Auteur Sujet: Notre fils adulte nous a quittés - Douleur et Sentiment de culpabilité  (Lu 560 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Louyse

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bonjour,
Mon fils, âgé dans la  trentaine, bipolaire à haut potentiel, a mis  fin à ses jours il y a quelques années.
C'est une souffrance indicible. Je pleurais souvent. Aujourd'hui je pleure moins mais mon cœur pleure continuellement.
Je n'arrive pas à accepter sa disparition. Il me manque. Je l'aime toujours. Pas un jour ne passe sans penser à lui.

J'ai toujours des sentiments de  culpabilité en moi, pensant que j'aurais pu mieux l'aider, ou que j'aurais dû faire ceci
et non cela... etc....
Comment peut-on aider un fils atteint de cette maladie ?..... ou ayant des idées suicidaires ? .....  On se sent tellement impuissant et incompétent ! ....  ayant nous-mêmes nos propres souffrances et problèmes à gérer ....

Il a fait de choix de ne plus souffrir ....... L'ineffable ! ... l'inacceptable !
C'est tellement douloureux pour les parents et la fratrie !
Sa disparition est un déchirement dans mon cœur.
Perdre un enfant est le summum de la douleur !

S'il y a des psys compétents sur ce forum, j'aimerais savoir comment se débarrasser des sentiments de culpabilité ? 
Merci pour vos réponses
« Modifié: 30 Avril 2018 à 16:01:14 par Louyse »
" Tout est accompli "....    Ô merveilleuse perspective !  ....
Un parfum,   une musique de vrai bonheur ....
Malgré cette immense douleur dans mon cœur,  mon âme peut se réjouir ....

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2579

    Selon mon humble avis, chère maman en deuil

    si tu es à l'origine de quelque chose, c'est d'Amour ...

    Cet Amour qui a fait de toi une Maman

    Donner la Vie est un acte responsable
    mais pas coupable, ô non ...

    Je suis une tata endeuillée par suicide
    Bouleversée à jamais
    d'autant plus que dans ma jeunesse, il m'est arrivé de désespérer de la Vie
    Mais ça n'arrive pas à cause d'éventuelles "erreurs" de la part des parents
    ô non ...
    Le suicide a des causes multiples et mystérieuses
    il est tapi
    dans les ombres les plus secrètes
    du jardin des cœurs

    Absolument rien ne l'explique
    même si la bipolarité expose à des sentiments difficiles à apaiser, en "up" comme en "down".

    Grâce à ta force d'Amour, Louyse,
    Un être humain intelligent et sensible, ton Fils,
    a vécu 30 années sur Terre
    Cette merveilleuse contribution à la Vie
    est passée par TOI

    Mais au-delà de bonnes volontés
    Se tiennent nos limites
    Et notre impuissance

    Se souvenir des belles choses ...
    Oui, c'est une torture d'avoir perdu un enfant
    c'est injuste et obsédant
    le mal le plus destructeur
    Les vrais coupables de crimes
    Ressentent-ils tant de souffrance pour leur victime ?

    Je t'envoie ma sincère compassion.
    Amicalement, solidairement, Martine,
    tata de Kalahan, décédé par suicide
    le 28 mars 2013.
    Haut potentiel, il l'était, et sans doute hypersensible
    Je l'Aime, je pense TOUS les jours, plusieurs fois, à Lui et aux siens.
   

Hors ligne vol du papillon

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 123
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Se remette du décès d'un enfant est un épreuve qui nous détruit complètement. C'est impossible.Le manque est toujours là, la culpabilité nous habite, les souvenirs nous provoque douleurs et pleurs . Il restera toujours dans nos cœurs, il vit en nous.
Comme dit sa sœur :[  Chaque jour que nous survivons sans toi est un exploit.