Auteur Sujet: Mon compagnon m'a quitté  (Lu 27355 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne BEBE

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 759
  • L'amoureuse de Coeur Canaille qui vit sur Terre
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #555 le: 20 Mai 2019 à 22:38:17 »
Coucou Michael

Oui je suis en congé... il a bien fallu les prendre finalement ces vacances que je repoussais de mois en mois,  sinon je perdais ces jours et aussi,  je dois bien l'admettre ,  je frôlais l'épuisement... celui ou tout s'arrête tout seul d'un coup si on ne s'arrête pas de soi même juste  un peu avant.

Jamais je n'aurais pensé qu'un jour la perspective  de prendre trois semaines de congés consécutives me fasse ressentir une telle appréhension... le mois de mai à toujours été le mois des congés et des ponts pour nous.... un mois ou nous n'étions pas beaucoup à la maison. J'ai eu beaucoup de mal début mai à cause de ça, je ne  pouvais m'empêcher  d'imaginer ce que nous aurions pu faire de ces trois semaines... partir en Grèce ou en Bretagne, deux endroits  que nous aimions particulièrement ou  bien partir à la découverte d'une nouveau pays où d'une nouvelle région de France.... je n'ai eu le courage ni de l'un ni de l''autre... alors je me suis dit que j'allais profiter de ce temps pour m'attaquer à toutes ces choses que j'ai soigneusement remises au lendemain depuis 17 mois.... y a du taf... finalement je n'ai rien fait de tout ça non plus... j'ai été plus occupée que je ne le pensais au départ avec l'hospitalisation de mon père mercredi dernier.
Et puis la météo est super pourrie,  à croire que le ciel pleure avec moi ce mois de mai dont je ne sais quoi faire.

J'ai pensé fort à toi et à Ludo il y a quelques jours quand j'ai composé ma toute premières création florale pour mettre sur la tombe de mon amoureux.

As tu pu de ton côté mettre à profit tes quelques jours de congés ?  Je te le souhaite de tout coeur.

Est ce que c' est un tableau de ton Ludo cette image  que tu as posté sur le forum ?
Je lis un grand désarroi dans le regard de ce garçon.
Moi je suis persuadée que ton Ludo à trouvé l'apaisement et l'aide nécessaire là où il est  pour balayer les tourments qui l'ont tant fait souffrir sur terre. J'espère même  qu'il a été particulièrement bien chouchouté et entouré  comme tout ceux qui ont traversé de très  grandes  souffrances dans cette vie.

Je t'embrasse fort Michael

Prends bien soin de toi

BEBE

« Modifié: 20 Mai 2019 à 22:49:13 par BEBE »
L'Amour ne meurt jamais

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 706
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #556 le: 21 Mai 2019 à 15:35:43 »
Bonjour Bebe,

Ton message me fait chaud au cœur, vraiment!

Les congés peuvent ne pas être une période facile.
Pour autant, comme tu le mentionnes, ils te permettent de te reposer, de prendre le temps dont tu as besoin, de prendre ton temps à toi.
Evidemment,  ce temps pour soi  favorise les interrogations, nous met face à nous même, face à la perte qu'on a subi de plein fouet.
Essayer de t'occuper en faisant des choses que tu aimes  : voir des amis, quitter l'alsace pour quelques jours pour une destination nouvelle que tu aurais choisi ou que ton conjoint aurait aimé faire avec toi….
En même temps, je dis cela mais je m'isole et ne fait quasiment plus rien… hum..

je suis désolé pour les tracas de santé concernant ton papa. Il peut compter sur sa fille pour l'aider!

Tu progresses de jour en jour, tu creuses ton propre chemin.

Je comprends la solitude que tu décris. C'est pareil pour moi.
Et il suffit d'un grain de sable pour flancher…
Une amie de Ludo m'a envoyé un mail adorable ce matin, mais où elle m'indique que Ludo a considéré que la vie sans son grand amour était quelque chose d'impossible.  Ca m'a fait très mal, cela m'a blessé de lire cette phrase.
Je replonge dans son abîme de tristesse. J'aurais tant aimé lui tendre la main, avoir compris ce qui se tramait dans sa tête.

Je me suis aperçu hier soir que je ne me suis toujours pas fait à la mort de Ludo. je ne peux pas. J'espère ne pas faire un déni. J'essaie de lui parler en pleurant dans la nuit, mais je n'ai aucun signe, le silence absolu. Pour autant, ce silence me peine, mais ne m'atteint pas complètement, car Ludovic occupe mon cerveau en permanence.

Vais-je arriver à me faire un jour au fait qu'il ne soit plus là? Où dois-je me rassurer en pensant qu'il est encore là? Est-ce que ce n'est pas un jeu dangereux pour moi?

Tout reste donc très compliqué.

Merci pour les fleurs plantées en pensant à Ludovic. C'est adorable.
De mon côté, il ne me reconnaitrait pas : j'ai des pots de fleurs dans tout l'appartement!!!

Je t'embrasse bien fort.
Prends bien soin de toi, c'est le plus important.

There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne dom1

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 31
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #557 le: 28 Mai 2019 à 19:31:45 »
Bonjour à toi,

l'hypersensibilité  dans laquelle on évolue après un tel drame  ne laisse pas de répit.
Un mot, une image, un lieu, tout est sujet à retrouvailles avec l'esprit du défunt qui s'impose alors.

Comment faire pour ne pas en être esclave ?

C'est à chacun de trouver une méthode ou une bribe de méthode.

Donner un conseil ?

Je m'y risque, avec toute la modestie qui s'impose.

Tout d'abord, comprendre que l'on est dans un " état " psychologique très particulier dans lequel nous a " poussé "  le défunt.
Il nous a contraint, dans une sorte de révolution mentale, à vivre  ce nouvel état auquel aucun de nous n'était préparé parce qu'inimaginable.
Nous le subissons.
Cet état nous rend comme dit plus haut hypersensible et vulnérable à toutes les sollicitations de notre inconscient qui " mène la danse " de nos pensées.
Nous subissons.
Il faut admettre et accueillir cet état et ce chamboulement psychologique avec calme et sérénité tout simplement parce qu'il n'y a pas d'autre choix.
Pleurer, rire, dormir, ne rien faire, faire beaucoup, crier, voyager, etc, chacun faisant avec son caractère et ses envies.
Nous sommes vulnérables.
Vulnérables aux excès, et aux conduites excessives, aux balivernes religieuses ou mercantiles ( voyants, marabouts, certains psy et autres charlatans... )
Cet état est un " passage " obligé dans lequel on peut néanmoins se perdre temporairement, et y laisser des " plumes ".


Lorsqu'on en sort, on en sort plus grand, plus fort.
Il faut comprendre que cet état très particulier modifie à tout jamais notre perception des choses: un tel drame ne peut pas ne pas nous transformer.

Cette période qui dure plus ou moins longtemps a une fin, en sachant que la tentation de s'y complaire est bien présente.
En " sortir " pouvant être considéré comme un  " abandon " de la mémoire du défunt.
Une fois sorti de cet " état ", il faut comprendre que notre inconscient, lui, n'en a pas fini avec le défunt, à travers les moments où il s'impose, les rêves, les " rechutes ", les moments où on a l'impression de revenir au point de départ.

Cet état ne nous " lâchera " pas comme ça, aussi facilement, aussi simplement.
Encore et toujours, il faut donner de l'énergie, de " l'essence " à notre inconscient pour " l'amadouer ", à travers les activités que l'on pratique.
" Tromper " notre inconscient pour qu'il relâche la pression qu'il exerce sur notre état, notre vie.
Lui donner du carburant positif, c'est-à-dire sortir, lire, aimer, vivre de bons moments, profiter, etc.
Ainsi, en ayant une attitude réactive, on subit moins la présence mémorielle du disparu en atténuant les effets négatifs  de ce bouleversement.

Puis faire et vivre avec ce " bruit de fond " psychologique  qui reste présent et dans lequel la mémoire et l'inconscient nous rappellent aux souvenirs de cet être qui nous a rendu ainsi.

Pour conclure, je voudrais donner un message positif et simple:

Oui, on sort de cet état, avec du temps, une farouche et indestructible volonté de vivre et de ne pas se laisser sombrer dans  les regrets nés de sa  "mère nourricière ", la culpabilité.
Le défunt qu'on a aimé, qui nous aimait, nous a mis dans ce mouvement de bouleversement personnel, c'est un fait incontournable.
Il a ainsi rendu possible une transformation particulièrement formatrice et enrichissante dans laquelle il prend une place prépondérante.

Lui rendre hommage, pour moi, est de vivre ce bouleversement de façon positive, en mémoire de celui ou de celle qu'on aimait, et parce que c'est ainsi, qu'il ou elle l'a voulu ainsi, sans sa présence physique, certes, mais à cause, avec et grâce à lui ou à elle, accueillir avec plaisir, et parfois même bonheur, ce changement...

Bon courage à tous !

domi...
« Modifié: Aujourd'hui à 17:51:27 par dom1 »

Hors ligne Riane

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #558 le: Aujourd'hui à 16:09:06 »
Il a ainsi rendu possible une transformation particulièrement formatrice et enrichissante dans laquelle il prend une place prépondérante.

Lui rendre hommage, pour moi, est de vivre ce bouleversement de façon positive, en mémoire de celui ou de celle qu'on aimait, et parce que c'est ainsi, qu'il ou elle l'a voulu ainsi, sans sa présence physique, certes, mais à cause, avec et grâce à lui ou à elle, accueillir avec plaisir, et parfois même bonheur, ce changement...

C'est manifique et inspirant, le moyen d'essayer de refleurir sur ses cendres ...
Ce fameux "sens" que je cherche si désespérément ...
Je ne sais pas si je vais réussir à trouver ... quelle transformation ? quel changement ?
Grandir, s'ouvrir, aimer ... pour le moment ... juste un concept ... comment y parvient-on, dans la réalité, dans les sens, avec ses émotions ?
En offrant plus de place à notre ressenti tel qu'il est exactement ? cela suffit-il ? ou faut-il le "nourrir" d'autre chose ?

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 354
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #559 le: Aujourd'hui à 16:29:41 »
Bonjour Riane,

Tu as écrit aussi : Je suis convaincue que lui, là-haut, s'il est là, il ne voudrait qu'une seule chose : que je sois heureuse, surtout, que je sois heureuse. Que je continue à le pleurer encore, il ne le souhaite pas. Et peut-être que ça le retient pour continuer son voyage plus loin.

Donc tu es déjà sur la bonne voie, il me semble. Je me permets de réécrire ton texte, tel que je le conçois :
Je suis convaincue que lui, qui est la-haut mais aussi tout près de moi, il ne voudrait qu'une seule chose : que je sois heureuse, surtout, que je sois heureuse. Que je continue à le pleurer encore, il ne le souhaite pas. Ca ne le retient pas pour continuer son voyage plus loin, il a tout son temps.

Parle lui, il t'entend et peut-être que tu recevras des signes.

Hors ligne Riane

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 3
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #560 le: Aujourd'hui à 16:47:41 »
Merci Helpa :)
Oui ... entre la raison et les émotions .... il y a parfois un sacré fossé ... tout qui alterne, des moments d'apaisement où les choses semblent retrouver un sens, des moments de détresse où tout redevint flou et incompréhensible ...

Je lui parle, oui, chaque fois que j'y pense ou que j'en ai envie, mais je ne sais pas voir les signes, s'il y en a, je ne sais pas comprendre vraiment le sens de tout cela, pas encore, je pense que ça viendra, je crois que j'ai besoin d'aide pour ça, puisque je ne sais pas l'écouter ...

Il est parti d'une façon très "particulière", enfin chaque départ est unique bien sûr, c'est un mélange entre accident et suicide, je crois, en tout cas l'expression d'une détresse profonde et infinie, mais pas consciemment volontaire, ce qui change beaucoup ... ou pas ?  Je ne sais plus grand chose, plus vraiment

Merci de me guider, oui,  je vais lui demander, avec quel changement, quelle transformation refleurir à la vie

Hors ligne Helpa

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 354
  • En manque de ma fille partie volontairement à16ans
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #561 le: Aujourd'hui à 17:21:55 »
Riane, même si c'est un suicide, ça ne change absolument rien, pour lui. Pour toi, pour nous qui avons vécu le suicide d'un proche, c'est plus dur à assumer, car il y a toujours de la culpabilité qui se mêle aux autres sentiments.

Mais je peux t'assurer que pour lui, c'est pareil qu'un accident. Je sais que ma fille est très bien de l'autre côté. Nous avons eu de nombreux signes et messages par des médiums. Elle nous a déchargé de toute culpabilité, et continue de nous aimer.

Mais le pourquoi de tout ça reste un mystère. Il y a beaucoup d'interprétations possibles. Mais nous n'avons pas d'autre choix que de continuer à vivre, pour ceux qui restent. S'il doit y avoir des changements ou des transformations dans ta vie, ils viendront tout seul. Ce n'est pas la peine de chercher, il te guidera.

Hors ligne dom1

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 31
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #562 le: Aujourd'hui à 17:29:26 »
Il a ainsi rendu possible une transformation particulièrement formatrice et enrichissante dans laquelle il prend une place prépondérante.

Lui rendre hommage, pour moi, est de vivre ce bouleversement de façon positive, en mémoire de celui ou de celle qu'on aimait, et parce que c'est ainsi, qu'il ou elle l'a voulu ainsi, sans sa présence physique, certes, mais à cause, avec et grâce à lui ou à elle, accueillir avec plaisir, et parfois même bonheur, ce changement...

C'est manifique et inspirant, le moyen d'essayer de refleurir sur ses cendres ...
Ce fameux "sens" que je cherche si désespérément ...
Je ne sais pas si je vais réussir à trouver ... quelle transformation ? quel changement ?
Grandir, s'ouvrir, aimer ... pour le moment ... juste un concept ... comment y parvient-on, dans la réalité, dans les sens, avec ses émotions ?
En offrant plus de place à notre ressenti tel qu'il est exactement ? cela suffit-il ? ou faut-il le "nourrir" d'autre chose ?


Sur le choix factuel du suicide par celui qui passe à l'acte, je pense qu'il n'y a pas de sens. C'est un acte ultime qui répond à une souffrance profonde.

Celui ou ceux qui " restent " peuvent-ils donner un sens à tout cela ? Peut-on parler de sens ? Je ne sais pas. Je ne crois pas.

Ce qui est clair c'est que celui ou celle qui reste subit une " transformation " majeure de sa psychologie, au plus profond de son être.
Peut-on donner une direction, un sens, à cette transformation ?

Peut-être, sans doute.

Comment ?

Vaste sujet...

" Le défunt nous a contraint, dans une sorte de révolution mentale, à vivre  ce nouvel état auquel aucun de nous n'était préparé parce qu'inimaginable. "

" " Sortir " de cet état de sidération mentale puis de prise de distance d'avec le défunt pouvant être considéré comme un  " abandon " de sa mémoire. "

Oui, je pense qu'il faut  " démystifier "  le défunt, lui redonner une place normale dans sa conscience, admettre qu'il n'est plus, ne sera plus jamais, qu'il était unique, certes, mais pas le seul à même de nous donner de l'amour, de la joie, du bonheur, de nous faire vivre des moments uniques.

Admettre que l'on peut sourire, rire, éclater de rire, vivre, aimer, sans lui, sans sa présence, avec d'autres, sans lui.

Il sera toujours présent, cet être partit trop tôt, mais jamais, plus jamais, il ne sera un frein à une vie meilleure qui tournera le dos à la mélancolie, la tristesse, et au malheur.
Laisser vivre de nouvelles émotions, les rendre possibles, leur donner une valeur inestimable.
Nourrir notre inconscient d'amour, d'actes d'amour, de plaisirs divers et variés.

Mordre dans la vie, car en fait, cet acte ultime, s'il y a une seule chose qu'il dit, c'est que la vie est une pépite fragile, prompte à s'arrêter d'une minute à l'autre.


Le défunt, nourrit cette réalité-là à travers notre vie :  lorsqu'on a la chance de ne pas en souffrir au point de vouloir la perdre, il faut mordre la vie à pleines dents, sans retenue, consciemment, avec raison.
Car la raison nous donne une matière première essentielle: il ne faut pas laisser filer son destin et se laisser " bouffer " par les conséquences négatives de cette disparition.
Vivre chaque jour, chaque heure, chaque minute qui passe comme une chance majeure, c'est pour moi, le remède et le sens essentiel à donner à ce changement majeur qui s'opère en nous, en profondeur...

domi...
« Modifié: Aujourd'hui à 17:58:08 par dom1 »