FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Après le suicide d’un proche => Discussion démarrée par: Nadette le 20 Mars 2017 à 01:28:11

Titre: Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 20 Mars 2017 à 01:28:11
Ma fille est partie il y a bientôt 2 ans. C'est la deuxième fois que je viens écrire, je suis plutôt lectrice. Je ne trouve pas les mots....
Je suis pourtant bien obligée de vous parler un peu pour que vous puissiez me répondre. Parce que j'ai une question!
Alors, lisez entre les lignes.
Ma petite Morgane n'avait pas 14 quand elle nous a quitté de cette façon si violente : suicide par pendaison.
C'est ma fille aînée, Sarah  de deux ans et demi de plus à peine qui l'a trouvée. Je ne vous raconte pas les détails, ce n'est pas nécessaire.
Depuis, nous cheminons sur le chemin du deuil. Que nous soyons encore en vie aujourd'hui est déjà tout un exploit de survie.
Le 9 avril approche et j'appréhende cette date.
Comment s'y préparer?
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Eva Luna le 20 Mars 2017 à 15:25:26
Je t'ai lue...
Mon message s'est perdu...
 je reviens ce soir, promis...
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: souci le 20 Mars 2017 à 21:41:45

    Bonsoir Nadette,

    Quel irréparable désastre pour une famille que le suicide d'un(e) jeune ...
    Je le vis en tant que tata ...
    Kalahan, adolescent de 14 ans et demi, qui avait "tout pour lui", s'est suicidé comme ta petite Morgane ...
    Il nous manque terriblement ... il était génial.
    La vie PLUS JAMAIS ne sera la même ...
    Cette tragédie a réveillé beaucoup d'échos en moi car j'ai vécu une jeunesse tourmentée (bien plus difficile semble-t-il, que celle de mon neveu, mais c'est tellement "objectif" de dire cela ...) j'ai supporté et géré une tendance dépressive et bien des carences ...
    Tout ça pour me retrouver à 45 ans devant ce petit adoré dans son cercueil, NON, NON, NON .......................................
    Hélas on ne peut pas comprendre, ni expliquer, pourquoi ou comment certains arrivent à se prémunir du désespoir, et par quelle fatalité ou concours de circonstances certains basculent dans un passage à l'acte que rien ne laissait présager. (Ah, si, "après", on interprète à la lueur des événements, mais cela pouvait-il être décelé et empêché ?)
   C'est très, très difficile.

   Tous les jours, je pense à Kalahan, tous les jours son suicide m'obsède.
   Je tente par mes petits moyens, d'aider des jeunes en crise, et c'est pour chaque vie en danger un univers de souffrance différent.
   Et le constat de limites dans l'aide que l'on peut apporter.
   Bientôt 4 ans, le 28 mars.
   C'est une drôle de vie.

   Excuse, je ne sais pas comment "tourner" mon message, Nadette.
   Je n'ai pas d'image de chemin dans le désert avec la terre promise au bout ...
    Chez mon cher "petit" frère, le papa de Kalahan, je pense pas qu'ils "se disent des trucs", ils tâchent d'avancer comme ils peuvent en préservant ce qu'ils peuvent sauver, et puis leurs deux autres enfants.
    Souvent, "depuis", j'ai entendu mon frère dire qu'il fallait profiter de tous les instants avec ceux qu'on aime, parce qu'on peut les perdre tout d'un coup.
    Alors il voit ce qu'il lui reste, et pas seulement ce qu'il a perdu.
    Je sais qu'il a perdu, tout comme moi, une grande partie de lui-même ...

    Tantôt, j'écoutais une chanson:
    - Pour vivre ses rêves, il ne faut rien emporter ...
    - Que ce que les autres, n'ont pas voulu garder ...

   C'est bizarre, ça m'a fait penser à Kalahan ...
   Je termine ce message très émue pour toi et ta famille, Nadette ...
   Je t'envoie toute ma tendresse, tout le "trop" que Kalahan m'a donné ...
   Martine.
   
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Federico le 21 Mars 2017 à 00:14:45

Bonsoir Nadette,

Tu as tout mon soutien, toute mon attentive écoute, ma totale compréhension et MA SOLIDARITE !

Papa de Raphaël
18 ans !... impensable !

Ps : je suis inguérissable, inconsolable !
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Eva Luna le 21 Mars 2017 à 02:06:48
J'essaie de réécrire le message perdu de cet après midi...ça disait:

je t'ai lue entre les lignes...ce que tu ne peux dire ni partager...au delà des mots...car je sais un peu...
 et je n'ai que d'autres questions à te proposer...
Comment avez  vous fait pour traverser l'"anniversaire" de  l'An UN sans mourir de chagrin?
Qu'est ce qui ferait du "bien" à Sarah,sa grande soeur? A toi? pour cet An Deux qui arrive?
Se préparer à ré affronter le pire...à re vivre ces heures sombres...à re ressentir ces émotions tragiques...est ce possible?
Morgane par son geste fatal vous oblige à inventer un temps de partage ,pour contrer l'effet sidérant de sa mort et de son suicide...je ne vois que la mise en mots, la mise en rituels...la mise en commun...
Et toi... tu veux, tu vois quoi ?Et c'est quoi la  question en vrai?

Je peux seulement te dire , si tu le veux... ce que nous faisons... nous, la famille d'Emmanuelle pour passer ces jours noirs...sachant que je n'ai pas eu à faire avec le drame du suicide ...et je sais que ça rajoute du pire au pire...
je pense fort à vous...
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 22 Mars 2017 à 01:57:31
Merci Eva L.
Merci Frederico
Merci Souci
Merci Helpa

Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 22 Mars 2017 à 02:06:53
Bcp de questions. ...
Pas de réponse.
Je m'inquiète pour Sarah, ma grande fille. Je sais que c'est elle qui a repris la route le plus rapidement. J'en suis fière. Je l'aime.
Mais j'ai peur.
Elle avance...elle chemine...

J'ai peur que ses questionnementssssss, ses réflexionssss, ses émotionsssss,  ... ne l'emportent.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 22 Mars 2017 à 02:18:04
Je n'aime pas l'idée de souligner la date du départ de ma petite Morgane. Ce n'est qu'une journée qui s'est terminée en cauchemar, en horreur, en horrible drame dans sa vie, dans notre vie.
J'appréhende cette date qui ne nous renvoie qu'à la souffrance morale qu'elle a dû traverser seule! Au traumatisme que nous avons vécu!
Ce n'est tellement pas elle.
Ce n'est tellement pas nous.
Cette violence, cette douleur, cette déchirure. Je ne nous reconnais pas.

Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: souci le 22 Mars 2017 à 10:26:50

  Ô oui, impossible de se reconnaître dans une telle violence ...
  Un mystère hermétique à jamais.
  Quelque chose qui a usurpé l'esprit d'une famille.
  "The Thing", une horreur.
  Un traumatisme indélébile.
  Un membre de la famille est tombé dans le vide.
  Sans pouvoir s'accrocher aux mains des siens.
  On ne peut en vouloir à personne.
  C'est arrivé, à nos chers petits, ça nous est arrivé, c'est fort hélas arrivé aux frères et sœurs ...
   Je pense très fort à vous en espérant que la tendresse vous sauve de cette violence.
   Très désolée, Martine.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: cabrau78 le 24 Mars 2017 à 19:04:19
Chère Nadette,

Je comprends tellement votre douleur et votre chagrin;
Notre Aéline de 20 ans, notre fille trop fragile, trop belle, trop intelligente et hypersensible nous  s'est suicidée le 27 dec 2015 par médicaments (elle était en 4ieme année de médecine).
Sa petite soeur est arrivée juste derrière moi et son papa dans sa chambre.
Nous avons vécu un enfer et notre vie est encore douloureuse.
Comment laisser passer ce jour  de cauchemar ou notre vie a à jamais basculé vers ce que nous n'avions absolument pas imaginé, un gouffre de douleur indicible.

Nous n'avons rien fait pour la première année, dormir , pleurer, bougie
juste éviter de bouger pour ne pas amplifier la douleur.

Comment va ta fille ?
si elle reprend gout à la vie, a t-elle besoin de marquer ce jour ?

et toi ? juste pleurer devant une photo , seule ou en famille ?

 aller voir une médium pour avoir un message d'elle ?

Je t'envoie toute mon amitié

Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 14 Juin 2017 à 22:27:19
Voilà, la date fatidique des deux ans est passé.!. Et parce que je n'ai pas laissé sortir les émotions, c'est mon corps qui a tout pris.
Je me relève, une fois de plus. Je ne sais pas comment. C'est ma Morgane, mon bébé qui doit m'aider. .. Rester debout pour elle. Pour sa grande soeur, et puis, pour moi.
Demander des forces, de l'amour à l'univers.
Flotter sur les eaux troubles des pensées, des souvenirs passés, des sentiments de douleurs, de culpabilité, d'incompréhension. ...
Aller chercher au fond, tout au fond de moi,  l'énergie de la terre, de la mer.
Regarder les étoiles et y chercher ma fille.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Liesel le 17 Juin 2017 à 18:55:16
Bonjour Nadette,

Comme je comprends ce que vous ressentez. Mon fils, Alexandre, 16 ans, s'est suicidé par pendaison, il y a neuf mois.
Tous ces sentiments qui vous traversent m'habitent aussi.
Je suis de tout cœur avec vous.

Me permettez-vous de joindre une citation extraite du roman d'Harlan Coben, "Ne le dis à personne"?

"Petit Renard a dit: « Mais, quand on sera morts, que va-t-il se passer? M'aimeras-tu toujours, est-ce que l'amour, ça reste? »
Sa maman l'a bercé contre elle tandis qu'ils regardaient la nuit, la lune dans l'obscurité, les étoiles qui brillaient.
« Regarde, Petit Renard, les étoiles, comme elles scintillent et étincellent. Certaines sont mortes depuis longtemps. Mais elles continuent de briller dans le ciel du soir, car vois-tu, Petit Renard, l'amour comme les étoiles ne meurt jamais… Je t'aimerai toujours, quoi qu'il arrive.»"

Prenez soin de vous.
Très amicalement
Liesel
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 19 Juin 2017 à 19:56:46
Merci, merci à vous pour votre écoute, vos messages de soutien. Vous soufrez tout comme moi et c'est malheureux de se dire que c'est pour ça que j'ai l'impression que vous comprenez une partie de ce que je ressens. Comme je comprends une partie de  ce que vous ressentez.

Je sais que tu es là. Si proche et si loin à la fois.
Ta présence n'arrive pas à me consoler de ton absence.
L'amour que tu m'envoie me comble de reconnaissance.
Mais l'amour qui emplit mon coeur pour toi déborde  parce que tu n'es plus là pour le recevoir ou peut être parce que je ne sais pas te le transmettre.
J'ai l'impression que mon coeur va exploser alors, j'en donne à ta grande soeur, à ton papa. . .
Il est reste encore et toujours parce que il est pour toi,juste pour toi mais je ne sais pas comment faire pour qu'il arrive jusqu'à toi.
As tu vu les arbres qu'on a planté pour ton anniversaire?
La lanterne lumineuse et le ballon?
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Federico le 20 Juin 2017 à 09:17:29

Quand on a que l'Amour... J.Brel... https://www.youtube.com/watch?v=uNMwYZiBFV0

"Quand on a que l'Amour à s'offrir en partage..."


"-Voilà, la date fatidique des deux ans est passé.!. Et parce que je n'ai pas laissé sortir les émotions, c'est mon corps qui a tout pris... Je me relève, une fois de plus. Je ne sais pas comment. Flotter sur les eaux troubles des pensées, des souvenirs passés, des sentiments de douleurs, de culpabilité, d'incompréhension. ...
Aller chercher au fond, tout au fond de moi,  l'énergie de la terre, de la mer.
Regarder les étoiles et y chercher ma fille."... Nadette


Très respectueusement, je m'incline douloureusement devant ton immense souffrance...
Pas de mots...

Bien Solidairement.
Federico

Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Denpaolig le 21 Juin 2017 à 00:45:03
Bonsoir Nadette,

Je t'ai lu et je suis véritablement de tout cœur avec toi... Peut-être un peu plus avec Sarah... J'avais 17 ans quand mon frère s'est suicidé (fusil de chasse, cartouche pour gros gibier, dans la tête) et il a fait ça alors que j'étais seule avec lui dans la maison... Ce n'est pas récent, cela fait  29 ans... Le 8 février 1988. Mais les flashs dans ma tête n'en sont pas moins nets malgré les années, malheureusement j'ai envie de te dire...
Ce que je peux te dire c'est que la violence d'un tel geste reste gravé en nous pour le restant de nos jours. Mais les années passent et oserais-je dire l'instinct de survie nous protège... J'ai bu beaucoup quand j'avais 19 ans et 20 ans pour oublier. J'ai arrêté de boire car je n'ai jamais rien oublié et que les gueules de bois, ma tête ne les supportait plus. Et puis, mon meilleur ami m'a pris dans ses bras et m'a dit doucement de le laisser partir. Mon hurlement primal nous a ébranler tous les deux... J'ai accepté de continuer à vivre... La colère que je ressentais alors contre le monde entier s'est calmée petit à petit mais je suis restée "à fleur de peau", encore maintenant... Et mon meilleur ami est toujours mon meilleur ami aujourd'hui. Aujourd'hui, les images traumatiques de la mort de mon frère sont revenues vitesse grand V... Mon mari, enfin plus exactement le papa de mes 3 enfants s'est suicidé par pendaison le 24 avril 2017. Nous étions toujours mariés mais nous étions séparés depuis 7 ans. Sa mort réveille d'horribles souvenirs que je croyais enfouis. Cela va faire 2 mois dans 3 jours et je n'ai pas encore pu reprendre mon travail. Je suis une loque à l'intérieur. Mais je sais, du plus profond de moi-même que pour mes enfants, passés l'effarement, la colère,  la profonde tristesse, je me relèverais. Pas tout de suite, j'ai encore besoin de temps pour me relever mais je vais y arriver... A l'époque de la mort de mon frère, je n'ai pas eu le soutien escompté de mes parents ni de ma sœur de 2 ans 1/2 mon aînée. Ils ont été en dessous de tout mais je pense qu'on tenait debout tous comme on pouvait... Pas facile d'aider les autres quand soi-même on est au plus mal... J'ai craqué un an après la mort de mon frère. Dépression. Médicaments. Mon médecin généraliste a été génial. Mais à un moment voyant que je n'avançais plus dans ma "guérison" m'a adressée à un psychiatre. 2 séances m'ont suffi pour comprendre que je ne m'en sortirais pas grâce à lui. Et, j'ai rencontré Philippe celui qui est devenu mon meilleur ami. Un ange tombé du ciel ! Un type extraordinaire avec qui nous avons parlé, parlé et encore parlé. D'une rare intelligence, il m'a montré que les ressources de survie, je les avais en moi... Il avait raison.
Je n'ai pas de réponses à tes questions. Personnellement, je ne connais pas les raisons qui ont poussées mon frère de 11 mois mon aîné à mettre un terme à sa vie. Est-ce que savoir aurait changé quelque chose au long, très long travail de deuil qui a été le mien ? Honnêtement, je ne sais pas. Aujourd'hui, concernant mon mari, nous avons un écrit. Des mots cinglants qui accusent trois de ses responsables hiérarchiques de harcèlement moral. Malheureusement, je ne peux rien faire de son mail car il ne comporte pas de signature manuscrite. Même si je connais la raison du suicide de mon mari, la peine n'en est pas moins grande bien évidemment. Mais ça a le mérite de mettre des mots sur quelques questions que mes enfants et moi-même nous nous sommes posées à un moment.
Je pense à Sarah... Je me revois, il y a 29 ans. Perdue. Effrayée. En colère. Peur de la vie. Envie de mourir moi aussi. Et pas de bras silencieux pour me bercer, me rassurer. 2 ans après, les bras de Philippe se refermaient sur moi comme une enveloppe protectrice et merveilleusement apaisante. Enfin !
Aujourd'hui, je suis la maman de 3 enfants qui pleurent parfois en silence leur papa. Des fois, je craque seule ou devant eux. Je pleure, je crie ma colère contre lui. Des fois, je me faufile dans leurs chambres et silencieusement, je les prends dans mes bras. Je les respire. Je les sens. Ils sont chauds et réconfortants contre moi. Je sais combien des bras affectueux m'ont manqué, il y a 29 ans. C'est pas grand chose, des bras mais pour moi c'est tout...
Tendres pensées, à toi, à Sarah et je vous ouvre mes bras à toutes les deux...
Muriel.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 24 Juin 2017 à 21:00:16
Bonjour Muriel

Ton témoignage me touche jusqu'aux larmes. Je t'en remercie. Merci pour tes paroles de soutien.

Je suis désemparée face à cette souffrance humaine que nous devons traverser toi, ton frère, ma fille. ..la liste est malheureusement trop longue.

Les premiers temps après le décès de Morgane, j'ai dit plusieurs fois qu'on ne comprendrait peut être jamais. Elle est partie avec son secret. Puis, c'est l ' infernale raison dans ma tête qui a pris la domination de mon être comme pour Sarah, comme pour mon mari. La question qui a hanté mes jours et mes nuits : pourquoi?  Pourquoi? Pourquoi?
Une véritable torture.

Puis, le temps, et mes séances d ' hypnothérapie, mes alliés dans ce combat quotidien m'aide sur le chemin du deuil. Comment dire, j'apprends à laisser redescendre les émotions dans mon corps, dans mon coeur.  Aujourd'hui, je répète ces mots : Morgane est partie avec une partie de son secret.

Sarah est moi, nous sommes très proches. D'autant plus après le traumatisme que nous avons vécu. Même si nous l'avons vécu différemment, même si nous vivons notre deuil différemment.
J'ai perdu mon bébé.
Sarah a perdu sa petite soeur.

Mes bras ont toujours été grands ouverts, accueillants, réconfortants, rassurants, protecteurs, forts et tendres à la fois  pour mes deux filles depuis leur naissance, et ils le sont encore aujourd'hui et ils le seront encore demain et pour toujours.
Sarah vient s'y blottir quand elle a besoin. Morgane n'est plus là pour le faire comme on le faisait si souvent et si tendrement avant toute les trois.

L'absence est indéfinissable. . .

Morgane a ouvert les portes de l'impossible....

On essaie de retrouver Morgane dans nos coeurs, dans notre vie....





Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: souci le 24 Juin 2017 à 21:16:42

   Morgane a ouvert chez vous les portes de l'impossible ...
   Comme Kalahan, chez nous ...
   Bien solidairement, Martine.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Liesel le 24 Juin 2017 à 22:09:28
"L'absence est indéfinissable. . . "; la souffrance aussi.
"Morgane a ouvert les portes de l'impossible.... "; oh oui, nos envolés nous ouvrent les portes de l'impossible et de l'inconnu aussi.
"On essaie de retrouver Morgane dans nos cœurs, dans notre vie....", elle y est, assurément, bien ancrée; comme l'est Alexandre pour nous.
Nos enfants continuent de vivre en nous. En rechoisissant la vie en leur nom, nous honorons leur mort.

De tout cœur avec vous.
Tendresse
Liesel

« Lorsque nous souffrons, nous comprenons mieux la souffrance des autres. Il y a des épreuves dont il faut avoir eu personnellement l’expérience pour aider les autres à les supporter et à en sortir. ». (G.Courtois)
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Denpaolig le 29 Juin 2017 à 02:21:07
Sarah a une maman formidable... Morgane est partie avec son secret tout comme mon frère s'en est allé avec le sien. C'est vrai que de ne pas avoir de réponses à la question du "pourquoi" est difficile. C'est quelque chose qui me taraude toujours, 29 ans après...
Comment va Sarah ? Comment vas-tu, toi ?
Je vous embrasse tendrement toutes les deux et vous ouvre à nouveau et toujours mes bras pour que vous puissiez trouver une forme d'apaisement...
Muriel.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 16 Juillet 2017 à 04:15:06
Ma réponse s'est perdue dans la toile du net.

En résumé, voici ce qu'elle disait :

J'ai toujours eu les bras grands ouverts pour mes filles depuis le jour de leurs naissances. Mon coeur débordant d'amour sans limites. Ce qui n'a pas empêché Morgane de partir... Alors, l'impossible est devenu possible...

Combat quotidien, sans fin.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: souci le 16 Juillet 2017 à 14:00:59

   Pour se reposer du combat,
   un petit banc
   un sous-bois
   les chants des oiseaux
   nos soupirs ...
   (https://www.aht.li/3095264/bancbois.jpg)
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 14 Août 2017 à 19:47:22
Le temps passe. Oui, c'est un allié même si il se révèle être un traite par moment.

Aujourd'hui, je n'ai pas envie de vous parler de ces émotions de crainte, de tourmente, de culpabilité, de douleur.... qui m'habite. J'ai juste le goût de vous rassurer sur le lien qui nous unis ma fille Sarah et moi.

Au nom de Morgane que ce lien d'amour mère, fille soient le lien  qui nous sauve la vie. Qu'il perdure à travers ce traite temps...
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: souci le 14 Août 2017 à 23:48:25

    OUI, Nadette,
    Entièrement d'accord avec toi,
    il nous est possible de préserver courageusement et optimistement, des sentiments SAINS
    malgré la maltraitance ignoble infligée par le destin ...
    Répondre à la violence par la douceur: OUI.
    Mille fois OUYiii ...
    Amicalement et solidairement, Titine.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 26 Août 2017 à 14:09:44
Deux ans et cinq mois que ma vie s'est arrêtée.

Que le chemin du deuil parcouru depuis le départ de ma petite fille est long,pénible, éprouvant. Chaque jour, chaque instant est un combat.

J'ai beau regarder le chemin parcouru, la douleur de l'absence me surprend encore de façon inattendue au coin du rayon de l'épicerie, je vois les biscuits préféré de Morgane, sur la cheminée sous trois couche de peinture, son dessin de cheval, dans le fond d'une remise les déguisements qu'elle portait enfant. Les souvenirs enfuis ressurgissent  et les larmes avec! Ma souffrance, je ne la comprends pas!
Je veux me souvenir de ma fille. Les traces du passé sont rares autour de moi : photos, objets, vêtements, lectures partagées....
Mais lorsqu'ils apparaissent,qu'ils sortent de l'ombre, je me noie, je perds contrôle et  la douleur est aussi vive que j'ai juste le goût de me laisser tomber dans ce gouffre sans fond.

Les résultats obtenus de ce combat quotidien me paraissent insignifiants en dehors du fait que ma fille aînée est encore en vie.
 
La présence de Morgane dans mon coeur,dans mon âme ne balance pas son absence.

Je reviens sur mes émotions de culpabilité, d'incompréhension. ..
Les événements remontent dans ma tête et mon coeur se vide.

Comment faire pour que les souvenirs heureux de votre enfant ne se teintent pas de l'attrocité du geste violent de son suicide par pendaison? De la souffrance  qui l'a poussé à poser ce geste? De ma culpabilité de mère ?
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: souci le 26 Août 2017 à 15:25:46

    Chère Nadette,

    Ma réponse s'est volatilisée, zut !
   
    Le suicide est un MYSTÈRE, nous n'avons pas le pouvoir de le résoudre. Nous sommes en-dehors, exclus, de par ce passage à l'acte.
    Si nous y pénétrons, c'est pour rencontrer des tortures semblables à celles qui ont piégé nos enfants ! Et crois-moi il m'arrive d'être à "deux doigts", des fois !
   
    Humilité et surtout Douceur peuvent nous ramener vers la sérénité ... nous pouvons librement, humblement, nous inclure dans l'Amour, ce n'est pas radical, l'Amour ...
    Mais je sais, l'horreur du suicide se rappelle à nous, impuissants !

    Une vie de funambule ...
    Tendrement, Martine.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Helpa le 26 Août 2017 à 16:05:59
Bonjour Nadette,

J'ai perdu aussi ma fille de la même façon que toi, comme tu t'en  souviens peut-être. Moi, ça fera 6 ans bientôt.
Dis-toi bien que tu n'es en rien responsable de son geste et elle non plus. C'est une certitude que j'ai acquise en consultant des médiums. Est-ce que tu as essayé d'en voir un ? Même si tu es sceptique, je t'assure que ça vaut le coup d'essayer. Tu verras que tout lien n'est pas coupé. Je continue à en voir à peu près une fois par an et ça m'aide beaucoup.

Personnellement je ne conserve que les souvenirs heureux. Le souvenir des derniers mots que nous avons échangés, de la façon dont je l'ai découverte, tout cela est toujours très présent, mais ça a cessé d'être traumatique. Tu peux peut-être essayer l'EMDR si c'est trop pénible.

Je ne pense pas que nos enfants aient forcément eu une souffrance de long terme qui les a poussés à ce geste, comme dans le cas d'un adulte. Ce sont plutôt des hauts et des bas et une impulsion qui les a poussés à ça, sans réfléchir aux conséquences.

Quoi qu'il en soit, j'ai de bonnes raisons de croire qu'elle sont heureuses maintenant et qu'elles voudraient que nous le soyons aussi. Donc, j'essaie de l'être, pour elle. Je lui parle et je suis sûr qu'elle m'entend.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Denpaolig le 29 Août 2017 à 00:58:24
Oui en effet, le passage a l'acte s'appelle un raptus suicidaire. C'est l'explication que m'avait donné ma prof de psycho lors de mes études au moment de la mort de mon frère. La fraction de seconde qui conduit la personne, pas forcément dépressive mais parfois "simplement" malmenée, perturbée, au passage à l'acte.

Mon frère était quelqu'un de terriblement gai, souriant, entouré de bons copains de longue date, d'amies. Je ne l'ai jamais vu triste. Et en un claquement de doigt, le passage à l'acte... Ca reste incompréhensible pour les amis, la famille...
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 30 Août 2017 à 14:14:42
Merci pour vos réponses.
Merci.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 24 Septembre 2017 à 17:54:39
Mon petit coeur,

Le manque toujours et encore.

J'ai toujours été là. Toujours!

           Depuis le premier jour. À chaque instant de ta vie,
mon coeur et mes bras grands ouverts pour te bercer, te nourrir, te raconter des histoires, te chanter des berceuses, te tenir la main pour tes premiers pas, te soigner, te consoler, jouer, t'aider à faire des devoirs et tes leçons, répéter encore tes tables de multiplication, m'asseoir à côté de toi pour étudier, t'écouter répéter tes présentations orales, t'apprendre à nager, jouer dans le sable, regarder l'océan, cueillir des pommes, planter des fleurs, des arbres, te conduire chez ta gardienne et à l'école, t'accompagner à tes entraînements de patin, aller aux réunions de professeurs, t'écrire des petits mots pour tes collations, préparer tes lunchs, s'asseoir dans le gazon et chercher des insectes, sauver les grenouilles qui traversent la route, plonger dans le lac, faire du parapente, chanter à tue tête dans la voiture, danser dans le salon, regarder un dessin animé collées dans le fauteuil, te conduire et te rechercher au centre de ski, t'apporter une fois ton casque ou tes mitaines oubliés, chercher jusqu'à tard dans la nuit ton sac d'école disparu au fond d'une poubelle du gymnase, aller à ta visite annuel le dentiste, faire du patin sur  patinoire municipale jusqu'à la brunante, te soutenir dans tes efforts de réussite scolaire, partir à la découverte des musées, aller observer les baleines, prendre le train du fleuve, t'encourager à tes compétitions de Voley Ball, crier ton nom sur le bord du terrain, jouer avec le chien dans la neige, fabriquer des bonhomme de neige, te déposer chez tes amis, cuisiner tes plats préférés comme les Spaghettis ou les sushis, préparer les fêtes d'anniversaire, aller choisir le sapin de Noël dans les bois, niaiser pour tout et pour rien ...
Et surtout pratiquer notre sport favoris à nous deux: l'équitation.

 

Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: kompong speu le 24 Septembre 2017 à 19:26:23
bonjour Nadette
J'ai beau regarder le chemin parcouru, la douleur de l'absence me surprend encore de façon inattendue au coin du rayon de l'épicerie, je vois les biscuits préféré de Morgane, sur la cheminée sous trois couche de peinture, son dessin de cheval, dans le fond d'une remise les déguisements qu'elle portait enfant. Les souvenirs enfuis ressurgissent  et les larmes avec!
 cette phrase m'a tellement touché je déménage et je trouve des menus objets de l’enfance de mon fils , ça me brise a chaque fois
pensées pour toi et ta grande fille
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Helpa le 24 Septembre 2017 à 21:56:50
Pensées pour vous deux.

Je me souviens d'avoir trouvé 2 ans après en mettant de l'ordre dans mon bureau un post-it avec JTD et plein de coeurs. Il était caché là depuis plusieurs années et je ne l'avais jamais trouvé.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 22 Janvier 2018 à 19:02:43
Le deuil pour la vie au quotidien.
Contenir mes larmes quand je croise les jeunes de l'âge que ma fille aurait aujourd'hui.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 22 Janvier 2018 à 22:12:38
Le deuil au quotidien,
pour toujours.
Aujourd'hui, je croise les jeunes de l'âge de Morgane sortir de l'école pour le dîner.
Deuil du passé, les souvenirs de ces temps de midi partagés en toute complicité avec les filles quand j'en avais l'occasion.
Deuil du présent, chercher du regard ma fille parmi ces ados. Que ferait-elle aujourd'hui? C'est jour d'entrainement ce soir. Elle serait en quelle année? Elle aurait un petit ami? Elle passerait son grade, son bal des finissant?
Deuil du futur.  Elle ne pourra jamais choisir la couleur de sa robe, jamais choisir son Cégep. Et demain, apprendre à conduire, passer son permis, travailler comme étudiante.
Les larmes me montent aux yeux et j'augmente le volume de la radio. Ne pas pkeurer,être forte. C'est notre CD que je passe en boucle. Celui qu'on a acheté un jour de magazinage à Québec.
Le deuil de ma petite fille, ma petite Morgane.
Quotidien.
Sans fin.
C'est injuste, elle devrait être là! Avec ses amis, avec nous. Aujourd'hui, demain, après-demain et encore après.
Passer notre CD en boucle encore et encore et toujours.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 22 Janvier 2018 à 22:33:15
Elle aurait choisi bleu, comme la couleur de ses yeux.
Notre couleur préférée.
Celle de sa soeur était verte, sa couleur préférée. Elle ne l'a jamais portée. Sa petite soeur nous a quittée au mois d'avril, deux mois avant le bal.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Helpa le 22 Janvier 2018 à 22:38:08
Pensées pour toi Nadette.
Morgane veille sur toi.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Federico le 22 Janvier 2018 à 22:49:38
Bonsoir Nadette,

Difficile pour moi de lire ton témoignage...  :'( :'( :'(

Inconsolable tu es... inconsolable je suis... nous faisons parti de la même malheureuse et désespérée famille : celle des parents endeuillés par le suicide de leur enfant ! c'est terrible... j'ai du mal à l'écrire ... impensable, insupportable, inacceptable, insurmontable... explosion, noyade, destruction, disparition... tout à brûler ! tout n'est que poussière, cendre... vomissement de douleur ! paysage nucléaire... un autre monde !

Mon soutien.
Pour toi.
Humblement, sincèrement.

Federico
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 23 Février 2018 à 16:49:21
Putin que le chemin est long!

C'était hier .
Entre les nuages d'angoisses,
il y a des éclaircies d'espoir.
Entre les cieux obscures d'incompréhension,
il y a des lueurs de lucidité.
Entre les orages violents de colères,
il y a des acalmies de douceur.
Entre les crevasses profondes de souffrances,
il y a des sources de tendresse .
Entre les gouffres de culpabilité,
il y a des bribes de clémence.
Entre les abîmes de tristesse,
il y a  des étincelles de joies pétillantes.
Entre les noyades de torpeurs douloureuses,
il y a des bouées de sauvetages lumineuses.

Putin, regarder ces vagues déferlantes derrière moi est effrayant!
Du creux au sommet, il n'y a qu'un infime espace.
Du sommet au creux, un espace infime.
Un pas.
Une seconde, une putin de seconde qui me fait basculer.
Basculer, le mot est insignifiant!
Effrayant est insignifiant.
Long, insignifiant.
Insignifiant...insignifiant!

Regarder aujourd'hui,
Ce chemin!
Putin, j'ai fait un sacré bout de chemin!

Regarder ici et maintenant.
Up ou down?
Je ne sais pas.
Je ne peux le dire.
Je respire.
J'écoute les battements de mon coeur.

Demain?
Regarder demain!
Regarder ailleurs.
Regarder.
Oh! Je tremble à cette idée.
Ne pas penser.
Putin que le chemin est long!


Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Denpaolig le 06 Mars 2018 à 01:26:18
Une douce pensée pour toi et pour Sarah...
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 31 Mars 2018 à 18:03:39
Bientôt trois ans.

Qu'est ce que ça signifie?

J'ai beau savoir que  ma fille n'était pas ce geste posé!
J'ai beau me battre chaque jour sur ce p... de chemin du deuil.
J'ai beau me reconstruire pour elle, avec elle,
 pour sa grande soeur, avec sa grande soeur,
pour moi avec les chevaux, mes maître guérisseurs...

Je souffre...
J'éloigne de moi ce dernier jour, ces derniers moments et ceux qui ont suivis.
Mais ils persistent... ils s'insinuent...
Et ravivent mon sentiment  de culpabilité...
De douleur pour toi!

Alors, je me raisonne et ...

Ouvre mon coeur, mon âme à tes messages, à ta présence...
Merci Morgane. Je t'aime.

Je vais me battre pour toi, Tu le sais! C'est une promesse.

Aide-moi à être à la hauteur.

On a encore besoin de toi.



Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: souci le 31 Mars 2018 à 21:09:37
    Chère Nadette,

    La vie "depuis" ...
    Qu'il s'agisse de détAils ou d'Essentiel ...
    Notre cœur y cherche un peu de paix dans la sublimation de notre Amour ...

    Les réalités affreuses et traumatisantes
    ont bien sûr marqué tout notre être ...
    Des fois, on est à la hauteur, des fois on est battus ...
    Une guerre sans fin, bataille après bataille contre l'absolutisme du Malheur ...

    (https://www.aht.li/3207986/detfleurbl.jpg)
    Une image sublimement fraîche
    pour la maman de Morgane ...
    M.
Titre: Re : Morgane, mon amour.
Posté par: Nadette le 02 Avril 2018 à 03:29:59
Merci Souci