FORUM "LES MOTS DU DEUIL"

Comprendre et vivre son deuil => Après le suicide d’un proche => Discussion démarrée par: Charlottine le 07 Octobre 2017 à 15:42:23

Titre: Mon Papa
Posté par: Charlottine le 07 Octobre 2017 à 15:42:23
Bonjour à tous et toutes,

Ça fait plusieurs semaines que je lis vos publications et je me dis que peut-être que moi aussi je pourrais mettre par écrit mon ressenti.
Le jeudi 31 août vers 17h30 je suis rentrée chez mon papa après un déjeuner avec des amies. Ça faisait une semaine et demi que j'avais investie les lieux pour essayer d'aider mon papa dans sa maison. J'ai donc fait du ménage, du repassage ...
Puis quand je suis rentrée, la maison était dans le noir et mon papa n'était pas dans le canapé du salon comme d'habitude. Je n'ai pas tout de suite compris (je suis même allée aux toilettes). J'ai regardé si la voiture était là : oui, à cela ne tienne ma tante sous la pression de ma grand-mère avait peut-être décidé de le sortir un peu.
Puis je suis montée à l'étage en l'appelant et j'ai vu ses chaussons à l'entrée de sa chambre où il ne dormait plus depuis longtemps. La porte était entrouverte, je l'ai aperçu allongé et dans la rainure de la porte j'ai vu son visage déformé. Mais là encore je n'ai pas compris. J'ai pris mon téléphone qui n'avait presque plus de batterie et j'ai appelé les urgences en leur demandant de se dépêcher. Ils m'ont demandé de rentrer dans la chambre mais je leur ai dit que je ne pouvais pas, ils m'ont confirmé qu'ils envoyaient une équipe et mon téléphone s'est coupé. Je l'ai mis en charge pour essayer d'appeler ma tante mais il ne s'allumait pas de suite une fois branché. J'ai pris le téléphone de mon papa pour l'appeler. Elle m'a demandé si j'avais appelé les urgences je lui ai dit oui, elle m'a dit qu'elle arrivait.
Je suis sortie de la maison pour que les urgentistes comprennent vite où ils devaient venir. Mon oncle est passé par hasard et il s'est arrêté. Il est monté, puis il est revenu. En même temps, le voisin est arrivé cherchant à comprendre ce qu'il se passait. J'ai juste entendu mon oncle dire "il faudra être courageuse" et j'ai fermé mes oreilles pour ne plus entendre et pour ne pas comprendre que l'impensable était arrivé.
Aujourd'hui, je ne me sens pas capable de supporter tout ce poids qui pèse sur mes épaules. Je passe du désespoir à la colère, parfois je m'invente une nouvelle histoire.
Je m'en veux beaucoup de ne pas avoir été plus présente lors de mes études, je m'en veux de ne pas avoir su prendre la décision de le faire hospitaliser, je m'en veux d'être partie à ce déjeuner alors que le midi c'était le plus compliqué pour lui.
J'en veux aussi beaucoup à tous ces gens de ma famille qui vivaient juste à côté et qui l'ont délaissé. 
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 07 Octobre 2017 à 16:40:24

   Bonjour Charlottine,
   Tu as bien fait de t'exprimer, rien que cela c'est un petit pas ...
   Un décès par suicide est particulièrement choquant, on ne peut s'empêcher de se faire toutes sortes de films dans notre tête.
   C'est très difficile ...
   Et très récent pour toi.
   Bien normal que tu ne te sentes pas capable d'en supporter le poids ...
   Dans les premières semaines, c'est tout juste si on arrive à gonfler ses poumons tellement c'est oppressant ...
   Prends bien soin de toi et écris ici si ça te soulage un peu ... je comprends à quel point c'est "énorme" ...
   Amicalement et solidairement, Martine.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 07 Octobre 2017 à 17:53:06
Bonjour Martine,

Merci pour votre réponse.
J'avais déjà écrit un texte pour la cérémonie et même si il était mouillé de toutes mes larmes, ça m'avait fait du bien. Mes proches (ma maman, ma marraine et mon compagnon) me disaient qu'il ne fallait pas que ce soit trop long car ça serait trop difficile à lire devant tout le monde. Pour moi, c'était important que ça ne soit pas une cérémonie comme les autres, froide et impersonnelle. J'avais tant de choses à dire, tant de souvenirs d'enfant et d'un peu plus grande. Je pensais pouvoir en construire encore bien davantage, aussi naïve que je suis du haut de mes 25 ans.

Je pourrais bien le copier ici mon texte pour partager avec vous un petit morceau de ma vie avec mon papa.

Encore merci pour votre message.
J'imagine que si vous êtes ici vous aussi c'est que la vie ne vous a pas épargnée non plus.

A bientôt.
Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 07 Octobre 2017 à 18:49:17

   Coucou Charlotte,
   Oui, si tu le souhaites, tu peux nous partager ce que tu as tenu à dire au moment de dire adieu à ton papa ... de toute évidence, tu l'aimais beaucoup et t'occupais bien de lui.
   
   Et tu as deviné, je n'ai pas été épargnée ...
   Chez mon frère ils ont perdu l'aîné de leurs trois enfants, adolescent, 14 ans et demi, suicide impensable ... chouette petite famille ...
   Pas facile.
   La vie ne sera jamais plus pareille et faut beaucoup de bonne volonté pour pas virer dans le négatif tout le temps. La plaie reste ouverte, depuis le 28 mars 2013.
   Je m'accroche à tout ce que j'aime bien, sentimentalement et concrètement.
   Je te partage une jolie fleur (je regardais pour planter qqs rosiers bientôt) à+, M.

    (https://www.aht.li/3127684/rosesorangedoux.jpg)
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 09 Octobre 2017 à 09:26:41
Bonjour,

Aujourd'hui c'est pas trop la forme (comme tous les jours en fait).
Je vous transmets le texte que j'ai écrit et lu pour mon papa le jour de la cérémonie.

"Je vous avoue que je ne savais pas bien par où j'allais commencer alors j'ai décidé de débuter par une histoire, celle de David et Goliath. Pour faire simple cette histoire elle raconte le combat d'un géant puissant et féroce Goliath que tout le monde avait essayé d'écraser en vain. C'est finalement un berger David pas du tout entraîner à cela qui est arrivé à délivrer la Terre de ce fléau alors qu'il ne paraissait pas du tout fait pour y parvenir.

Alors pourquoi je vous raconte cela, et bien parce que je trouve que cette histoire est bien à l'image de Papa. Lui, n'avait peut-être pas autant de charisme que certains, il n'avait peut-être pas de montre high-tech et un savoir technologique avancé, mais sa force et son courage étaient bien à l'image de David : en effet, abattre un travail colossal ne lui faisait pas peur, et ici beaucoup d'entre nous peuvent en témoigner.

Ces valeurs du travail, et du travail bien fait boire du perfectionnisme c'est toi Papa qui me les as transmises; et j'ai très vite compris qu'on avait rien sans rien. D'ailleurs, on se marrait bien devant les émissions de déco qui passaient à la télé car refaire une maison en une semaine ne pouvait être que du travail bâclé. On se marrait bien aussi devant les pseudo-émissions d'archéo qui n'avaient rien de scientifique.

Je me souviens de ma première visite avec toi et maman à la grotte de Pech Merle et du jour où tu m'as expliqué la façon de retenir la différence entre une stalactite et une stalagmite. Je me souviens des heures passées à regarder "l'imagerie de l'histoire" le soir à tes côtés, qui finalement ont fait naître chez moi une passion pour l'ancien qui s'est développée avec le temps.
Quand j'étais petite, je rêvais d'être égyptologue, et bien vous savez quoi, juste pour me faire plaisir, mon papa a redécoré sa salle à manger avec des hiéroglyphes : je ne pense pas que beaucoup de parents auraient opté pour une déco, il faut le dire assez kitch, pour répondre au plaisir de son enfant.
Finalement, cette passion pour l'histoire on la partageait. Toi ton truc c'était l'histoire militaire et le collectionnisme. J'avoue parfois ça en devenait soûlant. Mais je sais à quel point tu tenais à cela et je souhaite que cet héritage soit conservé dans les meilleures conditions possibles. C'est pour cela, que j'ai décidé de faire don d'une partie de ta collection au musée "Guerre et Paix" de Novion-Portien : t'inquiètes j'ai déjà visité leurs réserves, on ne peut pas rêver mieux.

Les gens qui me connaissent aujourd'hui ont bien du mal à imaginer que petite je partais avec toi pour des journées entières de pêche ou de cueillettes de champignons. La nature que tu aimais profondément on a appris à la connaître ensemble : à l'école, j'étais la seule à rapporter tout un tas de trucs : des champignons pour apprendre la différence entre les bons et les mauvais, des noisettes aux formes étranges, des têtards, des chenilles pour observer leurs transformations. Moi, j'étais super fière de partager cela avec la maîtresse et avec mes camarades. Une chose est sûre tout cela à developpé ma curiosité, qualité ou défaut qui me caractérise toujours.
Puis j'ai grandi, la pêche c'était plus trop mon truc, mais tu as pu discuter de tout cela avec Clément que tu appréciais. On se souviendra longtemps de ce week-end passé avec toi près de Troyes où soit dit en passant tu nous avais tous empêché de dormir avec tes ronflements.

Alors j'ai peut-être laissé tomber la pêche une fois adulte, mais ça nous a pas empêché de garder des moments de complicité quand on partait jusqu'au petit matin jouer au casino. Finalement, quand on y pense l'engouement pour les jeux remonte à loin et à l'époque où en attendant maman on jouait au Rapido en dégustant une part de flan, puis les journées passées dans les fêtes foraines à jouer aux machines à pièces tout ça pour gagner une peluche géante de chenille; ou encore quand à chaque fois que tu venais à Reims tu nous rapportais des jeux à gratter en souvenir de ce jour où j'avais gagné 300 euros, une somme énorme alors que je n'avais même pas 10 ans. Puis, après Clément et Angèle sont rentrés dans notre rituel et ce sont eux qui ont gagné !

J'espère qu'Angèle se souviendra aussi de tous les moments qu'elle aura passé avec toi car tu as eu la chance d'assister à ses premiers pas.

Alors j'aurais pu continuer à vous raconter pleins de choses comme ça parce que ma tête est remplie de souvenirs avec toi.
Tu n'avais pas forcément idées de toutes les qualités dont tu disposais, ni du rôle majeur que tu as eu dans mon développement. Tu as décidé de partir mais tu laisses un vide immense derrière toi.
Par pudeur, on ne s'est jamais dit tout ce qu'on avait à se dire, mais moi je t'aime Papa. "
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Mononoké le 09 Octobre 2017 à 10:55:00
Charlottine,
mes larmes ont coulées en te lisant,
je n'ai pas de mots aujourd'hui pour te soutenir mais je souhaite t'offrir un peu de chaleur
bien tendrement
Mononoké
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 09 Octobre 2017 à 10:59:59
Bonjour Mononoké,

Merci pour ce message.
C'est aussi pour cette chaleur (même virtuelle) que je me suis inscrite ici. C'est aussi parce que c'est plus facile d'écrire que de parler. Et puis, j'ai beaucoup de mal à discuter avec mes proches de tout ça. Peut peut-être de déranger. Et chacun reprend sa vie, mais moi j'ai plus envie.

Je ne sais pas qui tu as perdu, mais si tu es là c'est que toi aussi tu as vécu un drame du même genre. J'en suis désolée et te souhaite aussi bon courage.

A bientôt.
Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Mononoké le 09 Octobre 2017 à 11:23:26
Charlottine,
C'est aussi pour cette chaleur (même virtuelle) finalement pas si virtuelle que cela,
ici j'y ai rencontré chaleur, bienveillance, soutien, compréhension, sans jugement,... un énorme cadeau, le forum m'a beaucoup aidé,
ici on peut se sentir mal, on ne nous dit pas "sois forte" ... discuter avec sa famille, ses proches, n'est pas toujours facile,
j'ai perdu mon mari en septembre 2016, depuis j'essaie de me reconstruire, d'accepter de vivre avec mes émotions (parfois très envahissantes) j'apprends bcp sur moi, sur le chemin de deuil, ...
Je te souhaite de tout coeur que le forum t'apporte tout ce qu'il a pu m'offrir
tendrement
Charlottine, tu as fait un bel hommage à ton papa
je t'embrasse
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 09 Octobre 2017 à 11:34:13
J'imagine que ça doit être difficile effectivement de perdre son conjoint.
As-tu des enfants?

Moi c'est finalement avec ma mère que j'ai le plus de mal en ce moment, alors que maintenant il ne me reste qu'elle. Mais dès qu'elle aborde le sujet, elle me fait davantage de mal. La première fois elle m'a parlé de son ressenti, qu'elle se sentait coupable (mes parents étaient divorcés, je pense que mon père ne s'en est jamais remis, je me rends compte que moi non plus finalement), je lui ai répondu que j'avais suffisamment d'émotions pour recueillir celles des autres. Après quand je lui ai dit que j'avais peur que mon père ait fait ça pour me mettre à l'abri du besoin, elle a commencé à me parler du fait qu'elle ne comprenait pas où était passé l'argent. Mais moi je m'en fiche tellement de tout cela! Et maintenant que je commence à comprendre qu'en fait je suis aussi en colère contre elle, elle rejette la faute sur les médecins, tout comme ma tante qui leur à tous écrit un roman pour leur expliquer leur métier . Mais les principaux responsables, c'est bien nous! Je sais bien que je n'étais pas assez présente.

Je n'aurais jamais dû partir à ce déjeuner.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Mononoké le 09 Octobre 2017 à 12:02:11
j'ai 2 enfants Charlottine, j'essaie de les entourer au mieux

Oh Charlottine,
cette culpabilité, c'est un monstre, une plaie, une horreur, elle vient ajouter de la peine à la peine, elle vient pourrir la vie de ceux qui restent.
Mon mari est mort d'un accident, et malgré cela je me suis sentie coupable, responsable de sa mort pendant un bon bout de temps!!
Je sais que je n'ai pas les moyens de te la retirer, je n'ai pas connu le suicide et je ne me sens pas très légitime pour en parler, ... mais j'ai envie de te dire que tu ne peux être responsable de son départ,
 les enfants ne peuvent pas rendre leurs parents heureux, les parents doivent s'occuper d'eux et de leur bonheur.
(ça je l'ai compris, après la mort de mon mari, j'ai compris qu'il fallait que je m'occupe de moi, que je ne pouvais pas demander à mes enfants de me remplir de ce que la vie m'avait pris) Si je te partage cela, c'est juste pour te partager ce que je pense sur le rôle du parent et de l'enfant, j'espère ne pas te heurter car je n'en ai pas envie.

Et cette colère dont tu parles, elle est légitime, lorsque la vie est dure, insupportable, intolérable, perdre son papa, et de cette façon là, n'est pas tolérable, n'est pas juste, ...
je te souhaite d'être douce avec toi,
je t'embrasse chaleureusement
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 09 Octobre 2017 à 12:32:45
Merci encore pour ton message.
C'est vrai que moi aussi je pensais comme toi du rôle de parent et d'enfant. Pour moi, c'était à lui de m'occuper de moi et pas l'inverse, ou en tous cas pas pour des décisions difficiles comme une hospitalisation. J'ai essayé de lui apporter mon aide à ma façon, en l'aidant dans sa maison, en y faisant du tri. Mais c'était certainement trop tard ou pas suffisant.
Tous les adultes autour de moi (mes tantes, ma grand-mère) m'ont dit qu'il fallait que je m'inquiète de l'avenir de mon père, qu'il fallait le faire hospitaliser parce que pour reprendre les mots de ma tante "il ne passerait pas l'hiver". A l'évidence, elle avait raison.
J'avais évoqué ce sujet avec papa, mais ça lui faisait trop peur. Je ne voulais pas lui mettre la pression avec ça, je voulais qu'il prenne cette décision lui-même pour ne rien lui imposer. Quelle erreur !
Et en même temps, mes tantes qui semblaient si sûres d'elles ne l'ont pas fait non plus, attendant que moi du haut de mes 25 ans je prenne une telle décision parce que j'étais sa fille et elles que leurs sœurs. Je suis fille unique alors je ne sais pas trop ce que c'est d'être sœur. J'ai longtemps voulu avoir un frère ou une sœur, mais quand je pense à cela je me dis que finalement même entourée d'une grande fratrie, on reste toujours seule.

Bon courage avec tes enfants. Moi je ne sais même plus trouver la force de m'occuper de ma fille. Moi qui cherchait à prouver au monde entier que je pouvais exceller dans ce domaine comme dans ma vie professionnelle. Il ne reste finalement plus grand chose et plus d'envie.

Je suis désolée, je me rends bien compte à quel point je suis négative et pas très aidante pour vous tous échoués comme moi ici, mais je ne fais pas exprès.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Mononoké le 09 Octobre 2017 à 12:50:45
Moi je ne sais même plus trouver la force de m'occuper de ma fille. Moi qui cherchait à prouver au monde entier que je pouvais exceller dans ce domaine comme dans ma vie professionnelle. Il ne reste finalement plus grand chose et plus d'envie.

Charlottine,*
 tu viens de perdre ton papa, tu es au centre de la tourmente, ton corps, ton cerveau, tout est chamboulé, bouleversé, laisse toi du temps, il faut beaucoup de temps, un deuil est un long long long chemin, si on arrive à être doux et patient avec soi, c'est déjà un énorme pas. On avance avec cela à notre rythme, pas à pas, avec de gros bonds en arrière parfois (en tout cas avec cette impression)
Lorsque mon mari est mort, mes émotions furent démultipliées, je suis quelqu'un de nature calme et patiente (enfin je croyais). A sa mort je ne me reconnaissais plus, je montais en pression, colère, panique, ... pour un rien. Je n'avais pas de patience avec mes enfants, je m'en voulais, ils étaient malheureux, avaient besoin de leur maman, et leur maman n'était pas toujours dispo, pas toujours là pour eux. Avec le temps, j'ai appris à ne pas me le reprocher, à ne pas culpabiliser, à être juste la maman que j'étais avec mes troubles et mes émotions, je suis de plus en plus douce avec moi, en  me disant que je fais ce que je peux avec ce que je suis, et ce que je vis. Aujourd'hui je suis de plus en plus "comme avant", plus calme, plus patiente, mais mon seuil n'est pas revenu là où il était avant. Et ça fait 1 an.


Je suis désolée, je me rends bien compte à quel point je suis négative et pas très aidante pour vous tous échoués comme moi ici, mais je ne fais pas exprès.
Ne sois pas désolée, ici, on est tous cassés, brisés, recollés tant bien que mal pour certains, un peu plus pour d'autres, avec des aller-retours dans les profondeurs ; on aide quand on peut, quand on trouve les mots, on vient, on s'absente, il n'y a pas d'obligation, pas de règles, ... Venir partager ici, ne doit pas être une source de culpabilité supplémentaire, on vient soutenir quand on le veux et surtout quand on le peut

bien tendrement
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 09 Octobre 2017 à 17:13:37

   Le texte pour ton papa est très émouvant, merci Charlotte.
   M.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 09 Octobre 2017 à 17:35:17
Bonjour Martine,

Merci pour ton petit mot. C'est ce que je voulais, une cérémonie en émotion. J'avais choisi un morceau de piano aussi, celui dans le fabuleux destin d'Amélie Poulain. Du piano, parce que j'ai eu la chance d'en faire. Ce morceau parce que je ne voulais pas choisir du classique. Je me suis dis que c'était un bon choix.

A bientôt.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 09 Octobre 2017 à 22:27:11
Je crois bien que je ne vais pas être capable de continuer ici et maintenant comme le dit ma psy. J'ai plus envie de rien. J'ai même plus envie de travailler alors que je me suis battue pour réussir, et maintenant je m'en fiche tellement. Plus rien ne m'intéresse. De toutes façons mon contrat s'est arrêté le même jour que ce fameux jour, c'est bien un signe ça, non!
Vous vous rendez compte que les feuilles tombent des arbres, que le temps passe et que je suis sans mon papa. Vous vous rendez compte que bientôt ce sera l'anniversaire de ma fille et que mon père ne sera pas là.
Comment je vais faire? J'ai plus envie.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Sabie le 09 Octobre 2017 à 23:23:27
Bonsoir Charlotine.

Quel désespoir dans tes mots. Ce sont des moments très dure a vivre.  Ton papa était l homme que tu aimais le plus au monde. Je le comprend. Aujourd'hui même si c est TRÈS dure pense a ta fille elle a besoin de toi, elle est ta force pour continué à te battre contre cette douleur.  Ton père sera toujours ton coeur. Je n ai pas d enfant mais j ai des neveux et chaque jour je pense à eux pour  continuer. Je passe aussi par des moments très dure et je me dis que la où est mon bien aimé il veille sur moi et ne voudrais pas que je tombe .
 Courage et surtout prends soins de toi. Et accroche toi pour les gens qui t aime.

Sab
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 10 Octobre 2017 à 12:32:55

    Bonjour Charlotte,

    Tu es comprise ici, sache-le.
    Nous sommes nombreux à douter régulièrement de nos capacités à vivre sans la personne qui nous manque.
    Ce trou irréparable dans nos vies, cette tache abîmant notre vision.
    Notre courage réduit à un kit de rustines.
    Et pourtant il est possible de vivre, autrement, parfois des bons moments, en dents de scie avec la peine et les regrets ... c'est comme ça au jour le jour, difficile, je ne m'en sens pas toujours capable non plus et puis ça passe ...
    Bien tendrement, M.
   
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 12 Octobre 2017 à 09:14:33
 :-*
bonjour Charlotte,
...
je crois qu'on va avoir du soleil ...
 :)
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 12 Octobre 2017 à 13:45:58
Bonjour,

Oui effectivement il y a du soleil chez moi aussi aujourd'hui, mais que dehors. Je suis toujours aussi déprimée, peut-être encore plus aujourd'hui d'ailleurs. Ça fait déjà 6 semaines que j'ai vu mon papa pour la dernière fois. On ne s'est pas dit au revoir, mais à tout à l'heure, on devait manger des crocs monsieurs et de faire une soirée télé.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 15 Octobre 2017 à 12:46:25
Bonjour à tous,

Je crois que je me sens un peu mieux aujourd'hui. Enfin, c'est ce que disent les autres, et comme moi je ne sais pas quoi en penser je vais dire comme eux.
J'ai emprunté à la bibliothèque un petit livre pour enfants intitulé "les sans-papys". Le sujet de la "disparition" comme en parle si bien le personnage est bien traité. Cette lecture m'a fait pleurer, mais m'a fait du bien en même temps.
Finalement, il m'a décidé à aider les gens "ici et maintenant" comme dirait ma psy. J'irai donc faire la lecture à des personnes isolées en maison de retraite (enfin je vais essayer de m'y tenir).
J'aurais préféré prendre un peu plus de temps pour mon papa, mais plutôt que de rien faire, autant se remettre en cause et changer ce que l'on peut encore changer.
La maison de retraite car je ne me sens pas capable d'aider des gens dépressifs comme papa, enfin pas tout de suite.

Et vous, avez-vous rejoint des associations?
Pensez-vous que j'essaye de me racheter une conscience?
Est-ce que ça va vraiment m'aider et aider les autres ?

La psy m'a dit que j'aimais trop la vie pour avoir envie de la quitter. Et je crois qu'elle a raison. Et vous savez quoi ça me pose un problème.

Bonne journée à vous.
Charlotte.



Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 16 Octobre 2017 à 19:07:04

   Bonsoir Charlotte,

   Comme toi mon instinct m'a guidée vers "faire quelque chose" en rapport avec le temps perdu, que j'aurais aimé consacrer à mon neveu parti sans rien me demander ...

   Et on peut très bien faire cela sans se demander "pourquoi" on le fait au juste ... ni à quoi à qui ça va "servir" ...

    N'en fais seulement pas trop ni au détriment de "tes vivants" ...
    Ton deuil est très récent et tu as besoin de repos, d'espace libre, je crois, enfin, ça dépend d'une personne à l'autre bien sûr je ne vais pas te dicter quoi faire ...
    Je crois qu'en essayant de faire "de l'utile", je ne fais que choyer mon deuil, le laisser s'exprimer ... sans plus ... et que "le hasard" fasse le reste ...
    Bonne soirée à toi, M.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 17 Octobre 2017 à 21:03:15
Bonjour Martine,

Oui je pense aussi qu'il faut que je me repose, je suis épuisée.
Je pense que je n'irai qu'une fois par semaine, mais ce sera déjà bien dans un premier temps.

Je crois que plus le temps avance et plus je n'y crois pas. Je noie dans le travail et dans le quotidien.
La psy m'a dit de ne pas faire ça, mais c'est un peu de l'autodéfense je pense.
Le soir c'est plus compliqué. Du coup, je prends un médicament pour dormir le plus vite possible.

A bientôt.
Et merci pour votre message.

Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 18 Octobre 2017 à 21:44:49
Il y a des jours où je me dis que ça ne peut pas être réel.
Finalement, la réalité revient toujours à moi, en particulier le matin lorsque je mets 1000 ans avant de me lever, pas assez de courage pour affronter une nouvelle journée. Puis le soir où les images reviennent, les pensées négatives et les idées noires.

Et si mon papa était parti en pensant que j'en avais marre de m'occuper de lui !? Et si il avait pensé que si je suis partie à ce déjeuner, c'est parce que je trouvais ça plus sympa d'être avec mes copines qu'avec lui ?!

Est-ce que vraiment il y a quelque chose après la mort? Est-ce que vraiment on se retrouvera un jour?
Moi je ne suis pas croyance et j'ai toujours pensé qu'après tout ça il n'y avait plus rien. Maintenant je trouve ca  insoutenable.
En même temps, si là-haut on veillait vraiment sur nous, on ne m'aurait jamais fait une chose pareille !
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 24 Octobre 2017 à 21:15:51
J'en ai juste marre!
Juste envie de tout envoyer balader.
De toute façon à quoi ça sert.
J'en ai juste marre!
Je suis foutue.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 24 Octobre 2017 à 22:54:18

     Chère Charlotte,

     Voilà bien une pensée qu'on pense tous tout bas et qu'on dit pas trop fort ...
     Tu en as marre ce soir
     Tu es foutue ce soir

     Laissons les lendemains nous nuancer tout ça et c'est le suicide qui en aura marre à chier de nous ...
     Fumons un peu du givre et pendant ce temps LUI, ce satané suicide, se cassera la tête ...
     Tendrement, M.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 29 Octobre 2017 à 15:40:40
Bonjour à tous et toutes,

Je viens vers vous aujourd'hui parce que j'ai besoin de chaleur dans ce monde de brutes.
Dans la tempête, j'ai perdu mon papa, mon travail et je me rends compte que mes amies ne le sont pas vraiment.
Cet été pour fêter nos 25 ans, nous devions partir avec des amies en voyage. Surprise, j'ai compris qu'elles avaient réservé sans moi : j'étais super en colère et je leur ai fait savoir. C'était en juin, elles sont parties en juillet. J'ai laissé tomber, j'avais d'autres choses à faire et j'avais décidé de les laisser un peu de côté. Vous vous rendez compte même pas d'excuses.

Alors aujourd'hui je relativise j'ai perdu tellement plus!
Ma psy m'a dit qu'il fallait que j'appelle mes "amies" pour leur dire car j'avais besoin d'être entourée. Résultat, elle était super froide, elle n'a fait que parler d'elle et tout ce qui l'intéressait c'était de savoir comment ça c'était passé. J'ai eu le droit à des phrases "avec ce que tu nous as balancé, normal que l'on te parle plus" : alors vous me prenez pour une conne je ne dois pas broncher et je vis une des épreuves les plus difficiles de ma vie et même pas un peu de sympathie.
Mais quelle connasse!

Demain ça fera deux mois que mon père est parti, on m'avait prévenu de s'entourer que des personnes bienveillantes : pas facile de les trouver. Parfois je me dis qu'on devrait tous quitter ce monde pourri. Mais qu'est-ce qu'on trouve derrière.

Moi qui ne me posait aucune question de ce côté-là : après la mort il n'y a rien. Maintenant cela me paraît impensable parce que tout simplement trop dur à supporter. Est-ce que c'est pour ça qu'on a inventé toutes ces histoires de paradis ? Est-ce que vraiment on veille sur nous ensuite (ils ont dû me zapper là-haut) ?
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 03 Novembre 2017 à 21:35:52
Bonjour à tous,
Aujourd'hui je me suis disputée avec ma mère. C'est pourtant la seule qui me reste maintenant.
Elle ne me comprends pas, me demande de tout faire trop vite, et quand j'ai des projets elle rétrograde.
Je lui ai dit que faire ma valise pour partir la semaine prochaine était ma seule raison de me lever ce matin, et elle ne comprends pas qu'Angèle ne soit pas cette raison. Elle ne comprend pas que je suis tellement détruite que je ne sais même plus être maman, que non j'arrive pas à me lever le matin pour me confronter à une ado, et que oui finalement je préfère quand elle va s'amuser ailleurs.
Alors vous êtes nombreux à avoir perdu vos enfants et je me trouve horrible de penser cela, mais je ne fais pas exprès.
Parce que c'est dur d'être parent mais c'est aussi dur d'être un enfant.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 04 Novembre 2017 à 13:06:00

  Bonjour Charlotte,

  Nous savons tous ici combien il est pénible d'avoir à supporter des "conseils", rappels à l'ordre de priorités etc ...
  A fortiori lorsqu'ils émanent de proches !

  Tu as bien besoin de ce petit break au soleil, de retrouver un peu de douceur de vivre, pour renflouer un peu ta résistance aux vagues violentes de la "tempête".

  J'ai entièrement confiance en ton authenticité, j'espère que la tolérance sauvera ta famille des conflits.

   Bien amicalement et solidairement, Titine.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Bulle 777 le 04 Novembre 2017 à 18:48:06
en effet,  charmantes amies....

il faut reconnaître que face au deuil, très peu de personnes assurent.
la plupart sont des goujats, quelques uns sont maladroits, les autres, ignorants.
Mais tout ceci n'est que l'écume des choses face à nos souffrances.
et comme dirait Ela, ce sont des illusions à transpercer...
pensées
Bulle
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 05 Novembre 2017 à 10:37:12
Bonjour Martine et Bulle,

Oui effectivement charmantes "amies" qui ne le sont plus. C'est la première chose qu'on m'a dite aux urgences : s'éloigner des personnes malveillantes. Après avec ma mère c'est plus compliqué (mais bon finalement ça l'a toujours été compliqué mais je me suis toujours effacée, j'ai toujours pris sur moi : aujourd'hui c'est plus possible). Je vais mettre un peu de distance et on verra.
Quand à la famille paternelle, à part ma grand-mère personne ne m'appelle (mon père a 4 frères et sœurs qu'ils à aidé toute sa vie et ils en ont bien profité). Mais finalement j'ai peut-être pas envie de garder contact avec eux. Une de mes tantes m'a dit la semaine précédent cela qu'il fallait que je l'hospitalise, que si il y avait un drame elle ne serait pas responsable car elle n'était que sa sœur : tout est dit!

Je sais bien que le fond du problème n'est pas là, mais celui-là il n'a aucune solution.

Merci pour vos réponses. Ça fait du bien de pouvoir parler à d'autres comprenant ces sentiments.
Bonne journée.
Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 06 Décembre 2017 à 11:44:51

   Chère Charlotte,

    Je me permets de replacer ici une partie de ton chaleureux échange avec Minou sur le fil "ce deuil pour les autres", où bien sûr tous mes amis mexicains sont les bienvenus ...
    Je fais ce geste parce que le lien avec ton papa adoré existe hors de la souffrance, en plein milieu de tes rires, de tes appétits de vie ...
   Et c'est important ...
   
   
Citer
j'ai essayé de vraiment faire tout comme si je n'allais jamais y revenir de le vivre à fond alors que je suis une loque depuis trois mois. Je pense que j'ai réussi même si c'était pas toujours simple. Va vers les gens, regarde le travail magnifique qu'ils font dans les souks, sent l'odeur du thé et des épices, mangé un tagine ou un couscous. Partage le plus possible avec ces personnes d'une autre culture qui ont tant à nous apprendre.
Je suis allée faire un hammam traditionnel, au début je me suis dit mais qu'est-ce que je fous là ! Et finalement c'est un de mes meilleurs souvenirs de voyage, parce que ce n'était pas que de la détente mais du partage (et oui on se lave ensemble !)
Je ne suis pas partie toute seule mais avec ma chef qui est devenue je pense une amie. Il fallait aussi que je ne gâche pas ses vacances et je pense qu'elle m'a découverte sous un nouveau jour, et elle a adoré. On a fait du karaoké et une élection de miss : bref les débiles ! Je n'avais pourtant pas envie de faire la fête. J'ai pensé à mon papa chaque jour mais en mettant peut-être plus de distance (ce que je n'arrive pas à faire chez moi). Je me suis fait du bien, alors que je ne voulais que me punir. Mon papa a choisi de partir et j'ai pas encore fini de travailler là-dessus, la culpabilité est toujours là mais j'ai réussi à la laisser de côté pendant un moment.
   J'aime ta personnalité pleine de ressources,
   sourire, M.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 07 Décembre 2017 à 08:01:26
Bonjour Martine,

C'est gentil ce que tu dis, ça me touche.
Moi j'aime bien ta façon d'être aussi.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 08 Décembre 2017 à 22:24:22
En tant qu' archéologue ma vision scientifique des choses à toujours été la plus forte : pas de croyance. Pour moi, si les rites et autres religions existent c'est bien pour se rassurer; et pour espérer une vie idéale après tout ça.
Je crois qu'au fond de moi je n'ai pas changé d'avis. Aujourd'hui c'est une question qui m'obsède alors qu'avant pour moi c'était juste un sujet passionnant de pouvoir comparer toutes les pratiques qui ont existé au fil du temps.
Seulement aujourd'hui ma vérité est inconcevable et je pense que c'est parce que je rentre dans la catégorie des gens qui ont besoin de s'inventer une belle histoire pour après pour supporter celle d'aujourd'hui bien plus pourrie.

Alors j'ai pris une décision qui finalement s'est immiscée chez moi toute seule. J'ai décidé que comme les égyptiens j'allais passer ma vie à préparer ma mort. Eux qui tout au long de leur existence sur terre ne faisaient que préparer tout ce qu'ils auraient besoin pour leur grand voyage. Alors moi je ne vais pas accumuler des barques, des statuettes divines et autres choses encombrantes qui feront le bonheur des archéologues dans 2000 ans (et qui au passage me prendront pour une princesse), mais je vais me créer un monde dans ma tête : mon propre paradis, ma propre croyance.

Au premier rdv chez la psy, elle m'a demandé si j'avais des croyances spirituelles : j'ai évidemment répondu que non qu'après la mort c'était rien. Puis quelques semaines après, je lui ai demandé si elle elle pensait qu'il existait quelque chose. Elle croit à la réincarnation c'est comme ça qu'elle s'est construite. Elle pense qu'elle a peut-être déjà été un loup car elle fait des rêves où elle se voit à cette hauteur et elle aimerait dans une vie prochaine être un homme pour voir ce que c'est. J'ai trouvé ça drôle sur le moment. Mais cette vision ne me convient pas : hors de question que mon papa ait d'autres enfants qu'ils soient poissons, marcassins ou nénuphars.

À l'enterrement je me suis dit que peut-être maintenant il avait accès à toute la connaissance. Mais finalement ça ne me plaît plus non plus. S'ennuyer toute l'éternité c'est pas cool. Justement l'éternité pour apprendre ça me va bien. Par contre, je pense qu'il suit toujours ce qu'on fait ici.

Je me suis dit aussi que si on vivait au paradis on aurait certainement pas le même. Moi mon paradis je l'imagine chaud près de la mer et des palmiers, le sable blanc et tout le tralalas. Je ne pense pas que le sien soit comme ça. Alors dans ma tête, j'imagine que chacun vie dans sa bulle de préférence, peut aller dans n'importe quel endroit qu'il aimerait visiter sur la Terre mais aussi dans toutes les galaxies. Et que nos bulles sont connectées par des réseaux de communication plus ou moins proche de si on a envie de voir cette personne dans l'au-delà. Si bien que les personnes qui pourraient nous faire du mal existent puisque dans mon monde tout le monde y va, mais qu'on ne peut pas rencontrer quelqu'un qui va nous nuire.

Quand j'étais au Maroc, j'ai fait le plein de petits trucs que j'avais envie d'avoir dans mon paradis. Une accumulation immatérielle pour l'autre côté du chemin.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 08 Décembre 2017 à 23:32:56

   Oh, archéologue, je voulais faire ça quand j'étais petite !  8)
   Et ado, bien que j'avais pas trop de sous, je m'offrais chaque mois la revue "Archeologia"
   Je rêve toujours de tomber sur un vieux coffre en faisant mon jardin, mais chuut !
   Ah, l'art, la mort, l'immortalité, nos besoins ...

   Mon mythe est oublié, à jamais obscur ...
   seul brille Son nom, Kalahan ... M.
   
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 21 Décembre 2017 à 23:24:15
C'est pas trop la forme cette semaine. Pas envie d'être à ce premier Noël pourri.
J'en ai marre du bruit, les gens qui me parlent me fatiguent. Mes anciens amis qui m'ont laissé tomber étalent leur bonheur sur Facebook, et moi dans tout ça je galère et on s'en fou.
Je suis fatiguée et j'ai plus envie de me réveiller.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 23 Décembre 2017 à 00:23:23

   Premier Noël pourri ...
   Je cherchais qqch de vachement sensé à ajouter pour te requinquer ma pôv' Charlotte, mais j'ai rien trouvé ...
   Alors une petite blague débile à souhait, peut-être, pour quand même te sourire un tout petit peu, un tout petit peu ...
    M.
  (https://www.aht.li/3159156/blaguechouet.jpg)
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 30 Décembre 2017 à 13:41:31
    Bonjour Charlotte,

    Adoucir l'horreur du suicide ...
    Le monde tel qu'il est à notre époque n'y est guère propice ...
    Le temps "matérialiste" est une horreur ...
    Je vais où cette perception-là n'existe plus ...
    Dans le temps archaïque, je sais que tu comprendras le sens de ce mot ...
    Dans ce temps de pureté ...
    Allez, je t'emmène voir une exposition de broderie blanche à la main, il n'y a personne, on entend le petit craquement du lin ...
    Amicalement et solidairement, Titine.
    Oups j'oublie la petite image

    (https://www.aht.li/3161103/brodbla.jpg)
   
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 30 Décembre 2017 à 16:28:44
Bonjour Martine,

C'est très beau cette broderie. Je crois que je suis sensible aux belles choses depuis toujours. Aux belles choses de la nature, mais aussi aux belles choses faites de la main de l'homme depuis toujours.
J'aime bien la période archaïque, cette période reculée de la Grèce antique, où les artisans ne sont pas encore artistes et ont pourtant influencé l'histoire de l'art jusqu'à nos jours.
Mon papa était peintre en bâtiment. Il n'était pas souvent content que l'on lui force à bâcler son travail car il était minutieux. Il fera parti des anonymes qui ont bâti nos vies. Un jour, un archéologue retrouvera peut-être un fragment de ce qu'on qualifiera alors d'œuvre d'art, et ça ça me fait sourire. Je sais bien qu'il souffrait du regard des gens pour qui il travaillait, et même parfois du regard de nos proches qui avaient si peu de considération sauf quand ils avaient une cuisine à faire faire. Si vous saviez à quel point je suis en colère contre ces profiteurs. Mais au fond, comment ces autres me voient moi? Et mon père que pensait il de moi?
Je travaille dans la culture, un monde sans pitié où l'on doit faire bien, où l'on parle bien, mais où finalement à part de regarder soi-même on observe plus grand chose. Alors je dois venir du pays des bisounours parce que ça fait quelques années que je me prends des sacrées claques, la plus grande cette année.

La broderie, la dentelle, le textile j'ai toujours aimé ça. Mon arrière grand-mère était dentellière ça doit être pour ça :)

Affectueusement
Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 04 Février 2018 à 23:35:07
Bonjour à tous,

Je suis désolée, j'ai eu un peu de mal à venir ici ces derniers temps. J'ai essayé de faire semblant, comme si de rien n'était. J'ai passé un concours, ça m'a pris du temps, de l'énergie et toutes mes pensées. Mais maintenant les révisions c'est fini et le retour à la réalité est compliqué.
Mon anniversaire est passé par là, compliqué aussi. Pas le traditionnel message...
La semaine dernière ça a fait 6 mois, une date. Alors c'est dur tous les jours, mais encore plus là.
J'ai fait un rêve qui m'a bouleversée. J'ai oublié la voix de mon père dès le premier jour, peut-être une sorte de bloquage. Et là dans mon rêve je l'ai entendue et je l'ai vu. On était dans le salon, il m'expliquait qu'il avait mal physiquement, que les trucs à la télé le soûlait et qu'il fallait que je lui pardonne. Et après il partait du salon pour aller dans la chambre et je me suis réveillée.
Je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. Je me suis réveillée et j'ai éclaté en sanglot, pourtant j'essaye d'être discrète d'habitude mais là impossible.
Je n'en veux pas à mon père, j'en veux à pleins de monde mais pas à lui.

Enfin voilà, c'est pas simple.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 14 Février 2018 à 23:02:13
Tellement difficile la vie maintenant. Je me souviens de ce dessin animé où le petit garçon disait "quelle vie on mène quand on a 8 ans", et moi que dit la petite fille de 8 ans qui maintenant en a 26!

Cet après-midi, au musée, un ptit garçon passionné "t'as vu pépère ça, et t'as vu ça". Pépère c'était le petit que ma fille lui avait choisi.

Ce soir, programme télé qui me replonge dans mon enfance. Le Quercy et les vacances en famille. Là où tous mes choix ont commencé, mon amour pour l'histoire et l'archéologie, ma passion pour les vieilles pierres. Je me souviens de ces balades avec mon père où on dénichait des bâtisses abandonnées et que je me disais que quand je serai grande, avec mon papa je pourrai reconstruire une de ces maisons pour moi et même pourquoi pas un château !
Mon sens du contact aussi, mon père qui se faisait des potes partout, bah oui il savait s'intéresser aux autres, et les autres qu'ont-ils fait? Je me souviens des dégustations de cabecous, de l'atelier du menuisier, des magrets sur le barbecue. Je me souviens de la première grotte que j'ai visité, de ma découverte de Champollion que j'avais bien envie de recopier.
Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? De quoi on a envie? Où va-t-on ?
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Nicole54 le 15 Février 2018 à 01:18:02
Chère Charlottine

Je suis en pensées avec toi! 

Ton état ressemble au mien....parfois...

Mon deuil commence à peine...pas un mois encore..j'ai des moments de paix......mais quand viennent les instants de questionnements.......je passe par les mêmes épisodes que toi!

Je trouve ici..réconfort, chaleur, écoute, compréhension surtout...sans jugement aucun...

Je ne croyais pas passer des heures à lire sur le deuil....ce n'était pas mon objectif...

Et cette semaine, dans ma tête...je veux me préparer à partir...non pas mourir, mais je veux mettre mes choses/papiers à l'ordre...afin que mon départ se fasse plus facilement....

Je vis des up and downs continuels....des pleurs, des crises, de l'épuisement....

J'ai toujours l'impression que je me plains.....

Je voulais seulement te dire de continuer à vivre au mieux...on essaye tous à notre façon...

Câlins pour toi, pour vous tous xxx
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 15 Février 2018 à 12:18:03

     Amertume, amertume ...
     Une fois qu'on y a goûté ...
     Les breuvages fruités d'autrefois sont toujours en notre mémoire, n'empêche, ce que nous dégustons à présent est mélangé à nos larmes ...
     Tendresse à vous les filles ...
     Je vous partage un de mes coups de cœur d'art médiéval, ces enluminures pleines de bestioles et de fléaux apocalyptiques ...
     (manuscrits Beatus de Liebana, Espagne époque mozarabe)
     Vu qu'on se tord les boyaux à digérer le monstre à 7 têtes et 10 cornes ...
     Bien colorément, Titine.

     (https://www.aht.li/3185666/bestioles.jpg)
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 19 Février 2018 à 12:38:51
Bonjour à vous,

J'avais lu vos messages mais je prends le temps de vous répondre que maintenant. C'est pas la forme et je n'ai pas envie de contaminer tout le monde avec mes états d'âmes.
Je viens de rater un concours, et je fais un boulot bien en dessous de mes qualifications (tous ces sacrifices pour ça !). Alors il n'y a pas de sous métiers mais c'est pas vraiment la vie que j'avais souhaitée.
Les gens disent qu'on est maître de son destin, je ne suis pas vraiment sûre de cela. J'ai eu l'impression de faire ce qu'il fallait dans tous les domaines et je me rends bien compte maintenant que les choix étaient les mauvais, mais est-ce que j'aurais pu faire mieux, si j'avais su certainement.

Les gens pensent que je vais mieux, c'est vrai que j'arrive mieux à faire semblant. Mais en vrai, je suis hyper stressée et angoissée. Quand je rentre chez moi j'ai tout le temps peur d'une mauvaise surprise du genre de retrouver mon chat mort. C'est ridicule mais même dans ce cas je crois que je ne serai pas quoi faire.
J'ai la trouille quand je vois quelqu'un allongé, j'ai tout le temps peur de tout. Mais ça personne ne s'en rend compte.
Titre: Re : Re : Mon Papa
Posté par: Eric38 le 19 Février 2018 à 13:53:46
Bonjour à vous,

Les gens disent qu'on est maître de son destin, je ne suis pas vraiment sûre de cela.


Je pense que ce sont des conneries. Non, on est pas maitre de son destin. On peut tenter de l'influencer, de réduire les risques, on peut tenter de se créer des opportunités. Mais en définitive, on ne maitrise rien.
La plupart des choses, bonnes ou mauvaises, me donnent l'impression d'arriver par hasard.
Ceux qui disent qu'on peut maitriser son destin sont soit des chanceux qui sont parvenus à arracher un bon résultat dans la vie, soit des donneurs de leçons.


Mais en vrai, je suis hyper stressée et angoissée.  j'ai tout le temps peur de tout. Mais ça personne ne s'en rend compte.

Oui, la peur de tout. La peur de mal faire, ou bien la peur qu'une catastrophe, une de plus, ne vous tombe sur le coin de la figure. La sensation d'une menace perpétuelle et diffuse. Et l'idée que quoi que l'on fasse ou dise, on sera à coté de la plaque.....

Tentons, tous autant que nous sommes, d'endurer comme nous pouvons nos états d'âmes si peu compris par "les autres".
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 20 Février 2018 à 20:56:02
Bonjour,

Merci pour ta réponse (je me permets le tutoiement).
Il y a des jours sans et des jours avec. Et surtout il y a des jours où tout s'ajoutent et où là on est à deux doigts de s'écrouler. Ma fille a des soucis au collège et ça m'angoisse. On doit gérer les parents qui en rajoutent pour un rien et qui vraiment n'ont rien compris à la vie. Le collège a l'air d'arranger les choses. Heureusement parce que je ne suis pas assez forte pour une confrontation, tout ça pour des histoires d'enfants et parce qu'une mère n'accepte pas que son enfant ne soit pas parfait (elles ont triché et elles se sont fait prendre, la mère a demandé à ma fille de se dénoncer !)
Bref je suis fatiguée je crois, j'espère que tout ça sera bien réglé. Raz-le-bol !

J'espère que votre quotidien est plus calme que le mien, je ne supporte même plus le son de la télé.

Bien à vous tous!
Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Mononoké le 20 Février 2018 à 21:27:07
bonsoir Charlottine,
Il arrive que mon quotidien m'insupporte, il m'arrive d'être au bord de l'épuisement.
je me souviens du retour de vacances de la Toussaint 2017, même faire à manger à mes enfants m'était difficile, alors les courses et les devoirs, et mes  soucis prennent une ampleur .. je suis allée voir mon médecin, je lui explique cela, je lui dis, j'ai envie d'hiberner, elle me répond, et bien dans ce cas, vous allez hiberner, je vous arrête une semaine et vous allez dormir, vous reposer.
une semaine après, je me sentais mieux, je pense que c'est le fait qu'elle m'ait entendue, aussi, et qu'elle ne m'ait pas parler d'antidépresseur ou de me mettre un coup de pied aux fesses
je te souhaite une douce nuit et un peu de répit si précieux
tendrement
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 23 Février 2018 à 08:37:15
Bonjour,

Merci pour ta réponse, je pense effectivement que je suis fatiguée.

Pour une fois, je positive : j'ai enfin eu la réponse attendue pour un job de rêve avec des responsabilités et des beaux projets dans plusieurs musées et châteaux.
Des grands changements nous attendent puisque nous allons devoir déménager. J'espère que ça va marcher. Je mise beaucoup sur ça pour me sentir mieux.

A très bientôt.
Amicalement,
Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 23 Février 2018 à 11:40:15

   Hé, je croise les doigts je touche du bois pour le job de tes rêves ...
   M.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 23 Février 2018 à 19:16:14
Coucou!

En fait c'est bon j'ai décroché le job. Après j'espère que tout se passera bien.

A bientôt :)
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Federico le 19 Mars 2018 à 20:23:02
Bonsoir Charlottine,

Je me permets de t'écrire car je vois bien que tu es vraiment dans une impasse... celle où t'entraîne ton terrible sentiment de culpabilité !

Ton Papa t'a passionnément et profondément aimé...
A sa mort... naturellement, tu n'as pas pu le sauver...  tu estimes ne pas avoir été à la hauteur de tout SON AMOUR et aujourd'hui... catastrophe .... tu développes un injuste sentiment de culpabilité !
Ta souffrance est grande et inconsciemment, tu refuses de toutes tes forces qu'un jour TA FILLE puisse également éprouver cette culpabilité vis a vis de toi, sa maman !
En fait, tu veux simplement protéger ta fille et c'est pourquoi inexplicablement et bien malgré toi TU freines ainsi volontairement ton immense amour pour elle afin de lui éviter d'avoir un jour à affronter ce sentiment de culpabilité !
C'est clair dans ma tête mais je crains de mal  exprimer ma pensée !
ça part d'une bonne intention de ta part mais humblement je pense que tu dois sérieusement travailler ton inconscient ...
Continue de l'aimer éperdument, sans calcul... et tout rentrera dans l'ordre tout doucement un jour prochain !
L'amour aide et c'est important d'aimer et d'être aimée... c'est mieux d'être entourée... ne t'isole pas... ne t'éloigne pas !
Après bien sûr tu peux toujours avoir des moments de silence et de solitude rien qu'à toi...
Ta famille, tes amis, ton compagnon, ta fille doivent respecter ton besoin de recueillement , ta façon d'exprimer ton deuil !
Et si effectivement  l'Amour fait souffrir ... il ne faut ni le fuir ni en avoir peur !
Il te faut profiter chaque jour de cet Amour familial...
Remets tes idées bien en place ... prends ton temps... tu as été tellement secoué par la mort si violente de ton Papa !
Choisis l'Amour pour ta fille... et votre relation sera extraordinaire comme celle que tu as pu avoir avec ton Papa !
Serre la bien fort dans tes bras... 
C'est pas TOI... c'est la vie, la mort, le suicide qui sont responsables de ce traumatisme et de ce cruel sentiment de culpabilité !
Tu n'y es pour rien ... accepte tes limites ! déculpabilise à ton rythme mais ne te trompe pas de solitude ! ne fait pas fausse route !
Prends bien soin de toi, de ta fille et de ton compagnon... à trois vous êtes plus fort !


Charlottine, j'espère que  mon message n'est pas trop direct... il est sincère et très respectueux... sans jugement !

S'il te dérange je te prie de bien vouloir m'excuser ... dis moi et je l'efface immédiatement !

Je te souhaite le meilleur avec ton compagnon et ta fille...
Bonne chance pour ton nouveau job... Bravo !

Amicalement, solidairement.
Federico
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 20 Mars 2018 à 10:57:23
Bonjour Frederico,

Je pense que tu as raison.
Je voyais une psy au début, celle qui me suivait déjà avant dans les moments compliqués et stressants de la vie étudiante mêlée à la vie de famille. Puis j'ai trouvé un remplacement avec des horaires qui ne correspondaient plus aux siens. Du coup mon médecin m'a envoyé vers un psychiatre, j'ai commencé hier et on se revoit dans deux semaines.

Je crois effectivement que je n'arrive pas à m'y faire et surtout je me sens seule et pas comprise. Hier, ma grand-mère m'a dit que ma tante allait la voir au mois d'avril au moment de son anniversaire (c'est le même jour que celui de mon père), je serai donc encore toute seule pour cette date que j'appréhende encore plus que mon propre anniversaire. Mon parrain ne m'appelle jamais, mes amis (pour ceux qui restent) ne sont pas forcément plus présents qu'avant. Bref le constat n'est pas super.
Et puis Angèle est difficile, c'est la crise tout le temps, elle n'a absolument jamais envie de travailler. Elle a des mauvaises notes et elle s'en fiche. Même là-dessus je ne la reconnaît pas.  En plus, toute la famille l'encourage là-dedans en lui disant que de toute façon elle ne sera jamais comme moi, ça m'agace !

Enfin voilà, la routine reprend et je vais agir comme un robot ça me va bien.

Je m'excuse aussi parce que tu ne dois pas trop bien comprendre mes réactions (je ne me comprends pas moi-même) et je sais que tu préférais être à ma place et toujours avoir ton fils même  avec des mauvaises notes et des commentaires pas toujours sympas des autres sur l'éducation et tous les désaccords entre parents. Enfin la vie quoi.
Je lirai ton analyse à mon psychiatre, on ira peut être plus vite dans le bon chemin à suivre.

A bientôt.
Charlotte.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Charlottine le 21 Mai 2018 à 01:06:36
Bonsoir à tous,

Aujourd'hui pas le moral. Et pourtant je suis en voyage avec des copines pour un EVJF (pas envie d'écrire en entier ce mot si moche!).
Je me sens totalement en décalage, on a clairement pas les mêmes ennuis. Tout à l'heure au détour d'une conversation, ils se posaient la question de savoir quel était le "pire moment" de leur vie, et là ils me sortent des petits tracas au cours d'un voyage en Inde : non mais ils sont sérieux !!! Ça me révolte et pourtant je ne dis rien, je souris bêtement et j'enfile mes lunettes de soleil.
Un de la bande reçoit un coup de téléphone d'une amie à lui qui a perdu son frère la nuit dernière, et là il appelle toute sa clique d'amis pour les prévenir comme si c'était l'événement du siècle, le potin de ouf à ne pas rater en concluant ses appels par des "et sinon passe un bon dimanche!" : non mais sérieux !! La copine en question n'avait certainement pas envie que ça se passe comme ça.
Ils ont fait ça les gens autour de moi aussi ?
Il parle de ça avec les autres et là il dit "bah quand on perd ses parents c'est la logique des choses, mais son petit frère n'est pas sensé partir avant". MAIS PUTAIN T'AS RIEN COMPRIS. Quand on sait pas on se la ferme !
Ils voulaient absolument aller dans la maison de l'horreur, déjà avant je détestais ça mais maintenant même un film - de 10 ans c'est pas possible. Bref je suis passée pour la reloue de service. Mais l'horreur chez moi elle est au quotidien.
Heureusement la ville est belle, la copine pour qui je suis là est quand même pas dans cette optique mais franchement je suis choquée.

Voilà j'avais besoin de me libérer de ça et comme mon rdv est pas maintenant ça me fait du bien d'être là.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: souci le 21 Mai 2018 à 14:27:30

    Clin d’œil, bisou, Charlotte ...
     ;) :-*
    M.
Titre: Re : Mon Papa
Posté par: Bmylove le 01 Juin 2018 à 19:26:32
Bonjour Charlottine,
Je viens de lire tes msg, ils me touchent vraiment. Ma fille vient de perdre don père, elle aussi, à 23 ans. Je me rends compte à quel point je vais devoir faire bien attention à elle. Comme toi, elle adorait son papa, et comme toi, c'est une battante.
J'espère qu'elle aura ta force pour continuer sa vie.
Sois douce envers toi-même, tu mérites ce qu'il y a de mieux.