FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Les mots qui apaisent => Les beaux textes => Discussion démarrée par: Federico le 30 Septembre 2016 à 15:40:58

Titre: Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 30 Septembre 2016 à 15:40:58

Comme toujours dans la vraie vie
 

Certains soirs,
 en poésie,
 il y a des poèmes qui ne parlent plus
 fatigués par une trop longue journée de travail
 on a envie de leur dire : allez ailleurs raconter vos histoires
 de désespoir ou d’amour fou ou de n’importe quoi c’est pareil,
 allez ailleurs je suis fatigué.

Certains soirs dans la vie il y a des hommes qui ne parlent plus.

Parfois en poésie,
 on n’a plus envie
 ni d’amour ni d’espoir
 juste de fermer les yeux et dormir.

Arrive alors, en poésie
 qu’ouvrant au hasard une page
 explosent quatre vers comme un volcan,
 un sourd-muet en pleurerait
 retrouvant la parole
 un désespéré sa joie de vivre.

Il arrive que dans la vie, parfois, des hommes
 explosent.

Il est vrai que
 toujours, en poésie
 rire rêver pleurer :
 un seul et même mot.

Comme toujours.
 Dans la vraie vie.

Villebramar, 2016
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 07 Novembre 2016 à 13:05:02

     Figurez-vous, chers Mexicains, que je viens de pondre un petit poème en qqs minutes !
     Orfila, je t'en dois l'inspiration née de ton post de ce matin à 10h22 sur ton fil "Parler avec Lui ? Mon Amour est où ?"
      ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
     "Si en claquant des doigts
mon intérieur dérangé
pouvait hop hop faire des piles bien ordonnées
et que
le placard de ma cervelle
pouvait un peu moins déborder

je dirais youpi youpi youpi...."
     ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
     Et ... je le mets ici car c'est la poste restante des Seychelles, des Galapagos, des Feroé ... voire d'îles désertes mal desservies ...

                                         Tiroirs tiroirs.
                                         ^^^^^^^^^^

                                D'abord le tiroir des clés
                                Celles pour entrer, pour fermer
                                D'abord faudrait les trier
                                Trouver quelles utiliser.

                                Le tiroir des lendemains
                                S'ouvre sur vides écrins
                                De velours et de gros lin.
                                Peu de rangement besoin.

                                Le tiroir des souvenirs
                                Déborde de vie et de rires
                                Où s'emmêlent nos soupirs
                                Mais le refermer est pire.

                                Le bric-à-brac des humeurs
                                Ne s'ordonne pas en ces heures
                                Où la sagesse nous écœure
                                Où notre courage est leurre.

                                Dans le tiroir à oubli
                                Se déposent les non-dits
                                Et les cent origamis
                                Des parcours jamais choisis.

                                Le tiroir des libertés
                                De double-fond empesé
                                Paraît facile à gérer
                                Mais il peut nous avaler.

                           ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.

                              C'est tout chaud, sel, poivre, bon appétit!


                               
                               

Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 09 Novembre 2016 à 14:15:59

               Et le tiroir à idées
               Il est tout empoussiéré
               De projets abandonnés
               Comme souliers dépareillés.

               ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ complicité mexicaine, M.

               
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Eva Luna le 09 Novembre 2016 à 15:23:34
" Dans le tiroir à oubli
                                Se déposent les non-dits
                                Et les cent origamis
                                Des parcours jamais choisis."
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 24 Novembre 2016 à 10:32:08

    Comme toujours dans la vraie vie, sourd la Poésie, entendez ...
    Approchez-vous ... carpe diem ...

    Je crois que voici encore un tiroir qui s'ajoute à mon dressing spirituel ...
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

    Le tiroir de la mauvaise foi
    Serrure en langue de bois
    Un foutu sacré fatras
    Saturé d'abracadabras.

    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

     Heu ... j'ai failli le mettre en "spiritualité" athée ...
     schocking or not schoking, that is the question ...
     Je pose la question à Caramel: il s'en fout, voluptueusement et tendrement étendu sur mes jambes ...
     Sans foi, mon Caramel ? Attendez l'heure des croquettes, hihi !
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 24 Novembre 2016 à 12:52:50

    hihi, comme j'ai choisi de joindre à ma lettre PAPIER, s'il vous plaît, à ma petite Betty nièce de 18 ans qui entame ses études de médecine à la lointaine grande ville ...
    ce poème "Tiroirs tiroirs", hihi,
    je lui ai ajouté au crayon, alors que j'ai copié à la main bien sûr, le reste au stylo, vous savez, l'objet sripteur à plume de métal et recharges d'encre noire utilisé au XXème siècle ... une strophe POUR ELLE, cette petite bombe d'intelligence et de beauté intérieure ...
  ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
   
      Dans mon tiroir à Betty
      Sa petite robe vichy
      En taille deux ans et demi
      Temps qui passe n'a pas tout dit.
      ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ tata M.
 
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 02 Décembre 2016 à 10:58:07

    Comme toujours dans la vraie vie,
    Je n'attends que poésie ...
   
     Un homme était en enfer, au charbon, noir de suie ... transpirant, étouffant, crachant ... rechargeant le feu sans plus y croire ...
     Nous avons parlé un peu ...
     Puis il est parti, me laissant ce fort beau poème, et son prénom.
     ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                                         Un pseudonyme,
                                         un mot de passe.
                                         Les cœurs se cassent,
                                         Bruits anonymes.

                                         Vouloir, pouvoir:
                                         ils se confondent.
                                         De désespoir,
                                         ils se morfondent.

                                         Soleils-écrans,
                                         claviers errants,
                                         phrases dédales,
                                         fil lacrymal.

                                         Pauvres gargouilles:
                                         guetteurs lassés,
                                         quêteurs chassés.
                                         Notre peau rouille.

                                         Jamais trop tard,
                                         nous dit le fruit
                                         de nos hasards.
                                         Quel usufruit ...

                                              Vincent.
                                      ^^^^^^^^^^^^^^
                                 
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Faïk le 02 Décembre 2016 à 11:30:59
Pauvres gargouilles que nous sommes ... désespérées dans notre solitude si peu aérienne ... mais nous avons le mot de passe pour les mots qui passent ...

Passeurs de mots ...

Avec toi

Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 21 Décembre 2016 à 13:30:19

    Aïe ! Comme toujours, quand la vie vous inspire des poèmes,
    c'est qu'ça va mal ...
    Si tout va bien, on se fait pas chier avec des conneries pareilles,
    on vit,
    youpie, blabla ! Pirouette, tralala ! Galipettes et tracas !
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                                 A toi toujours aimé.

                                Son talon transpercé
                                Mon Achille est tombé ...

                                Il est mort au combat
                                A peine commencé.

                                Comme font un deux trois,
                                Les blessures ont porté

                                Leur projet dur et froid,
                                Et les torts sont vengés,

                                Pour la fureur des lois,
                                Pour l'insigne sensé.

                                Son souvenir en moi,
                                Son absence exaltée,
                                Me coupe de mes choix,
                                Et mon cœur consacré
                                S'y plaint bien à l'étroit
                                Face à son sang versé ...

                                Ce mal-avoir me ruine
                                A un cheveu de rien,
                                Mon talon se patine
                                A user le mot vain ...

                                Parcours fléché piétine
                                Effaçant le chemin ...


                                ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
   
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 25 Décembre 2016 à 10:43:53

    Comme toujours dans la vraie vie, j'ai envie de continuer de rigoler

    AUSSI !

    Alors je partage avec vous une de mes dernières découvertes en matière d'humour, la meilleure perle est à la fin, le super moit-moit,
    cuite de rire ...
   Parce que c'est la vie aussi, parce que nos disparus aimaient bien rire ...
   C'est pas la vie c'est le paradis ... on peut bien s'en prendre une tranche, non ?
   Bisous à tous, M.
   https://www.youtube.com/watch?v=-xgwd5kLiDY (https://www.youtube.com/watch?v=-xgwd5kLiDY)
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 01 Janvier 2017 à 12:35:47

   "La mira fuerte" ...

    C'était dans l'émouvant documentaire sur Picasso qui m'a émerveillée, il y a quelques jours ...
    Vous allez me dire "Titine, on s'en fout de ton tocard de Picasso"!
    Ben ... il a vécu pas mal de deuils terribles, vous savez ... enfant, une de ses sœurs est tombée malade et a agonisé sous le toit familial ... il a perdu son meilleur ami Apollinaire, fragilisé par sa blessure de guerre ... puis son premier grand amour, emportée par la grippe espagnole ... tout ça, tout ça ...
    Mais il a choisi de ne pas renoncer à "la mira fuerte", ce regard fort, ce regard en face, intérieur et droit, et vivant envers et contre la bêtise, la cruauté, la fatalité ...
    Il y a tant d'horreurs qui veulent nous faire baisser ce regard, le travestir, le tuer ... le moquer ...

    Pour Nouvel-an, je vous souhaite de tenir "la mira fuerte" ...
    De garder ou retrouver votre regard fort sur les êtres et le monde ...
    C'est sincère  et sans mièvrerie aucune ... Titine.
    (http://www.aht.li/3003393/photopic.jpeg)
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 12 Janvier 2017 à 15:00:26

                              Ne m'aime pas.

        Ne m'aime pas, essaie plutôt de boire
        A la source des mots, à la source de toi ...
        Mes regards, étaient bien dérisoires
        Oublie et pour toujours, ne te retourne pas.

        Ne m'aime pas, force le désespoir,
        A la force des bras, surtout, et pas pour moi !
        Je m'en vais, pour mille autres départs ...
        Qu'importe donc pour toi, tu peux, tu comprendras ...

        Ne m'aime pas, trouve le moyen de feindre
        La joie tremblant de froid, la joie qui n'est plus là.
        Je ne puis de couleurs douces peindre
        Ce ciel noir déchiré, qui signe nos trépas.

        Ne m'aime pas, et laisse-moi rejoindre
        Ce retour d'autrefois, à la source de moi ...
        Inutile, pour toi de te contraindre
        A rester près de moi, je suis parti déjà ...

                             ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 06 Février 2017 à 15:47:12

                         La feuille blanche.
                         ^^^^^^^^^^^^^

                 Elle s'est retirée d'un trait-
                 Lasse, en pâture au concret
                 Et aux soupirs sans visage.
                 Quand bien tout je te dirais ...
                 Tout recule au bord des pages.

                 Des brides je rassemblais,
                 Courant pour nouer des vœux,
                 Et chiffonner les apprêts
                 D'indisciplinés cheveux.
                 Quand bien tout je te dirais,
                 L'amour est anthropophage ...

                 Des veines poussent déjà,
                 Ailleurs, et loin de nos bras,
                 Trachées charriant le lait,
                 La blanche sève suave ...
                 Et tout cela tu le sais,
                 Et encore bien davantage.

                 Quand bien tout je te dirais
                 Rassemblant tout mon courage ...
                 N'oublie pas: pour moi, tu es,
                 Et ma faim je te partage.

                 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 11 Février 2017 à 20:40:20

    Qu'est-ce que c'est, au fond, la poésie ?

    C'est quand, épuisé, on peut plus continuer son chemin,
    et que c'est le chemin qui nous continue ...

    Tout blindage a cédé, sensibilité à nu,
     consentement passif ...
    Vie passe à travers moi car j'en peux plus ...
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 16 Février 2017 à 10:53:59

   Ah, j'ai un peu pondu, y'était temps !

   Mon papa le petit Jeannot se demandait bien ce qu'il avait pu gaffer pou avoir pondu un'fille ainlà qui n'ècoutait jamais rin.
   t'as ben réson, papa, c'est toudjou bon pou quiqu'c'est ...
   Sacré Jeannot ... bisou, tout petit papa ...
   ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                                        Vitrail.

   Il n'y a plus de je, il n'y a plus de plainte
   La solitude n'est que la moindre des atteintes

   Si jamais tu m'emmènes, si toujours je t'emmène,
   entendre une mélodie, c'est le monde endormi ...

   En mode gris à demi, demi-ton tu souris,
   L'instant soudain tu fuis ... là où je t'ai compris.

   Atteindre ce sommet gravé d'ingratitudes,
   Nos corps parfumés des sucs de la plénitude ...

   Quand l'amour a fini, sa taille accidentelle
   Fracture nos oublis, ces hôtes exceptionnels ...

   Le temps se pose aussi en gestes routiniers,
   Ces anneaux corrompus, ces trop faibles alliances,

   Par les sombres terriers où nos cœurs fatigués
   Déçus par le jour nu, honorent d'allégeance

   La nuit, friche de sang repue, de joies décomposées,
   Qui mène notre instinct aux grandes transhumances.

   
   ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Eva Luna le 16 Février 2017 à 14:35:21
J'en reste sans voix...
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 26 Février 2017 à 11:41:18

    De Nicolas Peyrac, remarquable refrain qui m'avait beaucoup impressionnée fin des années 70 ...

    "J'ai comme un cancer au cerveau
      qui m'aurait bouffé tous les mots
      Les mots de paix, les mots d'enfant,
      Les mots qu'on apprend à dix ans" ...

   Cette chanson parle des dictatures "pures et dures", mais, on peut la transposer dans la vie du deuil, par rapport à toutes les barricades et sécurités qu'elle fait sauter ...
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Faïk le 26 Février 2017 à 12:22:48
Je connais bien ça les barricades qui ont sauté, les sécurités qui se sont abattues comme des châteaux de cartes ...
Je connais bien le détraqueur qui nous a bouffé la substantifique moelle ... Glio mon amour ...

"Je suis tombée par terre, c'est
pas la faute à Voltaire,
le nez dans le ruisseau ...

De rébellion, je suis rentrée en révolution, et je porte mon drapeau de colère comme des haillons rouges, de nausée et de vertiges éplorés ... Marianne du deuil ...

Je pense à vous
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Eva Luna le 26 Février 2017 à 14:50:49
Je pense à vous...
Mariannes du deuil...
Titre: Re : Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Titenam le 26 Février 2017 à 15:01:21
Ces poèmes sont de toi? ils sont magnifiques ils parlent, ils racontent, ils disent...
moi je n'ai pas, plus de mots pour dire...



                              Ne m'aime pas.

        Ne m'aime pas, essaie plutôt de boire
        A la source des mots, à la source de toi ...
        Mes regards, étaient bien dérisoires
        Oublie et pour toujours, ne te retourne pas.

        Ne m'aime pas, force le désespoir,
        A la force des bras, surtout, et pas pour moi !
        Je m'en vais, pour mille autres départs ...
        Qu'importe donc pour toi, tu peux, tu comprendras ...

        Ne m'aime pas, trouve le moyen de feindre
        La joie tremblant de froid, la joie qui n'est plus là.
        Je ne puis de couleurs douces peindre
        Ce ciel noir déchiré, qui signe nos trépas.

        Ne m'aime pas, et laisse-moi rejoindre
        Ce retour d'autrefois, à la source de moi ...
        Inutile, pour toi de te contraindre
        A rester près de moi, je suis parti déjà ...

                             ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 26 Février 2017 à 15:56:15

    salut Tit,

    Ce dernier poème que tu aimes bien, il m'est venu en extrapolation du très joli texte de Marceline Desbordes, "N'écris pas", mis en musique et chanté avec brio par Julien Clerc.
   Cela ne m'étonne pas que tu l'ais choisi, il semble très désespéré, mais ne contient-il pas LE défi de la contradiction au désespoir, du fait même qu'il existe, formé, rythmé ?

   J'ai fait l'artiste quand j'étais jeune, puis bah, j'me suis rendu vite compte que dans ce domaine-là comme dans les autres, y a beaucoup de cons ...
    Autant s'amuser avec sa cervelle que s'emmerder ...

    C'est du pipeau, l'Art, mais c'est quand même moins con que la guerre, non ? Les munitions font des choses plus saines que de tuer purement et simplement l'ennemi ... et puis va tirer avec un mac ten sur le désespoir ... tandis que chier un poème ... ah, c'est mon caca, c'est Mon caca ! Hihi ! Bisou, M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 02 Mars 2017 à 09:34:21

     AH! Zamis mexicains ...

    Bien que ça m'ait bien fait chier d'engranger toutes ces données complexes, je vais tout de même faire un peu de pédagogie imagée, ce matin ...
    Démolie par le rejet de mon expression vitale, je l'ai été tellement de fois aussi je campe souvent dans mon tipi au milieu des bois ...
    Donc, voici, ce matin, ce que j'aimerais dire sur le poète.
    Voici tout d'abord sa véritable effigie ...
    (http://www.aht.li/3032629/coiffeplumes.jpeg)
    Et pas besoin de me fatiguer plus, ceux qui n'auraient pas compris ne comprendront pas le reste ...
    Ma coiffe de plumes a subi une rafale de vent à 200 kms/h hier, me suis retrouvée les quatre fers en l'air plaquée sur mon tas de compost ...
    Il y a de quoi faiblir un peu ... mais les plumes repoussent toujours, sur les crânes à plumes ...
    Tout cela semble bien inutile, mais si cela vous fait sourire un peu c'est déjà ça ... c'est déjà ça ...
    Mélancoliquement vôtre, M.
   
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 31 Mars 2017 à 23:33:36

      Ce soir j'ai pu ouvrir les vannes et ça m'a fait un bien fou.
      Vu qu'il n'y a rien de rien à colmater sur un vide.
      Les larmes donc.
      Des vœux y germent toujours, non ?

      Puis voilà, comme ça, j'ai retravaillé un poème de F.G.Lorca, qu'il avait pas fini, un brouillon, égaré, un brouillon où avait germé un joli vœu.
      Une reprise donc, comme faisait ma grand-mère aux fonds de culotte que j'usais à l'école ...
      Puisqu'on n'est plus, ironiquement, "des sauvages" ...
      ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
     
                    Parole de cire.

                  Parole est de cire :
                  N'y penserons plus.
                  Maintenant aspire
                  La brise venue.

                  Parole est de plomb.
                  Elle tombera
                  Dans le fond du fond
                  Et bon débarras.

                  Capte dans l'instant
                  Les lettres de vie,
                  L'arbre frémissant
                  De branches s'écrie ...

                  L'alphabet primaire
                  Est de vives choses
                  Et un inventaire
                  Fait de sages pauses.

                  C'est clair après ça,
                  Tu t'en vas léger,
                  Les mots dans les poches
                  Au fond oubliés.

                  Pour F.G.Lorca, M.
                  Lorca ... n'avait pas pour vocation de "faire" de la poésie, mais davantage de la diffuser ... avec un zèle qui lui a valu la fin qu'on lui sait ... bonne infusion ... ça m'a calmée un rien ... je vais faire de jolis rêves à présent ...
                 
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 02 Avril 2017 à 12:10:12

    Poétiquement correct,
    celui qui est mon mari depuis 21 ans,
    alors que j'ai passé la nuit dernière à Broadway, pris le tramway nommé désir, un homme ravissant dans ma loge V.I.P. ...
     Mon mari m'a regardé ce matin, les yeux débordant de joie, pour me dire:
     "Je t'aimerais encore même si tu avais dix amants".

     Classe, n'est-ce pas ?
     Vachement princier je dirais même.
     Trop beau pour rester caché.
     On aime pour les autres ...
     Je vous ai retravaillé un petit poème de Garcia Lorca
     Très printanier, très léger ... superbe ... diaphane ...
     ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                   Suite en blanc.

               Cerisier en fleur,
               Dans la lune tu vas.
               C'est ton ombre ici,
               Au pré aérien.
               Sont tes oiseaux blancs.
               Cerisier en fleur,
               Je suis
               Dans tes blanches fleurs !
               Ouvre-toi, enfant,
               J'étais, je serai,
               Ce bel enfant blanc.

     ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^Pour F.G.Lorca,M.
 
     
     
   
     
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 03 Avril 2017 à 00:29:27

« J'ai envie de te tenir, te parler, t'entourer de mes bras, te couvrir et te brûler de mes caresses. Te voir pâlir et rougir sous mes baisers, te sentir frissonner dans mes embrasements, c'est la vie, la vie pleine, entière, vraie, c'est le rayon de soleil, c'est le rayon du paradis ! Ô mon ange, que tu es belle, viens que ma bouche pose et cueille sur la tienne ce mot qui est le plus doux des baisers : Je t'aime ! »

 Des mots de Victor Hugo ; Lettres à la fiancée (1821)
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 10 Avril 2017 à 00:37:34



Toi
Esther Granek


Toi c’est un mot
Toi c’est une voix
Toi c’est tes yeux et c’est ma joie

Toi c’est si beau
Toi c’est pour moi
Toi c’est bien là et je n’y crois

Toi c’est soleil
Toi c’est printemps
Toi c’est merveille de chaque instant

Toi c’est présent
Toi c’est bonheur
Toi c’est arc-en-ciel dans mon coeur

Toi c’est distant…
Toi c’est changeant…
Toi c’est rêvant et esquivant…

Toi c’est pensant…
Toi c’est taisant…
Toi c’est tristesse qui me prend…

Toi c’est fini.
Fini ? Pourquoi ?
Toi c’est le vide dans mes bras…
Toi c’est mon soleil qui s’en va…
Et moi, je reste, pleurant tout bas.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 10 Avril 2017 à 10:20:02

    Comme dans la vraie vie, que la liberté et donc la versatilité de toute chose ne nous fasse pas peur ... Les choses de la vie sont libres, nous aussi ... accords libres, musique instinctive sans préceptes, confiance ...
    De Federico Garcia Lorca, cette extraordinaire poème des "Suites".
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                                         HERBIERS.

                                                   1.

                       Le courtier en jardins
                       porte un herbier.
                       Avec son album d'odeurs il fait ses tournées.

                       La nuit, sur ses branches reviennent
                       les âmes des oiseaux anciens.
                       Elles chantent dans ce bois étouffé
                       qui appelle les sources des larmes.

                       Comme le nez des petits enfants
                       sur les vitres embuées,
                       s'écrasent les fleurs de ce livre
                       à l'invisible carreau des années.

                       Le courtier en jardins
                       ouvre son livre en pleurant
                       et sur l'herbier défaillent
                       les couleurs vagabondes.

                                            2.

                        Le courtier du temps
                        apporte l'herbier des rêves.
                                  Moi
                        Où est cet herbier ?
                                  Le courtier
                        Tu l'as dans tes mains.
                                  Moi
                        Mes dix doigts sont libres.
                                  Le courtier
                        Les rêves dansent sur tes cheveux.
                                   Moi
                        Combien de siècles ont passé ?
                                   Le courtier
                        Il n'est qu'une heure à mon herbier.
                                   Moi
                         Où vais-je ? Vers l'aube ou vers le soir ?
                                    Le courtier
                         Le passé est inhabitable.
                                    Moi
                         Ô jardin aux fruits d'amertume !
                                    Le courtier
                         Plus triste est l'herbier de la lune.

                                           3.

                     En grand secret, un ami
                     me montre l'herbier des bruits.

                     (Chut ! ... silence !
                      La nuit se suspend au ciel !)

                      Vers le phare d'un port désert
                      accourent les échos de tous les siècles.

                      (Chut ! ... silence !
                      La nuit oscille dans le vent !)

                      Chut ! ... silence !
                      De vieux courroux s'enroulent à mes mains.

                      F.G.L.
                     
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 18 Avril 2017 à 12:00:11

                                    Miniature.

 Je prendrai aujourd'hui chemin de haute neige.
 Pour que mes joies y jouent, mes peines y peinent, que dire.
 Montagnes de souvenirs d'où se tire un fil grège
 Chemin de haute neige, épure bien mes soupirs ...

 Je t'emporte où les ombres ne peuvent tout envahir
 Les regrets dévorants, les conflits parasites ...
 Je n'y veux rien connaître pour ne plus rien haïr.
 Et la délicatesse, éveil tout floconneux,
 Viendra comme elle sait faire ses petites magies
 Me frapper savamment de blanche apoplexie
 Plus de mots, plus d'idées, de demain ou d'hier,
 Commence en un instant une fragile lumière ...

 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 22 Avril 2017 à 09:47:14
Rainer Maria RILKE   (1875-1926)


Le dormeur

Laissez-moi dormir, encore... C'est la trêve
pendant de longs combats promise au dormeur ;
je guette dans mon coeur la lune qui se lève,
bientôt il ne fera plus si sombre dans mon coeur.

Ô mort provisoire, douceur qui nous achève,
mesure de mes cimes, très juste profondeur,
limbes de tout mon sang, et innocence des sèves,
dans toi, à sa racine, ma peur même n'est pas peur.

Mon doux seigneur Sommeil, ne faites pas que je rêve,
et mêlez en moi mes ris avec mes pleurs ;
laissez-moi diffus, pour que l'interne Ève
ne sorte de mon flanc en son hostile ardeur.

Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 22 Avril 2017 à 15:43:54
    Le mystère de notre "vraie vie" ...
    Où sont nos sources ?
    Il nous faut de l'eau, il nous faut de l'air, sur cette Terre de feu où nous ne pourrons plus jamais poser nos pas, construire notre maison ...
    Survivre, respirer, eau fraîche pour nos brûlures ...

    C'est simple ... entrer chez Rilke, chez Picasso, ou tout simplement dans son jardin, mais y entrer vraiment ...
  https://www.youtube.com/watch?v=6y-2ila8zmA (https://www.youtube.com/watch?v=6y-2ila8zmA)
    Bien solidairement à tous, c'est gra-tuit ...
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 23 Avril 2017 à 17:46:37
   Et Zut ...
   On me signale qu'en France, il faut payer pour regarder la vidéo
   "le mystère Picasso" ...
   Ici, j'y ai accès librement ... trop petit marché sans doute ?
   Ici, les étrangers ont le droit de vote ...
   Par contre, un copain vient d'être licencié, son patron vient d'embaucher à sa place un polonais qu'il devra payer beaucoup moins ...
   Sommes-nous en Europe ou au Far West ?
   Et flûte pour le blocage de ce merveilleux document ...
   J'essaie de l'envoyer autrement, en regrettant que cette version soit tronquée de la superbe introduction ...
    Zut, ça ne marche pas ... tant pis !
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 10 Mai 2017 à 09:47:18

   Hier c'est tombé sur ma pomme:
   convocation expresse dans le bureau de la souffrance en chef herself, vous savez comment elle nous réduit en ratatouille.
   Sans défense, sans défense.
   Elle m'a foutue dans la piscine avec un anaconda et lestée d'un sac à dos rempli de briques, purée merde merde.
   Résultat: ratatouille.
   Il me reste une petite poésie écrite samedi soir, quand on est dans la résistance on a toujours un peu la plume qui grattouille.
  ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                              En veille.

               Cela fait si longtemps

               Les gouttes de pluie se pressent

               Les jours s'en rebattant

               Et de passer ne cessent

               Délavé monotone

               Accueillant les soupirs

               Des sentiments aphones

               Oubliés du désir.

               Nimbée de solitude

               La lune rode au loin

               Comme un poème enfreint

               Qui me promet l'espoir

               C'est ma douce veilleuse.

               En secret se préparent

               Les pétales du jour

               Sensations mystérieuses

               A la vie ramifiée

               Et à la mort autour.

               Je ferai un dessin

               Simple jeu de mes mains.

               ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 17 Mai 2017 à 03:05:48

Coucher de soleil.


Où es-tu ? Mon âme ivre de ton délice
S'enténèbre, car l'heure vient de fuir où j'écoutais
L'Adolescent solaire dans sa grâce,
Tout sonore d'accords dorés,

Jouer son chant du soir sur la lyre du ciel,
Et lui répondre l'immense choeur des bois et des collines.
Mais loin de chez nous il s'en est allé
Chez les peuples qui savent encor lui rendre gloire.


Hölderlin
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 19 Mai 2017 à 01:25:10

" et si l'on ne concevait pas la vie sans (elle, ou lui)...
 si on arrêtait de projeter quoi que ce soit ?
ne pensons plus,
laissons la vie circuler,
la mort nous emportera quand elle le décidera,
en attendant, si on laissait faire ?
sans projet, sans rien ? "

Merci... Mononoké

 ;) et  :-*
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 20 Juin 2017 à 00:34:04

Tu sais, ici.
par Jeff Bergey


Tu sais, ici
 Ma chérie
 Je brillerai
 De longs silences
 Toi, tu pleureras
 De mes absences
 Ce soleil, dans ma voix
 N’aura plus, d’éclats
 Il y murmura
 Que les échos
 De ma voix.

Pense à nous
 À nos cœurs brisés
 Dans cette bulle
 Notre bulle, qui vient d’éclater.

Plus, de longs discours
 Plus, de doux mots
 Pour parcourir
 Tes alentour
 Simplement
 Les silences, de ma voix
 Je partirai, le cœur meurtri
 Toi, ici, tu y resteras
 À la vue
 De mon avatar
 Il n’y brillera
 Que ton, cafard
 De m’avoir, perdu
 De m’avoir, tromper
 Pour une histoire
 De cul.

Pense à nous
 À nos cœurs brisés
 Dans cette bulle
 Notre bulle, qui vient d’éclater.

Avant de partir
 Je vais t’écrire
 Les choses
 Que je n’ai pas osé, te dire
 Sache, que tu seras
 Toujours à moi, toujours là
 Là, dans ce cœur
 Qui battait, pour toi
 Quand toi, tu rêvais
 De me vouloir
 Dans tes bras
 Mais cela, ne te suffisait pas
 Car, tu as tout cassé
 Dans mes maux
 Sous ma vue
 Pour une histoire
 De cul.


Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 20 Juin 2017 à 22:55:34

    pure et dure, la Poésie ...

    Une histoire de cul est à l'Amour
    ce qu'une culotte en dentelle est à un poème ...

    Mais qui voudrait s'en aller nu ...
    (http://www.aht.li/3084865/shorty.jpeg)
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 21 Juin 2017 à 21:21:56

                     Âmes nues.

   Mon âme nue fait ses dentelles,
   Faut percer les voiles des regards.
   Peut-être, après tout, un œil veille
   Dans l'absence qui tout sépare.

   Plus une peau ne transparaît
   Où vibre l'onde dans le flux,
   Où âme nue tu te baignais,
   Très jeune, je t'ai reconnu.

   Entre nous deux est un silence,
   Chagrin ancien que l'on partage.
   Quelle est la part de toi, tu penses ?
   Quelle est la part de moi, sauvage ...

   Il n'est de mémoire innocente,
   Ni d'amour à bien retenir.
   Il est de nature conquérante
   Et d'inconditionnel devenir.

   Nos âmes dévêtues, cruelles,
   Font des dentelles indéchiffrables
   Pour imiter l'éternelle
   Réalité indispensable.

   ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
   
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 04 Juillet 2017 à 22:05:34

      De Federico Garcia Lorca:

    "Je ne pourrai me plaindre
      Si je n'ai pas trouvé ce que je cherchais
      Quand je m'envolerai
      Mêlé à l'amour et aux sables" ...

      J'ai lu pour la première fois ce morceau de poème à l'âge de 17 ans ...
      Il ne s'est jamais effacé de ma mémoire ...
      Est-ce à cela que servent les poésies, à RESTER ?
      C'est le troisième été que je promène mes yeux et mon cœur tristes à Mexico ...
      ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

                 illologue.

   - Tu sais, toi, en trois ans,
      Comme un enfant grandit,
      Comment pousse un rosier,
      Combien tombe un regard ?

          - C'est pas le fil du temps
             Si tout nous a menti
             Si on a trébuché
             C'est quoi, c'est le hasard ?

             ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
 (J'ai épousé Lorca dans un monastère tibétain ...)
     
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 07 Juillet 2017 à 18:26:11

Soldes
par Alain Bosquet

Après faillite,

je solde.

Je me liquide.

A pile ou face,

tu emportes mon corps, pauvre gagnant !

Cent pour cent de rabais

sur mon âme : comment

la retirer du bric-à-brac ?

Gratuit,
 Monsieur, mon vieux cerveau :

on vous le met dans cette boîte ?

Ma peau, elle est pratique, un jour d'hiver,

Mademoiselle.

Je vous offre ma voix, en prime :

elle n'a pas d'égale

pour les bobards, pour les jolis mensonges.

Venez,
 Madame,

j'ai un cadeau pour vous : c'est un poème ;

n'ayez pas peur, son petit air miteux

cache un profond mystère.

Chaque matin, vous l'arrosez ;

au bout d'un mois, ses fleurs auront la taille

des grandes cathédrales.

Approchez, citoyens.

Je solde, je me sacrifie.


Alain Bosquet
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 07 Juillet 2017 à 18:35:54

   Alain Bosquet écrit vraiment des choses géniales ... merci de nous partager cette super lecture ...
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 09 Juillet 2017 à 19:49:53

    Âmes trop rationnelles s'abstenir !
    On respire un peu de "crazy attitude" ...
    On se gonfle à l'hélium ...
    Tout va bien ? Souci-souça ...
    Chanson composée et interprétée par Voulzy, écrite par Souchon ... merci ...
    Paroles officielles de la chanson "Paradoxal Systeme"

Car
Parce que je pars
Il y a de l'eau dans ton regard
Mais les pleurs que tu pleures sont inutiles
Car tous les départs
Resserrent les cœurs qui se séparent
Je serai bien que loin de toi
Tout contre toi

Dans la nuit les trains voyagent
Vers des villes et des visages
Creusant dans nos cœurs
Un écart lourd
Tellement lourd

Plus je m'éloigne et plus je t'aime
C'est le paradoxal système

Car
Tous les départs
Resserrent les cœurs qui se séparent
Et les pleurs que tu pleures
Sont inutiles
Car en tous sens
Attisés par la longue distance
Je serai bien que loin de toi
Tout contre toi

PLus je monte vers le nord
Plus notre amour devient fort
Rêveur absent
Je serai comme ça
A cause de toi,
De toi

Plus je m'éloigne et je t'aime
C'est le paradoxal système

Car
Parce que je pars
Il y a de l'eau dans ton regard
Mais les pleurs que tu pleures sont inutiles
Car tous les départs
Resserrent les cœurs qui se séparent
Bien que loin je suis contre toi
Ah...
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Liesel le 16 Juillet 2017 à 19:06:35
" Cette nuit-là, je ne le vis pas se mettre en route. Il s'était évadé sans bruit. Quand je réussis à le rejoindre il marchait décidé, d'un pas rapide.Il me dit seulement:
- Ah! Tu es là...
Et il me prit la main. Mais il se retourna encore:
- Tu as eu tort. Tu auras de la peine. J'aurai l'air d'être mort et ce ne sera pas vrai...
Moi je me taisais.
- Tu comprends. C'est trop loin. Je ne peux pas emmener ce corps-là. C'est trop lourd.
Moi je me taisais."

Le Petit Prince    Antoine de St Exupéry
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Liesel le 16 Juillet 2017 à 21:47:48
Sur l'ourlet de ton sourire.

À l'orée de ton regard.
Au fil de tes cheveux
qui coulent comme un long fleuve de lumière.
Sur le bord de ton innocence.
Au creux de ta générosité.
Dans le silence de ton tourment.
Au gré de ta liberté.
Dans l'abrupt de ta conscience.
Au temple de ta sacralité.
Au sein de ta complexité.
Dans ton appartenance à la nature.
Dans ton appartenance à l'humanité.
Dans la courbe de tes gestes.
Au cœur de ta sensibilité.
Sur la ligne de ton horizon.

En chacun de tes lieux
s'avère le miracle de la vie,
son renouveau incessant,
son mystère inexplicable.

*

le silence
qui se cache
dans certains mots
fait trembler la page
et ouvre une brèche
pour pénétrer dans
le mystère
du langage.

*

tout ce qui n'est pas dit
l'indescriptible
ce rien d'indicible
ce bateau silencieux de l'infini
qui va s'échouer
entre les pages du
néant
comme une fleur séchée
prête à défier
le cours du temps
enfilée
dans le livre des éblouissements,
l'inexprimable...

*

Il est un lieu
où jamais mot ne fut prononcé.
Un lieu où tout se tait.
Un lieu antique, inculte et surprenant.
Un lieu sans voix et sans chuchotements,
sans l'ombre d'un raisonnement
sans le tourment d'un mental
envahissant.
Un lieu sacré
Un lieu de paix
que les humains appellent Silence
sans trop savoir pourquoi.

Un lieu d'avant leur venue sur Terre
et que si peu savent écouter.
Un lieu accessible seulement
à ceux qui descendent dans leur profond.
Un lieu où rien ne bruit
sinon la symphonie de la nature
sinon le chant de l'univers.

Il est un lieu
situé bien au-delà de la parole
fréquenté par les fous, les enfants,
les sauvages, les intuitifs, les illuminés.
Un lieu spirituel
où se rencontrer avec l’éternel.
Un lieu plein de vibration
un lieu de lumière.
Un lieu de dépouillement
Un lieu où l'on se perd

pour mieux se retrouver.

*

Chacun de nous est un univers à soi,
tout l'univers est en chacun de nous.

*

Les doigts de la poésie
effleurent les joues des événements,
démêlent les cheveux des sensations
pour en faire des tresses,
entrelacées de rubans et de perles,
d'images parfumées, de métaphores
et de pépites d'or,
de nids d'oiseaux, de rêves d'amour
qui te chuchotent à l'oreille
des mots d'utopie et
d'impossibles voyages.

Les doigts de la poésie
écrivent
avec l'encre magique,
écrivent d'un monde à réinventer,
d'un monde tout à réécouter.


***
  --Nadine Léon.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 16 Juillet 2017 à 22:01:13

   Merci Liesel,
   beaucoup d'humilité et de paix dans ces mots choisis.
   M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 16 Juillet 2017 à 22:38:15

Ulysse from Bagdad

Éric-Emmanuel Schmitt

Ulysse from Bagdad est un roman d'Éric-Emmanuel Schmitt publié chez Albin Michel en 2008.


Ce livre raconte l'histoire d'un jeune irakien, Saad Saad (qui veut dire espoir en arabe et triste en anglais) qui quitte son pays en guerre pour essayer d'envoyer de l'argent à sa famille et d'être en sécurité. Il décide de partir en Angleterre afin de trouver un travail. De l'Irak au Royaume-Uni, tel l'Ulysse de l’Odyssée, Saad Saad s'apprête à vivre une aventure comme il n'en a jamais connue, et doit affronter bien des dangers pour espérer atteindre sa terre promise. En accomplissant son périple, il doit faire face à son statut de clandestin.

Saad Saad traverse plusieurs pays dans la peau d'un apatride, ces « sous-hommes » qui n'ont aucune existence officielle et dont personne ne veut. Pourchassé par les uns, exploité par les autres, Saad Saad reprend courage grâce à un père philosophe qui, par ses remarques fines et sensées, aide son fils à ne pas se perdre et a garder confiance .


                                                                                                                            ************

Raphaël,

J'aimerais être l'ombre de ton ombre...
Discrètement être "La Voix" du père pour continuer à échanger nos idées, nos pensées... dialoguer, partager, plaisanter...
te réconforter parfois... t'encourager surtout à poursuivre ton chemin dans la vie !

Mon Fils parti... Ma Vie brisée...

Puis-je encore croire que je suis à tes côtés ? moi, je sais que tu es définitivement parti !

Je t'aime.
Papa
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 17 Juillet 2017 à 12:48:18

     Mon frère est lui aussi un si bon père ...
     Que faire ...
     Garder les pieds sur terre mais la tête ?
     C'est sans toit c'est sans loi ...
     M.
     
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 20 Juillet 2017 à 19:13:59

                        La scène vide.

          Dans l'ombre est embusqué
               L'abandon en défiance
                Prêt à nous engloutir.

                Des rêves de danger
           Des peurs sans assistance
                Attisent les délires.

           Il est de grands sommeils
               L'amour est un réveil
               Peuplé de souvenirs.

          Désir pour cœurs blessés
           Un greffon sur silences
            Qui peuvent refleurir.

          J'ai mes yeux doux posé
            Que pèse la patience
            Attention, un sourire ...

         Mes phrases ont défriché
           Dans la forêt des sens
         Clairière pour un soupir.

         ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Liesel le 20 Juillet 2017 à 20:50:13
Très beau poème, merci Martine  :)
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 06 Août 2017 à 16:15:26
                                                 
                         Début enfin.

                      ^^^^^^^^^^^^

               1/ Fin .

              Les mots et leurs dégâts,

              Sonnants et trébuchants,

              Espèces disparates

              Pour commerce grossier.

               2/ Début.

              Elle est généralement

              Plus lente que la vie,

              Elle tombe sur les gens

              De la lune, la pluie.

                     Tombe sur les gens de la lune,

                     Les cœurs composent en leurs débris.

                     Il pleut vers la mortelle lune,

                     Le bonheur a blessé aussi.

              Désespoir corps à corps,

              Du sang à l'abreuvoir.

              Souffre l'espoir encore,

              Corps à corps dur et noir.

                      L'escalier qui s'est effondré,

                      C'était notre malheur en cage.

                      La pluie tombée sur les idées,

                       S'évapore de tous les étages.

                La suite dans les idées,

                C'est garder l'origine,

                C'est trouver en premier

                L'innocente rétine,

                         Qui sait les choses de la nuit,

                         Qui n'a pas oublié la lune,

                         Ni que les pleurs étaient la pluie,

                         Ni qu'en nos vies sont bien plus d'une.

                   Désespoir corps à corps.

                   J'ai mal la mort devant.

                   Souffle l'espoir d'abord.

                   Surtout, retourne avant.

                           Les stratagèmes abandonnés,

                           Le poème est en corps extrême.

                           Entendu il crache, éventré,

                           Ces seuls animaux mots: JE T'AIME.

                            ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
                                       
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 17 Août 2017 à 23:01:27

    Paroles et traduction de «Les Mots (feat. Seal)»

Les Mots (feat. Seal) (Les Mots)

(Mylene Farmer)
(Mylene Farmer)
Fixement, le ciel se tord
Fixement, le ciel se tord
Quand la bouche engendre un mort
Quand la bouche engendre un mort
Là je donnerai ma vie pour t'entendre
Là je donnerai ma vie pour t'entendre
Te dire les mots les plus tendres
Te dire les mots les plus tendres

(Seal)
(Seal)
When all becomes all alone
Quand tout devient tout seul
I'll break my life for a song
Je casserai ma vie pour une chanson
And to lives that stoop to notice mine
Et aux vies qui se penchent pour remarquer la mienne
I know I well say goodbye
Je sais que je dis bien au revoir
But a fraction of this life
Mais une fraction de cette vie
I would give anything, anytime
Je donnerais n'importe quoi, n'importe quand

[Refrain]
[Refrain]
(M. F. )L'univers a ses mystères
(M. F. )L'univers a ses mystères
(M. F. )Les mots sont nos vies
(M. F. )Les mots sont nos vies
(Seal)You could kill a life with words
(Seal)Vous pourriez tuer une vie avec des mots
(Seal)Soul, how would it feel
(Seal)L'âme, comme cela se sent
(M. F. )Si nos vies sont si fragiles
(M. F. )Si nos vies sont si fragiles
(Seal)Words are mysteries
(Seal)Les mots sont des mystères
(M. F. )Les mots des sentiments
(M. F. )Les mots des sentiments
(M. F. )Les mots d'amour, un temple
(M. F. )Les mots d'amour, un temple

https://www.youtube.com/watch?v=0exixgU7tDc (https://www.youtube.com/watch?v=0exixgU7tDc)

Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 19 Août 2017 à 13:17:02

    Hier, mon compagnon, un peu surpris de ma (toujours) absence de PROJETS CONCRETS pour la RENTRÉE :

   - Et qu'est-ce que tu vas FAIRE ?
   - Continuer d'écrire de la poésie ...
   - Mais comment tu vas T'Y PRENDRE ?
   - Ben ... j'vais attendre l'inspiration ...

   Vraie vie, la vie en poésie ?
   Admirer des ruines, voyons, est-ce bien raisonnable ?
   M.
   
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 20 Août 2017 à 15:46:38
         
        Je le veux vert.

      ^^^^^^^^^^^^^

    Un peu de joie, j'invite
    A vie convalescente.
    Je prends ce véhicule,
    Prête et irrésolue.
    Les chances périclitent,
    De bien peu me contente.
    En mon vert crépuscule
    Troué de sombre vue.

    Au pied de la maldonne,
    A vie convalescente.
    C'est foutu pour foutu,
    Mais ne quitte personne.
    La liberté ardente
    A bien peu parcouru,
    Au pied de la maldonne.
    Humilité déçue,
    Quelle folie indécente.

    Ais-je habité en toi ?
    En moi es ton refuge,
    Mais c'est plus que des ruines,
    Où reste ma ferveur.
    J'appelle sans ma voix,
    J'ai tous les subterfuges,
    Pour aimer dans les ruines
    Ce brasier dans mon cœur.

    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 10 Septembre 2017 à 08:32:06

Chant d’automne
 Charles Baudelaire

 I

 Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
 Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
 J’entends déjà tomber avec des chocs funèbres
 Le bois retentissant sur le pavé des cours.

 Tout l’hiver va rentrer dans mon être : colère,
 Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
 Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
 Mon coeur ne sera plus qu’un bloc rouge et glacé.

 J’écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
 L’échafaud qu’on bâtit n’a pas d’écho plus sourd.
 Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
 Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

 Il me semble, bercé par ce choc monotone,
 Qu’on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
 Pour qui ? – C’était hier l’été ; voici l’automne !
 Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

 II

 J’aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
 Douce beauté, mais tout aujourd’hui m’est amer,
 Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l’âtre,
 Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

 Et pourtant aimez-moi, tendre coeur ! soyez mère,
 Même pour un ingrat, même pour un méchant ;
 Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
 D’un glorieux automne ou d’un soleil couchant.

 Courte tâche ! La tombe attend ; elle est avide !
 Ah ! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
 Goûter, en regrettant l’été blanc et torride,
 De l’arrière-saison le rayon jaune et doux !

 Charles Baudelaire, Les fleurs du mal
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 10 Septembre 2017 à 13:26:26

    https://www.youtube.com/watch?v=1mvz7I7Dp5c (https://www.youtube.com/watch?v=1mvz7I7Dp5c)

    Le printemps revient toujours
    Le temps des tristesses est nu
    La seule tendresse autour
    Frissonne et se croit perdue
    Les saisons comme l'amour
    Vont doucement reposer
    Dépouillés de leurs atours
    En belle simplicité.

    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
   
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: souci le 17 Septembre 2017 à 20:51:04

                         A l'horizon .

 
          Horizon, non, ce n'est pas toi
   
          C'est moi qui me suis repliée

         En deux sous tant de désarroi .

     Que veux-tu donc que je comprenne

            Au travers du rideau baissé !

              Horizon que me diras-tu

          Que je croie ou qui me revienne ,

         Vers quel ailleurs m'emmènes-tu ?

         Hors des émotions qui m'enserrent

           Ou des idées qui trop macèrent,

             Laisse-moi le droit de rêver !

           Tous les mots sont prématurés .

             Mes yeux savent à l'intérieur

               La déchirure des horizons

             Et au lieu du monde trompeur

            Je chéris les quelques prénoms

            Qui sont ma dernière demeure .


           ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ M.
     


   
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Liesel le 17 Septembre 2017 à 22:43:03
Dans la marge 7
Jacques Viallebesset

J’aurais voulu être celui-là qui vient
Porteur d’une joie d’être à partager
Avec tous les humains qui saignent
De leurs rêves lourds d’espoirs blessés
Je porte en moi les sucs de la terre
La danse de flamme du sang au cœur
Ma poitrine se gonfle du vent des astres
J’halète de la sève de tout ce qui vibre
Frémit palpite et vit au rythme des saisons

Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 20 Septembre 2017 à 07:26:50

Juin

 Dans cette vie ou nous ne sommes
 Que pour un temps si tôt fini,
 L’instinct des oiseaux et des hommes
 Sera toujours de faire un nid ;

 Et d’un peu de paille ou d’argile
 Tous veulent se construire, un jour,
 Un humble toit, chaud et fragile,
 Pour la famille et pour l’amour.

 Par les yeux d’une fille d’Ève
 Mon coeur profondément touché
 Avait fait aussi ce doux rêve
 D’un bonheur étroit et caché.

 Rempli de joie et de courage,
 A fonder mon nid je songeais ;
 Mais un furieux vent d’orage
 Vient d’emporter tous mes projets ;

 Et sur mon chemin solitaire
 Je vois, triste et le front courbé,
 Tous mes espoirs brisés à terre
 Comme les oeufs d’un nid tombé.

 François Coppée, Les mois
Titre: Re : Comme toujours dans la vraie vie !
Posté par: Federico le 21 Septembre 2017 à 15:39:33

Aux HOMMES de ce Forum...

Je pense à vous... Hommes, Fils, Papas, grands-pères, frères, tontons, époux, amants, amoureux, amis !
Vous qui êtes dans le chagrin, la douleur physique, la souffrance morale...
Vous qui connaissez cet état de mal-être ou une grosse boule nous nargue pour stagner au niveau de la gorge ... Boule d'amertume, de frustration, de colère !...
Moments incommensurablement mélancoliques !
Désespérément désertiques d'affection, de tendresse, d'amour...
La solitude, le vide, le néant, les profondeurs abyssales ... de notre existence !

Amitiés... espoir, espérance...

Amicales pensées pour vous...

Bien Solidairement.
Federico