Auteur Sujet: Comment faire face aux gens lorsque l'on est un parent "endeuillé"?  (Lu 641 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne cams

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Bonjour à toutes et tous,

1ère fois que je m'exprime sur un forum. Déjà, écrire "endeuillé" me fait mal.  Ma fille est décédée brutalement un matin il y a 5 mois. La veille, elle était en pleine forme et le lendemain matin, elle nous avait quitté à l'âge de 18 ans.
Nous avons appris la nouvelle par téléphone par l'urgentiste qui s'est rendu sur place. Elle était étudiante et était loin de nous.
Il n'y a pas de mots pour exprimer l'inexplicable.
Ce que je sais aujourd'hui car comme beaucoup d'entre vous, j'ai tenté de trouver des réponses à travers des témoignages, des livres... c'est que je ne pourrai échanger qu'avec des parents qui ont vécu comme moi, une disparition brutale et , de surcroît, dans un contexte d'éloignement géographique (avec tout ce que cela implique). Je ne l'avais pas vu depuis plusieurs semaines.
Je me suis rendue compte ces dernières semaines que le cheminement est différent entre les parents qui ont perdu un enfant suite à une maladie, un suicide ou un accident. Nous sommes tous dévastés mais nous avons quand même un parcours différent. Pour certains, vous avez du faire face à des années de souffrances de leur enfant, pour d'autres, il peut y avoir un sentiment de culpabilité, des questions sans réponses et pour d'autres, la tragédie d'un accident de la circulation lié à un tiers. une chose nous réunit, la souffrance, le manque. Nous sommes inconsolables.
Aujourd'hui, j'essaye de survivre. Je vois le vide s'opérer autour de moi car comme j'ai pu le lire dans vos témoignages, ceux qui nous entourent ne sont pas prêts à faire face.
De part mon travail, je suis en contact quotidiennement avec des clients et je crois, enfin j'espère, que j'ai tout entendu depuis novembre dernier. Certains me disent que ce sont des maladresses mais quand même....
Quand je croise une connaissance, un ami pour la 1ère fois depuis son décès, c'est un challenge. et, il y aura beaucoup de 1ère fois car nous nous sommes coupés de tout ces derniers mois.
Rien que le regard des gens ....j'ai l'impression que l'on me donne un coup de poignard, les yeux remplis de pitié, je peux pas le supporter. Après il y a ceux qui vous évitent car la mort fait peur. J'ai parfois l'impression qu'ils ont peur que je les contamine. Et bien non, ce n'est pas contagieux...
Et vous, comment avez-vous fait ou comment faites vous pour faire face à ces 1ères fois?
Merci par avance pour votre écoute

En ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2413
  Cams, triste bienvenue sur ce forum que tu trouves par hasard...
5 mois c'est à peine hier et c'est bien normal de ne pas réussir à côtoyer les non-en-deuil qui sont si maladroits, si perdus face à nous...parents endeuillés qui portons notre chagrin infini sur nos visages et sur nos corps.Toutes les premières fois de cette première année sont des challenges, pour eux, pour nous...Accepter, déjà seulement accepter que ÇA ait eu lieu... est une terrible épreuve.Plus difficile puisqu'elle était loin de vous, étudiante, autonome.. mais si jeune...

La mort brutale de son enfant crée un tel cataclysme qu'il faut beaucoup de temps pour espérer sortir de la logique de survie qui se met en place malgré nous...Le repli pour couver sa souffrance  et le manque d'elle est un mouvement naturel,nécessaire même...pour certains. Moi aussi.Chacun trouve ses srtatégies, ses béquilles pour survivre à toutes ces premières fois qui nous laminent.Et on apprend comment réagir selon l'attitude en face... en écoutant notre besoin profond du moment .. être seule, être réconfortée, être distraite, être enlacée, parler, se taire... 
Je peux juste témoigner que , à 5 mois, j’étais hallucinée , hagarde de chagrin si intense que j'errai à moitié anesthésiée dans un monde où Elle n'était plus et c'était insoutenable...J'écrivais chaque jour, notant les gestes d'affection  un peu réconfortants mais aussi les attitudes mesquines ou déplacées...
Les conseils sont vains , face à un tel drame...
J'espère que vous pouvez vous soutenir l'un l'autre dans cette traversée du malheur et que d'autres , proches ou moins proches réussissent à trouver les mots et les gestes pour vous accompagner.. sans peur et sans pitié..
Avez vous d'autres enfants?

On peut y survivre puis retrouver un peu le gout de vivre...un peu,mais c'est très très long...et vous êtes au tout début de ce chemin de deuil...
j'espère que d'autres parents, d'autres endeuillés... viendront te partager leur manière de faire face...

Hors ligne Ludmilla 31

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 152
  • Le forum d'entraide durant un deuil
A toi Cams

Tu as trouvé ici le forum où tu peux tout dire à des personnes qui comme nous souffrent par le décès d'un enfant ,car chaque deuil est différent ,chaque histoire est différente mais la souffrance d'un enfant est tellement inimaginable que personne n'est prêt ,même suite à une maladie (pour le cas de mon fils ,en 8 mois ce fut rapide ,trop rapide ),la seule chose qui me console c'est de penser que j'ai eu la chance de l'avoir vu pendant 32 ans ,pas tous les jours bien sûr puisqu'il était en couple ,mais par sms ,skype ,au tél et depuis 7 mois était revenu vivre avec sa compagne et sa petite dans notre région .
Cette souffrance est infinie avec des hauts et des bas ,prenez soin de vous ,soyez égoïste car personne ne peux imaginer la souffrance que vous ressentez tant qu'on ne l'a pas vécue .

Pour ma part ,au début j'avais besoin de voir du monde pour parler de mon fils ,et puis je me suis aperçue que vu que Noël approchait ,les gens ne pensaient qu'a faire la fête ,polis oui mais vite on change de sujet ,oh que oui j'ai entendu des maladresses qui en remettent une couche sur ce mal qui ronge ,cela fera 4 ans cette année ,nous ,nous sommes fait aider (sa compagne et moi ) par des médecines douces homéopathie ,des thérapies brèves ,en octobre dernier j'ai essayé la micro-kynésithérapie en 2 séances (la 2 ième fut en février) ,cela m'a fait énormément de bien ,le manque est toujours là ,mais plus apaisée sans rien oublier .

Suivez  votre instinct ,écoutez vôtre corps ,personne ne vous connait mieux que vous .

Moi ,je suis seule donc personne proche avec qui partager ,ma fille qui a 31 ans ,je ne veux pas la perturber encore plus ,elle a beaucoup de caractère ,elle a des amis très proches et m'a dit récemment qu'elle était fière de moi ,par mon parcours (divorce avec ses conséquences ,la perte de son frère qui était notre pilier ,nous les femmes de sa vie (avec ma mère avec qui il était très proche ) ,heureusement j'ai réussi à garder le contact avec ma belle-fille ,ma petite que je garde tous les 15 jours ,a rester une famille unie ,petite mais unie .

Grâce à ce forum où je passais mes nuits a lire les autres post ,cela m'a énormément aidé ,j'espère que vous trouverez tout le réconfort que vous recherchez et avez besoin .

Courage (même si je ne supporte plus ce mot ) mais il en faut pour traverser ce cataclysme .

Tout le bon pour vous et vôtre famille .
Ludmilla