si vite !!!! Je sais que le deuil sera long mais ca fait si mal.
En fait avant cela je ne savais pas vraiment ce qu'était perdre une personne vraiment proche et là j'avoue que c'est dur.

Bon courage à tous

steph

Hors ligne asia

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 592
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #7 le: 11 Décembre 2012 à 20:15:15 »
Bonjour Steph 65,

Ce que tu dis me parle car c'était exactement la même chose pour moi au début. "J'oubliais" qu'ils étaient morts pdt quelques minutes puis lorsque cela me revenait c'était à nouveau le choc, atroce, puis le déni.
Je ne sais pas si j'ai accepté, je me sens bizarre...
J'avais déjà perdu mes grands-parents mais là c'est totalement différent. J'ai perdu mon frère, Romain, l'Homme de ma vie... Je n'ai pas de mot pour exprimer à quel point je l'aime. Perdre Romain, c'est perdre une partie de moi-m^me. Et perdre en plus, sa femme et ses enfants c'est juste surréaliste. Le cauchemar, l'enfer...Là non plus, il n'y a pas de mot!
Cela va être long, atroce, douloureux, seule ma Foi en autre chose (je suis athée ce n'est pas une histoire de religion) me permet de trouver un sens à tout ça. Mais cela ne m'empêche pas de souffrir comme j'ai jamais souffert.

Douce soirée
Asia

Hors ligne steph65

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 5
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #8 le: 19 Février 2013 à 10:24:49 »
Bonjour à tous !!!

Je reposte aujourd'hui car cela fait un moment que je n'ai pas écrit. Je pensais ne plus en avoir besoin mais je crois que ca sera en dent de scie.

Si j’écris aujourd'hui c'est parce que je pense que suite à la perte de ma sœurette, je pense qu'un changement en moi c'est fait et pas forcément en bien.
J'explique, je pense que je doit avoir beaucoup de colère en moi et du coup c'est mon entourage qui trinque. Je suis assé agressive, je n'ai plus trop de patience et du coup comme on dit "ca pète".
Je ne comprend pas trop ce qui m'arrive car sur le moment je ne m'en rend pas compte.
Cela me perturbe beaucoup au final. Je ne veux pas rendre mon entourage malheureux, c'est pas mon but et bien au contraire.
Aurais-je besoin de me faire aider peut etre?

Je voudrai savoir si vous aussi vous êtes passé par là et comment faire pour que ca passe?

Merci à vous

Steph

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #9 le: 19 Février 2013 à 11:44:24 »
Bonjour Steph65,

Ca ne fait même pas 3 mois que tu as perdu ta grande soeur et tu t'inquiètes d'avoir des poussées de colère et d'agressivité!!! Rien de plus normal. Et je vais même te dire, avec mon recul de 18 mois, que tu n'as malheureusement pas encore pris toute la mesure de la disparition de ta soeur. Tu vas osciller entre périodes d'accalmie et retours de boomerang qui vont te laisser interdites, tellement ça sera violent. Violent, mais normal. Car, comme les endeuillés de plus longue date le savent, il faut user la souffrance, la colère, le désespoir. Ne surtout pas les nier, les étouffer. Ils nous prendraient par surprise des mois, des années après, et ça serait pire. Pendant les premiers mois, je me suis recroquevillée sur mon noyau (mon mari et mes deux filles). J' étais incapable d'inviter du monde à la maison. Je refusais des invitations. Parfois, j'étais avec mon mari le soir, et puis tout à coup une envie irrépressible d'être seule, dans une anfractuosité. Alors j'allais vite dans mon lit, et je pensais à Carole en pleurant. Les rares fois où je me retrouvais seule à la maison ou en voiture, je criais mon désespoir, comme une damnée. Tu peux peut-être faire ça aussi. Crier, hurler "pourquoi????" pour évacuer cette colère, et ne pas la déverser sur ceux qui sont encore là et qui t'aiment. Et puis venir sur ce site et nous faire part de ton ressenti. Tu auras toujours quelqu'un pour te répondre. J'interviens moins en ce moment, mais comme je dis, je passe et je veille…Pour ne pas laisser des personnes désemparées dans la solitude de leur peine.
Si vraiment tu te sens complètement perdue, tu peux peut-être consulter. A toi de voir comment tu gères ton désarroi.

Je t'envoie plein de courage

Madâme

Hors ligne Lila

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 59
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #10 le: 19 Février 2013 à 20:34:36 »
Bonsoir les filles,

Ça fait 7 mois que j'ai perdu ma ptite soeur de 33 ans et je constate comme toi que je change.
Je suis à fleur de peau, hyper susceptible,  impatiente... ce sont mes enfants qui trinquent.
J' essaie de me reprendre mais je n' y arrive pas, je suis tellement malheureuse...
J'ai repris le sport mais même si je me sens bien juste après, les bénéfices ne tiennent pas en longueur.
Que c'est dur !

Je nous souhaite du courage dans cette terrible épreuve,
Lila

Hors ligne madâme

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 566
Re : Ma soeur, mon ange, ma douleur
« Réponse #11 le: 19 Février 2013 à 21:06:57 »
Bonsoir à vous, soeurs endeuillées,

Juste un petit mot pour vous dire que le temps est notre allié. Il nous aide petit à petit à éroder notre souffrance. La tristesse et le manque sont là dans un coin, mais notre amour pour nos soeurs disparues aussi. Carole est dans mon coeur, je pense à elle des dizaines de fois par jour, mais avec plus d'apaisement. Soyez confiantes, demandez à la Vie, à vos soeurs de vous aider. Parlez-leur, évoquez leur souvenir afin qu'on ne les oublie pas. Soyez patientes, et vous pourrez aussi un jour envisager l'absence inenvisageable avec plus de sérénité, car vous comprendrez qu'elles sont absentes physiquement, mais qu'elles ne vous quittent pas sous une autre forme, jamais. Nos défunts sont en nous et nous accompagnent jusqu'à notre départ. Je porte mon père, ma mère, ma soeur en moi. Personne ne peut me les enlever.
Je vous embrasse,

Madâme