Auteur Sujet: Reconstruction ?  (Lu 1061 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jesse89

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
Reconstruction ?
« le: 16 Mars 2018 à 12:56:59 »
Bonjour, j'ai déjà écris sur le forum, et je ne sais pas si j'ai le droit d'en écrire un deuxième...

Bref, très bientôt c'est l'anniversaire de la mort de mon amie.  6 ans... J'avais pensé qu'avec le temps tout irai mieux, mais non. Je n'ai toujours pas fais mon deuil, est ce normal ? y a t'il une durée précise ? Cette période de l'année n'est jamais bonne pour moi, je fais toujours beaucoup de choses dangereuses, je recommence à me mutiler, je bois tous les soirs pour pouvoir m'endormir, je ne mange pratiquement plus, mais surtout tout ça c'est pour pouvoir oublier, enterrer mes sentiments, la culpabilité que je considère maintenant comme une vieille amie. L'autre jour, j'ai étais à deux doigts de faire une tentative de suicide, mais je repense à la promesse que je lui ai faites, "ne pas mourir", mais c'est tellement difficile... Je ne sais pas ce qui va m'arriver le jours de sa mort, je ne sais pas comment je serai mentalement, ce que je vais faire, mais ça me fait peur. J'ai l'impression de devenir folle. Vraiment folle. Les années sont passées, j'ai vieilli,  mais je n'accepte pas sa mort. J'ai tenté d'avancer dans ma vie, vraiment, mais je n'y arrive plus. J'essaye de voir le bon côté des choses, le côté positif de ma vie, mais en fin de compte dans ma tête je me dis constamment : "ça ne durera pas", à chaque fois que je me fais des amis, ils finissent par m'abandonner, me trahir. Encore et encore. Je donne ma confiance à tout le monde, et je finis toujours avec les bras en sang et l'envie d'en finir. J'ai des moments, en plein milieu de la nuit, ou je suffoque tellement la douleur est intense et tellement j'ai le sentiment d'être une idiote pathétique qui ne sert à rien. Et j'ai cette phrase, qui tourne dans ma tête "ça aurait dû être moi" qui tourne en boucle.  J'arrive plus à penser correctement, à me dire que tout ira mieux bientôt... Il faut croire que c'est le destin, peut être que tout le mal qui m'arrive est parce que je ne l'ai pas sauvé ? Une de mes amies est entré à l'hopital, et je n'ai pas pu l'aider, la sauver d'elle même. Je m'inquiète constamment pour son état.
Je pensais, en entrant à la fac, pouvoir dire adieu à mes années de deuil, de dépréssion, d'envies suicidaires, de harcelement... mais tous ça me revient en pleine figure et c'est d'une violence incroyable....Ma place n'est nulle part, comme d'habitude. Lorsque je pense à mon futur, je ne me vois pas avec un mari et des enfants. Même toute petite je me voyais mourir jeune, c'est morbide je sais, mais mon futur ne sera pas beau, et je le mérite.
« Modifié: 16 Mars 2018 à 16:27:46 par Jesse89 »

Hors ligne Qiugiyaz

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 2
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Reconstruction ?
« Réponse #1 le: 03 Mai 2018 à 08:46:17 »
I want to bring something Can this be developed and disseminated?

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 336
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Reconstruction ?
« Réponse #2 le: 04 Mai 2018 à 11:17:25 »
Bonjour Jesse,

Je prends juste connaissance maintenant de ton histoire. Bien sûr que tu as le droit d'écrire à nouveau sur le forum, même si ça fait longtemps.

Je suis un papa qui a perdu sa fille de 16 ans de la même façon que ton amie, cela fait plus de 6 ans maintenant.

Elle aussi se scarifiait quand elle était plus jeune avec quelques unes de ses amies. Certaines de ses amies ont été très choquées et on pensé au début à faire comme elle. Je sais qu'il y en a encore une ou deux qui ne vont pas bien aujourd'hui et qui sont toujours perturbées, suite à ce suicide et à d'autres traumatismes qui se sont rajoutés par la suite. L'accumulation des deuils et des chocs peut devenir insupportable.

Pour ma fille aussi, elle l'avait plus ou moins annoncé à certaines de ses amies, et même des années à l'avance et personne n'y a vraiment cru. Il faut t'enlever cette culpabilité. Tu n'es en rien responsable et même si tu avais essayé de la dissuader, elle aurait trouvé une occasion pour le faire et tu n'aurais rien pu empêcher.

Je ne sais pas quoi te conseiller pour t'en sortir. J'ai vu dans ton premier post que de voir une psychologue ne t'avait pas aidé, mais je crois quand-même que tu as besoin d'une aide psychologique. Ce qu'il faut, c'est trouver la bonne personne, qui te redonne l'estime de toi et foi en l'avenir. Tu as intitulé ton sujet reconstruction ? C'est déjà un point positif. Ce qu'il faut, c'est arriver à enlever le point d'interrogation, mais pour cela il faut te faire aider. Moi, je n'y connais rien, mais peut-être que sur le forum quelqu'un pourra te donner des pistes.

En attendant, n'hésite pas à revenir  nous parler. Si tu n'as pas beaucoup de réponses, ce n'est pas de l'indifférence mais c'est qu'on se sent impuissant devant tant de souffrance.

Je pense bien à toi. Courage !




Hors ligne emi

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 224
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Reconstruction ?
« Réponse #3 le: 06 Mai 2018 à 05:32:36 »
Difficile de trouver les mots qui peuvent soulager / atténuer ta détresse.
Ce que je peux te dire c'est que tu as "déjà" tenu 6 ans, pas sans mal, je me doute, mais ça reste une grande victoire. Tu dis aussi que cette partie de l'année est plus dure, c'est que le reste de l'année est plus doux ou au moins "moins pire". Alors pense à ça, qu'il s'agit d'une période, que ça ne durera pas même si ça reviendra sûrement.
Je pense aussi que tu devrais voir un professionnel. Trouver le bon n'est sans doute pas facile, Il faut être à l'aise et avoir un bon feeling. Mais c'est comme dans toutes les relations humaines. Et puis, il y a tellement de professions: psychiatre, psychologue, psychanalyste... Et tout ce qu'il y a autour sans être reconnu mais qui au pire des cas ne te fera pas de mal : magnétiseur, microkiné, kinésiologue, somatopathe... Essaye, tu n'as rien à perdre.
Je ne sais pas ce que te dire d'autre, je ne me suis jamais retrouvé dans cette détresse et souffrance, qui pousse à vouloir en finir. Et pourtant je souffre de la perte de mon Âme sœur. Mais je garde espoir d'un mieux. Et je veux profiter des petits moments de joie car la vie ne tient qu'à un fil, on le sait trop bien maintenant. Je veux profiter, pour moi, mes enfants, mes proches, mais aussi pour lui ! Pour tout ce qu'il n'a pas pu faire, tout ce qu'il aurait voulu faire. Un jour on se retrouvera, mais en attendant je vis.
Prends soin de toi...