Auteur Sujet: lettre d’adieu de Gabriel Garcia Marquez à ses amis  (Lu 2821 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Cinderella

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 136
  • Le forum d'entraide durant un deuil
lettre d’adieu de Gabriel Garcia Marquez à ses amis
« le: 22 Juillet 2016 à 09:07:26 »
Gabriel Garcia Marquez est un écrivain et journaliste colombien, on lui reconnaît également un activisme politique et militantisme.

Prix Nobel de la littérature en 1982, on le surnomme «Gabo» en Amérique Latine. Self made man et autodidacte, García Márquez poursuit seul ses études après avoir quitté son école de droit pour se lancer dans le journalisme.

Très tôt, il ne montre aucune retenue dans sa critique sur la politique intérieure comme extérieure de la Colombie.

Toujours vivant mais souffrant d’un cancer lymphatique après s’être longtemps retiré de la scène publique, il adresse une lettre d’adieu à ses amis, une lettre émouvante à lire…

«Si pour un instant Dieu oubliait que je suis une marionnette de chiffon et m’offrait un bout de vie, je profiterais de ce temps le plus que je pourrais. Il est fort probable que je ne dirais pas tout ce que je pense, mais je penserais en définitive tout ce que je dis. J’accorderais de la valeur aux choses, non pour ce qu’elles valent, mais pour ce qu’elles signifient.

Je dormirais peu, je rêverais plus, j’entends que pour chaque minute dont nous fermons les yeux, nous perdons soixante secondes de lumière.

Je marcherais quand les autres se détendent, je me réveillerais quand les autres dorment. J’écouterais lorsque les autres parlent et… combien je savourerais une bonne glace au chocolat.

Si Dieu me faisait présent d’un bout de vie, je me vêtirais simplement, m’étalerais à plat ventre au soleil, en laissant non seulement mon corps à découvert, mais aussi mon âme.

Bon Dieu, si j’avais un cœur, j’écrirais ma haine sur la glace et attendrais que le soleil se lève. Dans un rêve de Van Gogh, je peindrais sur les étoiles un poème de Benedetti et une chanson de Serrat serait la sérénade que je dédierais à la lune. J’arroserais de mes larmes les roses, afin de sentir la douleur de leurs épines et le baiser de leurs pétales.

Bon Dieu, si j’avais un bout de vie… Je ne laisserais pas un seul jour se terminer sans dire aux gens que je les aime, que je les aime. Je persuaderais toute femme ou homme qu’ils sont mes préférés et vivrais amoureux de l’amour. Aux hommes, je prouverais combien ils sont dans l’erreur de penser qu’ils ne tombent plus amoureux en vieillissant, sans savoir qu’ils vieillissent en ne tombant plus amoureux. Aux anciens, j’apprendrais que la mort ne vient pas avec la vieillesse, mais avec l’oubli.

J’ai appris tellement de choses de vous autres, les humains… J’ai appris que tout le monde voulait vivre dans le sommet de la montagne, sans savoir que le vrai bonheur est dans la façon d’escalader. J’ai appris que lorsqu’un nouveau-né serre avec son petit poing, pour la première fois le doigt de son père, il l’a attrapé pour toujours.

J’ai appris qu’un homme a le droit de regarder un autre d’en haut seulement lorsqu’il va l’aider à se mettre debout. Dis toujours ce que tu ressens et fais ce que tu penses.

Si je savais qu’aujourd’hui c’est la dernière fois où je te vois dormir, je t’embrasserais si fort et prierais le Seigneur pour pouvoir être le gardien de ton âme. Si je savais que ce sont les derniers moments où je te vois, je dirais “je t’aime” et je ne présumerais pas, bêtement, que tu le sais déjà.

Il y a toujours un lendemain et la vie nous donne une deuxième chance pour bien faire les choses, mais si jamais je me trompe et aujourd’hui c’est tout ce qui nous reste, je voudrais te dire combien je t’aime, et que je ne t’oublierai jamais. Le demain n’est garanti pour personne, vieux ou jeune.

Aujourd’hui est peut être la dernière fois que tu vois ceux que tu aimes. Alors n’attends plus, fais-le aujourd’hui, car si demain n’arrive guère, sûrement tu regretteras le jour où tu n’as pas pris le temps d’un sourire, une étreinte, un baiser et que tu étais très occupé pour leur accorder un dernier vœu.

Maintiens ceux que tu aimes près de toi, dis leur à l’oreille combien tu as besoin d’eux, aimes-les et traite les bien, prends le temps de leur dire « je suis désolé », “pardonnez-moi”, “s’il vous plait”, “merci” et tous les mots d’amour que tu connais.

Personne ne se souviendra de toi de par tes idées secrètes. Demande au Seigneur la force et le savoir pour les exprimer. Prouves à tes amis et êtres chers combien ils comptent et sont importants pour toi. Il y a tellement de choses que j’ai pu apprendre de vous autres…Mais en fait, elles ne serviront pas à grande chose, car lorsque l’on devra me ranger dans cette petite valise, malheureusement, je serai mort».
" Les étoiles ne sont peut-être pas des étoiles…mais plutôt des ouvertures dans le ciel…d’où l’amour de nos disparus se déverse et nous illumine, pour nous faire savoir qu’ils sont heureux. "

« Le rêve est l'aquarium de la nuit. » Victor Hugo

Hors ligne Nandou_Guanaco

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 223
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : lettre d’adieu de Gabriel Garcia Marquez à ses amis
« Réponse #1 le: 22 Juillet 2016 à 10:45:18 »
C' est tout à fait ça, on sait qu' on va mourir mais on ne sait pas quand, on n' y est pas préparé et le moment venu si tant est que l' on puisse méditer on ne sera rongé que de regrets.

Idem pour le deuil de la famille et des amis, ils n' y sont pas préparés et le moment venu de dire adieu au défunt on est rongé de regrets et se promet de jouir de chaque instant de la vie à venir, sauf que matériellement ce ne sera pas possible et pourtant,  ça on le sait déjà. C' est la seule certitude que l' on a.

Je note la sublime phrase:  "J’arroserais de mes larmes les roses, afin de sentir la douleur de leurs épines et le baiser de leurs pétales." Heureusement qu' il a précisé que c' est avec ses larmes qu' il arroserait les roses... Bon, je sais, je viens de galvauder le plus lyrique des adieux, désolée, mais la mort vaut bien un pied de nez!

Hors ligne Noëlle

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 159
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : lettre d’adieu de Gabriel Garcia Marquez à ses amis
« Réponse #2 le: 22 Juillet 2016 à 11:43:06 »
Merci Cinderella.
*
Si je connais l'auteur, je ne connaissais pas cette lettre d'adieu ; sa lecture m'a bouleversée, parce que mon homme aurait pu l'écrire ... nous savions la fatalité inéluctable et nous avons vécu quelques temps, comme si c'était le dernier jour ....et même si mon amour m'a dit mille fois qu'il m'aimait, il me l'a dit jusqu'à la fin.
Prenez soin de vous
Noëlle

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 330
Re : lettre d’adieu de Gabriel Garcia Marquez à ses amis
« Réponse #3 le: 22 Juillet 2016 à 12:57:14 »
MAGNIFIQUE, merci !
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Tu as pris de l'avance au pays de la Vie.