Auteur Sujet: Raphaël, je t'aime. Papa.  (Lu 10229 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #75 le: 03 Novembre 2017 à 00:16:24 »


Marie "Cœur de mon cœur"

Amicales pensées... toujours avec vous.

Je vous embrasse.

Federico
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #76 le: 03 Novembre 2017 à 09:20:25 »
Marie "Cœur de mon cœur"

Vous êtes admirablement courageuse.
Vous avez du affronter très récemment le 8 octobre 2017 les 5 ans du suicide de votre fille unique, élevée par vous seule, et la disparition de son pauvre corps. Je suis sans voix et sans mot devant l'indicible et l'innommable.

Cela me fait tellement mal que je fasse également mienne votre phrase,  je vous crois parfaitement quand vous écrivez : "Tout comme vous, je ne comprends pas encore à ce jour comment elle a pu seulement songer à pareille façon d'en finir.
 Je jure devant Dieu tout puissant que je n'ai absolument pas décelé la moindre faille; bien au contraire, elle était
 polyglotte, voyageait aux 4 coins du monde, avait un charisme fou, des tas d'amis, une beauté à couper le souffle"....


Non, nous n'avons rien vu venir... nous ne sommes coupable en rien.
Mille fois, nous aurions donné notre vie pour sauver nos enfants.
Vous êtes altruiste et très généreuse dans votre belle écriture malgré toute votre insupportable douleur et insurmontable chagrin.
Oui, je sais que vous avez échappé des centaines de fois à la tentation du pire... à l'envie d'aller la rejoindre !
Merci d'être encore parmi vous... votre témoignage est d'une grande valeur émotionnelle et sentimentale.

OUI, MOI...je peux au moins me recueillir là où il repose en paix... Raphaël a fini précisément son parcours sur Terre au cimetière de son village... je peux facilement m'y rendre, lui parler... je peux lui apporter des fleurs... je sais exactement le lieu où symboliquement il se trouve pour lui rendre officiellement hommage ! c'est sûr pour moi c'est très important et réconfortant ! c'est essentiel... moralement, c'est inestimable !

J'ai également eu l'immense chance de pouvoir  le ramener à la maison... dans sa chambre... où son grand père paternel, son tonton, son frère, sa maman et moi son papa, nous avons pu veiller son corps pendant 48 h ...
Au delà de l'incommensurable douleur, un soulagement que celui de pouvoir encore malgré tout veiller Raphaël pendant 48 heures ... chez lui, chez nous, à la maison ! tous ensemble ! solidairement !

Il était absolument magnifique dans sa chambre...
Il y eu beaucoup de visites pendant la journée ces 2 jours !... beaucoup d'émotions... des témoignages inoubliables... des mots, des gestes, des pleurs... puis la nuit, 2 nuits de veille ! un corps et des ombres à la lumière des bougies !... puis vînt le jour de son enterrement, le vendredi 1er février 2013, pas de cérémonie à l'église... trajet maison- cimetière où là-bas beaucoup de jeunes, beaucoup de monde attendait Raphaël pour un dernier adieu ... sans musique... avec quelques lectures et un livre avec d'innombrables messages collectifs et personnels pour lui et pour nous !
Une incroyable majorité de jeunes... tellement émouvant, déchirant !... des jeunes formidablement digne dans leur inconsolable chagrin... Le soir...beaucoup sont restés ensemble dans une salle prêtée par la mairie ... en hommage !

OUI... j' ai été avec Raphaël mort pendant 48 heures ... à côté de lui, à ses pieds.

Marie, je vous remercie encore une fois et c'est bien volontiers que je saisis votre main tendue... nous, parents,  qui traversons effectivement les frontières de l'indicible.

Affectueusement & solidairement.
Federico


- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne coeur de mon coeur

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #77 le: 03 Novembre 2017 à 21:02:49 »

       Bonsoir Federico,

                                               Je n'ai pas encore pris acte de tous vos magnifiques écrits, je le ferai promis !
                                               Par contre, j'y vois une personne absolument magnifique, douce et aimante.
                                               Toujours, vous savez rejoindre l'essentiel, entraidé vos ami(e)s sur ce long chemin qui
                                                subitement s'est invité dans nos vies.

                                              C'est un plaisir de constater que malgré votre propre douleur, d'un trait vous forcer le courage
                                              et la continuation.
                                           
                                             Ma fille s'appelait Karen.
                                             Magnifique , hélas trop orgueilleuse. Si elle avait signalé sa douleur, elle jouirais de la vie.
                                             Même aujourd'hui, j'ai des doutes sur la réalité de sa mort.
                                             Je suis allée au cimetière où sont enterrés ses grands-parents et y ai déposé quelques objets.
                                           
                                           Mon journal (livre) est presque terminé. D'une certaine façon je l'étire car après, qu'arrivera-t-il ?

                                           Merci cher Federico, poète, humaniste, et Papa merveilleux !

                                           Marie qui vous embrasse.

                                          Merci de tout cœur d'être là

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #78 le: 13 Novembre 2017 à 03:33:56 »


Raphaël,

 Tu sais bien que quand je commence mon message par ton prénom ... c'est comme si je fermais la fenêtre, descendais les volets, éteignais la lumière ... voilà, circulez, il n'y a plus rien à voir ! je veux rester SEUL, uniquement et exclusivement avec toi, mon fils, mon chéri, mon amour !

 En ce moment, je suis extrêmement sensible à ta magnifique voix grave ainsi qu'à ton élégante gestuelle ! et puis ton sourire discret, comme satisfait, un brin coquin ... ton rire spontané, sincère... une belle étincelle, une petite lumière dans tes yeux ! et puis ... ton regard expressif, impressionnant !... tes mains aux doigts fins et longs...

 Je suis cruellement puni et malheureux de ne pouvoir te voir physiquement... c'est une immense souffrance... mon corps est marqué, endolori... je ne peux avoir de carapace... ma peau me démange, me gratte... je suis quotidiennement torturé !

 Je hais tellement cet écoeurant jour de janvier 2013... je pleure ma peine, je vomis mon chagrin... ma vie est insupportable !
 
 Raphaël, je t'aime !

 Papa
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #79 le: 13 Novembre 2017 à 04:00:12 »

Je m'efforce... je dois absolument rester ici et là... maintenant... à l'instant présent ...
 Alors qu'il est vrai que le passé m'insupporte, le futur est inexistant et que justement... l'instant présent est redoutablement cruel et tellement ignoble à vivre...
 Pourtant, tout le monde me dit : "- pense à l'instant présent"... moi, je veux bien mais Mon instant présent est tout simplement invivable ! ...

 Alors il n'y a pas le choix : chagrin, douleur & Souffrance... je porte à vie ce que je n'ai pas choisi... les Dieux sont injustes !

 C'est à vie... mon insupportable chemin de croix ... condamné à perpétuité sans aucune remise de peine !
 Il n'y a même pas eu de négociation possible avec le Suprême... je n'ai même pas pu lui dire : Si tu sauves mon fils, je porterai à vie cette putain et maudite croix ! Si tu sauves mon fils, je serai à vie ton esclave !

 NON, NON et NON... JE porte la croix et DIEU n'a pas sauvé mon fils ! comment puis je croire en LUI-Dieu ? qu'il aille au diable ! moi, c'est sûr, j'irai en enfer ! j'ai été condamné à mort... à la prison à vie ! j'ai tout perdu... mon enfant, ma femme, ma maison... au fait ! pourquoi ? et quelle est ma faute ?

 Soeur Catherine est d'accord avec moi... j'ai raison d'être en colère, de ne pas être content ... mais elle m'a quand même demandé de LUI-Dieu parler ... de continuer à m'adresser à LUI-Dieu ... de ne pas abandonner mon chemin de croix... pour Lui-Dieu...

 LUI... ce n'est pas Dieu pour moi...
 LUI... c'est mon fils Raphaël !
 LUI... c' est l'Amour... mais pas l'Autre !

 Tu es là ma belle souffrance infinie... tu es bien là... oh oui, mon lien d'Amour avec toi, mon fils, mon chéri, mon Amour... ce lien est éternel ... Amour infini... A jamais !

 Oui, Je suis là pour Toi... Je suis là... Je suis là... Je suis là... pour Toi !

 OUI, Raphaël m'a offert 18 merveilleuses années de sa courte vie...
 Je suis là... Je suis là ... Je suis là... pour Moi ! ça m'aide, ça me rassure, ça me réconforte !
 Mon désir est de lui dédier le restant de mes jours... mes pensées... mon désespoir ! mes derniers moments de joies ...

 Je sais mes amiEs... il n'y a que VOUS ici sur ce Forum qui pouvez me comprendre ... merci infiniment !

 Pour LUI... pour VOUS...

 Papa de Raphaël
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #80 le: 15 Novembre 2017 à 02:58:26 »

J'ai déjà tant écrit que le temps n'adoucit pas ma peine, que j'ose plus le répéter ...

... mais ceci n'est que le témoignage de mon présent.... je dois être honnête et sincère !

Le temps n'arrange pas les choses... mon fils s'est suicidé... amertume, désespoir, mélancolie !

Cela ne m'empêche pas de sourire, de rire ni même de passer d'agréables moments mais ma vie d'avant a littéralement explosé... suite au suicide de R....
... Y 'a Pas D'Arrangement...

J'ai perdu mon fils aîné, 18 ans !
Je me suis séparé d'avec mon ex-compagne, la maman de mes fils... le suicide d'un enfant dans un couple entraine souvent l'éclatement des parents... incompréhension et incompatibilité à vivre son propre deuil... soif de liberté... non acceptation des ridicules contraintes quotidiennes ... absurdité de la vie !... le couple explose !
j'ai été obligé de vendre ma grande et belle maison, mon magnifique jardin avec mes arbres et mes fleurs...
j'ai dû quitté ce village avec tous les souvenirs d'enfance et d'adolescence avec mes fils, mon environnement...
j'ai perdu contact avec beaucoup de copains (distance, séparation, événements douloureux) et d'anciens amis de notre couple se sont éloignés... ma vie amicale est devenue simplement triste et ma vie sociale a pratiquement disparue...
Je n'ai même plus avec moi mon chat adoré "Juanita"... sa présence me manque !
je ne vois plus qu'irrégulièrement mon plus jeune fils ... il construit sa vie... il vit sa vie... NORMAL !

Et puis il y a la douleur physique... la souffrance morale...
Je suis inconsolable... oui, je suis absolument inconsolable ! je suis même rassuré... d'être totalement inconsolable !
Je dois aller puiser du courage au plus profond de moi même... dans des zones de plus en plus obscures, dangereuses... les abysses de l'océan !

Après... OUI, il faut continuer à prendre soin de soi...
et... être indulgent et... doux avec soi-même...
et... tolérant, compréhensif avec les autres !

Je ne me plains pas, je ne suis pas à plaindre...
Je veux tout simplement témoigner que cette explosion a été provoquée par le suicide ... le suicide est un tsunami d'une force inouïe qui emporte presque tout sur son passage !

Respectueusement vôtre...

Papa de Raphaël
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #81 le: 16 Novembre 2017 à 16:44:40 »

Tous les jours ?... tous les jours !... oui, tous les jours... je pense à toi Raphaël.

 Innommable violence... oui, je suis "violé" tous les jours... mon corps souffre l'indicible, en silence...
 et les "Dieux" laissent faire... "ils" détournent même le regard de la honte... infâme, ignoble indifférence !

 Religieusement athée...
 Politiquement athée...
 Amoureusement athée...
 
 Je n'ai plus que ma liberté pour me sauver... je suis inguérissable, à jamais inconsolable...

 Tu es mon Fils... Je suis ton Papa... à la vie, à la mort !
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #82 le: 16 Novembre 2017 à 16:47:52 »

Raphaël,

"- Ne me quitte pas
 Je ne vais plus pleurer
 Je ne vais plus parler
 Je me cacherai là
 À te regarder danser et sourire et
 À t'écouter chanter et puis rire
 Laisse-moi devenir l'ombre de ton ombre
 L'ombre de ta main
 L'ombre de ton chien
 Ne me quitte pas"

 Papa
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #83 le: 18 Novembre 2017 à 15:31:40 »

J'écris

J'écris car ma plume et ma voix me rendent tremblante,
Face à ces changement soudains, je suis impuissante,
J'écris parce que je ne veux plus avoir à penser,
Que le monde est cruel et qu'il faut chaque jour lutter.

J'écris pour juste lui dire tout simplement que je l' aime,
Qu'il est le plus beau à mes yeux j'en suis sur et certaines,
J'écris car c'est le seul moyen de me sentir libre,
Par la caresse de ses mots j'essaye de rendre ma vie paisible.

J'écris dans l'espoir d'être lu, dans l'espoir d'être vu,
Afin que mes pensées ne soient pas totalement perdues,
J'écris car beaucoup n'ont pas forcément cette chance,
Et qu'ils mériteraient plus que d'autres une douce récompense.

J'écris parce que parfois la vie peut être belle,
Et parce que seul les mots peuvent rendent ces moments éternel...
J'écris pour qu'a travers ces mots tu ressentes toujours mon amour,
Et que les murs qui nous séparent nous réunissent un jour.

© les-mots-de-la-passion
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #84 le: 21 Novembre 2017 à 07:16:57 »

Trop de venin...
                     Trop de chagrin...
                                             Trop de douleur...
                                                                     Trop de souffrance...
                                                                                                  Trop sensible...
                                                                                                                      Trop fragile...
                                                                                                                                       Trop seul...
                                                                                                                                                      Trop dangereux !
J'ignore... j'ignore... j'ignore !... ah, cette ignorance ! quelle pute...
Je me sens tellement nauséeux... sentiment d'écoeurement et de malaise... au bord de l'évanouissement !
Perte de reconnaissance de mon deuil...
Envie de disparaître... d'aller le rejoindre... mais, je sais pas !... pour aller où ?
Je suis athée... religieusement athée... politiquement athée... socialement athée... amoureusement athée...
Je ne crois plus... en rien... pourtant, j'aime la personne......
Je suis simplement ici...
Je suis las...

Ma mère : " asi es la vida hijo mio"...
                                                      " es el destino de la persona "...
                                                                                                     " nos toca sufrir "...


Dégringolade personnelle, solitaire et silencieuse !
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #85 le: 27 Novembre 2017 à 00:01:23 »

 Tu sais Raphaël... samedi... le 25 novembre... c'était mon anniversaire !
 Je me suis senti bien seul...


Novembre

La forêt se défait de ses belles couleurs,
 Dans le froid du matin quelques rêves s’accrochent,
 L’automne se consume et l’hiver se rapproche,
 Le temps s’écoule avec une extrême langueur…

Au long sommeil la vie semble se résigner ;
 Tandis que l’horizon timidement s’allume
 Des écharpes de givre et des manteaux de brume
 S’enroulent tout autour des arbres dénudés.

Silencieusement s’évapore la nuit,
 L’amertume grandit au fur et à mesure ;
 Novembre est là, qui décompose la nature
 Et qui provoque un si mélancolique ennui.

Isabelle Callis-Sabot
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #86 le: 27 Novembre 2017 à 00:41:41 »

Que ne suis-je !


Si j’étais oiseau
J’entrerais
Par la fenêtre
Où tu écris
Et te caresserais
Les joues
Du bout de mes ailes

Oiseau que ne suis-je !

Si j’étais fenêtre
Cette fenêtre
Où tu écris
Mes vitres te seraient
Miroir
Et je t’y caresserais
Le visage
Du bout de mes reflets

Fenêtre que ne suis-je !

Si j’étais plante
Cette plante entourant la fenêtre
Où tu écris
Je me tresserais
En couronne
Et t’en ceindrais le front
Et te caresserais
Les cheveux
Du bout de mes feuilles

Cette plante que ne suis-je !

Si j’étais l’Autre
Cet Autre
Auquel tu écris…

Moi qui
Jamais
N’ai
Caressé
Tes joues
Tes cheveux
Ni ton front
Même du bout de mes doigts…

Cet Autre que ne suis-je !

Esther Granek, Je cours après mon ombre, 1981
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 307
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #87 le: 27 Novembre 2017 à 15:47:04 »
 :-*
bulle
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Quand mon père était vivant, je ne le comprenais pas. Maintenant qu'il est mort, je comprend tout. A Romanès

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2173
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #88 le: 28 Novembre 2017 à 23:11:05 »

   Pour Raphaël et Kalahan ... il manque parmi les smileys un petit bonhomme qui sourit et verse des larmes ... alors cette musique ...
   https://www.youtube.com/watch?v=KHBMFy4pj7U
   
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1651
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #89 le: 29 Novembre 2017 à 00:06:11 »

Résister

Résister, résister, résister, jour et nuit. Résister encore. Lasse est l’amertume, cette lassitude intérieure. Il faut oser se lever, reconnaître le chemin. L’espace visible et total. Nulle tour n’est trop grande à nos yeux. On ne se taira pas une nouvelle fois, nous déploierons nos paroles lumineuses par tous les champs dévastés. Ecoute cette chanson qui court à travers le monde. Ces aboiements de chiens qui grondent derrière les niches de garde. C’est le matin que lou soulèu se lève. Ce sont toutes ces fenêtres qui s’ouvrent pour laisser le cri se répandre à l’horizon. Désolé, contre tous les murs qui nous font face, nous continuerons à rêver, même par temps de brouillard.

Laisse une petite lumière
 Ici est là et puis une autre.

J’aime ta main légère
La brise chaude et douce de tes lèvres
Tes histoires qui parlent parfois de nous

Richard Taillefer, Textes extraits du manuscrit « Ce petit trou d’air au fond de la poche »

- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !
- J'aime les âmes sensibles sans domicile fixe
- Oser l'insoumission au malheur. M