Auteur Sujet: Fin du deuil : On était trop attaché pour en finir ?  (Lu 236 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne lumiére

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 7
  • Le forum d'entraide durant un deuil
 Je suis heureuse de vous présenter  un texte qui m’a personnellement fait réfléchir et que je pense sera susceptible d’alimenter votre   réflexion aussi 
(Tiré du net) :
   

     «  le deuil nous renvoie à notre capacité à nous attacher aux gens et à notre aptitude à nous en détacher également. Si on était dans un état fusionnel avec quelqu’un, si on n’arrive pas du tout à vivre sans l’autre, c’est que notre attachement n’était peut-être pas tout à fait ajusté.

       Autrement dit, le deuil nous pousse à nous interroger sur la nature de nos attachements ; quand l’attachement n’est pas tout à fait juste, on ne peut pas développer en soi les capacités pour faire face à des situations difficiles ; la résilience n’est possible que lorsque les attachements/détachement se sont faits de manière correcte. Même si la mort d’un parent est toujours une immense épreuve, il est par exemple inquiétant qu’une personne adulte puisse dire "je ne sais pas comment je ferai pour vivre si ma mère meurt". Une telle phrase manifeste une relation sans doute trop fusionnelle et un manque de maturité. Un travail sur soi ne peut  qu’être bénéfique !
     Au contraire, si l’on arrive malgré tout à trouver du goût à la vie sans l’autre, c’est que cet amour et cette relation avaient une maturité et un bon équilibre. »