Auteur Sujet: Consolations  (Lu 1428 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Faïk

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1129
  • Terra Incognita
Consolations
« le: 01 février 2022 à 15:25:42 »
Je ne suis pas très à l'aise avec la résilience, la "consolation" me parle plus ... Je laisse Qiguan  :) ranger dans la bonne rubrique les interventions ci-dessous :

Pourquoi consoler est-il essentiel dans les relations humaines
C'est tout le temps passé sur les écrans qu'on aurait intérêt à consacrer à la consolation
Le temps de la consolation
« Modifié: 01 février 2022 à 16:44:14 par Faïk »

Hors ligne qiguan

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5288
Re : Consolations
« Réponse #1 le: 02 février 2022 à 22:53:20 »
Ma chère Faïk
j'ai mis sur vivre le deuil vers ici
ces liens sont très intéressants

Citer
Nous pourrions, selon vous, nous autoconsoler, comment cela marche-t-il ?

C’est comme pour la thérapie : la partie la plus importante, c’est ce que le patient va faire une fois seul, entre deux séances. La consolation, c’est un peu pareil. Dans un premier temps, il est capital d’être consolé par les autres, même à distance, c’est très important de savoir qu’on est aimé, que les autres savent qu’on est blessé et qu’ils nous envoient des marques d’attention. On va ainsi intégrer qu’on n’est pas seul au monde, qu’on est digne de recevoir affection et encouragements.

Après on ne peut pas rester en permanence dans les bras des autres ! Il faut trouver la force de continuer le boulot tout seul, et la vie est consolatrice : la nature, la musique, un beau ciel, l’action au quotidien peuvent suspendre le chagrin ; imparfaitement, certes, mais cela nous permet de rester en lien avec ce qui fait que vivre vaut la peine, malgré tout.
j'aime beaucoup ce passage du second lien !

Le livre a l'air très intéressant
https://www.babelio.com/livres/Foessel-Le-temps-de-la-consolation/789491

merci !
"il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé" A. Einstein
"Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque" René Char