Auteur Sujet: Raphaël, je t'aime. Papa.  (Lu 3491 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #45 le: 08 Juillet 2017 à 13:58:38 »

"- J'ai veillé, touché et embrassé mon fils mort...pendant de longues heures du jour et de la nuit et je voulais tant arrêter le temps...pour le garder au moins près de moi...même mort !"

Federico
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #46 le: 10 Juillet 2017 à 00:15:30 »

Raphaël, mon fils, mon chéri,  mon amour !

 Je n'existe plus... je n'existe plus... je n'existe plus !

 Je "suis" encore un peu pour les personnes que j'aime... et, j'espère continuer encore un peu pour elles... mais, en réalité,  je n'existe plus !

 Je suis évidemment mort avec toi... il ne peut en être autrement ! c'est impossible que je puisse survivre à ton suicide !

 La souffrance est toujours exacerbée (4 ans et demi) et ... c'est " la vie qui continue"... connerie pour moi !

 je suis un autre ! oui, je suis un autre !

 C'est une constatation cruelle mais c'est la vérité... je suis inconsolable et irréparable !

La mort par suicide de mon enfant est inacceptable... mais que puis-je faire d'autre que de respecter son choix !

 J'éprouve une immense frustration et impuissance face à son acte et de la colère parce qu' IL A OSE cet acte...

 Je suis inguérissable ... ma cicatrice saigne en permanence et j'ai toujours une douleur incessante à mon tatouage signifiant son prénom ! j'ai mal jour et nuit...

 Mon coeur a souvent été malmené... parfois maltraité... très peiné... mais jamais autant violenté  ! totalement agressé ! mon âme a été violée, mon corps meurtrie à jamais... ... ... ... ... ...

 A la mort de ma mère, mon coeur s'est brisé en deux... avec le temps, j'ai pu vivre avec un coeur brisé !
 Mais, avec ta mort... mon fils, mon coeur brisé en deux a explosé ! tu comprends que je n'existe plus !

 Tu m'as entrainé avec toi... je suis mort en même temps que toi... à la différence près que je suis devenu un guignol qui respire encore sur Terre ... je souffre atrocement ... alors que toi, je n'en sais rien à vrai dire... respires tu ? Où es tu ? je pense néanmoins que tu ne souffres plus !

 On dit bien que ce sont les meilleurs qui partent les premiers, c'est vrai que tu as toujours été parmi les meilleurs...
 Et moi, comme j'ai toujours été malheureusement parmi les personnes en difficulté ... je reste et je pleure et je souffre !

 Le papa de Raphaël

 
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #47 le: 12 Juillet 2017 à 00:35:43 »

CENDRES... pour Raphaël.

Cendres... c'est pas vrai, il y a erreur, c'est pas possible ! c'est impossible que cela soit toi... je n'y crois pas !
Emotions tristes et mélancoliques de jeunesse... mais tu as déjà tout compris de cette absurde farce injuste, inégale et cruelle qu'est la vie....
Ne doute pas, mon chéri, mon Amour... tu es pardonné. Je n'accepte pas mais je respecte le mystère de ta décision avec une infinie douleur !
Dire encore et toujours "Je t'aime mon fils"...
Rire, pleurer, souffrir et mourir à 18 ans ! indicible et incommensurable souffrance, innommable folie !
Et douleur... et frustration ... et impuissance ! attends, attends, attends... écoute moi, s'il te plait, je t'en supplie !
Suicide, tu ne me fais pas peur... mais laisse moi tranquille... je te hais !!!


A genoux... je pourrais laisser doucement couler mon sang de mes veines et rester allonger complètement vide, serein et apaisé ... prêt à mourir ... pour te permettre et te redonner une seconde chance de vivre sur Terre...

Pour toi.....


Papa.
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #48 le: 12 Juillet 2017 à 00:58:55 »

 Raphaël, tu me manques... oui, bien sûr... c'est quotidien, c'est normal, c'est naturel...

Je viens de "découvrir", de "trouver" précisément la place à de simple mots ... et justement "composer" une phrase pour "définir" et "expliquer" mon terrible sentiment :

RAPHAËL, TU MANQUES A MA VIE !............tout simplement...

Ce qui est infiniment plus important... c'est la terrible réalité... une absolue tragédie...

Tu me manques... c'est strictement limité... personnel ! je pourrais m'en sortir...

Tu manques à ma vie... c'est absolument illimité... incommensurable... inaccessible...impossible de m'en sortir...

Une mise à mort programmée... je suis incurable... inguérissable !

Je vais tout faire pour les miens... par contre, je ne vais rien pouvoir faire pour moi !

Federico

PS : mon écriture est sombre, noire..... pas d'inquiétude, ma mère veille sur moi ...
Ma petite maman "Aurelia" est là... elle a sacrifié sa vie pour moi...
Je veux qu'elle soit fière de moi !
J'ai le courage pour "ça" ! car ELLE est "Là", toujours avec moi...
Merci Maman ... c'est grâce à ELLE...

- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #49 le: 12 Juillet 2017 à 15:36:16 »

Raphaël,

Tu vois Raphaël depuis ta naissance jusqu'à ta mort... je me suis toujours appliqué à faire de mon mieux pour te bénéficier, te faciliter, t'aider...
Et puis voilà ... " tout ça pour ça "... et puis... "c'est comme ça la vie ".
Ton choix, ta décision, ton acte... et je suis depuis dans la pire des souffrances !
On me parle de Pardon... pardonner ?... moi ?...toi ? ... quel sens a tout cela ?
Je ne sais plus rien de toi, mon fils... et moi, je ne suis plus rien sans toi, mon fils !
Je suis épuisé par tant de questionnement, tant de lecture, tant de recherche... afin de comprendre : QUOI et POURQUOI ?
J'ai abandonné l'idée de savoir... maintenant, c'est ton absence physique qui est insupportable !
La vie est devenue tellement irréelle... je reconnais l'environnement mais je suis sur une autre dimension !

J'écris toujours... pour toi, pour moi et aussi pour mes amiEs... un témoignage, un triste et sombre témoignage, mélancolique, pessimiste... mon émotion, mes larmes... mes larmes coulent... pour toi, mon fils !

 Papa... je t'aime mon fils, mon chéri, mon Amour.
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1873
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #50 le: 12 Juillet 2017 à 16:29:02 »
 
   Oh, Fedy, tu es pessimiste vis-à-vis de toi mais pas du tout vis-à-vis de la vie dans son sens véritable.
   Et puis tu les aimes tellement, tes fils, ainsi que les membres de ta famille qui sont des sacrés battants.
   Je vois beaucoup d'optimisme dans tant d'Amour.
   Le seul pessimisme, c'est l'abandon de l'espoir pour toi-même, et encore, il n'est pas permanent, tu as des petits moments de légèreté qui, bien sûr, ne soulagent guère le poids de la tragédie ...
   Le fait de résister au suicide d'un être infiniment cher, sans sombrer dans l'auto-destruction ni la "totale démission" de toute responsabilité, ça coûte tous les jours beaucoup, beaucoup d'efforts.
   Bien amicalement et solidairement, Titine.
J'aime donc je suis !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #51 le: 13 Juillet 2017 à 15:27:28 »

Tout spécialement pour toi....... aïe aïe aïe Raphaël ! tu adorais danser latino...

Luis Fonsi... Despacito... https://www.youtube.com/watch?v=kJQP7kiw5Fk

                                     ... https://www.youtube.com/watch?v=ZpsLsmGo6II
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #52 le: 15 Juillet 2017 à 00:21:44 »

Raphaël,

Enfant d'exception... oui, c'est vrai... Tu étais mon bonheur à l'état pur... à polir tout doucement...
J'ai toujours besoin de t'attendre, t'entendre, te voir, t'écouter, te parler, t' embrasser, te sentir...
Tu pouvais être la douceur même... mais aussi parfois dur, difficile, râler... protester... te révolter...
Ta voix tellement grave, tes magnifiques yeux expressifs, ton sourire mystérieux, ton rire heureux et spontané...
Tu étais discret et impressionnant à la fois...

Je t'imagine encore... sortir du lycée, souriant, ta belle silhouette, romantique, athlétique... et te diriger vers la voiture où je t'attendais parfois ! la flemme de rentrer avec le bus !
Quelle simple joie mais immense fierté... mon fils, c'est mon fils !

Tu es mon "fils du ciel" et je suis ton papa sur terre... beaucoup de questions, d'interrogations ! c'est très difficile !
Tu manques à ma vie... je pense continuellement à toi...
OUI, je sais ... Tu prends encore beaucoup (trop ?) de place dans ma vie...

TU as choisi...
Moi, je n'ai rien choisi... Je suis à terre... T'inquiète, je suis fort et je vais m'en sortir... enfin, j'espère...

Je suis très proche de ton frère, quel exemple de courage... il n'abandonne rien, ni les études ni son sport !
Ton frère est mon "fils sur terre" et je suis son papa sur terre... c'est concret et c'est la réalité ! c'est plus facile !
Avec lui, j'assure ... oui, franchement, j'assure !

Sur un plan personnel... je suis souvent à terre à genoux mais je continue à me relever, inlassablement... d'abord et avant tout pour moi !

Moi aussi... je suis capable de choisir... et... de décider... Pour VOUS deux !

Je t'aime Raphaël.
Je t'aime Andreas.

Papa
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #53 le: 15 Juillet 2017 à 00:58:57 »

Paroles de la chanson "Tu Aurais Pu Vivre"... Jean Ferrat.


Tu aurais pu vivre encore un peu
Pour notre bonheur pour notre lumière
Avec ton sourire avec tes yeux clairs

Ton esprit ouvert ton air généreux

Tu aurais pu vivre encore un peu
Mon fidèle ami mon copain mon frère
Au lieu de partir tout seul en croisière
Et de nous laisser comme chiens galeux

Tu aurais pu vivre encore un peu

T'aurais pu rêver encore un peu
Te laisser bercer près de la rivière
Par le chant de l'eau courant sur les pierres
Quand des quatre fers l'été faisait feu

T'aurais pu rêver encore un peu
Sous mon châtaignier à l'ombre légère
Laisser doucement le temps se défaire
Et la nuit tomber sur la vallée bleue

T'aurais pu rêver encore un peu

Tu aurais pu jouer encore un peu
Au lieu de lâcher tes boules peuchère
Aujourd'hui sans toi comment va-t-on faire
Dans notre triplette on n'est plus que deux

Tu aurais pu jouer encore un peu
Ne pas t'en aller sans qu'on ait pu faire
A ces rigolos mordre la poussière
Avec un enjeu du tonnerre de Dieu

Tu aurais pu jouer encore un peu

On aurait pu rire encore un peu
Avec les amis des soirées entières
Sur notre terrasse aux roses trémières
Parfumée d'amour d'histoires et de jeux

On aurait pu rire encore un peu
Et dans la beauté des choses éphémères
Caresser nos femmes et lever nos verres
Sans s'apercevoir qu'on était heureux

On aurait pu rire encore un peu

Tu aurais pu vivre encore un peu
Ne pas m'imposer d'écrire ces vers
Toi qui savais bien mon ami si cher
A quel point souvent je suis paresseux

Tu aurais pu vivre encore un peu
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #54 le: 16 Juillet 2017 à 23:58:25 »
Raphaël,

Je sais déjà que ma souffrance sera éternelle... ma belle ... ma souffrance ... mon éternelle... à vie !

J'ai atrocement mal... c'est la preuve de notre amour... mon fils pour toujours... je suis ton papa à jamais !

Je suis là... tu n'y es plus ! Nous reverrons-nous ? je ne sais pas !

Je vis sans réalité... sans temps... sans lieu... ni avenir !

Saigné... blessé... caché... toujours prêt à mourir !

Je t'imagine ... fort ... beau... tu m'as quitté à 18 ans ! c'est horrible... mon fils, mon chéri, mon amour !

Je t'aime... je sais que tu m'aimes aussi !

Veux-tu que je meures pour toi ?

Papa
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #55 le: 17 Juillet 2017 à 19:24:29 »

Suicide de mon fils... témoignage !

J'ai été cruellement largué en plein milieu du Désert et aujourd'hui, après 4 ans et demi, je cherche ...encore et toujours... désespérément ... à tracer ma route... j'entrevois difficilement un chemin... ! et pourtant, je souhaite tellement poursuivre ma vie !

J'avance... seul... très lentement... sans boussole... sans repère... sans aide ...
puisque...
le Désert ... c'est silence et solitude... chagrin, douleur, souffrance et désespoir !

Pas de chemin... pas de lumière... pas de phare... RIEN... vents et poussières... soif et faim pour une terrible fin !

Je brûle à petit feu...
Tout est trop personnel, impartageable !
On vit "çà" presqu'inconsciemment !
RIEN ! Rien du tout ! il n'y a que la mort au bout de la vie !
Ma vie est désorientée à jamais... pour toujours... pas de reconstruction possible !
J'essaye de boucher tous les courants d'air...

Je suis... j'existe... c'est déjà pas si mal...

Je marche... je trace cependant une petite route inconnue non balisée...avec l'espérance de trouver une oasis de fraîcheur !

La théorie ou les études sur la mort n'ont qu'une valeur très relative pour ne pas dire aucune valeur pour moi...
Je, nous... nous vivons douloureusement la pratique !

Je cherche... je cherche... je cherche...
Cette oasis calmera ma douleur... soignera ma cicatrice... me donnera à boire, à manger... et... cela sera non pas le cheminement du deuil mais la continuité de la vie !

 Sacrée différence !
 ...ça ne changera rien ? si, quand même un peu ! on sera passé du vide, du néant, du désespoir.... à l'envie de vivre ...à la joie de vivre...


 Papa de Raphaël
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #56 le: 18 Juillet 2017 à 17:40:48 »

A MORT LE SUICIDE ! A MORT LE SUICIDE ! A MORT LE SUICIDE !


 Bien Solidairement.
 Papa de Raphaël
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !

Hors ligne Federico

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1280
  • De ma blessure a jailli un fleuve de liberté. "F"
Re : Raphaël, je t'aime. Papa.
« Réponse #57 le: 18 Juillet 2017 à 17:54:47 »

Raphaël,

Je suis encore trop explosé de chagrin... enfermé dans une peine indicible et impartageable...

Ecorché vif... brûlé vif... mon cœur est toujours là ! mais où est mon âme... disparue !!!???

Je ne laisse pratiquement plus personne s'approcher de ma souffrance...
 ... de toute façon, plus personne n'ose m'en parler ! parce que je ne veux plus qu'on m'en parle ! trop douloureux !

Je me "protège" et je m'aperçois que je deviens presque... inaccessible !

Je finirai certainement seul dans mon "Petit Monastère" vivant avec l'austérité du silence et dans la plus sobre des solitudes !

J'ai envie de dire dans la plus noble des solitudes... celle où ma pensée sera LIBRE ...

 Papa de Raphaël
- Au Petit Monastère... paradis blanc où il neige tant de sentiments (élia)
- Espérer, c'est avoir la force de sourire avec un cœur qui ne cesse de pleurer (Federico)
- Qui pourrait me dire maintenant ce que je dois croire, penser ou faire ? Personne !