Auteur Sujet: Témoignage d'une maman  (Lu 4217 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
« Modifié: 10 Octobre 2012 à 21:18:38 par adèle »
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne magalilou

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 554
  • ma fille, mon amour
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #1 le: 21 Septembre 2012 à 09:04:21 »
Merci Angelik
douce journée
Martine, maman de Madeleine
Ce n’est pas parce que vous ne voyez pas de larmes que je ne pleure pas.
 Ce n’est pas parce qu’à nouveau je souris que j’oublie.
 Ce n’est pas parce que j’ai l’air heureuse que je vais mieux.
 Je peux vous offrir le visage qui vous fait plaisir,
 Mais il n’empêche qu’à l’intérieur, je meurs.

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #2 le: 21 Septembre 2012 à 14:57:42 »
Très bouleversant  et éclairant témoignage.... Nous avons tellement besoin, dans notre  incommensurable chagrin, de savoir que nous ne sommes pas seules, en tant que mères, à éprouver une telle douleur....
Merci Angélik et  gardez surtout confiance en ceux qui restent pour vous soutenir.
Affectueusement.
Mamm'j

« Modifié: 22 Septembre 2012 à 10:22:58 par Mammj »

Hors ligne mariej

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 166
  • et le désert refleurira....
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #3 le: 21 Septembre 2012 à 22:51:04 »
Merci Corinne pour ce beau témoignage.

Pour moi, il va y avoir 4 ans en octobre, triste anniversaire...
Je crois que j'avance un peu, mais d'autres deuils sont venus se rajouter et c'est vraiment dur... Heureusement que des témoignages comme celui-ci nous montre qu'il faut croire en un avenir plus doux, où les douleurs seront moins vives, et où le bonheur de vivre sera de retour.

Bien tendrement
" Parce qu’il y a des coeurs qui sont si grands qu’ils ne battent que lorsqu’ils sont avec les autres."

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #4 le: 22 Septembre 2012 à 11:38:31 »
Bonjour Martine, Mammj, Mariej et tous ceux qui souffrent...
Oui, il me semblait important au milieu de nos témoignages de souffrance de pouvoir lire un témoignage d'espoir. C'est ce qui manque un peu à ce forum, peu de personnes avec davantage de recul viennent pour dire que même si l'on oublie jamais, on peut espérer un apaisement.
J'essaie d'apprendre la patience... je sais qu'il faudra encore plusieurs années avant de pouvoir ressentir un peu de calme. Parfois je l'accepte et parfois cela me rend furieuse. J'ai 48 ans et comme les autres mamans, j'aurais aimer pouvoir profiter un peu de la vie après avoir élevée pratiquement seule mes 3 garçons...  m'être battue pour eux et avec eux toutes ces années pour en arriver là ! Quel gâchis !
Je vous embrasse
Corinne
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #5 le: 23 Septembre 2012 à 10:41:13 »
Merci Corinne pour ce témoignage.
J’ai l’impression que tu as fait du chemin malgré tout. Ta douleur n’a-t-elle pas changé et perdu de son intensité ? Surtout quand tu « acceptes » ton destin, n’est-ce pas ? J’essaie le plus possible, de ne pas ressasser les souvenirs douloureux et je me raccroche aux témoignages des NDE. Je m’imagine ma fille en paix et rayonnante de bonheur. Moi aussi, j’aurais préféré l’insouciance d’autrefois, mais il faut se résigner, rien n’y fait. C’est à ça que je travaille.
Une amie qui a perdu sa sœur dans des circonstances semblables aux nôtres, m’a dit que sa mère de 92 ans a pour devise de ne jamais regarder en arrière. Même à son âge, elle fait encore des projets.
Tu souhaiterais davantage de témoignages de personnes qui ont du recul. Si elles n’y viennent pas, c’est sans doute parce qu’elles sont de nouveau happées par la vie et qu’elles n’en ressentent plus le besoin. Cela peut-il nous donner de l’espoir.
Je t’embrasse.
Méduse

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #6 le: 23 Septembre 2012 à 11:44:47 »
Bonjour à toutes et tous,
A propos des témoignages "d'anciens",  celles et ceux qui ne viennent pas ou ne viennent plus sur ce forum ont sans doute franchi les étapes décrites par C. Fauré et  laissent la place (une place dont on se passerait...) aux personnes venant d'être durement touchées par un deuil... Elles n'ont, qui sait,  plus l'envie d'entendre la douleur qu'elle ont vécue, dite,  voire hurlée, qu'elles ont -plus ou moins bien- "apprivoisée", ou encore elles ont trouvé un autre soutien, ou bien  elles réussissent à mieux gérer leur chagrin et à partager de nouveau avec  les autres car l'effort vient finalement de nous qui avons connu une souffrance indicible...
Un jour ou l'autre on finit par  marcher.... tant bien que mal... sans béquille.... Mais, on ne le dira jamais assez,  nos rythmes et différences  ne peuvent être occultés... Après les erreurs commises auprès de ma fille à qui on demandait (dans un état dépressif )  "de mettre la charrue avant les boeufs" ce qui s'est avéré contre-productif et l'a enfoncée dans la perte d'estime d'elle-même, je réalise que ce forum est le seul refuge où nous sommes acceptés tels que nous sommes devenus et c'est énorme pour chacun d'entre nous.
Pour ce qui me concerne, comme pour ma Cath,  dès que je me sens bousculée, ou comparée, je fais un pas en arrière et m'isole.... Je comprends plus que jamais la souffrance qui a dû être la sienne  lorsqu'elle s'est sentie "hors circuit" et qu'on ne lui a pas laissé le temps de s'en sortir ! Pas le temps... pas le temps... dans cette société !
Comment se "reconstruire" avant d'avoir pansé ses blessures ? Que dire de  la cicatrisation ? Là aussi nous sommes inégaux, nous ne cicatrisons pas de la même manière, tant de facteurs interviennent !
Voilà ce que je pense de ce passage par ce site mis avec tant d'humanité à notre disposition, un lieu, un partage,  pour tenter d'émerger, de garder foi en ceux que nous aimons, en la vie !
Pensées chaleureuses.
Mamm'j
« Modifié: 23 Septembre 2012 à 15:09:32 par Mammj »

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #7 le: 23 Septembre 2012 à 14:29:01 »
Tu l’as si bien dit, Mammj.

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #8 le: 10 Octobre 2012 à 17:05:05 »

Après avoir relu le témoignage du lien apporté par Anjelik,  sur la droite  j'ai trouvé d'autres articles intéressants que vous avez probablement déjà lus.

 http://www.psychologies.com/Moi/Epreuves/Suicide/Articles-et-Dossiers/Suicide-ceux-qui-restent#userComments

Car, pour ceux qui restent, comment apaiser la douleur, comment émerger après un tel choc, où trouver le soutien nécessaire ?

Paix et douceur à tous.
Mammj

Hors ligne BLUEVELVET

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 288
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #9 le: 10 Octobre 2012 à 19:27:31 »
Bonsoir à toutes et tous,

En ce qui concerne les témoignages d'anciens, ils ont certainement cheminé, n'ont peut-être plus le besoin ou l'envie de venir mais ils peuvent peut-être aussi s'abstenir afin de vous préserver.

Peut-êre vous diriez-vous, un(e) tel(le) y arrive mais pourquoi je n'y arrive pas ? Et cela ajouterai peut-être à votre douleur.

Maintenant je crois qu'il y a autant de façon de vivre et de gérer un deuil qu'il y a de personnes en deuil, chacun sa peine, son chemin.

Quand je lis vos souffrances cela me fait mal, j'aimerais vous venir en aide et peut-être vous aider à voir les choses autrement mais je n'ai pas perdu un enfant donc je n'ai sans aucun doute le même deuil, ni le même cheminement.

Je peux juste vous livrer mon expérience : mon mari s'est suicidé. Au début j'étais dans la colère mais elle s'est rapidement calmée (je n'aime pas la colère, elle est nécessaire mais destructrice). Je n'ai pas cherché à refaire les derniers mois, derniers instants. Je sais les combats que j'ai menés avec mon mari, je ne suis pas non plus dans la culpabilité mais j'ai admis mon impuissance face à cette maladie.

Il n'est pas question d'accepter son destin, cela fait partie des choses inacceptables et se battre contre l'inacceptable nous épuise.

Je me suis posée, me suis documentée (la maison est dans un état épouvantable mais mon urgence était d'avoir mes réponses, je fonctionne comme cela) et me voilà à cette conclusion : la vie de mon mari était un enfer à ses yeux sur terre, là où il est maintenant il est bien, apaisée (plusieurs signes me font ressentir ce bien-être). Je suis apaisée et plus sereine parce que je le sens apaisée.

L'amour c'est cela, c'est accepter l'autre là où il va (de son vivant, j'ai beaucoup accepté), c'est vouloir son bonheur (là où il est il est heureux j'en ai l'intime conviction).

Depuis, je le sens présent, je lui parle doucement, je sens beaucoup d'amour et l'apaisement s'installe progressivement et l'énergie revient aussi, c'est une autre forme de communication mais c'est très beau. Je souhaite à vous tous, parents en deuil de connaître cela.

Voilà mon expérience du cheminement de deuil de mon mari, si cela peut aider quelqu'un(e)s

Douce nuit, faites-vous douceur....

BLUEVELVET
On ferme les yeux des morts avec douceur ; c'est aussi avec douceur qu'il faut ouvrir les yeux des vivants - Jean Cocteau

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #10 le: 11 Octobre 2012 à 17:31:28 »
Bonjour à tous et toutes

J'ai lu avec attention tous vos messages et je profite d'une journée "apaisée" pour vous répondre.
Pour moi, les montagnes russes sont toujours d'actualité mais je "crois" avoir compris certaines choses. Tu as raison Méduse, il nous faut arriver à "intégrer" l'absence de ceux que l'on aime tant et le fait que jamais plus nous ne serons comme avant... Quand on prend conscience que ces deux choses sont inévitables, et que l'on ne pourra rien y changer, la douleur devient moins insupportable... Mais pour autant, cela ne veut pas dire que l'on accepte le décès (et la cause de ce décès).

Bien sûr, je pense toujours à Geoffrey à longueur de journée, à chaque minute où je respire... mais mon cerveau, sans que je n'y puisse rien, écarte, évite les souvenirs trop douloureux. Je crois bien qu'il sature et se rebelle contre mon besoin de me confronter à la réalité. C'est comme s'il me disait "pouce ! on souffle un peu... à quoi ça sert de te torturer comme ça !"
Alors je souffle un peu, en gardant à l'esprit que les vagues sont encore hautes et qu'à la moindre difficulté, elles m'engloutiront à nouveau avec davantage de violence mais maintenant j'ai compris que le calme revient après la tempête... alors j'essaie de l'apprécier. facile à dire me direz vous, moins facile à faire, ça c'est clair... et je n'y arrive pas toujours !

Pour les témoignages d'anciens, je comprend aussi qu'il soit difficile de replonger dans cette souffrance quand on a réussi à l'écarter un peu et moi-même j'ai parfois du mal à lire les messages des nouveaux quand je ne suis pas trop solide...

Bluevelvet, je me retrouve aussi dans ta façon de voir les choses mais je ne crois pas que la douleur et le chagrin soit plus importantes pour nous mamans. La perte d'une personne que l'on aime est un traumatisme pour tout le monde et la douleur n'est pas différente. Par contre, je crois que lorsqu'on est parent et que l'on perd un enfant, la culpabilité est énorme parce la notion de parent implique une responsabilité vis à vis d'eux. Et c'est d'autant plus vrai dans le cas d'un suicide...

Et maintenant, il va nous falloir arriver à vivre avec cette culpabilité aussi. Bien sûr, je sais bien que nous ne sommes pas toutes puissantes et que nous ne pouvons décider pour eux mais (et j’ai passé beaucoup de temps aussi à me documenter) on sait que le psychisme d’un enfant se construit pendant ses jeunes années… alors  je me demande ce que j’ai raté pour que Geoffrey ai eu si peur d’affronter sa vie d’adulte… et se soit envolé avant d’avoir pu en profiter…

Comme Méduse et Bluevelvet, j’aimerai être sûre d’une vie ailleurs où ils seraient pleinement heureux… mais j’ai du mal à y croire. J’ai lu des livres de différents médiums mais la place des suicidés dans ce monde-là m’a complètement déstabilisée et j’ai préféré écarter cela pour l’instant.
Mais comme je voudrais y croire et espérer pouvoir serrer mon Geo dans mes bras un jour.

Mammj, je ne voudrais pas vous contrarier, mais je trouve que vos messages ont évolué aussi même si vous avez l’impression de ne pas avancer…  J’y ressens moins de colère, et une culpabilité qui se patine tout doucement. Je vous souhaite de retrouver un peu de sérénité pour continuer à faire vivre le souvenir de votre Cath dans votre cœur et auprès de vos petits enfants.

Bonne soirée à tous et toutes
Corinne
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Témoignage d'une maman
« Réponse #11 le: 11 Octobre 2012 à 18:25:41 »
Bonsoir Anjelik, bonsoir à Toutes et à Tous,

Il est bien long ce chemin vers un apaisement pour la plupart d'entre nous... Je ne pourrais dire mieux que ce que vous venez d’exprimer suite à nos messages... Je partage votre ressenti, à part que mon enfant "adulte"a vécu vingt deux ans de vie de couple et a eu deux enfants.

Pour ce qui me concerne, ma colère était dirigée contre le corps médical, l'ex-conjoint de ma fille, et mes proches.... mais jamais ô grand jamais à l'égard de ma fille qui a trop souffert d'une totale incompréhension des siens dans sa traversée du désert !  
Cette colère, maitrisée toutefois, m'a permis de tenir debout un temps, aujourd'hui les béquilles tombent moi avec et je tente de recoller les morceaux... Ce qui s'est passé est encore irréel pour moi, incompréhensible, inacceptable !

A moins de perdre la boule ( il n'y aurait rien d'étonnant) je sais que ma Cath me soutient pour que je maintienne encore un temps le lien entre elle et ses deux enfants... pour que je continue à la faire exister auprès d'eux... pour qu'ils sachent qu'elle les accompagne... J''espère qu'ils n' en voudront pas à leur maman, c'est ce que je crains le plus...

Moi aussi je sens que mon cerveau m'éloigne par moment des souvenirs douloureux de ses derniers jours avec moi,  alors que je m'en voulais à mort de ne pas avoir vu ce qui,  à  quelqu'un d'autre,  aurait crevé les yeux ! Je ne veux pourtant pas  oublier... nous passons par des phases  bien étranges  quoi qu'il en soit. Je ne bouscule rien, les choses se préciseront par la force du temps !

J'ai suivi des reportages sur les médiums, j'y avais entendu David Servan Schreiber dire que la vie après la mort pour lui était un mystère ! Il sait peut-être aujourd'hui mais ne nous le rapportera pas ! Ma fille avait une quête spirituelle et s'orientait vers la philosophie bouddhiste, elle a laissé plusieurs livres ici que je n'ose à  peine ouvrir sachant qu'elle a tant cherché une voie, un lâcher-prise, tandis-que les événements douloureux qu'elle vivait, l'absence de soins appropriés  malgré son désir de se soigner ainsi que le manque de compréhension et d'empathie de la plupart des siens l'enfonçaient  dans cette dépression qui tue !

De même que  vous pensez à Geoffrey " à longueur de journée", je n'ai jamais été aussi près de  ma Cath que depuis que j'ai conscience que je ne peux plus la joindre quelque part comme je le faisais il y a si peu en arrière...

C'est très dur, très dur ce que nous subissons et  pourtant oui,  il nous faudra souffler un peu, pour l'Amour que nous leur portons,
pour ceux qui restent, pour nous.

Merci Anjelik, merci à Toutes et Tous.

Une douce soirée.  Mammj
« Modifié: 13 Octobre 2012 à 09:11:33 par Mammj »