Auteur Sujet: Desespoir  (Lu 3046 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne solene

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Desespoir
« le: 27 Avril 2015 à 22:42:46 »
Bonjour,
Cela va faire un peu plus de 3 ans que mon grand frère est décédé à l'age de 28 ans. Un cancer l'a emporté en 1 an et demi. J'avais moi même 21 ans à l'époque, et en pleines études. J'ai ainsi passé les derniers 6 mois de son existence à l'étranger au RU. 
Mes études étant très prenantes je ne me suis pas autorisée à m’abandonner à ma peine durant ces 3 ans, et j'ai ainsi refoulé ma peine, utilisant divers stratagèmes pour ne pas ressentir mes émotions, telles que la cigarette..
Aujourd'hui, je suis de nouveau en stage au RU, et serai diplômée prochainement.

Repartir à Londres et finir mes études me renvoie la réalité en pleine figure.
J'ai l'impression d'être envahie par mes émotions, et je ressens cette douleur immense que je n'arrive plus à contenir.
La plupart de mes amis proches ne me comprenne pas, j'ai l'impression de ne pas être sur la même planète que eux et j'ai également du mal à exprimer ma douleur à mes parents, ne voulant pas rajouter à leur peine.
Je me sens très seule, pourtant entourée..

J'ai l'impression que je n'arriverai jamais à rédiger mon mémoire, car cela veut dire le laisser partir pour de bon.
Je lutte entre cette partie de moi qui a envie de mourir, de le rejoindre, et cet autre partie qui veut vivre.
Je passe du rire au désespoir rapidement, je n'arrive plus a avancer, j'ai d'ailleurs des douleurs dans les jambes.
Mes relations sont difficiles, je suis terrifié à l'idée de m'attacher à nouveau à quelqu'un et j'ai donc tendance à m'isoler.
Je ne sais pas comment faire pour aller mieux et n'avoir plus peur de vivre sans culpabiliser.

Merci pour cet espace de parole.




Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2597
Re : Desespoir
« Réponse #1 le: 28 Avril 2015 à 00:34:58 »
 Bonsoir Solene,
tu as bien fait d’écrire ici, cet espace est là pour ça..; quand l'entourage habituel ne peut plus entendre une souffrance tapie au plus profond mais prête à resurgir...
je pense que tu fais un deuil différé... ça arrive parfois et plus souvent qu'on ne le dit...; pour tout un tas de raisons et de circonstances...personnelles...
c'est à la fois une "chance" parceque tu es plus mure, plus apte à faire face au chagrin et une déveine parce que les autres pensent que tu dois aller mieux désormais et ne comprennent pas ta douleur de sœur...
L'urgent , me semble t il... est de trouver quelqu'un à qui parler de ce frère qui te manque tant...ici ce sera peut être suffi sant...
De toutes façons ton mémoire doit avancer...tu vas le terminer et le lui dédier...Il aurait été fier de toi; non?
et ensuite tu pourras te consacrer un peu de temps pour prendre soin de ta blessure...de t.es émotions ...
Ecrire t'aiderait? Lui écrire? ou un journal de deuil?Tu pourrais y laisser s'exprimer vraiment la partie de toi qui a si mal et a des idées noires ...a envie de le rejoindre... et alors la partie très vivante en toi pourrait se déployer et t'offir la vie que tu mérites et que ton frère te souhaiterait...



Hors ligne solene

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Desespoir
« Réponse #2 le: 29 Avril 2015 à 00:54:43 »
Bonsoir,

Merci pour votre réponse, je crois que oui c'est exactement ça, j'ai tenue ces dernieres années et là je craque en quelque sorte, je réalise que maintenant.. alors que c'est le moment où mes proches pensent que le temps a fait son effet..
Tenir un journal de deuil et lui écrire me semble une bonne idée, qui me correspond, je vais suivre ce conseil.
Je pense que oui j'ai peur de l'inactivité en quelque sorte qui m'attend à la fin de mes études, car je n'aurai pas d'autre choix que de guérir cette blessure, et même si je sais que c'est une bonne choses, c'est dans l'ordre des choses, une partie de moi n'en a as pas du tout envie.. et ça m'angoisse. J'ai d'ailleurs des sortes de crises de paniques avec tremblement difficultés à respirer qui survienne sans raison.. je me suis renseigné à ce sujet, je sais que ça arrive c'est normal. C'est un cap a passer et ça fait du bien de pouvoir en parler sans être jugée ou entendre des phrases bateaux du type "ça ira mieux demain, etc.."
Merci encore, je vais aller m'acheter un carnet pour tenir ce journal dès demain :)

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2597
Re : Desespoir
« Réponse #3 le: 29 Avril 2015 à 00:59:32 »
Je suis "contente" qu'une des pistes de réflexion que j'évoquais , te convienne...
Achète toi  un joli carnet et un stylo à l'encre gel d'une belle couleur et qui glisse sur le papier...Il aimait quelle couleur, ton frère?

Hors ligne psycat62

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 119
Re : Desespoir
« Réponse #4 le: 07 Mai 2015 à 07:50:14 »
Chère Solène,

"Bienvenue" parmi nous...
Écoute toujours ce que Eva Luna conseille, elle a les bons mots...
Oui, écrire, pour extirper des choses tapies, que personne ne peut -ou ne veut- entendre...
Oui, le rédiger ton mémoire, et lui dédier à ton cher Frère, il en sera fier...
Et non, après ce difficile travail, ne pas avoir peur de l'inactivité ; prendre le temps de te poser enfin, de pleurer, de te soigner de toute cette douleur que tu as cachée durant des années...

Voies-tu, quand mon Frère est parti, brutalement, j'avais commencé une formation de reconversion, sur 7 mois...
Il était tellement content pour moi que je puisse l'entreprendre, que jamais je ne l'aurais arrêtée...alors j'ai continué, les larmes aux yeux et la fatigue au corps, immense...mais 6 mois plus tard j'ai obtenu mon diplôme, que je lui ai dédié, une coupe à la main, en famille...

Puis je me suis posée, reposée, et "soignée"...car le travail de deuil, dont on parle tant, est un vrai travail, que personne ne peut faire à notre place, même si certains peuvent nous y aider bien sûr...
Et laisse parler les gens Solène, les gens parleront toujours, sans savoir, sans connaître...

Fais ce qui est bon pour toi. Courage.
Grosses bises,
Cat
Le temps s'est arrêté, dissolu, fractionné en 2 parties à jamais distinctes :
l'avant, et l'après toi, mon si cher petit Frère...