Auteur Sujet: elle s'est suicidée le lendemain de ses 15 ans  (Lu 830 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Cam.gr

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
elle s'est suicidée le lendemain de ses 15 ans
« le: 01 Février 2017 à 05:40:58 »
Bonjour,

J'écris sur ce forum, je ne sais pas vraiment ce à quoi je m'attends de cette démarche, mais j'espère peut-être qu'en écrivant mes préoccupations, il se passera quelque chose en moi. Ma soeur G., s'est pendue dans sa chambre lendemain de ses 15 ans. Moi j'en avais 11. Ce serait faux de dire que c'est à ce moment que la douleur a commencé. G. était une personnalité borderline en formation, selon le coroner qui a eu accès à son dossier médical. Elle a eu de nombreuses hospitalisations en pédopsychiatrie. À la surface, l'on pouvait distinguer un problème d'anorexie mentale, mais j'ai toujours pensée que ce n'était qu'une manifestation de son mal-être et non la cause. Elle était sujette à de nombreuses crises de colère. Elle aimait nous provoquer, ma mère, mon père et moi. Moi, je ne m'en rendais pas compte à l'époque, mais ma mère me disait qu'elle voyait quand Gabrielle était sur le bord d'exploser. Elle bouillonnait à l'intérieur et tout d'un coup, de manière inattendue (du moins pour moi) pour une raison frivole, elle nous faisait une MÉGA crise de colère. Mes parents m'ont dit qu'ils ont commencé à consulter des psychologues pour savoir comment la gérer depuis qu'elle avait 3 ans. Donc avant ma naissance, à peu près. Je crois que c'était une tare génétique. Pour ma part, j'ai grandi, du moins avant sa mort, dans le souci extrême de ne causer aucun ennuis à mes parents. Je me faisais toute petite, je n'exprimais aucune colère, aucune frustration, même si je devais agir comme une personne plus mature que mon âge. Pour acheter la paix, je cédais ce qui me revenait de droit à G., pour éviter une crise, à la demande de mes parents. G. était très jalouse de moi. Elle s'en prenait beaucoup à moi devant les cousines, ou les amis que nous avions dans le quartier. Elle m'a souvent dit "J'espère que tu ne trouves pas belle/bonne"..... Ceci, je viens de l'écrire sans vraiment d'émotions, c'est comme une histoire mille fois racontée pour mettre en contexte.

Mais ce soir, enfin, il y a 2 jours, une tragédie, une tuerie ignoble est arrivée à quelques minutes de chez moi, de mon université, dans une mosquée que j'ai déjà visitée. Et en pensant à ces enfants endeuillés de leur père, je me suis demandé comment ces enfants allaient grandir avec cette perte tragique dans leur vie. Et j'ai pensé à ce qu'il me faudrait pour être en paix avec la mort de ma grande soeur.

Gabrielle, si je pouvais avoir une dernière conversation avec toi, je te demanderais, est-ce que tu m’as aimé? Est-ce que tu voulais le meilleur pour moi? Me souhaitais-tu le bonheur? Est-ce qu’il t’arrivait d’avoir des pensées bienveillantes pour moi? Est-ce que j’ai raison de toujours avoir pensé depuis ta mort, que tu ne m’aimais pas, que tu aurais préféré ne pas avoir de sœur? Que si je n’avais pas été là et que les parents auraient pu se concentrer seulement sur toi, tu aurais su être plus heureuse? Est-ce que j’ai apporté un peu de positif dans ta vie? Est-ce que c’est à cause de moi que tu étais malheureuse? Est-ce que quand je faisais comme si j’étais heureuse, comme si je n’étais pas affectée, malgré les misères du quotidien, tu as pensé que j’étais meilleure que toi, plus forte que toi, et que tu ne pouvais pas m’arriver à la cheville, et que tu t’es donc dépréciée, et que tu as fini par te suicider? Est-ce qu’après tout ce temps, tu me pardonnes? Me pardonnes-tu de ne pas avoir su t'aider à mieux vivre? Est-ce que tu me pardonnes d’avoir ri à nouveau? D’avoir eu quelques petits bonheurs? Est-ce que tu veux que je sois heureuse? Je veux savoir si tu veux que je sois heureuse. Je veux le savoir. Depuis ta mort, je m’étais forgée l’idée que tu ne m’aimais pas, que tu étais méchante avec moi. Je me disais que ça me ferait moins de peine que tu sois morte si tu étais une nuisance. Mais je veux quand même savoir si tu veux que je sois heureuse. Si tu penses que même si je suis heureuse, je peux t’être loyale.

Je vous raconte tout ça, et vous en reviendrez peut-être pas mais ça fait quand même 15 ans qu'elle est morte. Et j'ai depuis ce temps eu beaucoup de mal à vivre, j'ai été sur le bord du suicide et en dépression la majorité de ce temps. J'ai développé des comportements d'auto-sabotage, parce que, je crois, je pensais que Gabrielle aurait voulue que je me tue aussi ou que j'échoue. J'en suis à un point où je suis tiraillée entre le désir de réussir et l'idée malsaine que je ne suis pas en droit d'être heureuse. Si seulement je pouvais savoir qu'elle me veut du bien. Je n'ai jamais voulu ou même souhaité lui reparler une dernière fois, mais ce soir, j'aurais tellement envie qu'elle me dise: "vas-y ma belle, fonce, soit heureuse".

Est-ce que c'est normal que ce qu'elle pensait de moi ait encore autant d'emprise sur ce que je suis devenue, sur ma vie? Est-ce que vous vivez quelque chose de semblable?
« Modifié: 01 Février 2017 à 05:53:08 par Cam.gr »

Hors ligne Nandou_Guanaco

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 224
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : elle s'est suicidée le lendemain de ses 15 ans
« Réponse #1 le: 01 Février 2017 à 09:03:37 »
Ta soeur était malade. Elle souffrait d' un ou plusieurs problèmes  psychologiques graves. C' est à toi de faire la part des choses. Elle était méchante, jalouse à cause de sa maladie, tu dois comprendre que si elle était née "normale" elle aurait été comme toi, une soeur aimante, tout en sachant que les chamailleries, les jalousies et la compétition font partie de toute famille où il y a au moins deux enfants.  On se compare toujours aux autres, c' est une erreur monumentale. Ta soeur voyait bien que tu as eu plus de chance que toi alors ça lui minait le moral, c' est normal. Mais ce n' est pas ta faute, ni celle de tes parents, car le capital santé à notre naissance c' est la nature qui le décide, pas nous, sinon nous serions tous heureux et en bonne santé.

Fais toi une raison, elle ne te voulait rien de mal, personne ne veut le malheur des autres, elle ne te souhaitait rien de négatif, elle cherchait sa place, elle n' y arrivait pas, elle voulait être comme toi mais ça lui était impossible. Tu es en deuil pathologique, c' est-à-dire que ça fait trop longtemps que ça dure, tu dois faire une psychanalyse et rebondir à tout prix, de là où est ta soeur maintenant qu' elle repose en paix elle serait heureuse pour toi. Prends cette revanche pour elle. Dis toi qu' elle le mérite. Fais-le pour elle et puis pour ta famille.  Réfléchis bien, tu le dis en filigrane , "vas y, fonce ma belle, sois heureuse", c' est exactement ce qu' elle te dirait si elle était devant toi. Alors maintenant faut briser la chaîne du deuil pour que tu puisses enfin VIVRE ta vie sans complexe et  débarrassée de ses regrets et culpabilités. Bonne chance, tu es bien jeune, tu as tous les atouts pour ça,  tu y arriveras puisque tu l' as déjà presque décidé tans ta tête. Bisous.

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1959
Re : elle s'est suicidée le lendemain de ses 15 ans
« Réponse #2 le: 01 Février 2017 à 09:49:04 »

    Salut Cam,

    Que d'émotion en te lisant, que d'impuissance aussi ...

    Car je sais que tous, dans la famille de mon frère, sont traumatisés par le suicide de l'aîné, à 14 ans et demi, retrouvé comme Gabrielle ...
    Et sa sœur avait 11 ans et son frère 7 ... c'était il y a quatre ans, quelle épreuve, une marque à vie bien sûr.
    Prends soin de toi, M.
J'aime donc je suis !

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 277
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : elle s'est suicidée le lendemain de ses 15 ans
« Réponse #3 le: 01 Février 2017 à 09:55:44 »
Bonjour Cam,
D'après ton récit, je pense que tu es au Québec. Si tu veux avoir une dernière conversation avec Gabrielle, tu peux essayer d'aller voir un médium. Ma fille s'est suicidée à peu près au même âge que ta soeur et ça m'a fait énormément de bien d'entrer en contact avec elle et surtout de savoir qu'elle allait bien.

Affectueuses pensées.

Hors ligne Denpaolig

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 84
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : elle s'est suicidée le lendemain de ses 15 ans
« Réponse #4 le: 30 Mai 2017 à 01:36:42 »
Pour avoir perdu mon frère qui s'est suicidé il y a 29 ans, je sais combien les questions sans réponse peuvent être destructeur mais je pense que savoir peut être encore plus destructeur. Quelques années après la mort de mon frère, mon meilleur ami, m'a serrée fort dans ses bras et conseillé de le "laisser partir". J'ai hurlé et beaucoup pleuré aussi. Mais j'ai surtout arrêté de me torturer avec les questions sans réponse. Aujourd'hui, à nouveau je vis un drame, le père de mes trois enfants vient de se suicider. Je viens d'apprendre qu'il avait déjà tenté de se pendre il y a quelques années (je l'ignorais). Alors, je ne sais pas si ça va calmer la colère noire qui est en moi et que je ressens car i nous a abandonné mais je peux t'assurer que je vais essayer d'avancer et je me dis que je n'ai toujours voulu que son bien alors je vais essayer d'aller de l'avant pour mes enfants, mes essentiels ! Tournes-toi vers ce qui est essentiel à ta vie et arrête de te torturer ainsi ! Bon courage et prends bien soin de toi !