Auteur Sujet: Puisque tu m'accuses  (Lu 31682 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne dom1

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 49
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #135 le: 05 Mai 2020 à 08:44:34 »
Bonjour et bonjour,

L'absurdité de la vie, ou de la mort ?

C'est la même car l'une ne va pas sans l'autre.
La vie est une fin, la vie est une chance.
Une chance à saisir.
Une chance de pouvoir remonter la pierre, de la voir redescendre, et de recommencer.
Recommencer c'est vivre avec plaisirs la pierre qui roule, qui se bloque, repart, et retombe.
Pleurer, souffrir, c'est absurde.
Rire, aimer, ça l'est tout autant.
Et parce qu'on ne peut avoir l'un sans l'autre, il faut vivre pour l'un et avec l'autre...

Bon courage à toi. Prend soin de l'absurdité.
Bise masquée...
domi...
« Modifié: 05 Mai 2020 à 08:55:26 par dom1 »

Hors ligne Adnarag

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 155
  • ...
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #136 le: 05 Mai 2020 à 10:22:13 »
Mais il y a plus de plénitude dans le rire, même le sourire, dans la réciprocité, que dans les larmes et la solitude.

Ce matin ton petit texte m'a fait sourire. Un large sourire que j'ai encore là maintenant sur les lèvres, en écrivant. De ces sourires qui emplissent le cœur et les pensées pour balayer un peu le temps, ... d'un sourire, ... le gouffre du vide laissé … (trop tard, une larme a déjà pris la place …)

Mais j’y penserai …
Car c’est une très jolie, … Je ne trouve pas le mot. Le seul qui vienne à l’esprit est : injonction. Injonction à la vie, j'entends.

J’y penserai. Prendre soin de l’absurdité.
Merci Domi pour ce sourire-là !
Mince ! Sourire masqué …
Puisque qu'il ne t'était plus possible de vivre.
Heureux.

Hors ligne Adnarag

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 155
  • ...
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #137 le: 13 Mai 2020 à 14:46:51 »
M E R D E
Puisque qu'il ne t'était plus possible de vivre.
Heureux.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3074
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #138 le: 13 Mai 2020 à 15:29:44 »
Chere Âdnarag

Parfois ce mot est le mieux adapte au deuil
Je vais regretter d avoir dit cela
Tant pis

Énormes BISOUS Adnarag et courage
De tout coeur avec toi Tiens bon

Philippe
« Modifié: 13 Mai 2020 à 15:38:28 par assiniboine »

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 3074
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #139 le: 13 Mai 2020 à 16:12:30 »
Une petite balade sous la pluie avec les chiens et le gros mot est effacé

Tu vas bien arriver toi aussi à faire disparaitre ce mot que parfois on a envie de hurler

Bisous

Philippe

Hors ligne Pomalo

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 29
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #140 le: 13 Mai 2020 à 17:28:08 »
Bonjour Adnarag,

Je suis sur ce forum depuis peu, et j’étais venue pour tenter de m’apaiser un peu après la mort de mon époux, décédé non pas par suicide mais des suites de maladie. Et puis, j’ai parcouru divers fils. Et j’ai lu ton histoire et ce que tu en dis, qui est venue me percuter dans ma propre histoire de vie où le suicide a souvent été rencontré :

- alors que j’étais enfant, le plus proche voisin de mes parents s’est donné la mort. Il laissait une épouse et une fille, mais également un petit garçon dont il assurait la garde jour et nuit car ils étaient « famille d’accueil »… Des enfants avec qui je jouais et dont j’ai perçu la souffrance.
- en mai 1991, la sœur de ma grand-mère, avec qui j’avais partagé tant de vacances et de bons moments, s’est suicidée ; comme on le dit souvent du suicide des personnes âgées, elle ne souhaitait pas se rater et je ne souhaite pas donner de détails sur la façon dont elle s’y est prise. Toujours est-il que malgré le fait qu’elle ne se déplace plus qu’en fauteuil roulant, elle y est parvenue… Il est quasi certain, avec du recul, que cette femme que j’aimais par-dessus tout n’a pu supporter l’état de sa fille, ma cousine donc, qui, depuis plusieurs années, souffrait d’une pathologie ne lui permettant plus de communiquer, et qui avait dû être admise en institution. Je ne donnerai pas là non plus de détails, peu importe, et ce par respect pour ma famille.
- en avril 1995, le fils de ma cousine, le petit-fils donc de la « suicidée » est mort à l’âge de 23 ans dans un accident de voiture dont, des mois plus tard, il a été évoqué le fait que ce puisse être un « suicide déguisé » (dixit ses proches ). Ce jeune était mon filleul. Nous n’avons été averti de son décès par son père et sa sœur que plusieurs jours après les obsèques. Je n’en veux ni à son père ni à sa sœur dont j’imagine l’océan de souffrances dans lequel ils ont été submergés.
- en avril 2003, ma cousine est décédée dans son institution. Personne n’a su me dire si elle avait su et/ou compris que sa mère et son fils s’étaient suicidés…
- et, de l’âge de 10 ans à ce jour, j’ai entendu l’un de mes frères parler de son mal-être et de son désir de mourir...

Pourquoi je te raconte cela ? Non pas pour être aidée car, avec le temps, j’ai analysé un certain nombre de choses mais pour témoigner qu’à chaque fois que j’ai eu la connaissance directe de ces cas de suicide ou de ces envies de passage à l’acte, j’ai été bouleversée de voir l’énorme CHAPE DE PLOMB qui entourait ce mot de SUICIDE : honte, culpabilité, peur du qu’en dira-t’on. Et très très très rarement une compréhension de la souffrance de celui, celle ou ceux qui restent. J’appellerai ça une double peine…

Voilà, je ne sais absolument pas ce que tu pourras faire de ça, j’avais juste envie de le dire, ou plutôt de l’écrire.

Bien à toi,

Cathy
Un pas à la fois me suffit.
Gandhi.

Hors ligne Anic

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 173
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #141 le: 16 Mai 2020 à 21:00:53 »
Bonsoir Adnarag,
Je viens te rendre visite pour te dire combien ce que tu as ecrit sur un autre fil m a interpelle et fait du bien : le fait que les gens pour qui tout va bien ne sont pas entierement responsables de leur bonheur puisqu il y a une part de chance, et que parallelement les personnes qui sont malheureuses n ont pas toute la responsabilite de leur vie difficile voire tragique.

Je me suis dit ensuite qu en effet chaque vie se trouve dans une sorte d ecosysteme complexe ( personnalite, genetique, enfance, blessures, souvenirs, histoire familiale, rencontres, evenements divers, lieux de vie, milieu, ... ) et toutes ces variables inombrables viennent se combiner a nos choix conscients et inconscients et en interactions incessante avec les autres. Cela construit peu a peu nos vies plus ou moins dures. Ensuite, comment extraire de tout cet ecosysteme notre responsabilite propre ? Difficile en effet. On en a une part, mais pas l entierete, certainement pas.
Ainsi, je crois que cela peut reduire l ecrasante culpabilite et annuler cette pensee tres nocive de " meriter " ou pas.

Grace a ce que tu as ecrit, j ai avance pour endiguer un peu mon sentiment de culpabilite et reajuster ma vision de ma propre vie. Je te remercie.
Amicalement.
Anic
"Gardons vivant ce que nous avons frole ensemble de plus haut" Christiane Singer

Hors ligne Adnarag

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 155
  • ...
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #142 le: 20 Juin 2020 à 15:04:19 »
INTERDIT

Il n'est pas permis
D'abandonner son âme
Aux sombres matins

Il n'est pas d'oublis
Aux fonds des précipices
Qui ne soient sans voix

Il reste à cueillir
Les fleurs éphémères
Des abîmes noirs

Je ne sais partir
Au-delà des cohortes
Aux  cœurs  perforés

Il n'est d'autres vies
Que celle abandonnée là
Par trop de chagrin

J'ai trop supplié
Sans jamais savoir que toi
Tu n'avais la foi

J'ai trop regardé
Les ombres des amours nées
Et désemparées

Il n'est pas permis
D'oublier l'âme morte
De nos vils matins

Il m'est interdit


Puisque qu'il ne t'était plus possible de vivre.
Heureux.

Hors ligne Adnarag

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 155
  • ...
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #143 le: 29 Juin 2020 à 21:47:49 »
Ne pas se laisser envahir. Engloutir.
Tenir, à tout prix.
Extrêmemnt fatiguée. Epuisée même je dirais.
...
Puisque qu'il ne t'était plus possible de vivre.
Heureux.

Hors ligne Anic

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 173
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Puisque tu m'accuses
« Réponse #144 le: 29 Juin 2020 à 23:08:30 »
Le chant monocorde de quelques grillons rendent parfois mes soirs un peu moins vides. Merci de tes papillons bleus sur mon fil. Je ne sais pas envoyer des images. En pensee un joli grillon qui chante pour toi, pour tenir.
Bien a toi.
Anic
"Gardons vivant ce que nous avons frole ensemble de plus haut" Christiane Singer