Auteur Sujet: Suicide de mon fils  (Lu 17995 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Orchidée

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 61
Suicide de mon fils
« le: 08 Décembre 2013 à 20:24:13 »
Bonjour à toutes et à tous,
Je suis nouvelle sur ce site.
J'ai perdu mon fils le 27 Mai 2012, il s'est suicidé, il se prénommait Steven et allait avoir 20 ans le 1er Juillet 2012.
Je viendrai vous raconter mon histoire car sur ce site tout le monde comprend la douleur et la souffrance que l'on peut ressentir.
Bonne soirée.
Une maman dans la souffrance.

Hors ligne Claudahoa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 334
  • Ma Loulou,douleur indicible,plaie à jamais ouverte
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #1 le: 08 Décembre 2013 à 20:51:17 »
Bonsoir Orchidée,

Je ne sais quels mots t'écrire tant je connais la douleur qui est la tienne avec l'envol de ton fils, il avait 8 jours de plus que ma Loulou décédée le 20 juin 2011.
Ici tu auras toujours de l'écoute pour te sentir comprise dans ta douleur et ta souffrance d'autant que nous sommes tous à chercher cela, certains seront plus aidants car ils ont pris de l'avance par rapport à d'autres et savent mieux que moi que le temps n'efface rien mais permet de davantage avancer avec des hauts et des bas.

Tendrement
Claudia
Une maman qui s'est battue tant d'années pour élever ses enfants et dont la dernière ,abandonnée par son père,soignée par des incompétents, lui a glissé entre les doigts une nuit de fête des pères!!!!

Hors ligne Méduse

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 780
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #2 le: 09 Décembre 2013 à 02:17:33 »
Bonsoir Orchidée,

Ma fille ainée nous a quittés le 26 février 2011. Le 21 décembre de cette année, elle aurait eu 28 ans, mais sa vie s’est arrêtée à 25 ans. Je n’ai plus de larmes, j’ai retrouvé une certaine paix, mais ma tristesse ne me quitte pas.

Oui, reviens nous parler de Steven.

Affectueusement

Méduse

Hors ligne Yuna

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 119
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #3 le: 09 Décembre 2013 à 11:37:55 »


 Oui, Orchidée, ici, tu trouveras toujours quelqu'un pour te répondre, t'aider dans la mesure du possible.

J'ai perdu comme toi mon fils, il s'est suicidé en septembre 2011, me laissant seule ( c'était mon fils unique, mon "rayon de soleil" comme j'aimais l'appeler).

Comme pour toi, cela a été un bouleversement total dans ma vie ; tu l'imagines bien !

   Je suis passée par toutes les phases ; déni, colère, apathie, révolte ... acceptation. dépassement ... et  Renaissance.
"Avec de la boue, je fais de l'or", disait Baudelaire .
J'avais cela en tête.
 J'ai alors  voulu puis décidé de  transformer cet épisode ô combien cruel en "or" ; oui, transformer  cette descente tragique ( défenestration) en ascension glorieuse ( envol solaire). Tel était mon but ... rien que ça !!!


 Aujourd'hui, je me sens apaisée ; mon fils, je l'ai intégré totalement dans ma vie ; il fait partie de moi et réciproquement.
J'ai aussi plein d'amis intérieurs qui font partie de mon "jardin" et que je cultive sans cesse ( sourire). Je leur parle  quand ça va mal ...  et quand ça va bien aussi. C'est important de dire "merci" .
Bon, ça ne s'est pas fait comme ça, d'un claquement de main, comme par magie, non ! J'ai beaucoup cherché, beaucoup travaillé sur moi, beaucoup souffert aussi, il ne faut pas le cacher.
C'est une "attitude" ou plutôt une "posture" que j'ai testée  et qui me réussit.

Il y a toujours une main tendue, quelque part ... encore faut-il savoir ou vouloir  la voir , la toucher, l'accepter  et puis surtout aussi la retenir.

je t'envoie par la pensée et par le coeur, plein d'ondes d'amour, de paix et de lumière, Orchidée.
Puisses-tu trouver toi aussi la paix de l'âme ; c'est le voeu que je formule pour toi, ce jour.
Yuna


Hors ligne Maria

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #4 le: 09 Décembre 2013 à 14:43:58 »
Bonsoir Orchidée, moi aussi mon fils s'est suicidé en juillet 2011, il avait 32 ans et depuis ce n'est plus le même soleil qui brille, notre vie a basculée, s'est arrêtée et puis doucement a repris mais c'est comme une longue, très longue convalescence avec des rechutes, c'est un long travail de survie qui a commencé, avec des lectures pour aider, l'écriture, des amis, la famille, des signes de lui parfois, certains discrets, d'autres moins, mais qui maintenant ont disparu où bien peut-être que je ne les vois plus... Je connais ta douleur immense, ici tout le monde peut la partager et ici tu peux parler de Steven comme tu le veux, tu trouveras toujours une oreille attentive et bienveillante, cela je l'ai ressenti aussi quand j'en avais besoin. Il me semble avoir parcouru depuis un long chemin, mon fils me semble proche et en même temps je sais que je ne dois pas le retenir, je pense à lui sans cesse mais il est maintenant bien au chaud dans mon coeur, toujours présent, je lui parle, je revois tous les moments heureux, il fait partie de moi et cela pour toujours.
Bien sûr, il y a eu tous ces moments si douloureux mais il me semble quand même que j'avance, pas à pas prudents, je me protège, je regarde le ciel si beau ces jours ci la nuit tombée et parmi toutes ces étoiles, je sais que la sienne brille de mille feux comme celle de Steven et de tous nos enfants partis trop tôt.
Je t'envoie toutes mes pensées d'amour Orchidée, prends bien soin de toi, Maria

Hors ligne Orchidée

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 61
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #5 le: 09 Décembre 2013 à 16:20:34 »
Bonjour, je vous remercie beaucoup pour vos messages, çà me touche énormément.

Hors ligne Orchidée

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 61
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #6 le: 10 Décembre 2013 à 19:46:24 »
Bonsoir, je viens vous parler de mon fils Steven. Je suis divorcée et j'ai élevé mes 2 enfants seule et avec un père inexistant, un coup de téléphone de temps à autre et des promesses qu'il n'a jamais tenu.  Mes enfants, c'était tout ma vie, ma joie de vivre, mes rayons de soleil ... Et le 27 Mai 2012, tout a basculé, je ne vous raconte pas la douleur, vous là connaissez. Steven était un garçon, souriant, toujours agréable avec tout le monde, croquant la vie. Il était sportif, voulait devenir pompier professionnel, des tas de projets en tête, un élève brillant à l'école, il s'intéressait à tout. Bien sûr, comme tout le monde il avait aussi ses défauts. Durant 2 ans et demi, il a fréquenté une fille, relation destructrice, elle lui a petit à petit couper ses ailes (jalouse, comédienne, menteuse, exigeante .........) mais comment faire entendre raison à une personne amoureuse ???? Ils ont rompus plusieurs fois et la dernière fût fatale à Steven, 15 jours après leur séparation, le 31/10/11, 1ère tentative de suicide. Eh! oui, elle était déjà dans les bras d'un autre garçon. Il était sensible mais ne voulait pas le montrer, je n'oublierai jamais ce jour ou j'ai vu mon fils avec la corde autour du cou prêt à sauter, j'ai réussi à lui sauver la vie. Puis ensuite combat sans relâche contre des incapables, "Chef des pompiers, ce n'est rien madame, ce n'est qu'un coup de blues", médecin "A 19 ans, on ne pense pas au suicide", "psychiatre" c'est juste une petite dépression, pas de soucis  côté médical, tout va bien .... Et j'en passe, Steven souffrait, je crois avoir tout fait en mon pouvoir et hélas! je n'ai pas réussi à Sauver mon fils. Il est parti dans la nuit, et a été se pendre dans les bois à 2h du matin à 20 km de notre maison. Il m'a laissé une lettre pour me dire qu'il m'aimait ... Le soir je n'avais qu'une envie c'était de le rejoindre mais je n'avais pas le droit, il me restait ma fille donc avec des hauts et des bas, des moments atroces, de la colère, on a même retrouvé des sms sur son tél. portable qu'il avait envoyé à son ex-copine du genre,  c'est beau un mec qui va se tuer pour toi, j'espère que tu assisteras à mon enterrement...
J'ai repris mon travail au bout de 15 jours, je ne sais même pas comment j'ai fais puis au mois d'avril, je ne comprenais pas, la douleur empirait ... j'ai réussi à remonter un peu et puis début Octobre, je me suis effondrée à un point, je ne pouvais plus me lever ......... je suis tombé sur ce site et çà m'a aidé. Mais en ce moment, c'est très dur (pas de mot pour décrire), il me manque tellement ainsi qu'à sa soeur, il était très taquin ... Noël arrive, je veux que çà passe vite, 2ème Noël sans lui puis janvier, ma fille fête ses 18 ans (elle a un petit groupes d'ami(es) qui sont là, heureusement pour elle) et Steven ne sera pas là non plus.Une pensée de tout coeur pour vous toutes les mamans qui ont connues et qui connaissent la douleur intolérable de la perte de son enfant.

Hors ligne Claudahoa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 334
  • Ma Loulou,douleur indicible,plaie à jamais ouverte
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #7 le: 10 Décembre 2013 à 20:50:48 »
Bonsoir Orchidée,

Que te dire si ce n'est que j'ai connu l'incompétence des psychiatres qui ont davantage aidé ma fille à faire le grand saut vers la mort que ce qu'ils nous ont tous aidé à la soigner. Je ne crois pas au souhait de mourir de nos enfants mais plutôt le souhait d'arrêter leur souffrance morale, malheureusement notre société s'intéresse si peu à ces décès de jeunes qui comptent davantage de morts que de tués sur la route mais cela ne rapporte pas comme les fausses excuses qui ne servent qu'à pénaliser sans arrêt les conducteurs.
J'ai créé une association pour un meilleur soin pour ces jeunes en détresse mais je ne suis pas capable de me mobiliser sans aide et actuellement je n'ai pas la force de mobiliser d'autres parents comme nous, pourtant je sais qu'il y a tant à faire pour que ce carnage cesse...
Ma fille a été rejetée par son père et s'est endormie la nuit de la fête des pères et pourtant c'est à moi que certains osent dire que je dois culpabilisée. J'ose dire non ,je culpabilise de moins en moins sachant que nous les mamans nous avons fait comme nous avons pu mais seules nous ne pouvons pas être et la maman et le papa et que nous ne pouvions que nous essouffler avec des enfants en souffrance sans véritable soutien de professionnels qui minimisent trop la détresse de nos enfants et nos paroles...
Tendrement
Claudia
Une maman qui s'est battue tant d'années pour élever ses enfants et dont la dernière ,abandonnée par son père,soignée par des incompétents, lui a glissé entre les doigts une nuit de fête des pères!!!!

Hors ligne petitefée

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 278
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #8 le: 11 Décembre 2013 à 12:47:45 »
 sachant que nous les mamans nous avons fait comme nous avons pu mais seules nous ne pouvons pas être et la maman et le papa
oui, une belle vérité, même une maman ne peut avec tout l'amour qu'elle a en elle, remplir tous les réservoir de nos enfants.
et en même temps, ce n'est pas notre rôle, ni en notre pouvoir.
beaucoup de similitudes dans nos histoires, je me retrouve dans vos parcours.
c'est en acceptant de ne pas avoir eu les pleins pouvoirs, que ma fille avait aussi un pouvoir sur sa vie et ses choix, que je me suis libérée de cette culpabilité.
lorsque nous respectons nos enfants nous leur laissons de la place pour vivre aussi leurs expériences, c'est aussi une belle preuve d'amour, accepter leur geste sans jugement c'est toujours les aimer.
C'est une introspection de longue haleine mais pas impossible et tellement libératrice. :-*
Si vos oreilles émettent un drôle de bruissement, ne les frottez pas trop fort. Parce que dans la plupart des cas, ce sont les anges qui recousent leurs ailes sur vos lobes.

Hors ligne mam'deCath

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 815
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #9 le: 11 Décembre 2013 à 18:03:13 »
Bonjour Orchidée, à toutes et tous,

C'est particulièrement difficile à gérer à surmonter  le drame que nous subissons et pourtant il nous faudra tenir... Se culpabiliser, se malmener ne servira à rien sachant,  et je vous rejoins toutes et tous sur ce point,  que nous ne pouvions pas tout... Quoi qu'il en soit, comme Claudahoa, je dis -après des mois de douleur, d'efforts pour survivre, de  recherches pour tenter de trouver quelque explication, voire un soupçon d'apaisement :
                                                         " je ne crois pas au souhait de mourir de nos enfants"
et encore moins qu'il s'agisse "d'un choix" de leur part... mais d'un '"non-choix"...
Que savent-ils de la vie pour les plus jeunes d'entre eux, en dehors de leur difficulté d'être,  de leur souffrance à une période "charnière" de leur existence ?
Et pour les autres qu'est-ce qui, à un moment donné,  peut les plonger dans une indicible et insoutenable détresse les privant de toute confiance en eux, de toute énergie, de toute faculté d'entrevoir une issue autre que celle de s'éliminer ?
 
A écouter :  l'interview de la présidente de l'UNPS,  http://www.universcience.tv/index.php/view-media-html5-5796.html

Oui prenons soin de nous certes - sans avoir besoin de s'en justifier -  toutefois, selon ce que nous sommes encore à même d'apporter, essayons d'être "simplement" à l'écoute de ceux qui restent...

Mes affectueuses pensées à toutes et tous.
Mj
« Modifié: 12 Décembre 2013 à 00:06:10 par mam'deCath »

Hors ligne Orchidée

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 61
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #10 le: 11 Décembre 2013 à 23:49:58 »
Bonsoir,

Nous avons toutes un parcours de douleurs, de souffrances ... Vos témoignages et messages m'aident énormément.
Je suis du même avis que Claudia et mam'de Cath, nos enfants n'ont pas choisis de mourir, ils ne voulaient plus souffrir tout simplement.
Affecteuses pensées

Hors ligne angelik

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 456
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #11 le: 12 Décembre 2013 à 20:38:34 »
Bonsoir à toutes, et tous
Moi aussi, vous lire m'aide d'une façon incroyable. je sais que je ne suis pas seule... que d'autres savent ce que je ressens au plus profond de moi.
Dans tout ce chaos, la seule certitude qui me reste, c'est bien celle là : ce n'était pas un choix et ils ne voulaient pas mourir.
Je sais qu'ici, nous le comprenons toutes et aussi combien il est difficile et épuisant d'élever seule des enfants. Nous avons fait de notre mieux, c'est sur. Mais ce n'était pas assez...
Grande lassitude à l'approche des fêtes et pourtant il va falloir trouver l'énergie pour ceux qui restent.
Tendres pensées
chaque fois que tu sentiras le vent sur ton visage, c'est moi qui vient t'embrasser...

Hors ligne stellarose

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 542
  • Petit coeur, funambule entre 2 rives....
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #12 le: 13 Décembre 2013 à 09:10:38 »
Bonjour Orchidée et à vous toutes et tous,

Je n'ai pas écrit depuis un moment, mais je vous lis tous les jours. Je ne sais pas pourquoi aujourd'hui je le fais....peut-être que ton message m'a secouée à nouveau et le flot de larmes est là. Mon fils n'est plus là depuis juin 2012, et tous les jours, chaque heure, chaque seconde la dure réalité me fait face.
Il est tellement présent dans mes pensées, nos enfants sont tellement présents dans nos pensées, dans nos coeurs. C'est dur, c'est épuisant de continuer sur ce chemin, parfois j'en ai plein le dos ( douleur morale et physique ) et l'approche des fêtes n'arrange rien. je suis comme toi Orchidée, comme tant d'autres, deux Noël, mais notre fils nous a aussi donné la joie d'avoir un petit fils, et pour ce petit bout de 3 ans qui réclame son papa, je sais qu'il faut apporter beaucoup d'amour. c'est ce que l'on essaie de faire, du mieux qu'on peut, même si parfois on est maladroit.
C'est vrai nos enfants n'ont pas choisi de mourir, ce n'est pas un choix, peut-être le désir d'en finir avec cette trop grande souffrance. On ne saura jamais pourquoi, même si on continue à se poser la question, à se culpabiliser de n'avoir pas vu, mais on ne nous empêchera pas de nous la poser encore et encore.
Je te souhaite à toi et à ta fille un peu d'apaisement, beaucoup d'amour, sans oublier ton fils, et la même chose pour vous qui me lisez.
Stellarose

Hors ligne Orchidée

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 61
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #13 le: 13 Décembre 2013 à 23:45:55 »
Bonsoir Stellarose,
Merci pour ton message. Effectivement, c'est très dur de continuer, tu décris parfaitement la vie de chaque jour qui passe. C'est bien d'avoir un petit fils, profite bien de lui et même si quelquefois vous êtes maladroits, çà n'a aucune importance, vous lui apportez votre amour, votre tendresse, votre présence, vous êtes là et c'est beaucoup pour un petit garçon.
Une pensée pour nos enfants qui sont partis trop tôt . Je te souhaite aussi de l'apaisement, du courage pour traverser cette épreuve.
Amicalement,
Orxhidée

Hors ligne Maria

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 38
Re : Suicide de mon fils
« Réponse #14 le: 14 Décembre 2013 à 10:38:24 »
Bonjour à toutes et tous, 3ème noël sans mon fils, c'est vrai les jours passent, un pas de plus vers lui chaque matin, un petit bonjour où je lui dis que je l'aime, que j'espère qu'il est bien là où il est parti et puis la journée commence... J'ai assisté il y a peu, à une conférence donnée par une femme écrivain dont le fils s'est suicidé et parmi l'assistance, une maman a dit combien elle aurait préféré que son fils, victime d'un accident de voiture, se soit suicidé car alors il "aurait choisi" de mourir. Je n'ai rien dit mais j'ai pensé alors que mon fils n'avait pas "choisi", simplement il n'en pouvait plus de vivre un enfer, il voulait simplement que ça cesse, il ne voyait aucune issue, les psychologues, psychiatres, ne lui ont pas donné l'espoir de guérison mais pour moi l'ont enfoncé, aucune main tendue pour le hisser, d'ailleurs il cachait si bien sa détresse que beaucoup ont été étonnés de son geste. 2 ans et presque 6 mois plus tard, je me suis délivrée peu à peu de la culpabilité, du moins j'essaie, et je pense que sa vie lui appartenait et que malgré tout l'amour de sa famille, nous n'avons pas pu le retenir. Bien sûr des regrets, des remords, mais aussi de merveilleux souvenirs dans lesquels je le revois bébé, enfant, et avec tout ça j'avance, pour les autres surtout qui ont besoin de moi, mais que c'est dur parfois cette fatigue qui soudain s'abat et ces fêtes qui s'annoncent, cruelles pour ceux qui ont le coeur en charpie... malgré tout car c'est ainsi, une petite lueur parfois arrive et je prends plaisir à choisir des cadeaux pour mes petites filles, vivre en pensant qu'il est fier de nous comme nous l'étions de lui et poursuivre le chemin...
Je te souhaite Orchidée un peu d'apaisement et vous envoie à toutes et tous, une poussière d'étoiles... Maria