Auteur Sujet: Deuil absent  (Lu 4651 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Flower1976

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Deuil absent
« le: 23 Novembre 2018 à 02:52:20 »
Bonjour
Je suis nouvelle sur le forum.
Voilà j’ai perdu ma fille il y a dix ans, elle venait d’avoir deux ans et j’etais enceinte de 8 mois de mon quatrième enfant.  Elle est morte  la veille de noël , sur le parking de notre maison , mon père (donc son grand père) a reculé sur elle avec sa voiture , et cela sous mes yeux.
Ma fille était tout pour moi , mais voilà depuis 10 ans, absence totale de deuil .  Pas de douleur , pas de manque : je n’ai jamais rien ressenti sinon la douleur de ne pas être normale , l’incompréhension totale face à cette absence de souffrance. Pour résumé je souffre depuis 10 ans de ne pas souffrir. Un psy m’a parlé de deuil inhibé ,  la souffrance étant tellement insupportable que mon subconscient l’a écartée pour pouvoir survivre .
Je voulais savoir si parmi vous quelqu’un a déjà vécu une absence de deuil similaire ? Je me sens tellement seule dans mon cas ...
Merci à vous

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1956
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Deuil absent
« Réponse #1 le: 23 Novembre 2018 à 15:57:20 »
Chère Flower, je t'accueille avec une tristesse infinie.
Le deuil inhibé pour survivre à la perte de son enfant, c'est  une réaction qu'on ne peut que comprendre...
Tu n'es sans doute pas seule, et de toute façon, nous t'aiderons sur ce forum si tu en ressens le besoin.

Dans la boîte à outils, tu trouveras peut-être des liens qui t'aideront : , conseils, anciens témoignages...
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/en-guise-de-table-des-matieres

Je te dépose avec beaucoup de douceur toute mes pensées les plus chaleureuses.
Je pense aussi à ton mari, à tes enfants, et à ta petite puce partie bien trop tôt.

Je pense également à ton père, dont la douleur doit être incommensurable.

Prends bien soin de toi.

If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne kompong speu

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1525
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Deuil absent
« Réponse #2 le: 27 Novembre 2018 à 20:51:08 »
Bsr flower
Je ne sais pas ce que c’est un deuil inhibé mais je crois effectivement que tu es restée bloqué sur cette période initiale de sidération le vide comme compagnon de deuil

Hors ligne Real

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 48
Re : Deuil absent
« Réponse #3 le: 19 Janvier 2019 à 20:02:02 »
Bonjour Flower,

Rien n’est plus horrible que de perdre un enfant, d’autant de le voir mourir sous ses yeux. Dix ans après, la non-douleur est toujours aussi insistante.
Les circonstances du décès de ta fille sont rares et chaque deuil est singulier. Malheureusement tu n’es pas seule, sinon nous serions pas tous ici sur ce forum à s’entraider.
Ce que je retiens de cet horrible soir de Noël, c’est le traumatisme que tu as vécu. Malgré bien des imperfections, notre organisme, notre cerveau sont dotés de ressources insoupçonnées pour nous aider à survivre. Nous avons des sortes de fusibles qui disjonctent à la vision de l’horreur. C’est un peu ce qui permets à des soldats de se remettre de voir leur copain mourir sur un champs de batailles. Plus proche, ce sont ces jeunes au Bataclan qui ont survécu au carnage et qui ont tous eu une vision d’horreur.
La sidération fige l’instant juste avant.
Moi aussi j’ai été traumatisé de voir ma fille mourir sous mes yeux. Elle avait 5 ans et cela va faire 9 ans en mai prochain. J’ai eu une vison d’horreur qui au-delà de l’insupportable aurait du me conduire au suicide direct… J’ai eu et j’ai encore un chagrin incommensurable. Mais beaucoup de gens, des inconnus m’ont jugés, trouvant que je n’étais pas assez triste à la mesure de mon malheur, voire que j’étais pas normal… Et certains relevaient déjà une suspicion à mon égard, sans pourtant m’avoir rencontré, ni même me connaître. Mais c'est facile de juger le malheur des gens au travers des médias et la presse.
Pour le commun des mortels, et surtout par déformation de ce que nous montre la télévision, le cinéma, quand on perd un proche, surtout son enfant, on s’effondre dans un torrent de larmes, de cris. C’est ce que je croyais aussi lorsque le médecin légiste a confirmé le décès de ma fille dans les minutes qui ont suivi. J’avais ressenti une énorme sécheresse et la douleur physique d’une hallebarde qui me traversait le corps, mais pas de larmes. Avec beaucoup de difficultés à parler, je lui disais « j’arrive pas à pleurer »… Je venais d’assister au meurtre en direct de ma fille par sa propre mère, venue la tuer au couteau pendant son sommeil. Je suis intervenu, j’ai voulu sauver ma fille, je l’ai vu mourir… indéniablement, je suis traumatisé.
Peut-être que je me trompe, mais ce qui me vient en te lisant, c’est que tu trouves que ta douleur n’est pas à la hauteur de ce qu’on pourrait en recevoir en vivant pareille épreuve. Donc tu la minimises. Pourtant elle est bien là. Vivre l’impuissance face à la mort en direct, il y a la culpabilité, le choc émotionnel, le déni en subis en trois secondes… Notre cerveau disjoncte en cet instant.
J’ai fais de l’hypnose Ericksonniene avec des pratiques développées pendant la guerre du Vietnam pour apprivoiser l'insupportable. Cela m'a aidé, mais c'est plus tard 6 ans après, avec des séances d'EMDR, surtout la première, que j'ai somatisé toute ma douleur. J'ai fini aux urgences avec tous les symptômes d'une crise cardiaque. Seulement mon coeur allait mieux...
Une amie psychologue et qui pratique l'EMDR (mais que je n'ai pas choisi comme praticienne), m'a expliqué ce phénomène fusible et que "normalement" j'aurais du mourir d'une crise cardiaque immédiatement en voyant l'horreur. Nous sommes mieux "équipés" que des lapins qui meurent facilement d'un arrêt du coeur. Tu as vécue aussi un traumatisme et tu aurais du mourir d'une crise cardiaque devant l'épouvante. Seulement une autre vie était dans ton ventre et qui est devenue ta priorité. Du coup, tu n'as pris le temps de prendre soin de toi. Seulement ton deuil est pourtant bien là.
Ce n'est qu'à l'issue de beaucoup de thérapie et d'une psychothérapie et l'EMDR que j'ai pu reprendre confiance en la vie. Il est certainement grand temps pour toi de te faire aider par une thérapie douce, maintenant que ton quatrième enfant à dix ans.

Hors ligne Kesdachae

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Deuil absent
« Réponse #4 le: 16 Octobre 2019 à 06:53:53 »
I really like this. Always follow