Auteur Sujet: Suicide de mon épouse  (Lu 7064 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne David

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Suicide de mon épouse
« le: 12 novembre 2021 à 14:54:54 »
Bonjour à tous

Je me joins à vous, dans l’espoir d’y trouver un peu de baume à la souffrance que je ressens depuis 2 mois.
Mon épouse, ma chère épouse que j’aimais tant, s’est donné la mort le 20 aout dernier, à l’âge de 50 ans.
Nous nous sommes connus en 2006, et avons vécu un amour merveilleux pendant 14 ans. Un amour qui était pour moi miraculeux tant j’avais souffert de déceptions affectives avant de la rencontrer, au point que j’étais presque résigné à l’idée de rester célibataire jusqu’à la fin de mes jours.

Malheureusement, mon épouse souffrait d’une maladie psychiatrique qui l’a conduite à croire que je la trompais. La tromper ! Comment aurais-je seulement pu ne serait-ce qu’avoir l’idée de tromper ma bien aimée ?!… Pendant presqu’une année, j’ai essayé de la convaincre que ce n’était pas la cas. Je crois qu’elle a passé cette année  à penser que je n’arrivais pas à choisir entre elle et ma soi-disante maitresse.

Elle était suivie par une psy, mais pour des troubles mineurs, c’est ce qu’elle me disait. Plus tard, après le décès, j’ai su par sa famille que ce n’était pas du tout des troubles mineurs, qu’elle avait eu des hallucinations, des délires, durant sa jeunesse. Mais on était parvenu à maîtriser cette maladie et elle avait juste une fragilité psychologique, comme tant d’autres.

Hélas, la maladie a repris le dessus. Je n’ai pas réussi à la convaincre. Au bout d’un an de cette situation, j’étais moi-même épuisé nerveusement de devoir subir ses accusations d’infidélité. Elle refusait de retourner voir sa psy, elle pensait qu’on voulait l’enfermer dans un asile psychiatrique. Elle s’est défenestrée pendant que je dormais.
Comme tout le monde ici, je suis rongé par la culpabilité. J’essaye de me raisonner, mais toujours me hante cette idée que je n’ai pas su faire ce qu’il fallait.

Depuis, je me sens en état de survie plus qu’autre chose. La tentation de faire comme elle m’a souvent effleuré l’esprit, mais il y a quand même, au fond de moi, une vague peur de mourir. Et puis  je ne veux pas infliger à ceux qui me connaissent cette souffrance insupportable.

Que faire pour atténuer cette souffrance ?
Je vais me receuillir sur la tombe chaque fois que je peux, c’est-à-dire 4 à 5 fois par semaine. Je suis suivi par une psy, mais à part me gaver d’anti dépresseurs, ça ne m’apporte pas grand-chose. J’ai contacté une association d’accompagnement du deuil qui organise des groupes de parole spécifiques aux proches de suicidés, mais il n’y a pas de place avant le mois d’avril. Alors en attendant, je viens ici, c’est un peu la même chose, même si ce n’est que par écrit. Parmis vous, certains ont-ils eu recours à ces groupes de paroles ? Qu’en avez-vous retiré ?

Je crois que ce qui m’aide le plus à supporter cette situation, c’est de m’accrocher encore et encore à l’espérance que je reverrai ma bien aimée dans l’au-delà. Je suis croyant. Je n’ai pas de conviction absolue sur mon idée de l’au-delà, j’ai tendance à pencher pour le christianisme à cause de mon éducation. Ce que je ne peux admettre, c’est que l’amour qui nous a uni de manière si forte pendant 15 ans se termine par le néant. La vie est un mystère qu’aucune science n’a jamais su expliquer, et j’y vois le signe qu’il y a forcément autre chose, qui ne peut s’éteindre avec la disparition de notre enveloppe charnelle.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4282
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #1 le: 13 novembre 2021 à 14:59:26 »
Bonjour David

Que votre histoire est triste
La maladie de votre femme devait être très dure pour elle comme pour vous
vous avez fait ce que vous deviez : l aimer et l entourer
Son refus de retourner voir un psy vous n y pouviez rien
Ma femme était dans le même cas

Je suis de tout coeur avec vous
Tenez bon et peut être la retrouverez vous

Solidairement et chaleureusement

Philippe

Hors ligne Nina14

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 40
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #2 le: 14 novembre 2021 à 03:18:17 »
Bonsoir David,

Moi aussi j’ai perdu mon cœur après plus de 15 ans… Les consultations, les séances de psy, les médocs, les urgences… Durant des années j’ai essayé de l’aider, d’anticiper ce qu’on ne veut pas imaginer, j’ai souvent pleuré, la fatigue m’a souvent gagné et moi aussi ce soir-là je n’ai pas su sentir que c’était la dernière fois. Combien de fois je n’entends pas son « bonne nuit Nina » si doux, si tendre, un adieu terrestre que je n’ai pas entendu.

C’était un hyper-sensible, avec beaucoup de blessures de l’enfance (liées à la relation avec son père), 7 jours avant ses 40 ans il a décidé de mettre un terme à cette souffrance qui lui rongeait l’esprit depuis des années.

Je pourrais lui en vouloir, je pourrais m’en vouloir de n’avoir pas pu le sauver mais j’ai compris que je devais avant tout LE comprendre. Quelle plus grande preuve d’amour ne pourrais-je lui donner que d’accepter son choix. Je souffre de son absence mais je l’aime tant que savoir qu’il est enfin en paix avec lui-même m’apporte le soutien nécessaire.  Je l’AIME d’un amour profond et immortel et je comprends qu’il ait préféré ne plus souffrir. J’aurais juste voulu le serrer contre mon cœur et lui dire au revoir.

Voilà ce que je ressens.  Personnellement je n'aime pas les paroles toutes faites qu'ont en général les psys (aucun n'a su apporter un quelconque réconfort à mon Benoît) et je préfère l'auto-analyse.

Il n’y a pas de « solution miracle » mais tu peux trouver le repos en te disant que ton amour pour elle est toujours là, qu’elle vit en toi et que maintenant elle est en paix. Elle ne souffre plus, n’est-ce pas doux à savoir ?

Amicalement,
Nina

Hors ligne David

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #3 le: 14 novembre 2021 à 11:22:14 »
Merci pour vos réponses assiniboine et Nina


Je pourrais lui en vouloir, je pourrais m’en vouloir de n’avoir pas pu le sauver mais j’ai compris que je devais avant tout LE comprendre. Quelle plus grande preuve d’amour ne pourrais-je lui donner que d’accepter son choix. Je souffre de son absence mais je l’aime tant que savoir qu’il est enfin en paix avec lui-même m’apporte le soutien nécessaire.  Je l’AIME d’un amour profond et immortel et je comprends qu’il ait préféré ne plus souffrir. J’aurais juste voulu le serrer contre mon cœur et lui dire au revoir.

Voilà ce que je ressens.  Personnellement je n'aime pas les paroles toutes faites qu'ont en général les psys (aucun n'a su apporter un quelconque réconfort à mon Benoît) et je préfère l'auto-analyse.

Il n’y a pas de « solution miracle » mais tu peux trouver le repos en te disant que ton amour pour elle est toujours là, qu’elle vit en toi et que maintenant elle est en paix. Elle ne souffre plus, n’est-ce pas doux à savoir ?

Amicalement,
Nina

oui tu as raison, c'est ce que je me dis tous les jours.
Moi non plus pas une seconde je lui en ai voulu d'avoir eu ce geste irreversible. Je voyais bien combien elle souffrait.
Et chaque jour, je lui redis que je l'aime de toute mon âme, avec l'espoir qu'elle m'entends.

Pour les psys, il y a du bon et du moins bon, comme partout. Ceux qui se sont occupé d'elle quand elle avait 20 ans ont su la guérir. Celle qui la suivait ces dernières années n'a pas été à la hauteur. Elle avait déjà fait une tentative de suicide par  médicaments en novembre 2020, mais elle s'était tres vite reprise et avait d'elle même été aux urgences. J'étais moi-même hospitalisé à l'époque. Quand elle a revu sa psy qq jours après, celle-ci n'a pas pris ça au sérieux et n'a rien fait ni modifié son traitement. Pour ça je lui en veux. 
Le rendez-vous suivant avec sa psy a été annulé par la psy car elle venait de perdre quelqu'un, et par la suite, ma femme n'a plus voulu la consulter et rejetait tout ce qui était psy.

Puis-je vous poser une question? Depuis combien de temps s'est produit le drame pour vous?

Hors ligne Nina14

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 40
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #4 le: 15 novembre 2021 à 02:00:03 »
Le 9 décembre 2020, en prenant des médicaments, la nuit
« Modifié: 15 novembre 2021 à 02:05:17 par Nina14 »

Hors ligne David

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #5 le: 15 novembre 2021 à 12:20:30 »
Nina, j'ai lu ton sujet et il y a une chose que tu dis que je ressens aussi : tu dis "C'est dingue mais j'ai presque l'impression de t'aimer encore plus comme s'il pouvait y avoir plus que l'amour infini qui me liait à toi depuis 15 ans. Qui me lie à toi pour toujours. "

Moi ausi j'ai le sentiment que mon amour pour ma Sandrine n'a jamais été aussi fort. C'est l'unique amour de ma vie, et ça le restera à jamais.
Je passe mes journées à m'occuper l'esprit sur le travail ou sur mes loisirs. Ca va faire 3 mois maintenant pour moi, et si je ressens un peu moins vivement son absence dans les gestes du quotidien, tout ce que je fais me semble vide de sens. J'ai l'impression de passer d'un état de souffrance intense à un état de tristesse diffuse.
Impossible de me projeter dans l'avenir, ça n'a plus de sens pour moi.

Nina tu évoques un rêve bienfaisant que tu as fais de ton Benoît. Moi, malheureusement, j'ai fais un cauchemar il y a quelques jours où ma Sandrine pleurait. Ca m'a reveillé, et j'en ai été perturbé toute la journée. J'espere que c'est juste mon subconscient qui souffre, et que elle, elle ne souffre pas. Je prie Dieu chaque jour pour qu'il prenne soin de ma Sandrine.

Hors ligne Nina14

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 40
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #6 le: 19 novembre 2021 à 02:58:24 »
Bonsoir David,

Tu écris « tout ce que je fais me semble vide de sens » Durant plusieurs mois j’ai eu l’impression d’avancer dans un espace vide avec comme seuls soutiens mes chiens et chats qui m’apportent tant d’amour. Et puis, il y a un peu plus d’1 mois, j’ai rêvé de lui pour la 1ere fois.

Première fois après 10 mois et le réveil fut apaisant car j’ai compris qu’il était toujours là, en moi. La mort éteint l’enveloppe terrestre mais pas un lien d’amour. Tout ce que je fais maintenant et à venir je le partage avec lui à travers mon amour. Le grand vide a disparu car je sais que sa mort n’est pas une fin. L’amour est plus fort que la mort et je l’ai seulement compris il y a quelques semaines. Nous sommes unis pour l’éternité, en vie ou mort, toujours unis.

Je sais qu’il est en paix maintenant et ce ne serait que pur égoïsme que de vouloir qu’il soit en vie pour continuer à souffrir. Je ne dirais pas que sa présence physique, ses discussions, ses attentions, son jeu d’esprit ne me manquent pas mais nous restons unis à jamais dans l’apaisement.

Pour atteindre cet apaisement il faut je pense « évacuer » beaucoup de ressentis et cela régulièrement, une sorte de soupape de survie après un tel drame. Ecrire sur ce forum m’aide en cela. J’espère que cela t’aidera David. Mais il est vrai que chacun réagit différemment et donc à chacun de trouver son chemin vers l’apaisement.

Cela aide de voir que tu ressens plus ou moins des choses similaires.

Désolée si j’écris un peu tard mais j’ai toujours un peu de mal la nuit à me coucher.

Nina

Hors ligne David

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #7 le: 21 novembre 2021 à 12:07:54 »
Bonsoir Nina

Je vois que tu as des animaux. Moi aussi, depuis quelques temps, je pense à adopter un chat. Sandrine adorait les chats, et nous avons eu une chatte pendant plusieurs années. Mais je n'ai personne qui pourrait s'en occuper si je dois m'absenter, et de plus j'ai une santé fragile, avec des hospitalisations en urgence plusieurs fois ces dernier mois, alors dans cette situation, je ne sais pas trop comment ça pourrait se passer.

Aujourd'hui, je crois que le seul sens à ma vie, c'est d'aller à petits pas vers le jour où je retrouverai ma Sandrine adorée. Le reste n'a plus beaucoup d'importance.

J'ai tellement souffert de ses accusations, sans parvenir à lui prouver ma fidélité. Quand elle est partie, j'ai eu l'impression de quitter un enfer pour entrer dans un enfer encore pire. Mais je crois qu'elle a souffert encore plus que moi.  J'espère que, elle, elle est passée de l'enfer qu'elle vivait au paradis.

Mais cette espérance, si elle m'aide, n'empêche pas le sentiment de culpabilité. Je n'ai pas trouvé l'apaisement que tu sembles avoir atteint. Je ne sais pas si je le trouverai complètement, car cette culpabilité me ronge toujours. Les images des derniers jours me reviennent régulièrement, et je ne peux m'empêcher de me dire que je n'ai pas su faire ce qu'il fallait.

J'aimerais avoir un rêve réconfortant comme le tien. Mais je ne me souviens jamais de mes rêves, seulement de mes cauchemars parce qu'ils me réveillent et me perturbent.

Ma Sandrine chérie, repose en paix, que Dieu prenne soin de toi. Je t'aime de toutes mes forces, de tout mon coeur, de toute mon âme.

Hors ligne Nina14

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 40
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #8 le: 23 novembre 2021 à 02:09:15 »
Bonsoir David,

Tu ne dois pas culpabiliser. Même si c’est une réaction normale elle est toujours faussée par la douleur de la perte brutale de l’être aimé. Ce «départ» a été «déclenché» délibérément par le disparu pour de multiples raisons mais à chaque fois pour stopper une souffrance trop lourde. Est-ce que nous aurions pu ? Peut-être que oui, peut-être que non. Si j’avais… Si seulement… Que pourrions-nous ne pas faire avec des si? Changer le monde, changer une vie? Avec les si, on deviendrait Dieu alors que nous ne sommes que des humains avec nos qualités et nos défauts.

Endosser la douleur à travers la culpabilité alors que l’autre s’en est débarrassé en quittant ce monde, n’est-ce pas idiot et inutile ? Toute cette énergie à se dire que si…, elle ne sert à rien car elle ne fera pas revenir l’être aimé. Mais concentrer son énergie à l’honorer, à le faire perdurer à travers soi, c’est le garder vivant à jamais. Plus de souffrance, que de l’amour. Accepter son choix et avancer avec lui dans son coeur.

Amicalement,
Nina

Hors ligne David

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #9 le: 24 novembre 2021 à 11:22:01 »
Bonsoir Nina

Ce sont des paroles fortes que tu dis là, et j'essayerai d'y penser.

Peut-être qu'avec le temps ma culpabilité s'atténuera.

Je ne l'ai pas vue se jeter par la fenêtre puisqu'elle l'a fait quand je dormais, mais parfois, malgré moi, j'ai un flash où je l'imagine tomber, je l'imagine voir le sol se rapprocher à toute vitesse, et ça me glace.

Pendant 14 ans, on en s'est quasiment jamais disputé. Peut être 2 ou 3 fois, et ça ne durait qu'une heure. Mais la dernière année, comme elle me croyait infidèle, il y a eu des disputes. Les derniers temps, j'ai été parfois agressif et peut-être ça a joué dans sa décision. Pour l'instant, je n'arrive pas à me débarasser de ça. Je ne sais pas si j'y arriverai.

Est-ce qe tu vois un psy? J'en vois une, mais elle ou rien, c'est à peu près pareil.

Hors ligne Nina14

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 40
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #10 le: 25 novembre 2021 à 02:03:31 »
Bonsoir David,

Non je ne vois pas de psy. J'en ai connu beaucoup pour Benoît, je n'ai rien contre eux mais je sais qu'ils me seraient inutiles. Ils sont trop "standard" pour moi, comme ils l'étaient pour Benoît. J'ai cette capacité de pouvoir m'auto-analyser depuis très longtemps. Cela m'a toujours aidé à surmonter les "blessures" de la vie.  Je ne dis pas avoir toutes les solutions mais j'y arrive à peu près.

Je pense que tu devrais essayer d’élargir tes réflexions, essayer de prendre des angles différents sur le pourquoi du comportement de ta femme cette dernière année. Tu sembles « raisonner » avec une vision rationnelle mais les personnes « malades » psychologiquement perdent souvent en rationalité. Donc tes hypothèses, tes déductions, tes réflexions sont d’autant faussées.

Quand tu as ces images noires, douloureuses, macabres, essaye de ne pas te laisser enfermer dans cette spirale lugubre, mais d’aller au-delà. C’est difficile au début, je crois même qu’il faut encore plus sombrer dans le macabre. S’enfoncer profondément dans la douleur afin que ce poison qui a envahi ton corps puisse remonter à la surface et s’évacuer petit à petit. En orientant différemment tes pensées tu pourras par la suite aider à cette « évacuation ».

Ceci est juste une suggestion, je ne suis qu’humaine donc je n’ai pas la vérité absolue.

Amicalement,
Nina

Hors ligne cory22

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 104
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #11 le: 25 novembre 2021 à 04:40:51 »
Bonsoir David

Je ressentais le besoin de vous écrire parce que vous avez partagez un élément de votre deuil qui me parle énormément ; les flash que vous avez de votre femme qui tombe. Mon non plus, je n'ai pas assisté au suicide de ma cousine. Je ne l'ai jamais vu pendue mais pourtant, il y a quelque mois, je me suis mise moi aussi à avoir des flash qui me venaient malgré moi. Il peut m'arriver de la voir pendue et ça me trouble. Je me suis sentie folle et détraquée à cause de ça mais avec ma psy, j'ai compris  que je n'étais pas anormal à cause de ça et elle m'a aidé à gérer ces images qui me hante. Ça me rassure aussi de voir que je ne suis pas la seule avec ce "symptôme". Et si je peux vous rassurer aussi avec mon chemin psychologique parcourus ; c'est normal, et ça s'estompe. Je dis pas que ça disparait à jamais mais ça s’apaise.

Je vous souhaite du courage pour gérer tout ça.

Affectueusement

Corinne

Hors ligne David

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 18
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #12 le: 27 novembre 2021 à 14:52:05 »
Bonjour à vous deux Nina et Corinne

Quand tu as ces images noires, douloureuses, macabres, essaye de ne pas te laisser enfermer dans cette spirale lugubre, mais d’aller au-delà.
Ce que je fais quand ces images m'assaillent, c'est de me forcer à penser à autre chose, m'occuper l'esprit avec quelque chose qui me plait, comme lire un roman ou faire un jeu vidéo.  Ca marche à peu près sur le moment, mais c'est juste une fuite, je sais que les images reviendront tôt ou tard. C'est tellement traumatisant que parfois je n'arrive plus à concevoir que ça se soit produit, ça me paraît irréel, j'ai l'impression d'être dans un autre monde, je sais pas comment dire exactement.

Il y a une espece de lutte interieure entre la recherche du réconfort en me disant qu'elle ne souffre plus et qu'elle est heureuse là où elle est maintenant, et le sentiment d'avoir été la cause de son geste.

Il m'arrive aussi d'éprouver de la honte lorsque je me sens bien - ça m'arrive... - comme si je n'avais plus le droit d'être un tant soit peu heureux.

Ce qui est tellement difficile, c'est que j'étais la cause de sa souffrance. Ça aurait peut-être été différent si sa fixation s'était portée sur quelqu'un ou quelque chose d'autre que moi. J'aurais pu mieux l'aider.  Je pourrais peut-être aujourd'hui mieux trouver l'apaisement.
Pour l'instant, je n'arrive pas à évacuer ces sentiments. Je ne peux que essayer de les zapper quand ils me viennent, sachant qu'ils sont toujours enfouis, prêts à resurgir à tous moments.

Corinne j'ai lu votre histoire. Vous devez à la fois endurer la souffrance d'avoir perdu votre cousine qui vous était si chère et la souffrance de lutter avec une famille désunie et hostile.
Est ce qu'on peut comparer les douleurs ? Ça n'a sans doute pas beaucoup de sens, et pourtant je me dis que votre situation est plus effroyable que la mienne. Au moins il y a un soutien fort dans ma famille et ma belle famille.

Et puis se suicider si jeune, à cause d'un harcèlement... Le harcèlement c'est le plaisir de faire souffrir. Ça existe, malheureusement, mais ça me dépasse, il y a des moments je comprend rien à l'espèce humaine.

Pour ces flashs que nous avons, je n'ai pas pensé que c'était anormal. Je dirais même que ça me paraît normal. Le suicide est un traumatisme pour les proches, et encore plus lorsqu'il est accompli de façon violente comme la pendaison ou la défenestration. Forcément ça provoque des images chocantes. Je n'imagine même pas ce que ressentent ceux qui ont découvert leur proche. Ça a été tellement dur pour moi de voir ma bien aimée à la morgue... Si je l'avais vue du haut de la fenêtre..., je préfère ne pas y penser.

En tout cas, je vous remercie de prendre le temps de me lire et de répondre.

Hors ligne Nina14

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 40
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #13 le: 27 novembre 2021 à 18:14:23 »
Bonjour David,

Je ne crois pas qu’il faille se forcer à penser à autres choses quand ces images surgissent, au contraire comme je disais il faut « s’enfoncer plus profondément » afin de laisser son cerveau « faire sa cuisine » de toutes les infos qui le hantent, creuser toutes les failles, aller au-delà des pensées premières afin que petit à petit au fil du temps (et ça prend du temps) cela se range plus paisiblement dans les cases adéquates.

Mais surtout, tu dois assimiler que tu n’es pas responsable de l’acte de ta femme qui était malade depuis longtemps. Cette maladie t’a inclus dans le cercle vicieux engendré par la souffrance psychique mais cela aurait pu être quelqu’un d’autre, quelque chose d’autre, tu étais juste un prétexte de cette maladie.

Je te souhaite force et lucidité.

Perso, dans 12 jours cela fera 1an. Je ne sais pas encore comment je dois "vivre" cela, en attendant je vais mettre les décorations de Noël dans la maison comme chaque année. Un rituel qui me réconforte tant le mois de décembre est synonyme de deuil pour moi (accident de ma mère, accident de mon frère, décès de mon cousin et de mon oncle, décès/euthanasie de 5 chats et l'année dernière l'amour de ma vie) et pourtant j'adore la période de Noël.

Amicalement,
Nina

Hors ligne cory22

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 104
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Suicide de mon épouse
« Réponse #14 le: 27 novembre 2021 à 19:18:29 »
Own David! Moi aussi j'ai cette fâcheuse tendance à comparer mes douleurs à celles des autres et au contraire, je trouve votre situation bien pire que la mienne.  Ma cousine ne partageait pas mon quotidien. Son suicide ne l'a pas affecté. On se voyait pas mal juste à Noël ou parfois à d'autre moment pendant l'année. Moi je n'ai pas à vivre avec le poids d'une culpabilité injuste car on ne partageait pas le même quotidien. Je sais bien que je n'aurais rien pu faire. Je regrette juste de ne pas avoir été plus présente sur les réseaux sociaux. Ce qui m'aurait permis d'avoir un contacte avec elle. Mais bon, à 12 ans en 2012, je n'étais pas rendu là. Vous c'était votre femme. Vous partagiez votre vie avec elle. C'est bien plus effroyable à mon avis. Mais vous n'avez pas à culpabiliser. Vous n'étiez absolument pas responsable de son malheur. C'est sa maladie qui l'était.

Je suis vraiment contente d'apprendre que vous avez un soutient fort de votre famille et belle-famille <3 C'est tellement important.

Ce que vous dites pour quand les images traumatisantes apparaissent, c'est exactement la même chose pour moi. Je trouve aussi que c'est difficile à concevoir. Je fais pareil que vous, quand ça vient, j'essaie toujours de les chasser et de penser à autre chose. Mais comme vous dites, ça marche sur le coup mais ça revient tôt ou tard. Comme je le disais à ma psy, c'est comme tourner le dos à quelque chose qu'on ne veut pas voir. Une fois le dos tourné, on ne le voit plus mais on le sait encore là. Merci David de dire que ce n'est pas anormal :) J'ai mal moi aussi quand je pense à ceux qui son témoins directement de ses images traumatisantes. Quand je pense à sa mère et sa sœur qui l'on trouvé, ça me donne envie de vomir. Mon dieu que ça n'a pas du être facile pour vous de la voir à la morgue.

Demain, ça fera dix ans qu'elle s'est suicidée. Dix ans! Je me sens un peu à l'envers quelque fois. Me replonger à cette époque, à cet instant de ma vie où tout a changé... Ce soir je commence mon nouvel emploi dans un salon funéraire. J'adore cet endroit mais quelle idée de commencer à travailler là cette fin de semaine ci  ::) :-\ Pour cet anniversaire difficile, ma psy m'a conseillé de m'organiser une journée pour moi, pour prendre soin de moi. J'ai donc convenu de passer une journée réconfortante avec mon amie à regarder des films :) Nina, je vous conseille de faire pareil. Prenez soin de vous en cette journée. Faite des choses qui vous font du bien.

Idem David, prenez soin de vous. Ça me fait plaisir d'échanger avec vous

Affectueusement

Corinne