Auteur Sujet: Mon fils Thomas 8 ans mort d'une rupture d'anévrisme pendant son sommeil  (Lu 65890 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Gannicus71

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bonsoir.
J'ai été voir une psychologue ce matin, cela ma fait du bien.
Pourtant tout est extrêmement difficile.
La question reste pourquoi? Pourquoi moi, ma femme et mon autre fils. j'ai de la haine de la colère. Mais je ne sais pas contre qui.  je pense que les réponses a cette question il n'y  en a pas.
Mon fils est mort d'une rupture d'anévrisme, je l'ai trouvé le 16 février au matin les yeux a l'envers dans son lit le matin au réveil, il s'était vomis déçu et pipi. J'ai appelé ma femme et lui est dit, Thomas est mort. Plus de pou rien le corps pas très chaud. Nous avons appeler les secours, en direct avec le samu par téléphone massage cardiaque et bouche a bouche  dans le vomis pendant 15 minutes qui on paru une éternité .En tant que parent nous avons tout fait pour le sauver mais le mal était déjà fait. Les secours on relancer le cœur mais je savais déjà qu'il 'n'était plus la et que la mort cérébrale était inévitable.
Nous l'avons vu et voulions assister a son départ le lendemain a l'hôpital petite enfance de Bron Lyon 8eme.
Apres des EG sans réaction au cerveau toutes les 4h  ils ont débrancher notre petit Thomas devant nous.
Il est devenu jaune en l'espace de 2 minutes. Je prends sur moi pour continuer a écrire car ca me torture mais me libère en même temps. Notre bébé s'en est aller. Et que dire du personnel qui nous harceler 10 fois par jour depuis la veille pour le don d'organe, pour nous annoncer au final qu'il a le covid et que le don d'organe n'est pas possible.
Le covid a tué mon fils. Il n'avait aucun problème de santé, jamais mal a la tète, une joie de vivre, jamais malade, en pleine bourre. La veille journée en famille sur Macon tout aller bien. Que dire sinon chienne de vie.
Comment se remettre de ca???
Emmener ses affaires a la déchèterie, Jai perdu un morceau de moi même, mon fils .
Récupérer ses affaires a l'école avec ses petites pantoufles qu'il n'avait jamais au pied. J'aimerais tellement l'engeueler pour lui dire d'avoir ses pantoufles.
Comment sent remettre, jamais, il faut vivre avec.
Merci de répondre d'avance pour les personnes qui ont vécu avec une situation similaire et de me dire comment voir les choses
Cordialement
Un  papa déchiré par cette chienne de vie
« Modifié: 30 avril 2022 à 19:05:38 par Gannicus71 »

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1621
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon fils Thomas 8 ans décédé il y a 3 semaines
« Réponse #1 le: 12 mars 2022 à 05:38:37 »
Bonsoir papa de Thomas
Que dire de ce chagrin monstrueux qui broie les parents en deuil.
Tois semaines c'est tellement récent, il est important de vider son sac à dos trop lourd de parler
Sur le forum on peut venir à toutes heures jour et nuit.
Parfois personne ne répond mais on lit, on compatis parce ce que surtout on comprend
Et parfois même on vous accompagne un moment sur le chemin de deuil
Kps maman de Sam

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3280
Re : Mon fils Thomas 8 ans décédé il y a 3 semaines
« Réponse #2 le: 14 mars 2022 à 14:47:29 »
Bonjour papa de Thomas, ton histoire tragique me remue beaucoup...et me rappelle ces moments de basculement de notre vie qu'on voudrait tellement ne pas avoir à vivre...
mon fils s'appelle aussi Thomas, un bien beau prénom.
Impossible de donner des conseils, c'est trop intime, notre réaction au drame absolu...
tu as dejà fait un pas courageux  en consultant une psy, parler ça ne guérit pas du chagrin mais ça peut l’alléger un peu.partager aide à se sentir moins seul dans l'Epreuve.Tu sais déjà qu'on ne s'en remet pas mais qu'on apprend, douloureusement... à vivre avec .Moi je n'étais pas encore capable de voir les choses comme ça... si proche de sa mort...
Raconter ici les détails de sa fin tragique a dù être très éprouvant pour toi,c'est  comme revivre ces instants affreux... pleurer et craquer c'est paradoxalement bon pour nous...

la mort brutale d'un enfant nous plonge dans le chaos et la perte de sens avec des questions qui tournent dans nos têtes...des émotions puissantes qui vident nos forces.la colère ça aide.

je peux juste témoigner qu'on peut apprivoiser cette absence, ce vide ...ce chagrin... pour survivre puis vivre avec sa peine. ça prend le temps qu'il faut...
quel age a ton second fils?
désolée, mon message est un peu décousu...

Reviens ici écrire , mettre des mots sur ce que tu vis, ressens, je te lirai avec émotion et compassion .je suis toujours émue d'accueillir ici un parent endeuillé...


Hors ligne Gannicus71

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon fils Thomas 8 ans décédé il y a 3 semaines
« Réponse #3 le: 14 mars 2022 à 15:39:28 »
Bonjour,

Merci pour vos retour.
Merci Eva Luna. Je n'est toujours pas de mots pour décrire cette situation. Nous avons du mal a en parler, a communiquer avec mon épouse. Tout nous ramène a lui. Rester dans notre maison est un calvaire en attendant de trouver acheteur.  Mon autre fils Clément a 12 ans, il est très fort mentalement et n'a que très peu craqué. Il a pourtant assisté a toute la scène jusqu'à l'arrivé des secours. Le manque physique et visuel est d'une douleur indescriptible. J'arrive a regarder quelque photo mais je m'effondre instantanément. J'écris a cette instant avec les yeux plein de larmes. Des larmes de colère et de haine. Mon fils, ma moitié, ma chair j'aurais voulu le voir grandir, devenir ado, me ramener une jolie nana ou un jolie mec peu importe tant qu'il y a de l'amour. Lui apprendre a devenir un homme dans ce monde de brute. J'espère d'où il est qu'il y est bien. J'espère aussi qu'un jour nous puissions nous retrouver. C'est cette lueur d'espoir qui arrive a nous faire surmonter cette épreuve.

Je voudrais terminer par cette citation de Freud:

Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance que lorsque nous aimons, jamais plus irrémédiablement malheureux que si nous avons perdu la personne aimée et son amour.


Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3280
Re : Mon fils Thomas 8 ans décédé il y a 3 semaines
« Réponse #4 le: 14 mars 2022 à 17:40:10 »
J'aimais beaucoup celle ci ... écrite 9 ans après la mort de sa fille Sophie:
    “Nous savons que la douleur aiguë que nous ressentons juste après une perte continuera son cours, mais elle sera toujours inconsolable et nous ne trouverons jamais de substitut. Quoi qu’il se passe, quoi que nous fassions, la douleur sera toujours là. Et c’est comme cela devrait être. C’est la seule façon de faire durer un amour que nous ne souhaitons pas abandonner.”

    -Lettre de Sigmund Freud à Ludwig Binswanger-


Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1621
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon fils Thomas 8 ans décédé il y a 3 semaines
« Réponse #5 le: 18 mars 2022 à 05:46:29 »
Bsr
À la mort de Sam sa dernière sœur avait 14 ans elle a caché son chagrin pour ne pas en ajouter au notre, la fratrie leurs liens est si particulier
De plus on va vous demander comment vous allez mais jamais quasiment on ne le demande aux frères et sœurs.
J'avais cru être attentive à mes filles mais trop engluée dans mon chagrin.... Enfin on fait ce qu'on peut...
Une douce pensée pour Clément  et bien sûr pour les parents

Hors ligne Gannicus71

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 10
  • Le forum d'entraide durant un deuil
ce forum est mort

Hors ligne Real

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 49
Re : Mon fils Thomas 8 ans mort d'une rupture d'anévrisme pendant son sommeil
« Réponse #7 le: 01 décembre 2023 à 15:10:06 »
Bonjour,
Je suis un ex-père anéanti, mais en deuil perpétuel. La colère, cette colère ineffable, comment l'évacuer ?  Je me souviens, j'allais 2 à 3 fois par semaine pour me défouler par la natation. Ainsi je pouvais hurler dans l'eau. C'est bien, parce que personne ne nous entend dans l'eau. Les cris sont étouffés. J'ai aussi bien souvent hurlé dans ma voiture. Aujourd'hui encore je "hurle", mais d'une façon mesurée par le souffle, dans des moments de méditation. Difficile d'imaginer au point bas où tu es actuellement de se dire qu'un jour ça ira mieux. Et pourtant... je dis ex-anéanti. La mort de Thomas à été brutale. C'est une situation tellement anormale, puisque notre cerveau s'attend au décès de ses parents, pas de ses enfants. La colère c'est ce qui reste après ce long moment de déni, où on se dit que son enfant va revenir, que c'est un mauvais rêve, que tout va revenir comme avant. Sauf que, rien ne revient comme avant. Pour ma part, ce n'est pas la première année de deuil qui a été difficile, mais les suivantes. quand on se rend compte de l'irréversibilité. C'est terrible, car nous sommes des êtres intelligents et pourtant, une part de nous reste très longtemps dans le déni. Cela fait 13 ans que ma petite Rose est décédée par homicide volontaire par sa propre mère; les derniers coups devant mes yeux. J'ai donc été traumatisé. Cela a pris beaucoup de temps pour me reconstruire car j'avais ce deuil terrible de ma fille unique âgée de 5 ans au moment des faits, le traumatisme, et en plus des problèmes avec la belle famille qui tentait des mesures en justice pour m'accabler. Je me suis battu jusqu'au bout, pendant 11 ans contre eux. J'ai beaucoup écrit. Si tu as la plume facile vas-y, ne serais-ce qu'un simple journal. Tu peux écrire directement à Thomas ou écrire en te plaçant narrateur. Si je reviens sur ce forum aujourd'hui, c'est que justement parce que je suis en train de remanier tout ce que j'ai pu écrire (ici et dans mes notes), pour observer la distanciation que j'ai réussi à mettre sur cette folie. J'ai fais une psychothérapie, mais pas dans l'immédiat. Cela a duré 2 ans - j'ai fais de l'hypnose Ericksonniène, ça aide aussi si on est réceptif. Et puis quelques séances d'EMDR. J'ai surtout reconstruit une famille lorsque j'ai réussi à faire la paix avec moi-même. C'est ça - faire la paix avec soi-même. Je te souhaite de tout mon coeur de retrouver cet équilibre. Tu y arriveras, c'est une question de temps.