Auteur Sujet: Textes sur la mort de l'enfant  (Lu 2475 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2623
Textes sur la mort de l'enfant
« le: 01 Juillet 2014 à 23:12:13 »
"Après la mort de son enfant : survivre ou revivre ? Conférence de A.Ernoult .2005


Nous sommes des rescapés d'un cataclysme familial et ce drame va suivre toute notre vie... Il est important de savoir que, d'après une récente étude danoise, nous sommes en danger dans les trois premières années qui suivent la mort de nos enfants.
La première question que l'on se pose après la mort de nos enfants est : Est-ce que j'ai envie de continuer à vivre sans cet enfant? Honnêtement, je crois que beaucoup de gens répondent à cette question : Non ! Je n'ai plus envie de continuer à vivre.....
Avec un recul de 21 ans je peux vous dire: "Au début, nous survivons et revivre ne peut s'envisager qu'après plusieurs années." Qu'est-ce qui peut nous aider à revivre?
Une étude anglaise sur le deuil montre que l'étau physique (gorge serrée, poids sur les épaules, etc.) ne commence à se desserrer qu'à partir de la 5ème année de deuil. C'est long!

Alors que la société nous le refuse, accordons-nous le droit d'être mal pendant toutes ces années. Mais comment? Tout d'abord, faire preuve de patience! Patience vis-à-vis de nous-mêmes. Patience envers les autres qui ne peuvent pas comprendre ce que nous sommes en train de traverser : la famille; ceux qui nous entourent; ceux qui ne cheminent pas au même rythme que nous. Nous sommes déçus, car nous n'avons pas l'aide attendue.

Nous souffrons de solitude. Certains nous disent "de tourner la page"... L'idée n'est pas de tourner la page, mais d'écrire cette page et jusqu'au bout! Ne nous répétons pas sans arrêt : je n'y arrive pas! De toute façon, ça n'ira jamais mieux!
En parler. La parole et la mort ne vont pas bien ensemble. Pourtant il faut en parler tout de suite pour ne pas laisser s'enkyster notre douleur. Autour de nous, on nous dit tout le contraire. Nous dépensons plus d'énergie à conserver nos émotions qu'à les laisser s'exprimer. En parler fait du bien, même si ça ré-ouvre les émotions... Donnons-nous ce droit de dire même plusieurs années après : Je suis ravagée!
Ce qui nous pèse le plus, c'est ce visage souriant que nous nous donnons parfois. Les gens ne peuvent pas deviner nos besoins. Quelques fois, reconnaissons-le, nous aider est "Mission impossible". Il faut que les gens sachent nous écouter sans nous conseiller... mais sachent aussi donner des conseils au bon moment... À cet entourage, j'ai envie de dire : surtout ne nous jugez pas. Accueillez-nous et aimez-nous tels que nous sommes!
En couple, apprenons à dire mutuellement nos besoins pour rejoindre l'autre. La souffrance sépare. C'est difficile de souffrir à deux! Nous avons tous des cicatrices physiques. À certains moments elles démangent, rougissent. C’est notre quotidien. Pour tous ceux qui ne nous ont pas compris, et qui ne nous comprennent toujours pas, RETENEZ CETTE PAGE à bon entendeur !

Alterner les temps de "décentrage" et les temps de "recentrage" sur nous-mêmes. Ces périodes de "recentrage" nous fatiguent et nous prennent beaucoup d'énergie. La fuite nous tente devant ce face-à-face avec la souffrance.... Les temps de "décentrage" (appelés "distraction") sont des activités, des moments où on se laisse entraîner par les autres. Alternons ces temps-là. Après le deuil de notre enfant, nous n'avons pas envie de nous poser cette question, comme si se faire du bien était trahir notre enfant. Nous avons honte d'aller bien.
Prendre soin de soi au cours du deuil? On ne se l'autorise pas! Donnons-nous ce droit d'aller bien! Équilibrer des temps de solitude et de rencontre.

L'isolement, c'est quelque chose que nous n'avons pas choisi. L'isolement, c'est ce que nous ressentons quand la société nous empêche de montrer notre tristesse, quand les amis fuient, quand le silence se fait lorsque nous arrivons quelque part, quand les gens traversent la rue pour ne pas nous rencontrer.
La solitude, c'est ce temps où nous nous rencontrons nous-mêmes... et je crois que dans ce temps nous nous reconstruisons. Ce temps, il faut nous le donner! La solitude, c'est aussi ce temps où nous rencontrons notre enfant qui n'est plus là. Équilibrons les temps de solitude et les temps avec les autres.
Nous avons besoin de nous retrouver avec des "PAIRS" car l'incompréhension à l'extérieur est trop grande. Nous ne pouvons pas dire avec des mots ce que nous ressentons. Nous éprouvons des sentiments jamais éprouvés. Cette intensité de vécu est écrasante à certains moments. Il faut s'appuyer sur l'authenticité.
Qu'est-ce qui a été VRAI dans ma journée ?
Qu'est-ce qui a été positif?
Qu'est-ce qui a été beau?
Ce peut être le soleil, une rencontre, un sourire, un coup de fil, etc. Pour notre entourage, le temps qui passe provoque un effacement, comme une gomme. Aller mal devient inacceptable.
Certaines personnes nous disent : Tu verras, avec le temps ça ira mieux! Dans 1 an, ça ira mieux! Avec le temps, rien ne change! Nous n'osons plus dire que ça va mal de peur d'être mal vu, de peur de se retrouver seuls. Le temps devient notre ami quand nous avons compris que nous n'oublierons jamais notre enfant... même 50 ans après! La présence intérieure habitera une partie de notre cœur, mais pas tout notre cœur. Nos enfants décédés nous font grandir le cœur....
Nous réalisons, alors, que nous ne sommes plus dévastés, brûlés de l'intérieur... que, peut-être, ce "labourage de notre terre intérieure" va permettre de semer des graines nouvelles. Parfois, on me parle "d'acceptation", de "phases" à traverser... Il n'y a pas de "phases" dans le deuil, il n'y a que des "aller-retour". Nous pouvons être encore en colère ou tristes 20 ans après et avoir des bouffées de colère forte qui reviennent. Nous sommes constamment ballottés entre l'avenir et le passé, le "ça va" et le "ça ne va pas".


J'ai remplacé le mot "acceptation" par le mot "intégration". Je ne peux pas accepter d'avoir perdu mon enfant, mais je peux l'intégrer, lui donner une place dans ma vie.
La mort d'un enfant fait partie des évènements qui n'ont pas de sens en eux-mêmes. C'est l'absurde total ! Le sens va se construire à partir de nous. Il n'y a pas une voie, il y a autant de voies que de personnes. C'est un vrai travail à faire sur nous.
Comment vais-je donner du sens? Il peut s'agir de changer une relation avec ceux qui me sont les plus proches. Avec notre conjoint, essayons de nous retrouver sur des choses plus constructives. Cette peine-là, nous suivra toute notre vie! Personne ne peut nous l'enlever. Avec beaucoup de temps, il faut y croire, nous penserons à cette peine sans qu'elle nous déchire, nous décape à l'intérieur. L'émotion que nous ressentirons ne nous empêchera plus d'aller de l'avant.
"On peut se laisser dépérir par le manque. On peut aussi y trouver un surcroît de vie!" C'est ce que je souhaite à chacun et chacune de vous!"

Conférence de A.Ernoult
« Modifié: 02 Juillet 2014 à 14:46:26 par Eva Luna »

Hors ligne Fanny54

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 7
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Textes sur le mort de l'enfant
« Réponse #1 le: 01 Juillet 2014 à 23:19:18 »
C'est magnifique!

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Textes sur le mort de l'enfant
« Réponse #2 le: 02 Juillet 2014 à 09:34:15 »
merci pour ce beau texte...
Tout est dit !!
Douce journée à toutes :-*
Corinne
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...