Auteur Sujet: Quand l'absence de mots amène à se taire...  (Lu 4160 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Quand l'absence de mots amène à se taire...
« le: 25 Novembre 2014 à 11:32:50 »
Je voulais partager avec vous cette vidéo, d'Isabelle Constant, psychothérapeute.

Je trouve que ses explications sur l'absence de mots pour désigner un statut, entraîne effectivement un silence et des non dits... et par conséquent une non reconnaissance de ce que l'on vit...

http://youtu.be/ubDtuo_R7tg
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne mamita

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 439
Re : Quand l'absence de mots amène à se taire...
« Réponse #1 le: 25 Novembre 2014 à 14:38:24 »
Merci Angelik,

Je viens d'écouter cette  conférence. Isabelle Constant exprime avec beaucoup de justesse ce que nous pouvons ressentir nous les parents qui avons perdu un enfant.

Oui, j'y ai souvent réfléchi : ma belle-fille est veuve, mes petits enfants sont orphelins de leur papa mais nous, les parents d'Antoine n'avons pas de statut effectivement. Rien ne se voit, c'est seulement écrit dans le livret de famille c'est tout. Nous n'avons pas changé et personne ne soupçonne notre peine alors quand on me demande combien j'ai d'enfants, je réponds toujours : 3, puis je laisse un blanc, j'attends ...  et je dis : "malheureusement notre dernier fils n'est plus de ce monde, mais il a vécu avec nous 37 ans". C'est très certainement plus facile à exprimer que lorsque l'on perd un enfant petit.

J'ai constaté que parler de nos enfants disparus peut permettre d'ouvrir un espace de parole. J'en ai fait l'expérience quand je me suis retrouvée dans un gîte lors d'une randonnée, ce été, attablée avec des personnes inconnues. Alors que nous faisions connaissance, j'ai parlé du drame de notre vie comme ça naturellement. Un homme, au bout de la table m'a semblé très ému, à mi-voix il a parlé de son petit, mort à deux ans, voilà plus de 20 ans. "chez nous, nous n'en parlions pas, a-t-il dit, nous avons enfoui notre chagrin, l'avons caché à nos filles de 4 et 6 ans, nous n'avons pas fait ce qu'il aurait fallu pour vivre ce deuil" Le couple s'est séparé, chacun s'enfermant dans son chagrin. Je lui ai demandé, seul à seul, comment était mort ce bébé, il a raconté entre deux sanglots, il a parlé de ce petit dont il n'avait jamais pu parler !
Le lendemain matin, nous nous retrouvons au petit déjeuner et alors qu'il repart avec son sac à dos, discrètement il me met la main sur l'épaule et me dit ceci "merci, ça m'a fait du bien de parler, merci de m'avoir permis de parler" et nous avons échangé nos n° de portable.
Voilà, mettons des mots sur nos douleurs, parlons de nos enfants, faisons les vivre et n'hésitons pas à dire que nous sommes des mères ou des pères "désenfantés". A nous qui parvenons à parler, cela nous aide et à celui qui écoute ça lui permet parfois d'ouvrir son coeur.

Bonne journée à toi Angélik

Mamita
"Au lieu de me désoler d'un futur qui n'existera plus, j'ai savouré la chance inouïe que j'ai eue de vivre à tes côtés, de te connaître et de t'aimer"

"Que la relation cesse n'est pas l'essentiel, l'Essentiel c'est qu'elle ait existé"

(Marie-Lise Labonté "Le point de rupture")

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2649
Re : Quand l'absence de mots amène à se taire...
« Réponse #2 le: 25 Novembre 2014 à 20:23:30 »
Beau moment de partage des douleurs... entre parents endeuillés...
On le sait bien maintenant qu'il faut en parler... c'est pas toujours facile mais on y arrive un peu...
mais il y a 20 ans...?quelle tristesse que ces deuils si solitaires....

Hors ligne stellarose

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 542
  • Petit coeur, funambule entre 2 rives....
Re : Quand l'absence de mots amène à se taire...
« Réponse #3 le: 27 Novembre 2014 à 07:48:11 »

Un grand merci d'avoir partagé cette vidéo Angelik, je vais de ce pas la regarder. Et merci à toi Mamita pour ton témoignage.

Un an, deux, trois ou quatre.....dix....vingt, les années passent et on sent bien que parler, échanger sont les meilleurs moyens pour trouver un peu de réconfort,  de compréhension.  La route est longue et douloureuse, parfois encore plus pour certains.

Alors, oui, parlons de nos enfants, faisons les vivre et pas que dans nos souvenirs. Que rien, jamais rien ne s' efface.

Hors ligne Mamoure

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 865
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Quand l'absence de mots amène à se taire...
« Réponse #4 le: 28 Novembre 2014 à 10:59:17 »
Je n'ai pas perdu un enfant et pourtant ce manque de statut me touche
Nous étions pacsés , alors , bien sûr , pour tout le monde , je suis veuve
Mais , officiellement , que suis-je ?
Quel est mon statut? Que vais-je cocher comme case lors de ma future déclaration d'impôts?
Cela m'a frappé récemment lorsque j'ai été convoqué à la sécu et que la personne qui m'a reçu ( pas au courant de ma situation ) m'a demandé si j'étais célibataire , mariée , divorcée , pacsée...
Je n'ai pas su quoi répondre
Je ne peux pas porter son nom , je n'ai pas de statut
comme s'il ne restait aucune trace de notre histoire...

C'est pourquoi cette vidéo m'a beaucoup touché , merci de nous l'avoir fait partager

Hors ligne zabou

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1182
  • DANS MON COEUR A JAMAIS
Re : Quand l'absence de mots amène à se taire...
« Réponse #5 le: 29 Novembre 2014 à 10:04:15 »

Voilà, j'ai regardé, je me suis surprise à tous vous comprendre encore plus....

Je n'avais jamais pensé à cela... à cette non reconnaissance, au manque de statut ....

Au mot, que l'on ne peux plus mettre .....

je me suis sentie bête, et en même temps, tout ce qu'il reste encore a faire , dans notre société, pour que le deuil , la perte, notre douleur et tous ses effets soient reconnus.....
Le souvenir, c'est la présence invisible.
Si j'avais su que je t'aimais tant, je t'aurais aimé davantage.
Mon amour, plus qu' hier et moins que demain.

Ladyhawk

  • Invité
Re : Re : Quand l'absence de mots amène à se taire...
« Réponse #6 le: 02 Décembre 2014 à 19:09:41 »
Beau moment de partage des douleurs... entre parents endeuillés...
On le sait bien maintenant qu'il faut en parler... c'est pas toujours facile mais on y arrive un peu...
mais il y a 20 ans...?quelle tristesse que ces deuils si solitaires....


Je t'avoue que je n'ai pas vu la vidéo que tu proposes Eva Luna
et je ne sais pas si j'aurai le courage de la regarder ... seule ...
Je pense que si ma détresse est aussi "démesurée" aujourd'hui
c'est la faute à l'époque ...?
Aucune proposition d'accompagnement !!
Fallait se débrouiller, s'en sortir (ou pas !) seul(s) !
Aujourd'hui, je veux crier à tous :
je suis orpheline non seulement de mes parents mais D'UN ENFANT !!!
Et il n'y a pas de mot pour "ça" !!!

Hors ligne stellarose

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 542
  • Petit coeur, funambule entre 2 rives....
Re : Quand l'absence de mots amène à se taire...
« Réponse #7 le: 03 Décembre 2014 à 07:52:22 »

Angelik,

Merci d'avoir partagé cette vidéo,  on se rend bien compte que les mots sont essentiels et que parfois le language a besoin d'évoluer. 
C'est à nous,   parents, frères,  soeurs qu'il appartient de les utiliser car se taire lorsque l'on ne peut pas se définir,  c'est la pire des choses. On ne sait plus la place que l'on a.
Osons dire que nous sommes des  parents désenfantés ou orphelins ou pèrephelin, mèrephelin, soeurphelin, frèrephelin, osons tout simplement.
Il faut que le regard de la société change, j'espère que cela va se faire.
Bougeons les choses, osons trouver les mots.

Merci encore une fois, cette vidéo ne fait que renforcer mon statut: je suis orpheline d'un enfant et d'un frère.  Je sais ce que je suis ça me rassure. J'avais déjà trouve ce mot dans une conférence de Cécile Paris.

Douce journée  vous toutes et tous.