Auteur Sujet: mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme  (Lu 158943 fois)

0 Membres et 4 Invités sur ce sujet

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1004
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1260 le: 07 Octobre 2017 à 13:32:30 »
Ma fille a emmené ce matin les affaires de sa chienne à une association qui place les chiens dans des familles d'accueil avant qu'ils ne soient adoptés...
Ma fille est malheureuse d'avoir perdu sa moitié, car c'est comme cela qu'elle considérait son amour de chienne.
Et moi, je ne sais pas trop quoi faire pour ma fille ?

La vie est ponctuée de pertes qui font tellement mal, c'est dur de REBONDIR comme on dit......

Mes amitiés à vous toutes et vous tous.........

« Modifié: 07 Octobre 2017 à 21:59:02 par assiniboine »

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1004
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1261 le: 09 Octobre 2017 à 00:46:32 »
4 jours d'arrêt de maladie, est ce que cela sera suffisant ? J'appréhende ma journée e demain,  ou je vais retrouver ma pile de boulot et une collègue avec de bons côtés mais ne voulant pas que je parle de la surcharge de travail à mon chef. Cette non communication me pèse, comme elle a pesé toute ma vie, dans mon enfance, avec ma femme
Le 7 octobre était la date à laquelle ma décote s'annule pour la retraite mais j'attends la confirmation que je garde bien mes droits d'instit et en restant calme, pour éviter tout vertige, je trouve qu'il mette longtemps pour m'apporter cette confirmation.
Même si j'arrête de fumer le revenu ne sera pas énorme, pour faire face aux travaux que nécessite ma maison.
En tous les cas, si je me mets à la retraite je souffrirais peut être plus de solitude mais de grâce moins de stress de boulot et d'embouteillages, car tout cela me fait du mal. J'ai besoin de CALME, de me reconstruire si c'est encore possible
Ma fille ne parle pas beaucoup en ce moment sous le coup de son deuil. Elle doit faire le chemin comme on dit et certainement que le deuil d'un animal est plus facile à faire que pour un humain.
En tous les cas sa grande joie de vivre a diminué depuis le déclenchement de sa maladie neurologique il y a deux ans et son seul grand bonheur c'était sa chienne. Qu'elle s'en sorte ma fille

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1004
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1262 le: 13 Octobre 2017 à 02:07:09 »
Lundi jour de reprise, et on me dit qu'on n'est pas content que la sécurité sociale ne soit pas faite. Bandes d'abrutis si vous ne m'aviez pas donné plein d'autres choses à faire à cause d'une personne malade non remplacé, à cause d'une classe supplémentaire à gerer, à cause d'une collègue qui en fait de moins en moins (ca y est c'est la faute de tout le monde pas la sienne). Donc on m'annonce que l'échéance du dossier de sécurité sociale au lieu d'être bouclé fin décembre doit être fini dans deux semaines/
Mardi matin, visite chez la neurologue, une prise de tension encore plus mauvaise et enfin elle me donne des médicaments. En sortant de chez elle, obligé de m'arrêter en route, plus la force d'avancer, les étourdissements sont horribles alors je décide de rentrer chez moi et de ne pas aller au boulot et surtout de prendre mes médicaments pour les problèmes cardiaques.
Mercredi retour chez la neurologue, la tension est baissée, je suis un peu content et je vais au boulot mais avec de ces étourdissements. Sans faire attention aux remarques débiles de ma collègue je me lance dans le travail que je dois faire, à corps perdu. Aujourd'hui même topo, j'avance, j'en suis à la moitie de ce que je dois faire supportant les étourdissements encore présents.
Demains je dois continuer et en plus dans mon bureau ils vont faire des travaux et moi je dois me concentrer au maximum pour terminer cette satanée tache.
Ma psy me dit qu'il faut que je clarifie le problème de répartition de travail; que je dise que je ne peux pas faire en plus le travail du collègue absent. Mais je n'ose pas, car ma collègue n'est pas d'accord et je ne veux pas entrer en conflit. Le conflit je déteste j'ai trop vécu cela dans mon enfance.
Alors je me bats...... Et j'attends avec impatience ces débiles de l'administration sans cœur pour qu'ils me donnent la confirmation de mes droits à la retraite que normalement je peux prendre dans six mois.
Ma fille ne va pas trop mal. Demain elle a une grande réunion avec tous  les cadres de sa grande entreprise qui fait partie du CAC 40 et elle veut parler du burn out , de l'épuisement professionnel, ce qu'elle a subi pendant tant d'années.
Je suis FIER de ma fille. Elle ne se laisse plus faire, elle ne veut plus démissionner et partir comme une malpropre.
Est ce que je parle de deuil ici ? Un peu quand même car ce sont les conséquences du deuil qui nous ont mené la.
Ces conséquences à long terme de deuils mal vécus dont on ne parle peu et qui se terminent parfois par le suicide du survivant ou tout simplement par une maladie mortelle occasionnée par des conduites suicidaires.
Tout endeuillé qui a besoin d'un thérapeute doit être pris avec sérieux et non pas à la légère comme ce que j'ai vécu.

« Modifié: 13 Octobre 2017 à 02:18:59 par assiniboine »

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1004
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1263 le: 15 Octobre 2017 à 18:34:38 »
J'avais rêvé à mon papa il y a quelques semaines, seulement le voir en homme jeune

Mais cette nuit mon rêve de lui a été long et bien clair. Il était revenu car en fait il nous avait abandonné. Je lui en voulais beaucoup mais j'ai fini par lui faire une bise.

C'est un rève important pour moi car j'ai bien ressenti le manque qu'il avait produit chez moi. Ce manque peu palpable mais dans ce rêve c'était clair, j'étais heureux de le voir et je m'empressais d'appeler un ancien copain (qui m'a laissé tomber depuis trois ans au moins en me disant que c'était chiant les hypersensibles) pour lui dire que mon papa n'était pas mort.

De nombreuses nuits je rêve aussi à ma femme. Je suis désespéré car elle me quitte,  toute heureuse (en apparence seulement avait elle prévu de quitter la maison pour se suicider).

Je me rapproche des deux disparus les plus importants pour moi, peut être ai je envie de les rejoindre maintenant.
Peut être que mes problèmes de santé me font penser que je vais les rejoindre

Mon boulot est tellement dérisoire alors que j'aurais pu m'en passer depuis 5 ans. Cela a été moins choix corroboré par d'autres personnes.
Mais cette reprise a stoppé net une reprise de forme physique et je me suis enfoncé tellement stressé par le boulot/

Ma fille est là, mon fils aussi mais plus loin, j'essaie de continuer à vivre pour eux, mais que c'est difficile, que je me sens seul dans ma volonté de m'en sortir.

MEDITATION







;
« Modifié: 15 Octobre 2017 à 20:20:29 par assiniboine »

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1004
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1264 le: Aujourd'hui à 21:27:22 »
je n'appelle plus suicide écoute cela me donne des vertiges. D'ailleurs, l'une de ces personnes m'a dit que tout le monde me demandait de changer de thérapeute, alors au revoir monsieur m'a t il dit
Oui suicide écoute en a marre de moi, enfin cette personne
Je viens de terminer deux mois horribles de boulot. Avec une collègue stupide qui m'a dit hier que j'aurais du faire comme ci , qu'elle aurait réussi à vaincre le problème. Bien entendu pendant les heures de travail elle s'occupe bien souvent de regarder internet, et c'est moi qui doit me payer tout le sale boulot

Je m'en fous de critiquer, d'être pessimiste, d'être  égoiste et tout le reste

J'essaie de survivre  malgré les difficultés

De plus ma fille n'a  pas plus le moral que moi, une grosse maladie aussi, des employeurs comme cela ne devrait  plus exister.

Alors je suis en vacances, je vais essayer de réparer un peu la machine qui ne va plus du tout

Quand j'étais petit je disais souvent cela me fait scier (j'avais un problème d'élocution) maintenant que je suis vieux je peux dire tout cela me fait chier

Mes  amitiés

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1004
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1265 le: Aujourd'hui à 21:39:13 »
OUi cela fait chier d'avoir des étourdissements tout le temps....... J'espère que cela va passer avec un peu de calme.

Mais ma fille m'énerve un peu.......

Je lui dis j'espère que tu vas  bien.....

Elle me répond , Pas trop. Je suis coincée dans mon boulot qui est en train de me foutre en l'air parce que je n'ai pas la garantie d'avoir un toit chez toi.

Purée elle l'a déjà le toit chez moi, mais elle veut faire des aménagements impossibles.........

Je suis fatigué.......... Bientôt  60 ans et une bonne partie de ma vie totalement râtée....

DE l'air, de l'espoir, une fille moins difficile sur ses exigences

Hors ligne assiniboine

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1004
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : mort de mon père quand j'avais cinq ans et suicide de ma femme
« Réponse #1266 le: Aujourd'hui à 21:52:09 »
Les conséquences à long terme de deuils mal faits, c'est la solitude, incapacité de trouver une compagne, c'est le dénuement à part de vendre cette foutue maison abrutié par le bruit des voitures idiotes et sans cœur
C'est le chagrin qui se transforme en monstruosité d'angoisse, d'égoisme, de manque d'amour.
Oui les conséquences de deuils peuvent mener à la mort par suicide ou par épuisement du cœur
Qu'on le sache. Monsieur Fauré dans l'article qui m'a été présenté essaie de terminer avec  optimisme oui  mais certains qu'est ce qu'on en fait, on les laisse crever, sans que  personne ne leur parle.