FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Être un parent en deuil => Discussion démarrée par: Anic le 15 Juillet 2019 à 22:01:37

Titre: Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 15 Juillet 2019 à 22:01:37
Bonjour. Il y a 4 ans je perdais brutalement ma fille, elle avait 19 ans. Ma vie s est effondree ce soir la. Il y a 2 ans je perdais mon mari, handicape depuis 10 ans, il avait 56 ans. On etait tetanisee par notre deuil, mais on s entraidait comme on pouvait. Nos souvenirs communs de notre fille, on ne peut plus les echanger, meme cela nous aura ete refuse par cette vie. J ai un fils qui a 27 ans, qui est gentil et tres actif mais qui habite loin, qui parvient a evoquer son pere mais jamais sa soeur. Toute la famille nous a laisses tomber ainsi que nos connaissances. J ai reussi a me faire quelques nouvelles amies, mais qui me connaissent peu, qui n ont connu ni ma fille ni mon mari. J ai beaucoup ecrit, je peint, je vais dans la nature. Je travaille a mi temps. Mais ... c est tres dur. C est un sentiment d horreur. Je vis pour ne pas abandonner mon fils. Par moments j ai de l energie, je voudrai faire ' quelque chose ' pour elle, ensuite je me dis que tout est si derisoire, triste, inutile, et je suis comme paralysee.  L abandon de ma famille me decourage encore plus. Je me sens comme une naufragee en pleine mer.  Et je me demande quoi faire maintenant du temps qui me reste. Je ne sais pas. Je survis pour mon fils mais je n aime plus la vie.  Je lutte mais c est tres dur.  Vous comprenez tout cela. Nouvelle sur le forum, merci de m avoir lue. Courage a vous toutes/tous. 
Titre: Re : Ma fille
Posté par: résilience et silence le 16 Juillet 2019 à 09:25:39
Merci Anic des souhaits de courage que tu adresses à notre grande communauté du deuil. Nous sommes nombreu(x)ses à avoir éprouvé cette perte du goût de vivre, cet abandon familial, cette lutte d'un quotidien rendu si vide de sens. Mes enfants vivants n'évoquent pas non plus leur soeur décédée mais je pense que c'est en partie leur façon d'activer en nous les forces vives qu'il nous reste, en-deça de leur propre douleur, de leur propre cheminement. Face à Méduse, qui peut l'approcher de face sinon en miroir? J'ai la conviction que c'est dans cet espace qu'il nous faut être tout en acceptant qu'un jour, Méduse nous transforma en désolation de pierre...ré-apprendre à rester ouvert tant à nos enfants défunts qu'à nos enfants vivants demande tant d'énergie, de force intérieure. Je te prie de recevoir ces mots, simples et sincères, ainsi que mon respect pour ton propre courage.
Pascal.
Titre: Re : Ma fille
Posté par: Anic le 16 Juillet 2019 à 22:17:02
Bonjour Pascal et merci de votre message qui m a fait du bien. Votre reference a Meduse est venu en echos a une pensee de Boris Cyrulnik : parents en deuil, on est sideres, effondres, paralyses par la douleur, comme pris dans les yeux de Meduse. C est la realite brute. Et il y a notre possibilite de penser, de recomposer, de formuler un recit de cette vie. Selon Boris Cyrulnik, quand on parvient a mettre en mots en puisant dans l imaginaire voire la poesie, et cela est paradoxalement possible, cela peut nous proteger de l effroi.  C est alors en quelque sorte le reflet dans le bouclier miroir.
Personnellement j ecris et je peinds, des petites choses un peu poetiques qui evoquent ma fille, car elle etait la poesie de ma vie. J ai  compris aujourd hui  mon alternance entre une sorte de paralysie qui me cloue des jours entiers soumise a des images dures qui me font renier toute creation et un leger apaisement quand j ecris ou quand je peinds ce qui s apparente a un reflet. Compendre et avoir une representation de ce que l on eprouve nous aide. Demeure la grande peine. Mais on a trouve un bouclier.
Merci. Courage a vous Pascal. Courage a toutes et a tous.
Anic
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: résilience et silence le 18 Juillet 2019 à 08:35:14
Merci Anic, cette solidarité nous aide aussi à tenir notre fil. Mille pensées à Calixte et à vous. J'apprends à l'instant que Calixtlahuaca est un site archéologique des Indiens Matlatzincas vers Mexico. Quetzalcoatl, qui y est honoré, figure majeure et Divinité psychopompe m'a accompagné récemment lors d'un état de conscience modifiée pour m'aider à vivre un rituel de passage avec le corps de ma propre fille que je n'avais pu réaliser. Oui, Boris Cyrulnik a raison d'évoquer cette force de l'imaginaire, de la poésie comme autant de  ressources aidantes, voire soignantes. Car si le deuil n'est pas une maladie, il est si terriblement douloureux qu'il s'en rapproche. Et rien de pathologique la-dedans. Comme signifie Eva Luna dans un des ses posts, quelle infamie que celle de qualifier un deuil d'un an qui n'est pas encore accompli comme une forme de pathologie! Misère,  à nous de tenir bon dans cette lucidité qu'il nous incombe de garder. Force à nous!
Pascal.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 18 Juillet 2019 à 14:45:14
Bonjour Anic,
j'ai tardé à te répondre mais je t'avais lue avec émotion...je ne trouvais pas les mots à partager...alors je te livre en vrac mes pensées
la mort brutale de ta fille est une tragédie...
4 ans... c'est à peine hier et ce que tu décris me semble "normal"... un chemin de deuil personnel et incontournable, où tu parais  avoir de belles ressources qui te portent et t'aideront au fil du temps...écrire, peindre,marcher...
même si la mort  récente de ton mari vient percuter le fragile équilibre de survie que vous aviez su construire, tout est est refaire...
l'oscillation permanente des émotions est épuisante...à 4 ans j’étais comme toi naufragée en pleine tempête  ballottée par les éléments...avec les mêmes questions, les mêmes peurs...
"Et je me demande quoi faire maintenant du temps qui me reste. Je ne sais pas. Je survis pour mon fils mais je n aime plus la vie.  Je lutte mais c est très dur.  "
[/b]
J'aurai pu l'écrire, je peux encore en écrire des bouts..mais c'est devenu moins viscéralement insoutenable... j'ai appris à vivre avec ...je suis sortie du mode survie...

Pour ton fils... la mort de sa soeur est  impartageable... ça arrive souvent...
ma fille a participé à une journée d'échanges sur la mort d'un frere ou d'un soeur, ça lui a fait du bien d’en parler, d'écrire sur le groupe dédié sur FB... mon fils dit que ça serait bien  mais que ce n'est pas son genre.. chacun fait comme il peut...


Voilà... fais le tri dans ce message, ne garde que ce qui te parle...en ce moment...
Je reviens te lire bientôt....

Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 19 Juillet 2019 à 09:11:14
Merci beaucoup Eva Luna, Pascal,  vos mots m ont fait du bien : un echange, une perspective, un lien.
Ce sentiment d etrangete aux autres et a moi meme ( parfois je ne me reconnais plus et je n arrive pas a me souvenir vraiment de comment je ressentais les choses et les gens avant ) cela isole de l interieur. Le silence de la famille et des connaissances cela coupe les liens. L impression d etre Neanderthal, d une autre espece.
Ma fille aimait la nature et etait sensible a sa protection. Elle avait un pull avec un ours blanc dessus, sa facon de commencer a s engager car elle avait peur qu ils disparaissent. Depuis qu elle n est plus la, j ai l impression d etre parachute sur la banquise ou sur un iceberg a la derive. Et je pense aux ours blancs. Je peinds des mers bleu acier et des paysages de brume. Parce qu elle aimait ce qui est beau je me suis dit que desormais, vivre c est decorer mon iceberg : quelques touches de couleur floues a l aquarelle, quelques textes et poesies sur elle, quelques nouvelles amies que j adore, les livres sur le deuil comme compagnie fidele, mon jardin en permaculture pour acceuilir les insectes, mon fils. Mais cela reste un iceberg : nuit polaire, falaises de glace, effondrements au moindre rechauffement, solitude des ours, situation de survie. Et maintenant je vous apercois depuis mon radeau iceberg, vous qui etes, bien malgre vous, la grande communaute humaine de ce forum.  L impression chaleureuse et rassurante de rencontrer des semblables. Je vous salue toutes et tous et vous envoie une de mes petites phrases : " capter l instant inespere ou miroite l iceberg que nous sommes " . Bien a vous.
Anic
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Bmylove le 19 Juillet 2019 à 09:48:25
Ton image de l'ours polaire me parle... Merci.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 22 Juillet 2019 à 13:15:19
Etre, vivre, exister. Je m interroge parfois sur les nuances des mots qui semblent synonymes.
Un rocher " est " , bien qu il ne vive pas.
Un arbre vit, mais pense t on qu il existe ?
Des lois, des solutions d un probleme, on dit qu elles existent, mais pas qu elles sont ni qu elles vivent.
Se raccrocher aux mots, supports de la pensee, peut etre pour chercher comment parler d elle au present :  dans notre histoire elle etait la, avec moi elle vivait, dans ma tete et mon coeur elle existe, Calixte, ma petite.
Ca aide quelques instants. Mais ...
Ca dit aussi le besoin de coherence, de representation, de communication, pour ce qui reste un chaos.
Plein de personnes m ont dit " il n y a pas de mot ", et elles sont vite parties, me laissant au silence. Je ne suis pas d accord. Il y a des mots, il nous faut les chercher et les partager pour sauver ce qu il reste d humain en nous.
Courage et merci a vous.
Anik
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Faïk le 22 Juillet 2019 à 14:14:32
Plein de personnes m ont dit " il n y a pas de mot ", et elles sont vite parties, me laissant au silence. Je ne suis pas d accord. Il y a des mots, il nous faut les chercher et les partager pour sauver ce qu il reste d humain en nous.

Il y a des mots.
Même maladroits, même dérisoires, infinitésimaux-infinitésimots
chuchotés ou affirmés.
Il y a des silences bavards
tristes ou pleins d’espérance.

Il y a des étreintes
des caresses amicales
des mains sur l’épaule.

Il y a des bouteilles de vins
et des tasses de thé.
Des piles de vaisselle
des murs à tapisser.

Des regards
du sang et des larmes.

Il y a des couchers de soleil
des étoiles glacées
des Vermeer, Gaudi
du Kazan ou du Maupassant.

Il y a tant à partager.

Être, c’est exister en vivant, non pas parmi, mais avec les autres ...
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 23 Juillet 2019 à 02:23:11
Les mots m'ont sauvée...
les mots dits, les mots reçus,les mots pensés,les mots partagés, les mots retenus, les mots écrits, les mots publiés...
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: kompong speu le 23 Juillet 2019 à 19:03:14
Le silence comme communication violente
Oui il y a les mots...
4 ans pour Sam dans qq mois et toujours cette même violence du silence
Douces pensées pour toi et ta fille
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 25 Juillet 2019 à 17:13:06
De tous vos mots merci.
Je comprend que nous sommes d accord sur notre besoin de mots. Le silence nous laisse seuls dans l effroi. Le silence m a fait perdre toute confiance en les autres ce qui rend la vie plus rude encore. Le silence a amplifie en moi la rage que ma fille soit oubliee, effacee. Alors je voudrai regrouper mes textes en un livre illustre, c est mon but. Et j ecrirai dedans que les mots moi aussi m ont sauvee.
Moi qui ne lisais jamais, j ai lu 300 livres en 3 ans, temoignages de parents, de deportes aussi, livres sur le deuil, la souffrance, la philosophie, et la poesie aussi.  " la poesie est desuete pour ceux qui sont gaves, mais quand le reel est insupportable, elle prend la valeur d une arme de survie " Cyrulnik.
Dans le no man s land que j ai traverse, les livres m ont portee. J ai reussi a me faire quelques nouvelles amies, je peux parler de ma peine avec l une d elles qui n a ni mari ni enfant et paradoxalement m est tres proche. Les echanges sur le forum me font du bien, courage et merci a toutes et a tous.
Anik
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 26 Juillet 2019 à 03:37:05
J'ai souri en te lisant...
moi aussi j'ai lu...monomaniaque ... un seul sujet, un seul thème...
j'ai une bibliothèque entière d'ouvrages sur la mort et le deuil, témoignages et romans compris..
désormais je lis de tout sauf du deuil... enfin c'est pas vrai mais je suis devenue difficile... je choisis plus...(le dernier/mort soeur: une amie de la famille)

J'ai lu sur la Shoa.. beaucoup... me culpabilisant de comparer ma souffrance et la leur... mais fascinée par le Mal et la survie...j'en lis encore un peu parfois...(le dernier:La Plus Précieuse des marchandises - Un conte)

Par contre je suis désolée d’être étanche à la poésie.. totalement...

Tu vas le fabriquer  ce livre dédié à Calixte( quel beau prénom...)livre illustré,avec tes mots ...mais qui fera les dessins?
Moi, je n'ai écrit que sur la mort  et ses effets sur moi...un tombeau de papier pour Emmanuelle.. en auto-édition... c'est tellement noir que je me relis, je pleure...

je vais guetter tes messages...


Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 26 Juillet 2019 à 03:43:37


  PS:J'ai  Nuit de Edgar Hilsenrath dans mon panier mais je le crains trop sombre pour moi , en ce moment, j'ai besoin de moins de drame...
Qu'as tu lu qui t'a marquée?
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 26 Juillet 2019 à 23:57:34
Merci de tes messages tres riches et encourageants.
Pendant les 2 premieres annees, j ai ecrit, des textes separes d une part, des poesies d autre part. Poursuivant cette idee de livre illustre, j ai pris des cours d aquarelle puis un peu de reliure quand j ai decouvert ce qu on appelle les " livres d artistes " ( petits tirages, liberte dans l illustration, la reliure, le papier, la mise en page ). Je veux donc tout faire moi meme, en tres peu d exemplaires. J ai les textes. Je bloque pour la suite depuis des mois.  Je ne connais pas l autoedition.
Merci de m avoir fait part du beau prenom de ta fille Emmanuelle, et de ton propre livre.

Pour ce qui est des lectures :
J ai lu aussi des livres sur la shoa. Dans " si c est un homme " de Primo Levi, j ai lu les mots qui traduisaient mon propre sentiment d horreur. Ensuite j ai cherche comment ces personnes avaient pu survivre psychiquement. On ne compare pas. Simplement l effroi provoque des situations de survie.

Je vais rechercher dans ma longue liste, les livres qui m ont marquee, dans quelques jours je t en fais part. Je les emprunte a la mediatheque mais je recopie avant de les rendre les titres et aussi les passages qui me touchent, j en ai rempli des cahiers entiers ... ( j imaginais pas un jour etre un peu utile en transmetant  mes lectures ...)

En attendant, et puisque tu cherches aussi des livres moins durs, en voici un que j ai beaucoup aime par ses descriptions magnifiques de paysages : " esthetique du pole Nord " de Michel Onfray. C est un voyage au pole Nord. Je suis fascinee par ces paysages extreme, a la fois rudes et beaux, par ces melanges de bleus, blanc, gris tres purs.

Bien a toi, et a toutes et tous du forum.
Anic




Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 04 Août 2019 à 10:34:45
Semaine difficile, j avais pourtant l impression d aller un peu mieux, juste un peu, et puis ... boum, des jours entiers a rien pouvoir faire, videe, a se dire que y a de toute facon rien a faire, et que ca change rien si j agis ou si j agis pas, et que le monde s en fou. Encore un tour gratuit sur les grandes montagnes russes. Je voulais plus voir personne, de toute maniere y a plus grand monde autour de moi. L effondrement, encore.
Et puis, mon amie fidele est venue et j ai pu pleurer sur son epaule et lui dire que j ai plus envie de rien, que j y arrive pas. Juste ca. Tout ca. Au bout de ... quelques heures, j ai repris peu a peu courage. Le lendemain je l ai aidee a jardiner chez elle et a percer des trous dans ses murs pour fixer ses cadres. L energie est revenue, fragile mais elle est revenue.
Je vais essayer de m ecrire une texte pour me souvenir de cette possible remontee, un texte a relire quand je vais mal, un texte qui parle de la  chaleur humaine ..., de ce pouvoir la, immense. Par moments, on n arrive pas a remonter tout seul. Par chance, si quelqu un est la, et qu il nous laisse exprimer notre desespoir, et qu il nous temoigne une presence douce, affectueuse, alors tout doucement on refait surface. L entraide, c est d une puissance immense. Cela sauve.
L entraide, c est aussi ce forum. J ecris peu mais je lis chaque jour vos nouveaux textes. Je prepare une liste des livres qui m ont aidee, les livres ont l avantage d etre toujours une parole toujours disponible et parfois tres forte. Merci a vlus et courage. Je vous envoie a toutes et a tous mes pensees chaleureuses.
Anic
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Faïk le 04 Août 2019 à 14:12:21
Il paraît que de toutes les sources d'énergie, la chaleur humaine est la moins coûteuse. Mais c'est parfois une denrée rare, et on l'apprécie à sa juste valeur quand on vous en dispense un peu. Ton amie a su t'en envelopper et tu t'es sentie juste un peu plus légère pour avancer, un peu ... Mais c'est si important !

A tous, je souhaite beaucoup de chaleur.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 18 Août 2019 à 22:59:01
Bonjour, je lis souvent le forum et j apprecie la bienveillance de toutes et tous.
J ai commence ce fil, et cela me questionne sur ma facon de me situer dans le forum :
Je me reconnais et j ecris essentiellement avec les parents en deuil d un enfant. Catapultee dans cette vie dont personne ne voudrait, j arrive malgre tout a me debrouiller. Tres ralentie, vite fatiguee, toujours sur la defensive tant les autres me blessent par ce qu ils disent et ce qu ils ne disent pas, tres triste voire effondree par moments, neanmoins je parviens a me debrouiller pour tout.
Pourtant, 2 ans et demi apres avoir brusquement perdu ma fille, mon mari est mort subitement, en 3 semaines. Lui, c  etait il y a 2 ans et il avait 56 ans.  Elle, c etait il y a 4 ans et demi et elle avait 19 ans.
Mais le manque gigantesque, le choc effoyable, le sentiment d absurdite de tout,  l envie  insuportable devant ceux qui ont ce que je n ai plus,  la tristesse immense, le chaos, pour moi, c est sa mort a elle. Meme si le deces de mon mari a ete un enorme choc, avec ce sentiment d inacheve, d acharnement contre nous, de tristesse supplementaire.
Je survis malgre tout, d abord pour mon fils, egalement pour la memoire de ma fille. Cela m a ete possible de survivre, en partie parce que j ai depuis longtemps l habitude de me debrouiller : Mon mari ayant ete progressivement malade et handicape a 80 % pendant ses 10 dernieres annees, cela impliquait pour moi de plus en plus de taches a accomplir, puis tout a gerer, et de plus en plus seule a prendre les decision, avec de moins en moins de bons moments ensemble.  Et cette pensee finalement m attriste davantage. Car je me dis que vraiment ca fait beaucoup ....
Je realise que je ne peux ecrire dans la rubrique concernant les conjoints.
Je sais que ce n est pas un probleme pour le forum. Simplement, le fait d avoir a me situer sur le forum m a amenee a me questionner sur le deuil de mon mari qui se trouve chez moi presque occulte par le deuil de ma fille.  C est tres dur a ecrire tout cela. J avais besoin de l exprimer. J espere ne pas trop choquer.
Bien a vous toutes et tous.
Anic



Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 19 Août 2019 à 00:44:04
Je ne suis pas choquée du tout...
la mort de ta fille est encore ton pire du pire en cet an 5 de ton chemin de deuil...
tu te débrouilles pour vivre avec mais ça reste l’Épreuve de ta vie...
celle de ton mari est le bout d'un long chemin...une fin anticipée à laquelle tu t’étais plus ou moins préparée...

La mort de mon père  6 mois après ma fille n'a pas donné réellement de deuil à vivre... tant sa mort à Elle prenait toute la place...
Vague culpabilité/peine de ne pas ressentir de chagrin...
je me suis dit que ça viendrait après, avec le temps..
et non...rien n'est venu...
 le deuil de ma fille écrase toute autre émotion...toute autre situation...
rien ne peut atteindre la même intensité... rien...
La mort de son père l'an dernier m'a donné un deuil bref et intense, mais surtout bref... de cet homme que j'ai tant aimé...qui m'a tant fait souffrir et qui a décliné lentement...
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 21 Août 2019 à 23:26:41
Eva Luna, .merci de ta comprehension et de ton eclairage, cela m a fait du bien.
Dans quelques jours, le 25 aout, ce serait l anniversaire de ma fille ... Cela fait le cinquieme ete que j apprehende cette date et que je passe cette journee la comme paralysee. Au debut, j attendais un mot, un geste de quelques membres de la famille ou de quelques amis, rien. Maintenant je connais ce " rien ", leur silence et leur absence ce jour la comme tous les autres jours. Et je ne me risquerais pas a leur formuler mes reproches, sachant que je ne pourrais supporter leurs " on n osait pas, on ne savait pas quoi faire " par lesquels ils s auto-excuseraient.  Et je ne souhaiterais plus partager de moment de souvenir avec eux, impossible pour moi apres tout ce silence. 
Mon mari disait " chacun porte sa croix ", evoquant avec fatalite sa maladie, ses handicaps.
Mais la, moi je ne peux m empecher de me dire que certaines croix sont tres lourdes vraiment et qu on les porte bien seuls.
Un peu moins seuls grace au forum.
Courage a toutes et a tous,
Anic
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Faïk le 21 Août 2019 à 23:37:54
"Chacun porte sa croix"

C'est ainsi que certain membre de ma famille, enfin la sienne, me répondait quand je m'épanchais un peu sur l'enfer que nous vivions déjà ...

Je ne sais pas si cette personne porte la sienne aujourd'hui, je lui laisse quant à moi les clous et le marteau qui va avec ...
Sans rancune.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 24 Août 2019 à 21:09:59
Anniversaire d une grande amie ce soir, j etais invitee, j ai aide a preparer, j ai amene une entree, j ai choisi un cadeau que j ai bien emballe, ecrit une carte. Je l avais prevenue que je n etais pas sure de rester, lui expliquant que les anniversaires, depuis la mort de ma fille, je ne peux plus les feter. Ni celui de ma mere, a peine celui de mon fils, je ne me manifeste pas pour ceux de ma soeur ni de mes nieces, quant au mien, hors de question.
Apres les preparatfs, j ai eu l envie de pleurer, j etais tres triste alors je suis rentree chez moi.... Voila, ma tristesse est trop immense pour la mettre entre parenthese une soiree. Je me serai sentie tellement en decalage avec les invites dans l ambiance de la fete, cela m a donne l envie de fuir, avant meme que les invites n arrivent.
Non, contrairement a ce que l on dit, cette epreuve ne m a pas rendue meilleure. Cela a fait de ma vie un calvaire.
Et demain, ce serait l anniversaire de ma gamine .... Rien a feter.
Bien a vous du forum qui pouvez comprendre et entendre ca.
Anic
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 25 Août 2019 à 01:45:47
Non, cette Epreuve ne nous rend pas meilleures...
et j'ai envie de les baffer ceux qui disent ça...
soit ce sont de creux mots...
soit c’est des décennies après la tragédie... et ils oublient que ce n'est pas le drame qui les a rendus meilleures , parfois, pour certains, mais ce qu'ils ont réussi à faire de cette épreuve avec l'aide de tous ces autres qui ont jalonné leur chemin de deuil...

On est déjà demain...
Ta gamine est née il y a  23 ans et alors  c'était un jour de joie,vous étiez si heureux...
aujourd’hui elle aurait dû fêter ses 23 ans...c'est si injuste...
  et elle aura ses 19 ans pour l'éternité et ça fait si mal...

Je crois qu'il y a ce jour de sa naissance à commémorer, pas à fêter, non, mais à marquer d'une pierre , blanche ou noire ou de couleur, une couleur qu'elle aimait particulièrement...
Allumer une belle bougie pour elle...et penser encore plus à Calixte en ce jour ...

et moi je pense à la maman de Calixte...
je t'embrasse comme une soeur de misère...
je comprends...


Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 25 Août 2019 à 09:13:09
Merci Eva.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 25 Août 2019 à 09:42:16
25 aout, c est encore l ete. C etait un joli jour pour naitre. Il y a 23 ans ... Mais moi, depuis fevrier 2015 je suis restee en hiver. Un texte que j ai ecrit pour elle, quelques mots, confidentiels, reveles a seul(e)s  celles et ceux qui peuvent les entendre.

             Ma petite fille des neiges

Couronnes de flocons a tes cheveux dores,
Echarpes de vents frais contre tes joues rosies,
Manteau de laine douce sur tes habits soyeux,
Les pieds nus rechauffes sur la laine tissee,
Sous les fourrures epaisses, blottie tout contre un prince
Tu traverses sans bruit avec ton traineau bleu,
Banquises solitaires et plaines sans limite,
Etendues desertees de ma douleur glacee.

Moi qui ne connais pas ces territoires givres,
Je ne vois dans ce blanc que le vide et l absence,
Toi qui guide d un geste ton fidele attelage,
Les yeux mi clos tu vois tous les bleus qui scintillent.

Toi qui aimais la neige tu voyages en hiver
Avec un prince slave amoureux ebloui.
Je t imagine au loin, je te recherche en vain,
Et lorsque je retourne epuisee sur mes pas,
Je garde au fond des yeux quelques glacons fondus.

                                            Anic, pour Calixte
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 25 Août 2019 à 14:20:46
Touchée par tes mots qui parlent si bien de l'étendue désertée de la douleur glacée...
Merci de le partager...

Tu marques d'une pierre-poème ce jour si difficile à vivre...
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: kompong speu le 01 Septembre 2019 à 23:04:28
Anic
Ton poème pour ta fille est tellement beau et poignant
Merci pour le partage
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 16 Septembre 2019 à 21:24:28
Depuis quelques temps j ai plus de mots, je ne sais plus quoi ecrire ni dire. J ai repris le boulo, a mi temps, j en fais le moins possible. J evite au maximum mes collegues, je ne supporte pas les  " ca va ? " qu ils envoient vite fait en induisant la reponse polie qui derange personne alors que dedans ca hurle " non, non ca va pas, evidement que ca va pas, comment ca pourrait aller depuis que j ai perdu mon mari, handicape a 80 %, mais c etait mon mari, et depuis que j ai perdu ma fille. Ah ... , non ca va pas et ca n ira jamais vraiment, ou alors si peu "
Et si je leur parlais je ne saurai meme pas definir ma situation : veuve, oui, mais pas seulement veuve, egalement mere desenfantee.  Ca fait beaucoup. Je ne sais pas quoi ecrire d autre.
Bien a vous.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 31 Octobre 2019 à 16:17:14
Jours tristes. Un petit bouquet de roses pour elle, pour lui, a leur jardin de pierre. Quelqu un a depose une rose blanche, une de ses amies du college peut etre, cela me fait du bien de savoir que quelqu un est venu, que je ne suis pas tout a fait seule a temoigner que tu etais quelqu un de bien, toi mon mari, que tu as existe, et que tu etais merveilleuse, ma petite. Mais le silence ... Courage a toutes et a tous en ces jours. Annick
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 05 Novembre 2019 à 23:24:29
Le lendemain matin, apres avoir passe seule cette nuit terrible, quand j ai annonce sa mort a mon mari, ma soeur, mon beau frere, la mort de ma petite, j ai dit " l enfer c est ca ".
C etait il y a 4 ans et demi.
Mon mari est mort il y a 2 ans.
Je vis, je prend soin de moi, afin d essayer d etre la le mieux possible pour mon fils. Je veux qu il arrive a faire sa vie, je veux pouvoir etre une aide pour lui et non un poids.
Mais, j aimerai, j aurai besoin de parvenir a creer quelque chose pour ma fille, en sa memoire, un livre illustre, j ai un peu  commence il y a 2 ans mais depuis des mois je n y arrive plus, je n arrive pas a m y remettre, a y croire, je suis bloquee. Car, faut il vraiment faire quelque chose apres ca ? Le ' rien' m apparait souvent comme la seule veritable consequence du drame. Je cherche, je n ai pas trouve de reponse, de pensee qui me remette dans la creation.  C est pourtant pour moi la seule chose qui m anime apres mon fils.  Dur, cet enfer.
Anic
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: souci le 06 Novembre 2019 à 12:06:23

   Bonjour Anic,

   Je viens te faire un humble et doux petit coucou  :), au milieu de cet enfer atroce qui t'éprouve abominablement.

   Le silence peut être une violence, oui. Et trouver des mots sensibles implique de se prendre une petite brûlure: c'est ça, "aller au feu". Et y a pas mal de gens qui tournent les talons et même le regard face aux flammes.

   Ma combinaison est à nouveau bonne pour l'atelier de rapiéçage: avant-hier, une de mes amies a fait une tentative de suicide, décidément le feu couve toujours quelque part, vouloir combattre les incendies c'est jamais fini.

   Quand j'ai perdu mon neveu adolescent Kalahan, qui s'est donné la mort il y a 6ans et demi, j'ai essayé d'arroser de mots tempérés tous ces départs d'incendie à la ronde, éperdument ...

   Hélas, on n'a de capacités que pour calmer son propre enfer, c'est l'impression assez décourageante que je tire de beaucoup d'expériences.

   Décourageant mais pas si nul que ça, Anic, parce qu'il reste la possibilité de partager, même s'il est rare que la personne à qui l'on offre cette part d'indicible approximativement formé, peint, écrit, chanté, mimé, parfumé, puisse s'en servir pour forger ses armes personnelles.

    Tu sais ce que sont ces armes personnelles qui peuvent être concrétisées par les réalisations artistiques, ou autrement bien sûr.
    Tu es pour le moment encore fort dans le doute par rapport au fait cela soit si important : c'est ce foutu refrain "à quoi bon" qui mine pendant des années les endeuillés.
    Parfois on se sent bloqué(e), oui, c'est normal je pense. Cela s'explique sans doute par le fait que notre "vouloir" théorique ne soit pas encore devenu un vouloir de plein accord affectif, il faut passer plus de temps à épier les failles de l'enfer pour cela.

   Les enfers ne se fissurent qu'à la longue et par la force des cœurs qui continuent d'aimer: chuuut, ils n'aiment pas qu'on le dise, ils vont répéter dans le haut-parleur que ça ne sert à rien, mais moi je te le dis, à force d'amour on passe dans ces interstices et on s'échappe.
   
   Les œuvres, artistiques ou autres, ne sont jamais une obligation: à chacun(e) de sentir quand le moment arrive, de quelle manière peut naître cette richesse,  et enfin quand les "pourquoi" sont remplacés par "je le fais tout simplement", et que ça fait du bien.

   Amicalement et solidairement, Martine.
   
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 06 Novembre 2019 à 22:01:52
Martine,
merci beaucoup de ton message chaleureux et delicat. Ca fait tellement de bien de recevoir un echo. Dans mon quotidien j ai fini par me fermer aux autres, lassee de leur incomprehension, choquee de leur abandon, brisee par leur silence, ecoeuree de devoir supporter ca en plus. De temps en temps je tente un bref retour dans le monde, en allant voir une expo ou faire une balade ou en ecrivant sur le forum, sans conviction, comme on lancerait une bouteille a la mer. Et quand j y trouve un echo c est un moment de reconfort.
Merci a toi. Je t embrasse.
Anic

Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: erika le 07 Novembre 2019 à 19:48:44
Je vous comprends. Ma vie a été saccagée au décès de ma fille de 24 ans. Depuis chaque jour est un combat et le temps qui passe agit peu sur le manque. Si ce n'est pas indiscret qu'est-il arrivé à votre fille?
La mienne a été tuée dans un accident et elle n'y était pour rien. C'est quelqu'un qui s'est endormi au volant...
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 09 Novembre 2019 à 12:02:29
Merci Erika,
Douce pensee pour votre fille, si jeune ausi, toute innocente dans la tragedie. Le temps, il n aide pas a lui seul, c est, parait il, par ce que l on fait de ce temps que l on s aide. Il nous faut donc, alors que tout s effondre, preserver puis entretenir nos forces pour peu a peu trouver quoi faire de ce temps, et ainsi parvenir a canaliser la violence de cet arrachement et de ce manque, cultiver la douceur de ces jeunes etres si absents et si presents. Je cherche. Je ne trouve pas. De tout coeur je vous souhaite de trouver.
Avec douceur.
Anik
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Anic le 09 Novembre 2019 à 12:34:01
A toutes celles et tous ceux qui m ont lue, qui ont pu m ecrire, un gfand merci.
Chacun de vos message m a reconforte un moment, merci beaucoup. Merci a Yacine pour offrir cet espace d echange si rare.
Neanmoins, je vais quitter le forum.
Car je me rend bien compte que mes propres contributions ne sont pas une aide pour les autres membres. Je suis seulement dans l attente d aide.  Je ne suis pas capable de soutenir personne, je n en ai pas la force et je ne m en sens surtout aucune legitimite.
Et, paumee dans mon no man s land, totalement abandonnee de ma famille et de mes anciennes connaissances, juste de temps en temps ecoutee par mes 2 nouvelles amies qui n ont pas connu ma fille, je me suis refugiee dans ce silence, celui la meme que je n ai pu combattre, qui m a presque achevee, qui m a revoltee et desesperee. Alors je ne peux pas evoquer ce qui est arrive a ma fille. J en suis incapable.
Je ne peux donc pas etre dans un partage veritable avec les autres membres du forum.
Je vous salue toutes et tous avec beaucoup de reconnaissance et d affection, souhaitant tres sincerement que chacune, chacun trouve un certain apaisement.
Bien a vous.
Anic
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: pscar13 le 09 Novembre 2019 à 13:52:01
Anic,

Après les drames que tu as vécu, je comprends ton abattement, tu es dans le creux de la vague.
Je lis tes messages depuis le début, comme les 5430 autres qui ont lu ton fil depuis ton arrivée.
Je n'ai pas répondu, parce que moi aussi je ne me sens pas capable de soutien bien souvent, je ne trouve pas les mots, malgré mon deuil, ma souffrance, je fais aussi partie de "ceux qui ne savent pas" devant la tienne, je ne trouve pas de légitimité à répondre.
J'écris depuis un an ici, je me suis posé cette question, du partage, qu'est-ce que j'apporte aux autres en écrivant.
J'ai répondu à la question "rôle du forum pour nous c'est quoi"
http://forumdeuil.comemo.org/vivre-le-deuil-de-son-conjoint/role-du-forum-pour-nous-c'est-quoi/msg105151/#msg105151
Il n'y a aucune règle sur ce forum, justement, chacun vient y déposer ses mots, ses maux, crier sa peine, ou ses espoirs, ses joies parfois.
Ecrire et lire ici m'aide à me sentir moins seul, tout simplement.
Si c'est seulement pour les raisons que tu invoques, ne pars pas, continue à écrire.
ÉCRIRE C'EST HURLER SANS BRUIT


                         Marguerite DURAS
Tendresse et douces pensées à Calixte et ton mari.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Faïk le 09 Novembre 2019 à 17:21:37
Je comprends ce que tu peux ressentir : on ne peut pas toujours tout dire, même ici.
Mais comme le dit Eva, on peut peut-être y déposer comme dans une consigne à chagrin : en vrac, en gros, confusément ce qui ne peut pour le moment y être exprimé, expliqué, clarifié. Et une fois déposé le trop-plein de chagrin, y revenir, un jour. J’ai été pendant des mois incapable d’expliquer les tenants et aboutissants de mon échouage ici. C’est venu après, au fil des posts des uns et des autres, et de la confiance que j’ai pu y trouver.

Pour être aidant, il faut déjà pouvoir s’aider soi-même un tant soit peu, ce n’est pas aussi facile que cela, certains sont plus doués que d'autres. J’ai  encore beaucoup à apprendre sur le sujet il faut croire. Mais comme l’a dit Pscar, si certains ne se sentent pas toujours légitimes à te répondre, toi tu as toujours de la légitimité à écrire ...
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Adnarag le 09 Novembre 2019 à 17:28:46
Bonjour Anic

Comme toi, j'ai bien du mal à aider. Et souvent même, les rares fois ou j'ai tenté de le faire, le fil d'écriture sur lequel j'ai voulu déposer un message de soutien, ou de compassion, de compréhension, ... c'est définitivement arrêté ! J'ai même été jusqu'à me demander si j'étais vraiment saine d'esprit, si le gens qui me lisaient me pensaient perturbée : si c'était moi qui les faisait fuir.

Mais c'est Pscar 13 qui a raison :


C'est un livre dans lequel j'écris aussi, mes ressentis, mes colères, mes peines, en sachant que d’autres vont lire, je l’espère sans jugement ni reproche.
Il y a plein d'auteurs dans ce livre, et comme dans les autres livres, je ne connais pas les auteurs mais je ressens leur personnalité et leur sensibilité à travers leurs mots.


Comme lui, je viens ici crier mes douleurs. Et celle des autres m'aide à savoir que je ne suis pas seule.
Votre douleur fait partie de celles qui m'aident à exister.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Eva Luna le 09 Novembre 2019 à 18:40:31
C'est mon troisième forum...
et je peux t'assurer que sur le premier...
j'étais dans un tel état que j'écrivais d'abord  pour déverser et déposer une infime partie de mon infernal tourment...
je n'étais aidante pour personne,
certes...
mais certaines se reconnaissaient dans mes écrits très sombres,
certaines partageaient leurs mots en résonance avec les miens..
et ça me faisait du bien de juste me savoir lue, me sentir comprise un peu et aussi pas si  folle que ça...et pas si seule...
Chacun contribue comme il peut, depuis sa place du moment et personne n'est inutile...tes mots sont légitimes, et je suis sûre qu'ils aident d'autres endeuillés qui s'y reconnaissent et n'ont pas les mots pour le dire...
Il y a un temps pour tout...
ta contribution est précieuse...plus précieuse que tu ne le crois...surtout chez ceux qui lisent et ne commentent jamais.. et ils sont nombreux..
Laisser une trace ici de sa détresse est utile à d'autres.
Mais bien sûr, si ce forum ne t'apporte plus assez, tu vas le quitter...
mais c'est dommage...
tes écrits sont authentiques...
et si tu ne peux pas partager ce qui est arrivé à ta fille sur un forum publique, je trouve que c'est normal... et cela n'invalide pas ton témoignage, tu parles de toi et de ton deuil, et c'est déjà beaucoup...
j'espère te lire encore un peu...
Je nous sais soeurs de misère...


Titre: Re : Ma fille
Posté par: Anic le 29 Novembre 2019 à 09:24:57
Pscar13, Faik, Adnarag, Eva, merci.
J ai mis du temps a repondre.
Vos reponses m ont touchee, enormement : " soeurs de misere ", " ici crier mes douleurs " , " la legitimite a ecrire " et " ne pars pas ". Alors je vais rester un moment encore avec vous.
J en pleurais d envisager de quitter le forum, de douter de ma place la aussi.
On lance tous et toutes tant de bouteilles a la mer, et je peux dire la que parfois leur message est entendu. Je ne pars pas.
Merci merci.
Titre: Re : Ma fille, Calixte
Posté par: Faïk le 29 Novembre 2019 à 11:41:43
 :)