Auteur Sujet: Dur de vivre sans mon frère  (Lu 2296 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne bina50

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Dur de vivre sans mon frère
« le: 23 Avril 2016 à 22:28:05 »
Bonsoir,
Cela fait 5 mois que j'ai perdu mon petit frère de 28 ans d'un accident de voiture. ( La thèse du suicide est évoqué) moi je suis dans l'interrogation, dans le refus de cette hypothèse.  De toute façon je suis dans le refus de sa disparition, je ne veux pas parler de lui au passé, je ne suis toujours pas aller me recueillir sur sa pierre tombale. Tellement l'impression de vivre ça comme une mauvaise blague que ce n'est pas vrai. C'est compliqué ! C'est compliqué d'en parler avec mes parents, avec mon grand frère, on est dans le chagrin. Il me manque tellement plus le temps passe et moins ça va! Nos délires, à se taquiner sans cesse pendant les réunions de famille, des éternelles gamins... Une famille à tout jamais détruite parce qu'il y aura toujours un absent.

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1514
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Dur de vivre sans mon frère
« Réponse #1 le: 23 Avril 2016 à 22:44:47 »
Je pense bien a toi

Hors ligne kgibran

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 17
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Dur de vivre sans mon frère
« Réponse #2 le: 16 Mai 2016 à 12:12:08 »
Tu sais les premières semaines j'éclatais de rire. Pour n'importe quoi.  même en allant chez une psy pour pouvoir parler j'avais une envie irrépressible de rire...alors qu'il n'y avait rien d'amusant. Je pensais que j'étais folle ou pire sans coeur, qu'en fait je n'aimais pas ma petite soeur puisque j'avais cette réaction bien loin de celle que j'imaginais. je n'arrivais pas à pleurer. depuis je me suis calmée et je n'éclate plus de rire pour un rien. Rire qui était nerveux. Je reste dans le déni aujourd'hui, je crois que je commence à peine à ressentir et à admettre que j'ai perdu ma petite soeur. après 8 mois. alors qu'on me répétait sans cesse, avec le temps ça va mieux. phrase qui m'a toujours révoltée.
c'est sans doute une manière inconsciente de te protéger. le fait de ne pas te rendre compte que tu as perdu ton frère. tu as une histoire avec lui qui vous est propre, et donc ta manière de réagir est en teintée. c'est pareil pour le cimetière, je déteste y aller et j'y vais rarement. sauf pour déposer des fleurs. presque mécaniquement. mais je n'y ressens pas sa présence. comme tu le dis dans ton objet c'est dur de vivre sans son frère ou sa soeur, de se rendre qu'on a perdu une personne avec qui on a eu une histoire exceptionnelle; j'essaye de m'accrocher à tous les souvenirs que j'ai avec elle.
bien à toi