Auteur Sujet: mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme  (Lu 159475 fois)

Helpa et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #15 le: 30 Décembre 2014 à 15:27:48 »
Delphinita,
Le décès de ta soeur est si proche. Je te souhaite aussi bon courage.

Mamoure,
Oui ma fille a besoin de moi. Elle a beaucoup investi dans sa carrière et elle a maintenant des difficultés affectives.
Mon fils est resté à la maison jusqu'à 28 ans, et enfin il a trouvé une compagne et il ne lui reste plus qu'à trouver du travail. Ma femme qui avait quitté la maison trois mois avant sa mort, leur avaiti dit que s'ils ne venaient pas la voir, elle allait se suicider. Les enfants encore troublés par son départ précitité n'étaient pas encore prêts à aller la voir et malheureusement...... Les deux, séparement, m'ont dit cela après et c'est certain qu'ils devaient se sentir coupables ou en colère.

Zabou,
Si je parle des soins que j'ai reçus pendant 9 ans par un psychiatre je m'énerve. Maintenant, j'ai trouvé une psychologue mais qui est bien d'être une spécialiste du deuil. Je vais vraiment acheter le livre de Christophe Fauré pour mieux comprendre ce qui m'est arrivé pendant ce lourd deuil.

Bisous à toutes les trois.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #16 le: 30 Décembre 2014 à 15:40:05 »
Je voulais dire que ma fille est suivie par une psychologue depuis 9 ans. Et après la catastrophe de mon premier psychiatre, je suis allé chez la même que ma fille, il y a quatre ans.
Cette psychologue me parle de mes vies antérieures, de sa vie et tout cela me choque un peu.
Mais je n'ai pas le courage d'aller voir quelqu'un d'autre, car j'ai été beaucoup déçu par les psychiatres qui m'ont suivi par intermittence depuis 1987. Ils regardaient surtout les symptomes anxieux que j'avais, me donnant beaucoup de médicaments et n'allant pas au fond des choses.
Des thérapeutes, surtout un, était au courant des problèmes de ma femme, mais ne m'ont pas aidé à trouver une solution, car ma femme ne voulait pas consulter et parler de ses problèmes.
Peut être que je suis en colère après les psychiatres d'une manière maladive mais bon, quand je lis l'article de Christophe Fauré, je l'ai regardé sur internet aussi, je vois une grande différence avec ceux qui m'ont suivi.

Hors ligne JeanLuc

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 207
  • A la recherche des bonheurs oubliés ou perdus...
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #17 le: 30 Décembre 2014 à 18:48:51 »
Des thérapeutes, surtout un, était au courant des problèmes de ma femme, mais ne m'ont pas aidé à trouver une solution, car ma femme ne voulait pas consulter et parler de ses problèmes.

Idem pour moi ... Beaucoup n'étaient que des prescripteurs - l'ordonnance était déjà prête avant que nous arrivions, et d'autres s'écoutaient parler.

La dernière en date, une neuro-psychiatre, a même avancé l'hypothèse que mon épouse était une "simulatrice" avec les conséquences tragiques qui s'en sont suivies.

Comme je comprends ton ressenti, assiniboine ...

Mes pensées vont vers toi !
La vie est le commencement de toutes choses ... La mort, c'est simplement le début d'une autre vie ...

Hors ligne Mamoure

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 865
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #18 le: 31 Décembre 2014 à 07:54:06 »
Pas étonnant que tes enfants se sentent coupables et /ou en colère !

concernant les psys , je n'ai pas du tout d'expérience
j'ai 46 ans et il a fallu ce "tsunami" pour que je fasse connaissance avec somnifères, anxiolytiques , psy , ostéopathe , acupuncture....
sur les conseils de mon médecin , j'ai très vite pris RDV avec une psychologue ( j'ai bien compris que , sans aide , je ne m'en sortirais pas...alors j'essaie à peu près tout )
je la vois une fois par semaine , je ne sais pas dire si cela m'aide vraiment , ce qui me surprend c'est que la tienne te parle de sa vie à elle , est-ce normal ?
en quoi cela peut-il t'aider ?
je ne sais pas , peut-être d'autres personnes , ici , en savent plus concernant les psys

en tout cas , je te souhaite de t'en sortir ainsi que tes enfants
tu prends les choses en main , et tu vas y arriver
courage

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #19 le: 31 Décembre 2014 à 15:10:31 »
Bonjour Jean Luc,

Je ne connais pas ton histoire et je comprends mal pourquoi cette neuro psychiatre te dit que ta femme était une simulatrice. Si tu veux tu peux m'en raconter plus.
Moi aussi mes pensées vont vers toi

Bonjour Mamoure,

J'espère que ta psychologue va t'aider dans ton cheminement. De tout coeur avec toi.
En ce qui me concerne, je me contente de ma neurologue psychologue qui même si elle est un peu bizarre quelquefois comprend la souffrance que j'ai vécue, me donne le temps de l'exprimer ce que ne faisaient pas les autres.
Je prends des anxiolytiques depuis 27 ans, cela n'a servi à rien pour lutter contre mon anxiété et certains rapports commencent à devenir alarmants par rapport à leurs effets sur le cerveau.
Donc je lutte pour me reconstruire. Il est encore difficile pour moi de travailler, de me concentrer sur mes tâches. Je devais être mis en retrait pour invalidité et j'ai tout fait pour reprendre le chemin du boulot. En 2008, je demandais déjà de reprendre le travail, on me le refusait et l'expert psychiatre m'a dit qu'on m'avait certainement jugé nuisible à la bonne ambiance d'un service. Une phrase qui m'a tellement enfoncé, je n'ai plus osé pendant 4 ans refaire une demande.
Parler de son passé est à double tranchant. Cela peut permettre de se libérer mais cela peut aussi faire revivre des moments difficiles surtout si on le fait souvent. Et puis pour moi, il est important maintenant de m'ouvrir aux autres, de m'intéresser à eux, ce que je n'ai pas fait pendant longtemps tellement j'étais en grande souffrance.

Je vous souhaite à toutes et à tous beaucoup de courage, d'avoir le soutien de vos proches ce qui est tellement important.

Bonne année 2015

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2203
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #20 le: 31 Décembre 2014 à 19:37:03 »
Si elle te parle de sa vie  en faisant des liens avec ce que tu vis et que ça t'aide...c'est le but...
si elle dépose en toi des trucs perso... là, c'est plus embêtant...
ceci dit... j'ai acquis des antennes très affinées pour sentir ce genre de choses... et quand ça arrive, je laisse couler...l'essentiel est qu'elle m'écoute...
merci pour tes voeux...
moi,j'ai pas envie que 2015 arrive et m'éloigne encore un peu plus de ma fille... et pourtant ça va se  faire!

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #21 le: 31 Décembre 2014 à 22:47:15 »
Bonsoir Eva Luna,

J'arrive avec mon histoire, vous me répondez mais je ne connais pas encore vos douleurs.
Alors Eva Luna, qu'un peu d'apaisement vienne en toi. Que ta souffrance soit moins forte.
En effet, l'important chez un thérapeute c'est qu'il soit un être humain avec du coeur, qu'il comprenne ta douleur.
Bon courage Eva Luna.






Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2203
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #22 le: 01 Janvier 2015 à 04:44:43 »
Merci...

Hors ligne stellarose

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 542
  • Petit coeur, funambule entre 2 rives....
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #23 le: 01 Janvier 2015 à 06:51:53 »

Je n'avais pas lu ton témoignage,  mais je suis du même  avis que toutes celles qui t'ont répondu.  Il n'est pas trop tard pour vous faire aider par quelqu'un  de compétent  formé  au deuil, et plus particulièrement  au deuil par suicide. 

 Comme il est écrit  dans l' extrait du livre de Christophe  Fauré,  les conséquences  d'un deuil par suicide peuvent durer des années, alors c'est  peut-être  le moment de trouver de l'aide pour ta fille et pour toi afin de retrouver un peu de sérénit . Si tu peux, lis ce livre, il y a plein de témoignages que rapporte C. Fauré  et il y a aussi celui qui s'intitule "Vivre le deuil au jour le jour ".
Ce sont des livres à  la portée  de tous et je te les conseille vivement, ils m'ont  beaucoup  aidé.

Et puis tu peux écrire toutes  tes angoisses, toutes tes questions, il y aura toujours quelqu'un  qui prendra le temps de répondre.  Ici, il n'y  a pas de jugement, mais du partage, de l'échange, du soutien et de la compassion.
Ta fille a besoin de toi, elle te l'a dit,  je suis sûre  que tu trouveras la force en toi pour le faire, pour vous entraider, il n'est jamais trop tard, ne l'oublies pas.
Prends soin de toi aussi.



Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #24 le: 01 Janvier 2015 à 12:44:54 »
Bonjour Stellarose,

Je te souhaite une bonne année.
Je voulais seulement dire qu'il y n'a pas de thérapeutes remboursés formés au deuil dans ma ville. Je gagne 800 euros actuellement et je ne peux pas me payer un thérapeute.
Alors oui, il y a du désespoir et depuis longtemps.
De l'incompréhension aussi par rapport à ce manque de thérapeutes, alors que le deuil, en particulier après suicide, est un véritable séisme pour les survivants comme le dit l'OMS.
Tout ce que je peux faire, c'est lire le livre de Christophe Fauré, essayer de comprendre ce qui m'est arrivé pendant 13 ans. Mais le moral est bas en ce premier jour de l'année. Et je me sens seul. Pour ma fille, je pense que cela va aller. Elle a l'air de prendre les choses en mains. Un réconfort pour moi.
Bon courage à toutes et à tous.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #25 le: 01 Janvier 2015 à 12:57:06 »
Il faut comprendre qu'avec mes mauvaises expériences avec les psychiatres, je n'ai plus vraiment la force de chercher encore. Ils m'ont bourré de médicaments ce qui m'a fait accepter une vie de néant pendant longtemps. On dit maintenant que ces médicaments (pris pendant 27 ans) peuvent amener la démence.
Alors en effet, je n'ai plus le moral.
Manque de soins adéquats au bon moment, dès la mort de mon père même. Donc beaucoup de colère et d'abattement en même temps.
J'hésite à poster ce message mais je suis ici avec vous pour dire aussi ce que je pense des soins apportés aux endeuillés.
Bon courage à toutes et à tous. Traverser le deuil est tellement difficile.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #26 le: 01 Janvier 2015 à 13:21:16 »
Et mon environnement familial qui ne veut pas changer/
Ils ont été très durs avec moi après le suicide de ma femme. Passons vite sur ce conseil de mon frère qui me dit de me suicider, c'est tout ce que j'ai reçu de soutien de sa part.
Ma soeur et mon beau frère au courant dès le début des problèmes de ma femme, n'ont rien pu faire durant sa vie pour alléger sa peine, elle ne voulait pas leur en parler, ce que j'attendais pendant si longtemps. Je comprends qu'ils n'aient rien pu faire. Mais qu'après le suicide, ma soeur me dise qu'elle avait perdu sa belle soeur et son frère (moi, mais cette phrase peut prêter à diverses interprétations) mais la phrase de mon beau frère à ma fille était beaucoup plus claire, six mois après le suicide "ton papa n'était pas à la hauteur de ta maman"
Je ne parle plus à mon frère et j'essaie de parler encore à ma soeur.
Ma mère elle n'a absolument pas compris ma souffrance, bien incapable.
C'est certain que de trouver un thérapeute comme Christophe Fauré m'aurait vraiment été d'une utilité extrèmement précieuse. Je n'ai connu que des prescripteurs.
Je fais faire du sport, du yoga et de la méditation ce que je ne fais plus depuis quelques mois.
Je vais essayer de continuer le travail.
Quant à savoir après un suicide on se sent stigmatisé, ou si vraiment on vous rejette. Après le suicide j'ai repris mon boulot et j'ai craqué au bout de deux anx avec des problèmes graves psychiques. Allant mieux, je suis retourné sur le lieu de mon ancien travail, je n'ai trouvé qu'une phrase tellement mystérieuse "tu es courageux d'être revenu".
J'attendais un grand soutien plutôt que froideur et cette phrase stupide.
En effet Stellarose j'aurais besoin d'un excellent thérapeute, mais je fais avec ce que je trouve.
Et bravo à Christophe Fauré. Ma famille m'a toujours dit que le mort de mon père ne m'avait rien fait mais au moins gràce à ce psychiatre formidable, on reconnait que j'ai pu souffrir du suicide de ma femme.

Hors ligne zabou

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1182
  • DANS MON COEUR A JAMAIS
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #27 le: 01 Janvier 2015 à 18:50:25 »
Assiniboine,


Je crois que pour beaucoup, nous vivons des traumatismes dans notre enfance, mineurs ou majeurs qui façonnent ce que nous devenons.

Il fut une époque ou personne ne se souciais du psychisme, aujourd'hui heureusement des cellules psychologiques  des praticiens de plus en plus spécialisés d'autres comme le Dr Fauré, qui tente de comprendre et de faire comprendre , les répercussions des événements qui jalonnent notre vie, en seulement 30 ans tout à bien évolué, la médecine, les traitements, les médecins eux mêmes, pas tous , surement....

Il en faut bien du temps à notre société dite " civilisée", pour faire avancer les choses, encore bien des tabous, des peurs, des sentiments dont on ne doit pas parler.....

La mort qui fait peur, idem, pour le deuil, le suicide qui commence tout juste à être évoqué sans honte relié par les médias .

Alors les jugements de valeurs, n'ont pas fini d'avoir la part belle !!

Ta maman ne ta pas compris , comment en effet , l'aurais pu t' elle ? époque et deuil oblige !!

Tiens bon, bien sur que tu as souffert du décès de ton papa, que ce deuil non dit, à influencé le cours de ta vie, et bien sur que tu souffres du suicide de ta femme.....

Je comprend que tu n'ai plus la force de chercher un thérapeute , il existe des associations, qui pourrait peut être te donner des noms de psychologues exerçant dans ta région dans un hôpital proche les remboursements sont bien pris en charge.

Je te souhaite plus de douceur, autant que faire se peut....
Le souvenir, c'est la présence invisible.
Si j'avais su que je t'aimais tant, je t'aurais aimé davantage.
Mon amour, plus qu' hier et moins que demain.

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #28 le: 02 Janvier 2015 à 11:59:26 »
Merci beaucoup pour ton message Zabou,

Tellement de choses vraies dans ce que tu dis. Que ton message me donne le courage de continuer le combat pour trouver un bon thérapeute. J'avais demandé à des personnes de "vivre son deuil" le nom de thérapeutes pouvant m'aider. Je n'ai pas eu de réponse.
J'ai été très mécontent d'avoir raconté mon histoire ainsi sur ce forum oû toutes les personnes souffrent de la perte d'un proche.
Se montrer négatif par rapport aux psychiatres n'est certainement pas une bonne chose à faire ici.

Amitiés


Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1006
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #29 le: 02 Janvier 2015 à 12:56:35 »
Puis je rajouter une chose ? Ma femme a vraiment souffert d'avoir laissé un enfant à l'adoption. C'est maladroit de dire cela ici car des personnes souffrent de la disparition "réelle" de leur enfant.
Elle s'est sentie coupable toute sa vie, et la loi canadienne (ma femme étant canadienne) permet à l'enfant de pouvoir retrouver sa mère biologique à l'âge de 18 ans. Et cet enfant ne voulait pas.
C'est cette grande souffrance que j'ai ressentie toute ma vie chez ma femme, qui n'a pas été comprise par plusieurs thérapeutes avant son suicide. Il faut dire que ma femme ne voulait en parler à personne sauf à moi. Elle a accepté à ma demande d'aller voir un psychiatre à qui j'avais raconté son histoire avant, il l'a vue trois petites séances, et m'a convoqué en me disant que j'étais en train de perdre ma femme. Rien de plus. Il m'a laissé repartir.
J'avais besoin de partager cela avec des personnes capables de comprendre.
Je sais que c'est plutôt avec un bon thérapeute que je devrais parler de tout cela, en espérant qu'il me donne les moyens de mieux digérer cela et d'affronter avec plus de calme et de sérénité mon présent.