Auteur Sujet: Mon Papa  (Lu 3096 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Mon Papa
« le: 07 Octobre 2017 à 15:42:23 »
Bonjour à tous et toutes,

Ça fait plusieurs semaines que je lis vos publications et je me dis que peut-être que moi aussi je pourrais mettre par écrit mon ressenti.
Le jeudi 31 août vers 17h30 je suis rentrée chez mon papa après un déjeuner avec des amies. Ça faisait une semaine et demi que j'avais investie les lieux pour essayer d'aider mon papa dans sa maison. J'ai donc fait du ménage, du repassage ...
Puis quand je suis rentrée, la maison était dans le noir et mon papa n'était pas dans le canapé du salon comme d'habitude. Je n'ai pas tout de suite compris (je suis même allée aux toilettes). J'ai regardé si la voiture était là : oui, à cela ne tienne ma tante sous la pression de ma grand-mère avait peut-être décidé de le sortir un peu.
Puis je suis montée à l'étage en l'appelant et j'ai vu ses chaussons à l'entrée de sa chambre où il ne dormait plus depuis longtemps. La porte était entrouverte, je l'ai aperçu allongé et dans la rainure de la porte j'ai vu son visage déformé. Mais là encore je n'ai pas compris. J'ai pris mon téléphone qui n'avait presque plus de batterie et j'ai appelé les urgences en leur demandant de se dépêcher. Ils m'ont demandé de rentrer dans la chambre mais je leur ai dit que je ne pouvais pas, ils m'ont confirmé qu'ils envoyaient une équipe et mon téléphone s'est coupé. Je l'ai mis en charge pour essayer d'appeler ma tante mais il ne s'allumait pas de suite une fois branché. J'ai pris le téléphone de mon papa pour l'appeler. Elle m'a demandé si j'avais appelé les urgences je lui ai dit oui, elle m'a dit qu'elle arrivait.
Je suis sortie de la maison pour que les urgentistes comprennent vite où ils devaient venir. Mon oncle est passé par hasard et il s'est arrêté. Il est monté, puis il est revenu. En même temps, le voisin est arrivé cherchant à comprendre ce qu'il se passait. J'ai juste entendu mon oncle dire "il faudra être courageuse" et j'ai fermé mes oreilles pour ne plus entendre et pour ne pas comprendre que l'impensable était arrivé.
Aujourd'hui, je ne me sens pas capable de supporter tout ce poids qui pèse sur mes épaules. Je passe du désespoir à la colère, parfois je m'invente une nouvelle histoire.
Je m'en veux beaucoup de ne pas avoir été plus présente lors de mes études, je m'en veux de ne pas avoir su prendre la décision de le faire hospitaliser, je m'en veux d'être partie à ce déjeuner alors que le midi c'était le plus compliqué pour lui.
J'en veux aussi beaucoup à tous ces gens de ma famille qui vivaient juste à côté et qui l'ont délaissé. 

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2113
Re : Mon Papa
« Réponse #1 le: 07 Octobre 2017 à 16:40:24 »

   Bonjour Charlottine,
   Tu as bien fait de t'exprimer, rien que cela c'est un petit pas ...
   Un décès par suicide est particulièrement choquant, on ne peut s'empêcher de se faire toutes sortes de films dans notre tête.
   C'est très difficile ...
   Et très récent pour toi.
   Bien normal que tu ne te sentes pas capable d'en supporter le poids ...
   Dans les premières semaines, c'est tout juste si on arrive à gonfler ses poumons tellement c'est oppressant ...
   Prends bien soin de toi et écris ici si ça te soulage un peu ... je comprends à quel point c'est "énorme" ...
   Amicalement et solidairement, Martine.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Papa
« Réponse #2 le: 07 Octobre 2017 à 17:53:06 »
Bonjour Martine,

Merci pour votre réponse.
J'avais déjà écrit un texte pour la cérémonie et même si il était mouillé de toutes mes larmes, ça m'avait fait du bien. Mes proches (ma maman, ma marraine et mon compagnon) me disaient qu'il ne fallait pas que ce soit trop long car ça serait trop difficile à lire devant tout le monde. Pour moi, c'était important que ça ne soit pas une cérémonie comme les autres, froide et impersonnelle. J'avais tant de choses à dire, tant de souvenirs d'enfant et d'un peu plus grande. Je pensais pouvoir en construire encore bien davantage, aussi naïve que je suis du haut de mes 25 ans.

Je pourrais bien le copier ici mon texte pour partager avec vous un petit morceau de ma vie avec mon papa.

Encore merci pour votre message.
J'imagine que si vous êtes ici vous aussi c'est que la vie ne vous a pas épargnée non plus.

A bientôt.
Charlotte.

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2113
Re : Mon Papa
« Réponse #3 le: 07 Octobre 2017 à 18:49:17 »

   Coucou Charlotte,
   Oui, si tu le souhaites, tu peux nous partager ce que tu as tenu à dire au moment de dire adieu à ton papa ... de toute évidence, tu l'aimais beaucoup et t'occupais bien de lui.
   
   Et tu as deviné, je n'ai pas été épargnée ...
   Chez mon frère ils ont perdu l'aîné de leurs trois enfants, adolescent, 14 ans et demi, suicide impensable ... chouette petite famille ...
   Pas facile.
   La vie ne sera jamais plus pareille et faut beaucoup de bonne volonté pour pas virer dans le négatif tout le temps. La plaie reste ouverte, depuis le 28 mars 2013.
   Je m'accroche à tout ce que j'aime bien, sentimentalement et concrètement.
   Je te partage une jolie fleur (je regardais pour planter qqs rosiers bientôt) à+, M.

   
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Papa
« Réponse #4 le: 09 Octobre 2017 à 09:26:41 »
Bonjour,

Aujourd'hui c'est pas trop la forme (comme tous les jours en fait).
Je vous transmets le texte que j'ai écrit et lu pour mon papa le jour de la cérémonie.

"Je vous avoue que je ne savais pas bien par où j'allais commencer alors j'ai décidé de débuter par une histoire, celle de David et Goliath. Pour faire simple cette histoire elle raconte le combat d'un géant puissant et féroce Goliath que tout le monde avait essayé d'écraser en vain. C'est finalement un berger David pas du tout entraîner à cela qui est arrivé à délivrer la Terre de ce fléau alors qu'il ne paraissait pas du tout fait pour y parvenir.

Alors pourquoi je vous raconte cela, et bien parce que je trouve que cette histoire est bien à l'image de Papa. Lui, n'avait peut-être pas autant de charisme que certains, il n'avait peut-être pas de montre high-tech et un savoir technologique avancé, mais sa force et son courage étaient bien à l'image de David : en effet, abattre un travail colossal ne lui faisait pas peur, et ici beaucoup d'entre nous peuvent en témoigner.

Ces valeurs du travail, et du travail bien fait boire du perfectionnisme c'est toi Papa qui me les as transmises; et j'ai très vite compris qu'on avait rien sans rien. D'ailleurs, on se marrait bien devant les émissions de déco qui passaient à la télé car refaire une maison en une semaine ne pouvait être que du travail bâclé. On se marrait bien aussi devant les pseudo-émissions d'archéo qui n'avaient rien de scientifique.

Je me souviens de ma première visite avec toi et maman à la grotte de Pech Merle et du jour où tu m'as expliqué la façon de retenir la différence entre une stalactite et une stalagmite. Je me souviens des heures passées à regarder "l'imagerie de l'histoire" le soir à tes côtés, qui finalement ont fait naître chez moi une passion pour l'ancien qui s'est développée avec le temps.
Quand j'étais petite, je rêvais d'être égyptologue, et bien vous savez quoi, juste pour me faire plaisir, mon papa a redécoré sa salle à manger avec des hiéroglyphes : je ne pense pas que beaucoup de parents auraient opté pour une déco, il faut le dire assez kitch, pour répondre au plaisir de son enfant.
Finalement, cette passion pour l'histoire on la partageait. Toi ton truc c'était l'histoire militaire et le collectionnisme. J'avoue parfois ça en devenait soûlant. Mais je sais à quel point tu tenais à cela et je souhaite que cet héritage soit conservé dans les meilleures conditions possibles. C'est pour cela, que j'ai décidé de faire don d'une partie de ta collection au musée "Guerre et Paix" de Novion-Portien : t'inquiètes j'ai déjà visité leurs réserves, on ne peut pas rêver mieux.

Les gens qui me connaissent aujourd'hui ont bien du mal à imaginer que petite je partais avec toi pour des journées entières de pêche ou de cueillettes de champignons. La nature que tu aimais profondément on a appris à la connaître ensemble : à l'école, j'étais la seule à rapporter tout un tas de trucs : des champignons pour apprendre la différence entre les bons et les mauvais, des noisettes aux formes étranges, des têtards, des chenilles pour observer leurs transformations. Moi, j'étais super fière de partager cela avec la maîtresse et avec mes camarades. Une chose est sûre tout cela à developpé ma curiosité, qualité ou défaut qui me caractérise toujours.
Puis j'ai grandi, la pêche c'était plus trop mon truc, mais tu as pu discuter de tout cela avec Clément que tu appréciais. On se souviendra longtemps de ce week-end passé avec toi près de Troyes où soit dit en passant tu nous avais tous empêché de dormir avec tes ronflements.

Alors j'ai peut-être laissé tomber la pêche une fois adulte, mais ça nous a pas empêché de garder des moments de complicité quand on partait jusqu'au petit matin jouer au casino. Finalement, quand on y pense l'engouement pour les jeux remonte à loin et à l'époque où en attendant maman on jouait au Rapido en dégustant une part de flan, puis les journées passées dans les fêtes foraines à jouer aux machines à pièces tout ça pour gagner une peluche géante de chenille; ou encore quand à chaque fois que tu venais à Reims tu nous rapportais des jeux à gratter en souvenir de ce jour où j'avais gagné 300 euros, une somme énorme alors que je n'avais même pas 10 ans. Puis, après Clément et Angèle sont rentrés dans notre rituel et ce sont eux qui ont gagné !

J'espère qu'Angèle se souviendra aussi de tous les moments qu'elle aura passé avec toi car tu as eu la chance d'assister à ses premiers pas.

Alors j'aurais pu continuer à vous raconter pleins de choses comme ça parce que ma tête est remplie de souvenirs avec toi.
Tu n'avais pas forcément idées de toutes les qualités dont tu disposais, ni du rôle majeur que tu as eu dans mon développement. Tu as décidé de partir mais tu laisses un vide immense derrière toi.
Par pudeur, on ne s'est jamais dit tout ce qu'on avait à se dire, mais moi je t'aime Papa. "

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Mon Papa
« Réponse #5 le: 09 Octobre 2017 à 10:55:00 »
Charlottine,
mes larmes ont coulées en te lisant,
je n'ai pas de mots aujourd'hui pour te soutenir mais je souhaite t'offrir un peu de chaleur
bien tendrement
Mononoké
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Papa
« Réponse #6 le: 09 Octobre 2017 à 10:59:59 »
Bonjour Mononoké,

Merci pour ce message.
C'est aussi pour cette chaleur (même virtuelle) que je me suis inscrite ici. C'est aussi parce que c'est plus facile d'écrire que de parler. Et puis, j'ai beaucoup de mal à discuter avec mes proches de tout ça. Peut peut-être de déranger. Et chacun reprend sa vie, mais moi j'ai plus envie.

Je ne sais pas qui tu as perdu, mais si tu es là c'est que toi aussi tu as vécu un drame du même genre. J'en suis désolée et te souhaite aussi bon courage.

A bientôt.
Charlotte.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Mon Papa
« Réponse #7 le: 09 Octobre 2017 à 11:23:26 »
Charlottine,
C'est aussi pour cette chaleur (même virtuelle) finalement pas si virtuelle que cela,
ici j'y ai rencontré chaleur, bienveillance, soutien, compréhension, sans jugement,... un énorme cadeau, le forum m'a beaucoup aidé,
ici on peut se sentir mal, on ne nous dit pas "sois forte" ... discuter avec sa famille, ses proches, n'est pas toujours facile,
j'ai perdu mon mari en septembre 2016, depuis j'essaie de me reconstruire, d'accepter de vivre avec mes émotions (parfois très envahissantes) j'apprends bcp sur moi, sur le chemin de deuil, ...
Je te souhaite de tout coeur que le forum t'apporte tout ce qu'il a pu m'offrir
tendrement
Charlottine, tu as fait un bel hommage à ton papa
je t'embrasse
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Papa
« Réponse #8 le: 09 Octobre 2017 à 11:34:13 »
J'imagine que ça doit être difficile effectivement de perdre son conjoint.
As-tu des enfants?

Moi c'est finalement avec ma mère que j'ai le plus de mal en ce moment, alors que maintenant il ne me reste qu'elle. Mais dès qu'elle aborde le sujet, elle me fait davantage de mal. La première fois elle m'a parlé de son ressenti, qu'elle se sentait coupable (mes parents étaient divorcés, je pense que mon père ne s'en est jamais remis, je me rends compte que moi non plus finalement), je lui ai répondu que j'avais suffisamment d'émotions pour recueillir celles des autres. Après quand je lui ai dit que j'avais peur que mon père ait fait ça pour me mettre à l'abri du besoin, elle a commencé à me parler du fait qu'elle ne comprenait pas où était passé l'argent. Mais moi je m'en fiche tellement de tout cela! Et maintenant que je commence à comprendre qu'en fait je suis aussi en colère contre elle, elle rejette la faute sur les médecins, tout comme ma tante qui leur à tous écrit un roman pour leur expliquer leur métier . Mais les principaux responsables, c'est bien nous! Je sais bien que je n'étais pas assez présente.

Je n'aurais jamais dû partir à ce déjeuner.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Mon Papa
« Réponse #9 le: 09 Octobre 2017 à 12:02:11 »
j'ai 2 enfants Charlottine, j'essaie de les entourer au mieux

Oh Charlottine,
cette culpabilité, c'est un monstre, une plaie, une horreur, elle vient ajouter de la peine à la peine, elle vient pourrir la vie de ceux qui restent.
Mon mari est mort d'un accident, et malgré cela je me suis sentie coupable, responsable de sa mort pendant un bon bout de temps!!
Je sais que je n'ai pas les moyens de te la retirer, je n'ai pas connu le suicide et je ne me sens pas très légitime pour en parler, ... mais j'ai envie de te dire que tu ne peux être responsable de son départ,
 les enfants ne peuvent pas rendre leurs parents heureux, les parents doivent s'occuper d'eux et de leur bonheur.
(ça je l'ai compris, après la mort de mon mari, j'ai compris qu'il fallait que je m'occupe de moi, que je ne pouvais pas demander à mes enfants de me remplir de ce que la vie m'avait pris) Si je te partage cela, c'est juste pour te partager ce que je pense sur le rôle du parent et de l'enfant, j'espère ne pas te heurter car je n'en ai pas envie.

Et cette colère dont tu parles, elle est légitime, lorsque la vie est dure, insupportable, intolérable, perdre son papa, et de cette façon là, n'est pas tolérable, n'est pas juste, ...
je te souhaite d'être douce avec toi,
je t'embrasse chaleureusement
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Papa
« Réponse #10 le: 09 Octobre 2017 à 12:32:45 »
Merci encore pour ton message.
C'est vrai que moi aussi je pensais comme toi du rôle de parent et d'enfant. Pour moi, c'était à lui de m'occuper de moi et pas l'inverse, ou en tous cas pas pour des décisions difficiles comme une hospitalisation. J'ai essayé de lui apporter mon aide à ma façon, en l'aidant dans sa maison, en y faisant du tri. Mais c'était certainement trop tard ou pas suffisant.
Tous les adultes autour de moi (mes tantes, ma grand-mère) m'ont dit qu'il fallait que je m'inquiète de l'avenir de mon père, qu'il fallait le faire hospitaliser parce que pour reprendre les mots de ma tante "il ne passerait pas l'hiver". A l'évidence, elle avait raison.
J'avais évoqué ce sujet avec papa, mais ça lui faisait trop peur. Je ne voulais pas lui mettre la pression avec ça, je voulais qu'il prenne cette décision lui-même pour ne rien lui imposer. Quelle erreur !
Et en même temps, mes tantes qui semblaient si sûres d'elles ne l'ont pas fait non plus, attendant que moi du haut de mes 25 ans je prenne une telle décision parce que j'étais sa fille et elles que leurs sœurs. Je suis fille unique alors je ne sais pas trop ce que c'est d'être sœur. J'ai longtemps voulu avoir un frère ou une sœur, mais quand je pense à cela je me dis que finalement même entourée d'une grande fratrie, on reste toujours seule.

Bon courage avec tes enfants. Moi je ne sais même plus trouver la force de m'occuper de ma fille. Moi qui cherchait à prouver au monde entier que je pouvais exceller dans ce domaine comme dans ma vie professionnelle. Il ne reste finalement plus grand chose et plus d'envie.

Je suis désolée, je me rends bien compte à quel point je suis négative et pas très aidante pour vous tous échoués comme moi ici, mais je ne fais pas exprès.

Hors ligne Mononoké

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 596
  • Un petit pas, puis un autre ...
Re : Mon Papa
« Réponse #11 le: 09 Octobre 2017 à 12:50:45 »
Moi je ne sais même plus trouver la force de m'occuper de ma fille. Moi qui cherchait à prouver au monde entier que je pouvais exceller dans ce domaine comme dans ma vie professionnelle. Il ne reste finalement plus grand chose et plus d'envie.

Charlottine,*
 tu viens de perdre ton papa, tu es au centre de la tourmente, ton corps, ton cerveau, tout est chamboulé, bouleversé, laisse toi du temps, il faut beaucoup de temps, un deuil est un long long long chemin, si on arrive à être doux et patient avec soi, c'est déjà un énorme pas. On avance avec cela à notre rythme, pas à pas, avec de gros bonds en arrière parfois (en tout cas avec cette impression)
Lorsque mon mari est mort, mes émotions furent démultipliées, je suis quelqu'un de nature calme et patiente (enfin je croyais). A sa mort je ne me reconnaissais plus, je montais en pression, colère, panique, ... pour un rien. Je n'avais pas de patience avec mes enfants, je m'en voulais, ils étaient malheureux, avaient besoin de leur maman, et leur maman n'était pas toujours dispo, pas toujours là pour eux. Avec le temps, j'ai appris à ne pas me le reprocher, à ne pas culpabiliser, à être juste la maman que j'étais avec mes troubles et mes émotions, je suis de plus en plus douce avec moi, en  me disant que je fais ce que je peux avec ce que je suis, et ce que je vis. Aujourd'hui je suis de plus en plus "comme avant", plus calme, plus patiente, mais mon seuil n'est pas revenu là où il était avant. Et ça fait 1 an.


Je suis désolée, je me rends bien compte à quel point je suis négative et pas très aidante pour vous tous échoués comme moi ici, mais je ne fais pas exprès.
Ne sois pas désolée, ici, on est tous cassés, brisés, recollés tant bien que mal pour certains, un peu plus pour d'autres, avec des aller-retours dans les profondeurs ; on aide quand on peut, quand on trouve les mots, on vient, on s'absente, il n'y a pas d'obligation, pas de règles, ... Venir partager ici, ne doit pas être une source de culpabilité supplémentaire, on vient soutenir quand on le veux et surtout quand on le peut

bien tendrement
« Modifié: 09 Octobre 2017 à 12:54:12 par Mononoké »
"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort jusqu'au jour où être fort reste la seule option". B. Marley

L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.

Ce qui compte, ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie.C’est la vie qu’il y a eu dans les années. A. Lincoln

En ligne souci

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2113
Re : Mon Papa
« Réponse #12 le: 09 Octobre 2017 à 17:13:37 »

   Le texte pour ton papa est très émouvant, merci Charlotte.
   M.
Heureuse d'être inconsolable, j'Aime.

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Papa
« Réponse #13 le: 09 Octobre 2017 à 17:35:17 »
Bonjour Martine,

Merci pour ton petit mot. C'est ce que je voulais, une cérémonie en émotion. J'avais choisi un morceau de piano aussi, celui dans le fabuleux destin d'Amélie Poulain. Du piano, parce que j'ai eu la chance d'en faire. Ce morceau parce que je ne voulais pas choisir du classique. Je me suis dis que c'était un bon choix.

A bientôt.

Hors ligne Charlottine

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 21
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon Papa
« Réponse #14 le: 09 Octobre 2017 à 22:27:11 »
Je crois bien que je ne vais pas être capable de continuer ici et maintenant comme le dit ma psy. J'ai plus envie de rien. J'ai même plus envie de travailler alors que je me suis battue pour réussir, et maintenant je m'en fiche tellement. Plus rien ne m'intéresse. De toutes façons mon contrat s'est arrêté le même jour que ce fameux jour, c'est bien un signe ça, non!
Vous vous rendez compte que les feuilles tombent des arbres, que le temps passe et que je suis sans mon papa. Vous vous rendez compte que bientôt ce sera l'anniversaire de ma fille et que mon père ne sera pas là.
Comment je vais faire? J'ai plus envie.