Auteur Sujet: ah que je suis mal ..meme si je me ment a moi mem  (Lu 3194 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne fathi

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
ah que je suis mal ..meme si je me ment a moi mem
« le: 07 Août 2011 à 13:00:09 »
Je suis Fathi
De racines tunisiennes , je suis hollandais, mais francophone ..je suis en deplacement a Geneve pour 1 ou ou deux annees,marie , pere d une fille , mais ayant perdu un garcon a l age de 19 ans,..
Il s est suicide . il a avait declenche un schizophreine a l age de 15 ans deja !!
Il a traverse le desert pendant 4 annees , ma femme et moi on a aides ..mais rien .. la  maladie , l incompetence ou l ignorance ...n ont rien fait ,..bref ikl a pris sa vie en  main et il a mis fin a ses jours.

en hollandais on dit le schuldgevool ..le sentiment de culpabilite ..je l ai ,..ma femme aussi.. on pensaient avoir tout fait..mais peut etre pas suffisament
Le ciel nous etait deja sur le tete
Il me manque ..et je deviens fou
Je suis dans la folie deja //ou presque , il m arrive de suivre dans la rue les gens qui lui ressemble, je lui fait des plans alors qu il a disparu , je le vois dans mes reves ..reveil comme pause pipi ...
Je n aime pas que dans les formulaires administratifs on me demande combien d enfants j ai..devrais je dir dir 2 dont 1 a disparu ou une ??
Je ne dors pas sans boire de l alcool
Ma vie sexuelle est nulle..Mais ce n est pas cela qui gene..
Mes relations avec ma femme sont tendues alors que je l aime et je la respecte ..surtout son courage et son soutien
Le psycho que j ai ..il est sympa ..mais ca n aide pas.
J ai decouvert que ce qui soulage c est de parler avec des parents qui ont subi le meme sort

Hleas je dois l avouer ..depuis .. j ai moi meme //des envies de me faire barrer .. de laisser place libre , ce sntiment de culpabilite et de vide  ..la religion n aide plus..
Mais rester utile aux autres membres de la familles me retient ..mais pour combien de temps encore..pourrait t on resister
Le supplice est long et terrible
Des parents dans mon. ou notre cas ??
Des fois je me dis que le Bon dieu il est mauvais et mechant  .. je n ai pas fait de mal a une mouche dans ma vie ..et mon fils a ete puni ..et ma famille ..ce qu il en rest du moins ..est sous sedatif  !!  est ce un vie vie   ..

Hors ligne Pascale

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1049
  • Je t'aimais, je t'aime, et je t'aimerai....
Re : ah que je suis mal ..meme si je me ment a moi mem
« Réponse #1 le: 07 Août 2011 à 15:37:42 »
Bonjour Fathi,
Perdre un enfant quoi de plus terrible....
L'alcool ne va rien arrangé, a part connaître une déprime encore plus forte.
La culpabilité est là tout le temps je me doute bien...
Mais dites vous et prenez votre courage à 2 mains et mettez lzs pieds aussi s'il le faut, vous avez un autre enfant et une femme qui ne demande qu'a vous voir aller mieux...
Pourquoi gâcher encore plus la vie de votre fille alors qu'elle l'est déjà irrémédiablement.
Votre fils a mis fin a son calvaire et a pensé mettre fin aux vôtres aussi. Contre ce genre de maladie on ne peut pas grand-chose....
Ni vous, ni lui....
Reprenez votre vie en main que se passerait-il dans la vie de votre fille si vous mettiez fin à vos jours?...
Ouvrez-vous à la douleur de votre femme qui a perdu l'enfant qu'elle à porter dans son sein, mis au monde et qui est parti de sa propre initiative.
prenez-là dans vos bras et à 2 on peut s'aider, tout seul on est perdu... Regardez-là et vous verrez certainement votre peine dans ses yeux.

La vie continue et essayez d'accrocher un sourire sur les lèvres de votre fille et vous verrez que ce sera une toute petite étincelle de vie et une petite promesse de bonheur.
Dieu n'a rien à voir la dedans, c'est simplement le vie et la nature qui peuvent-être cruelles, comme elles peuvent-être belles.
Je vous envoie plein de force, et vous serre doucement dans mes bras.
Prenez-soin de vous, vous rester importants aux yeux des vôtres.
Pascale la Louve

Hors ligne archenciel

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 1
Re : ah que je suis mal ..meme si je me ment a moi mem
« Réponse #2 le: 07 Août 2011 à 17:11:08 »
Fathi, j'ai perdu mon fils au Maroc le 2 janvier 2011 suite à un terrible accident. Je peux ne pas comprendre le sentiment de culpabilité que vous vivez car la perte d'un enfant par le suicide est une autre forme de deuil qui éveil un sentiment de culpabilité bien plus violent que celui que j'ai connu et je continue de connaître. Cependant, si vous le permettez, je vous invite à réfléchir sur le sens même de la vie et de la mort. Que faisons-nous ici-bas? Connaissons-nous la fin de nos jours ici? Avions-nous eus le choix de venir au monde? Autrement dit, nous ne maitrisons pas tout et pour cela nous sommes contraints d'accepter ce que nous sommes. Ce chemin d'acceptation est dur, très dur. Mais lorsqu'on se penche sur notre mortalité, sur notre fragilité et faiblesse face à l'inconnu, on ne peut continuer à vivre sans chercher à donner un sens à tout cela. Quel sens? Pourquoi? A vous de l’éveiller. Préservez l'amour qui vous nourrit, préservez vous-même...pour votre fils vivant dans votre cœur et pour tous ceux qui continuent de l'aimer et de vous aimer. Un maître de shiatsu m'a dit récemment: vivre n'est que fuir la mort. Vivez Fathi, vivez! Soyez attentif à cette absence-présence que votre fils a éveillé en vous. Tendrement, Shafiah

Hors ligne mariej

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 166
  • et le désert refleurira....
Re : ah que je suis mal ..meme si je me ment a moi mem
« Réponse #3 le: 07 Août 2011 à 19:12:28 »
Bonjour Fathi,

Je vous réponds car moi aussi j'ai perdu un fils qui a mis fin à ses jours il y a 2 ans et demi, il avait 31 ans. Je suis mariée et j'ai 2 autres enfants une fille de 36 ans et un fils de 30 ans.

Le suicide de mon fils a été comme une bombe qui m'a explosée en pleine figure car nous n'avions pas vu venir, il ne laissait rien voir, il nous a laissé un courrier dans lequel il explique qu'il n'en peut plus de la vie, qu'il voit son avenir noir; il nous dit qu'il nous aime tous mais qu'il ne peut pas faire autrement !

Le sentiment de culpabilité je le connais aussi, ainsi que mon mari, mais en lisant les modules sur ce forum, le livre de Christophe FAURE sur le deuil après un suicide et surtout pour moi, celui qui m'a le + aidée c'est "Ce lien qui ne meurt jamais" de Lytta BASSET, c'est une théologienne suisse, elle a un fils qui s'est suicidé et elle explique bien que nous ne sommes pas tout puissants sur nos enfants, nous les aimons, les élevons avec ce que nous sommes, nous leur donnons le meilleur de nous-même, mais c'est eux qui font leur vie, leur choix, même si pour moi le suicide n'est pas un choix, car pour avoir discuté avec des personnes qui ont "raté" leur suicide, au moment de passer à l'acte ils ne voient qu'UNE SEULE SOLUTION , c'est mettre fin à leurs jours pour arrêter de souffrir, ce n'est pas la mort qu'ils cherchent mais le soulagement de leurs souffrances ! la souffrance psychologique est terrible, elle fait autant souffrir si ce n'est plus, que la souffrance physique, mais souvent elle est tue, comme le faisait mon fils, mais les conséquences sont terrribles pour ceux qui la vivent.

Moi aussi avec mon mari la relation n'a pas été toujours facile et même si nous sommes 2, face au deuil, face à la douleur, chacun est seul, nous essayons de nous soutenir l'un l'autre mais ce n'est pas toujours facile car nous ne sommes pas dans les mêmes états au même moment.

Cependant au bout de 2ans et demi(ou plutôt 2ans et 10 mois car c'était en octobre 2008), la souffrance, le manque sont toujours bien présents, mais les moments de répit et de mieux être reviennent, la vie n'est plus comme avant mais nous avançons et cette épreuve nous rapproche et nous fait prendre conscience que nous avons besoin de prendre soin  l'un de l'autre et aussi de nos enfants qui restent.

Mais moi aussi, dans les 1ers mois après sa mort, je me désintéressais de mes 2 autres enfants, j'étais entièrement broyée, laminée par le chagrin et j'avais envie de suivre mon fils; mais heureusement le goût de la vie est le plus fort et en restant ouverts aux autres, nous restons ouverts à la vie, et ce sont les autres, famille, amis qui nous ramènet vers la vie, même si parfois leurs paroles sont bien maladroites, mais ils ne peuvent pas comprendre! Et nous avant, comment étions-nous?

Courage à vous Fathi, en venant sur ce forum vous trouverez de l'écoute et du soutien.

Bien amicalement

MarieJ
" Parce qu’il y a des coeurs qui sont si grands qu’ils ne battent que lorsqu’ils sont avec les autres."