Auteur Sujet: Quelqu'un vous aime  (Lu 4132 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2179
Re : Quelqu'un vous aime
« Réponse #30 le: 22 Novembre 2017 à 19:42:59 »
Citer
Grâce à l'abandon et la perte, j'ai trouvé une  grande liberté,
Grâce aux cruelles déceptions subies de mes proches, une grande lucidité sur l'âme humaine

et là je commence tout doucement à aimer, accepter ma solitude.
j'essaie d'en faire une source de vie plutôt qu'un désert, un silence intérieur, une paix ressourçante

    C'est BEAU, Bullette pouêt-pouêt ...
    Une belle et douce résistance ...
    Merci, M.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Anaïs

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 4
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Quelqu'un vous aime
« Réponse #31 le: 23 Novembre 2017 à 21:33:27 »
Bonsoir à tous,

Je viens de découvrir votre discution que je trouve très positive et ça me fait du bien.


Le deuil n'a pas de sens, c'est à nous de lui en donner un.
Pas facile mais il faut s'y accrocher pour se reconstruire...

Douce soirée à tous

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 308
Re : Quelqu'un vous aime
« Réponse #32 le: 24 Novembre 2017 à 17:52:50 »

le sens de la perte ne se laisse pas saisir facilement,
je ne sais pas s'il faut même le chercher...
laissons les questions et les pourquoi de côté,
un jour peut-être serons nous surpris de les avoir intégrés naturellement dans notre vie d'après...


Bulle

PS merci Souci et Anais pour vos passages en mots  :-*
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Quand mon père était vivant, je ne le comprenais pas. Maintenant qu'il est mort, je comprend tout. A Romanès

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 650
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Re : Quelqu'un vous aime
« Réponse #33 le: 25 Novembre 2017 à 00:00:46 »

le sens de la perte ne se laisse pas saisir facilement,
je ne sais pas s'il faut même le chercher...
laissons les questions et les pourquoi de côté,
un jour peut-être serons nous surpris de les avoir intégrés naturellement dans notre vie d'après...


Bulle

PS merci Souci et Anais pour vos passages en mots  :-*
moi non plus je ne sais pas m'selle, mais ce que je sais c'est que tes mots :

Grâce à l'abandon et la perte, j'ai trouvé une  grande liberté,
Grâce aux cruelles déceptions subies de mes proches, une grande lucidité sur l'âme humaine
et là je commence tout doucement à aimer, accepter ma solitude.
j'essaie d'en faire une source de vie plutôt qu'un désert, un silence intérieur, une paix ressourçante
quand j'y arrive, euh c'est pas encore çà  tous les jours  ;) ;)
Mais telle n'est pas notre destinée, deuil ou pas, de surmonter sa peur et d'apprendre à rester seul...

m'interpellent beaucoup et les lire m'a fait bcp de bien
merci m'zelle bulle

Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 308
Re : Quelqu'un vous aime
« Réponse #34 le: 27 Novembre 2017 à 18:07:10 »
Pour Saint Thomas d'Acquin,
le plaisir,
les larmes,
la compassion des amis,
le regard sur la vérité,
le sommeil,
le bain
et la prière sont 7 consolations susceptibles d'apaiser la souffrance.

et ce programme me va bien  ;)

Bulle
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Quand mon père était vivant, je ne le comprenais pas. Maintenant qu'il est mort, je comprend tout. A Romanès

Hors ligne Bulle 777

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 308
Re : Quelqu'un vous aime
« Réponse #35 le: 27 Novembre 2017 à 18:09:54 »
Merci mononoké de laisser tes impressions, je suis heureuse de partager avec toi mes petites pensées...
 :-* :-* :-*
mam'zelle Bulle
Maman, tu es partie trop brutalement !
Maman, Requiescat In Pace.

Quand mon père était vivant, je ne le comprenais pas. Maintenant qu'il est mort, je comprend tout. A Romanès