Auteur Sujet: mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme  (Lu 310001 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1800 le: 27 Juillet 2018 à 15:31:07 »
Il y a cinq ans j'ai refusé la retraite pour invalidité psychologique, c'était trop dur à supporter cette étiquette, et je voulais laver l'affront de cet expert psychiatre qui m'avait refusé le reclassement car je  pouvais être nuisible à la bonne ambiance.
Une autre voie plus efficace aurait été possible, car j'ai quand même perdu des plumes dans cette reprise du boulot, mais cela a été mon choix.
Encore cinq jours de boulot fin aout et je suis à la retraite.
A moi d'en faire un moment plus heureux que de nombreuses années passées à ne plus savoir ce que je faisais sur terre sans ma chérie
Ma fille m'a sauvé la vie, je lui en suis très reconnaissant, à moi de me montrer un papa plus sécure, plus calme

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1637
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1801 le: 27 Juillet 2018 à 15:40:07 »
J'adore ton message !
Merci, et bravo à toi pour ton programme et ta force !
If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1802 le: 27 Juillet 2018 à 16:13:04 »
Ma psy avec ses phrases soi disantes positives m'a dit hier que ma reprise du travail a amélioré ma retraite. Après tout si elle ne veut pas comprendre que je gagne moins que si je n'avais pas repris, tant pis. Mon boulot a seulement été une thérapie il est vrai un  peu casse gueule.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1803 le: 27 Juillet 2018 à 17:58:15 »
Bmylove, bravo pour ta très grande gentillesse et tes qualités bien humaines

Affectueusement

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1804 le: 29 Juillet 2018 à 10:17:17 »
Ne faites pas l'enfant blessé, tout est contenu dans cette phrase de ma psychologue neurologue astrologue

Ok madame j'arrête, j'oublie que lors de mon traumatisme à 4 ans je n'a trouvé personne pour m'aider//

Allez psychiatres reconnaissez qu'on ne soignait pas les problèmes psychologiques des enfants et des adolescents à une certaine époque.

Reconnaissez qu'il est difficile de les soigner quand des maladies psychiques se sont installées

Et surtout que les personnes ayant subi le suicide d'un proche ayant subi de graves traumatismes dans leur enfance, ne culpabilisent pas il est encore presqueimpossible de trouver des thérapeutes capables de soigner une personne dont la souffrance s'est durement incrustée.
« Modifié: 30 Juillet 2018 à 04:10:59 par assiniboine »

Hors ligne les petites cailles

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 107
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1805 le: 29 Juillet 2018 à 12:55:02 »
Bonjour Assiniboine,

Je te lis avec attention et t'adresse tout mon soutien.

Ce que tu as dit que le petit chien m'a bouleversée, car ce que font nos deux petites chiennes pour moi est confondant d'intelligence et de bienveillance, et l'amour que je leur donne est la seule nourriture psychique dont elles aient besoin.

L'amour est au centre de tout, tu as bien raison de le rappeler.

Ce que tu témoignes des psychiatres je le comprends aussi, oh combien.

Très cordialement,

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1806 le: 30 Juillet 2018 à 04:32:30 »
Bonjour Les petites cailles,

Nous partageons l'amour de nos chiennes et nos chiens. Oui l'histoire de ce petit chen phobique et peureux de tout, qui se transforme peu à peu, retrouve la joie de vivre, c'est inspirant pour nous les humains, bien loin des étiquettes malheureuses qu'on nous donne, affection longue durée définitive, et des pratiques peu inspirantes des spécialistes de la santé mentale.

Je suis sûr que des changements profonds vont se faire dans les soins en santé mentale. Bien entendu on a compris qu'il fallait aider les jeunes qui subissent un traumatisme, deuil, violences etc..... Pour cette raison on va rembourser les séances de psychothérapies aux jeunes jusqu'à 21 ans.

Mais il faut aller plus vite, s'occuper de toutes les tranches d'âge, et ainsi on aura moins  de gens trainant des souffrances psychologiques pendant des décennies, occasionnant comme le dirait le psychiatre Ollier, des problèmes pathophysiologiques (pas le temps de relire l'article pour voir si le terme est bon) et qui finissent à bout par se suicider.


Plus vite et MIEUX


Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1807 le: 30 Juillet 2018 à 05:06:11 »
Je laisse tomber le terme pathophysiologique dont je ne suis pas sur.

Par contre, j'ai lu que les personnes qui ont eu un traumatisme étant enfant, dans un environnement insécure, ont une partie du cerveau, l'amygdale, qui est plus grosse et plus active, que celle d'un enfant ayant eu un milieu équilibré.
L'amygdale du cerveau est la partie du cerveau qui faisait partir en courant les hommes préhistoriques devant une bête dangereuse. Malheureusement maintenant devant un danger supposé, on ne court plus, on fait une attaque de panique.
J'ai lu aussi que la méditation  permettait de réguler l'activité de cette partie du cerveau.
D'autres facteurs biologiques dans le cerveau peuvent certainement être la cause des problèmes que les grands anxieux et agoraphobes rencontrent.
Alors c'est de cela que je veux parler avec un spécialiste de la santé mentale, pas de le voir jongler avec différentes molécules ou me parler de mes vies antérieures.
Du problème découle la solution. Si la méditation permet de réduire l'activité de cette partie du cerveau, allons y et laissons tomber les psychotropes si dangereux. La recherche doit permettre maintenant de trouver d'autres alternatives non médicamenteuses pour soigner différentes pathologies.
Au boulot spécialistes de la santé mentale, certains se suicident lassés de ne pas s'en sortir avec vos molécules fort dangereuses. C'est SERIEUX ce n'est pas un jeu d'aider les gens en souffrance.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1808 le: 06 Août 2018 à 05:00:45 »
On ne peut rien faire pour éviter le suicide des adultes ayant été fortement blessés dans leur enfance ?

C'est l'impression que cela donne, plus qu'une impression, pour ma part une constatation….

Donc arrêtons les dégâts, aidons aussi les adultes en détresse à cause d'une enfance difficile non traitée à temps.

C'est mon souhait, mon espoir qui d'ailleurs est bien faible vu le manque de compréhension qu'on accorde à ces personnes.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1809 le: 06 Août 2018 à 05:18:47 »
J"i vraiment les boules et j'aimerais rencontrer des personnes qui ont eu une enfance anxiogène à cause de la mort de leurs parents, de la violence familiale, de graves problèmes rencontrés dans l'enfance.

Comment gèrent ils leurs blessures ? Ont elles été soumises au meme traitement que moi, médicaments et humiliation d'être seulement un enfant blessé et pas un adulte équilibré.

Oui Jeany, tu m'as dit avant de te suicider,"t'as vu comment la mort de ton père t'a rendu" Tu étais incapable d'analyser les soins que je recevais et tu me faisais porter tout le poids de notre échec sentimental.

Et ben je je réponds Jeany, j'en ai marre, les blessés de l'enfance sont toujours mal soignés et il est si facile de faire porter à un adulte la culpabilité d'être agoraphobe, dépendant affectif, insécure, d'avoir peur d'être abandonné, ect


Monsieur Fauré, l'enfant blessé que je reste, aimerait qu'on s'occupe aussi du travail de deuil impossible à faire pour cette catégorie de personnes. Quand vous dites qu'il n'est pas rare de voir des personnes en deuil en colère après les psychiatres et les soins qu'ils ont recus, et vous semblez dire que c'est maladif. Non MOnsieur Fauré c'est au contraire  signe d'une santé mentale pas trop dégradée. A vous d'analyser comment les enfants blessés sont soignés lorsqu'ils deviennent adultes.

C'est un message sérieux, Monsieur FAURE Je suis fatigué de ma psychologue neurologue astrologue qui me dit de ne pas faire l'enfant blessé. Et ben si madame, à 60 ans je suis toujours un enfant blessé, insécure, dépendant affectif,  agoraphobe et on voudrait me faire porter le poids de la mort de mon père tué par négligence par des adultes équilibrés.

Pour éviter le suicide des enfants blessés, même quand ils sont devenus adultes, il faut être SERIEUX maintenant dans  les soins qu'on leur donne et pas les  laisser tomber vaincu par les idées suicidaires et finir par le SUICIDE

Pour parler de ma femme puisque c'est elle qui s'est suicidée et qu'on pourrait me faire porter le chapeau, comme l'a fait mon beau frère six mois après son suicide en disant à ma fille que je n'étais pas à la hauteur de ma femme.
Moi j"ai essayé de trouver de l'aide auprès des  spécialistes de la santé mentale, ma femme se refusait de parler de ses problèmes d'adolescentes à quiconque. Je la comprends c'était trop dur pour elle, mais elle nous a fait vivre un enfer en se suicidant. T'as vu comment ton suicide nous a rendus JEANY
 
Monsieur Fauré, spécialiste du deuil, savez vous que je suis en train de crever après trente ans de Xanax…….?

Savez  vous que monsieur Cyrulnik dit que dans vingt ans on s'apercevra que c'est criminel que de donner que des médicaments et pas d'écoute, et moi j'irais plus loin que Cyrulnik en disant en ne donnant pas des psychothérapies adaptés ? Ce n'est pas dans 20 ans qu'il fau réagir c'est maintenant, pour moi, pour mes enfants et pour tous les gens qui sont dans mon cas.


On peut appeler cela la révolte des enfants blessés, la fin de la fin, si rien n'est fait pour changer le système de soins en santé mentale. L'expérimentation du remboursement des psychothérapies dans 4 départements exclut les plus de 60 ans. Monsieur Fauré ne trouvez vous s discriminatoire d'exclure celles et ceux qui n'ont pas été soignés enfants et qui ont bouffé des psychotropes pendant des décennies, ce qui les a mis en danger leurs capacités cognitives et leur santé physique car ces poisons agissent dangereusement sur ces deux aspects.


Soyons sérieux
« Modifié: 06 Août 2018 à 06:06:24 par assiniboine »

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1810 le: 06 Août 2018 à 08:06:07 »
L"agoraphobie et une véritable prison pour celui qui en souffre. Et au contraire de la vraie prison, personne n'a conscience que l'agoraphobe est bien enfermé dans ses peurs d'attaque de panique, privés de déplacements, privés de beaucoup de choses.
Pourquoi cette peine de prison dans mon cas, parce que mon père a été tué par négligence ? Qui est puni ? Une ancienne amie d'enfance m'a dit d'arrêter de me prendre pour une victime. Je veux qu'on reconnaisse au contraire mon statut de victime, ce qui n'a jamais été fait par personne, surtout par l'administration tueuse qui a étouffé l'affaire et par cet expert psychiatre qui me traite de nuisible à la bonne ambiance d'un service et qui m'interdit toute réintégration.
En prison, malheureux, on a besoin pour survivre de la présence de ses proches. Ce sont alors eux qui souffrent. Ma fille ne veut plus entendre parler de mes problèmes et elle a ben raison.
C'est pour cette raison que je crie haut et fort qu'il faut aider celui qui est en prison et dont les proches finissent par se lasser.
« Modifié: 11 Août 2018 à 08:42:43 par assiniboine »

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1811 le: 06 Août 2018 à 08:22:00 »
Quand je parle d'aide, je ne parle pas seulement des conjoints, des enfants, mais de tout le  monde et en particulier des thérapeutes.
Il est inacceptable que pendant 30 ans j'ai pris mon Xanax en cachette, ai caché quand j'avais une attaque de panique.
Le monde en général doit mieux connaitre les maladies psychiques et être conscient des failles du système de soins en santé mentale.

C'est au généraliste d'abord d'être formé et ensuite qu'on puisse avoir des thérapies efficaces pour les différentes pathologies, plus jamais aller chez le psychiatre borné et aveuglé par ses médicaments.


PLUS JAMAIS
« Modifié: 11 Août 2018 à 08:37:50 par assiniboine »

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1812 le: 12 Août 2018 à 06:04:22 »
Je vais me faire du mal mais je veux dire deux trucs

Lors de ma visite chez la thérapeute, elle m'a raconté ses vacances dans les Hautes pyrénées, ses visites de vieux châteaux, la démonstration des rapaces. Je l'écoutais en me disant que moi, je ne pouvais plus faire cela depuis la disparition de ma femme à cause de la prison de l'agoraphobie.
S'est elle dit un instant que son patient souffrait du manque de visites intéressantes et qu'il était seul, en prison.

Ensuite elle s'est longuement penché sur les relations du chien de son fils et de ses chats.  C'était fort intéressant.

Mais après tout ne vais je pas la voir et lui donne 46 euros, pour qu'ele m'aide à vaincre mes peurs.....?????????

Bien entendu cela me permet peut être de devenir moins égoiste et de m'intéresser à la vie des autres, Mais est ce le but de ma consultation ?

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1813 le: 12 Août 2018 à 06:11:54 »
J'en ai marre de réfléchir aux soins que je pourrais recevoir. J'en ai marre dire ce que je pense du système de soins en snté mental, je veux seulement de l'aide d'un professionnel sérieux, d'un groupe de pairs pour les agoraphobes, des gens qui m'aident à sortir et voir des choses enrichissantes. J'en ai marre d'organiser mon sevrage dans la plus grande indifférence de cette société championne du monde de vente d'anxiolytiques/4

J en ai MARRE

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1662
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1814 le: 12 Août 2018 à 06:58:22 »
Une pesonne de suicide écoute me conseille de lui parler plus directement. Quand elle me parle de ses vacances lui dire carrément que moi je n'arrive plus à en avoir.
J'ai un problème assez grave de prostate et je n'arrive pas à voir l'urologue depuis six ans, je n'arrive plus à lui en parler, car il y a cinq ans au moins elle m'a parlé d'un patient (malgré la déontologie) qui n'osait pas aller voir un urologue et que d'après sa tête il devait avoir le cancer. Comment après cela, croire qu'elle peut m'aider à vaincre cette peur.4

La personne de suicide écoute a peut être raison mais moi j'ai perdu toute confiance en cette thérapeute pour m'aider à vaincre mes peurs.