Auteur Sujet: Mon compagnon m'a quitté  (Lu 40151 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #105 le: 18 Août 2018 à 15:40:42 »
Je l'embetais toujours avant la rentrée... il me disait "ta gueule" en souriant. Je le prenais dans mes bras et lui souhaitait une bonne rentrée le jour j.désormais ce sera un jour comme les 365 autres.
Il n'est plus là car il est mort, car j'ai rejeté son amour profond.
Je n'arrive pas encore à me faire concrètement à cette idée. Je cultive donc, j'entretiens ma bulle pour l'avoir encore un petit moment avec moi.
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1956
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #106 le: 18 Août 2018 à 16:31:16 »
Il est avec toi pour toujours mais pas physiquement.... :'(
If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #107 le: 18 Août 2018 à 20:17:29 »
SuperMike, tu ne pouvais pas faire à sa place.
Il ne l'aurait pas supporté, et lui seul avait les clés de sa vie.
Tu ne pouvais pas non plus savoir ce que tu sais maintenant.
Si on connaissait l'issue qu'ils ont choisie, on agirait différemment, mais est-ce que ça aurait fondamentalement changé les choses ? Je ne sais pas.


Je suis d'accord. Quel que soit l'issue, leur tourment aurait toujours été là. Mais dans mon cas,j'aurais été sa bouée pour tenir je pense, sa satisfaction dans la vie. Cela n'aurait pour autant pas réglé les difficultés en profondeur et je pense que les malaises entre nous seraient revenus à un moment ou un autre. Aucune raison que ca ai changé à ce moment là, alors qu'on n'a pas trouvé la solution avant.

Leur geste est disproportionné, c'est bien qu'il y avait un problème plus profond


Pour Ludo, il y avait une accumulation d'insatisfaction  qui ont joué. Et là,  je ne l'ai pas sufisamment cru.

Son amour pour nous n'a pas suffit. Il ne trouvait plus sa place nulle part.


Entièrement daccord. Ludo ne se reposait que secondairement sur des amis, peu de relations avec ses collègues, insatisfaction quant à son lieu d'habitation.


Quelque chose de très fort, une pulsion effroyable, lui a fait croire que la seule solution pour ne plus souffrir était la mort.
Que peut-on face à ça ?
La cause de leur souffrance n'était pas notre amour.

Je suisd'accord. La solution de la mort est si radicale. Une personne déprimée pourrait comprendre
J'ai échangé avec la fille d'une collègue de Ludo qui était déterminée à en finir. Elle avait pris des médocs, heureusement sa mère est rentrée plus tôt ce jour là.
Elle m'a assuré qu'en fermant les yeux, on pense aux gens qu'on aime, même si la souffrance est plus forte, qu'il n'y a aucune colère. Elle m'a assuré qu'elle avait la certitude que Ludo m'a vu en fermant les yeux. Jetais bouleversé quand elle m'a dit cela. Aujourd'hui cela m'appaise, mais sur le coup jetais anéanti de chagrin.


Mais échanger sur ce forum m'aide à prendre de la distance et éviter d'être ensevelie par l'idée que j'ai participé à sa mort.
Si il y a un truc dont je suis sûr c'est que je n'ai pas souhaité ni participé à sa mort.
« Modifié: 18 Août 2018 à 20:22:14 par mike67 »
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1956
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Re : Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #108 le: 18 Août 2018 à 20:44:33 »
en fermant les yeux, on pense aux gens qu'on aime, même si la souffrance est plus forte, qu'il n'y a aucune colère. Elle m'a assuré qu'elle avait la certitude que Ludo m'a vu en fermant les yeux. Jetais bouleversé quand elle m'a dit cela. Aujourd'hui cela m'appaise, mais sur le coup jetais anéanti de chagrin.

Le dernier sms de mon mari, c'est "Je t'aime et j'aime mes enfants. Bye.  :'("
J'en ai le coeur broyé à chaque fois que j'y pense, c'est à dire en permanence.
Je ne ressens aucun apaisement, j'aurais préféré qu'il me déteste, parce que là, c'est vraiment trop con.
If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #109 le: 18 Août 2018 à 21:21:56 »
Le sms etait un moyen pour ne pas vous faire culpabiliser et vous dire l'essentiel.
Essaie de ne pas lui en vouloir pour ses mots. Il avait justement peur, selon moi, quevous doutiez de son amour pour vous, que ces mots  restent gravés. Il est important, primordial?, que ce message soit bien reçu, car j'ai l'impression qu'il tenait à cela plus que tout. Donc il faut rejeter l'acte inexcusable, insensé, mais accepter ses dernières paroles qui sont sincères. aucune provocation La dedans.. au moment de mourir, on va à l'essentiel, avec la crainte que cela ne soit pas su. C'était cela sa  derniere reelle  volonté, que vous sachiez qu'il partait en vous aimant.
La souffrance etait trop forte et le drame a suivi.
Dans l'histoire que j'évoquais, la jeune fille, alors ado, avait de multiples problèmes de santé et étaient descolarisee. Elle n'en pouvait plus et n'a trouvé rien d'autres pour que la souffrance psychologique cesse.
Pour ton conjoint, c'est con oui. Mais il faut essayé de respecter sa souffrance, sans pour autant croire qu'on en est la cause.
Pour Ludo, plus compliqué car il savait que la rupture serait intolérable pour lui et il a donc essayé de me retenir jusqu'au bout... et malheureusement je ne l'ai pas accueilli
« Modifié: 18 Août 2018 à 21:42:27 par mike67 »
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1956
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #110 le: 18 Août 2018 à 22:39:14 »
C'est quand même d'une grande ambivalence.
Il nous aime, mais se tue chez nous sans savoir qui trouvera son corps et en  ravivant en moi un traumatisme.
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne nous a pas épargnés, les enfants et moi.
Il souffrait, certes, mais ses mots d'amour sont en contradiction avec son geste.
Il a été submergé par des émotions très contradictoires selon moi, mais là où je suis en colère, c'est qu'après ses TS, je lui expliquais l'impact que ça avait sur moi, et ce que ça ferait aux enfants.
Chaque TS était un traumatisme.
Il voulait vérifier si je l'aimais, j'imagine, mais c'est d'une violence extrême.

Il savait pertinemment qu'il nous blessait, pour ne pas dire autre chose.
Il pensait que nous étions forts, qu'on s'en sortirait, mais il n'avait pas pour autant le droit de nous faire du mal.
C'est trop facile de se dire qu'on blesse les gens, mais qu'il s'en remettront.


If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #111 le: 18 Août 2018 à 23:42:12 »
Je comprends ta colère.
Tu as raison. 
Le contexte et le lieu est effroyable.
Pour Ludo, c'est douloureux car il n'y a pas eu de menace, pas de tentative, uniquement une douleur enfouie, gérée dans la solitude.
Epprouver de la colère contre lui? Je ne peux pas. J'aurais préféré le réconforter, le prendre dans mes bras, m'excuser pour la blessure.

Qu'il est difficile de comprendre l'acte suicidaire.
Si on part du principe que ce n'est pas un choix, mais le seul moyen de faire cesser une souffrance, je pense qu'on ne peut pas leur en vouloir.
La jeune fille qui m'a décrit sa tentative m'a bien dit qu'elle ne voulait pas faire de la peine à ses parents mais que la douleur était trop forte. Sa maman l'a trouvé inanimée dans le salon familial.
Dans ton cas, la violence du geste est inouïe.
Je peux simplement te dire que tu es très courageuse.
Je ne sais pas si des psy pourraient nous eclairer davantage sur le degré de lucidité du suicidaire.
Dans un article, j'ai lu que dans la plupart des cas, la personne essaie de retarder son geste en pensant aux proches, jusqu'à ne plus pouvoir.
https://m.huffingtonpost.fr/katie-hurley/le-suicide-nest-pas-un-acte-egoiste_b_5674549.html

Désolé de nos échanges un peu sombres aujourd'hui
« Modifié: 19 Août 2018 à 09:06:57 par mike67 »
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #112 le: 18 Août 2018 à 23:48:12 »
Je te prends solidairement et amicalement dans mes bras☺
Désolé pour mon message pesant...
« Modifié: 19 Août 2018 à 00:08:06 par mike67 »
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne Eva Luna

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 2771
Re : Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #113 le: 19 Août 2018 à 14:02:39 »
C'est quand même d'une grande ambivalence.
Il nous aime, mais se tue chez nous sans savoir qui trouvera son corps et en  ravivant en moi un traumatisme.
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne nous a pas épargnés, les enfants et moi.
Il souffrait, certes, mais ses mots d'amour sont en contradiction avec son geste.
Il a été submergé par des émotions très contradictoires selon moi, mais là où je suis en colère, c'est qu'après ses TS, je lui expliquais l'impact que ça avait sur moi, et ce que ça ferait aux enfants.
Chaque TS était un traumatisme.
Il voulait vérifier si je l'aimais, j'imagine, mais c'est d'une violence extrême.

Il savait pertinemment qu'il nous blessait, pour ne pas dire autre chose.
Il pensait que nous étions forts, qu'on s'en sortirait, mais il n'avait pas pour autant le droit de nous faire du mal.
C'est trop facile de se dire qu'on blesse les gens, mais qu'il s'en remettront.

Tu as raison, dans cette ambivalence massive,il y a une très forte composante agressive dans le choix du lieu ,du contexte... comme un message adressé à ceux qui restent, un genre de  message toxique...en plus...
Ta finesse d'analyse le perçoit bien, tu démêles les fils de son geste...Complexes sont leurs motivations... toujours...
En même temps il t'aimait et en même temps il te blessait de la pire des façons, directement toi et à travers les enfants...
Ça te donne le droit d’être à la fois infiniment triste et rageusement en colère...
Faire coexister en toi ces deux émotions si contraires est épuisant.Déstabilisant.

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1956
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #114 le: 19 Août 2018 à 14:32:17 »
Merci Evaluna, j'ai besoin de savoir que ce ne sont pas mes propres projections agressives qui noircissent le tableau.
La culpabilité me fait perdre de vue parfois que j'ai d'abord essayé de protéger mes enfants, et moi accessoirement.


If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #115 le: 19 Août 2018 à 22:43:00 »
Peut être que Ludo à voulu me blesser aussi, inconsciemment.
Le projet d'habiter ensrmble tombe à l'eau.... dans ce cas, il choisi, meurtri, de s'éteindre seul, dans la chambre de son appartementdans lequel il se sentait si mal... avec à côté du lit, les premiers cartons destinés au déménagement.
Cette scène est toujours une vraie meurtrissure pour moi, extrêmement culpabilisant.
Volonté d'atteindre ceux qui restent, c'est sûr, au moins inconsciemment

http://www.psydoc-france.fr/conf&rm/conf/endeuilles/textesexperts/Pommereau.pdf
« Modifié: 19 Août 2018 à 22:46:44 par mike67 »
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne Bmylove

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1956
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #116 le: 19 Août 2018 à 22:51:25 »
Oui, les atteindre et continuer à vivre dans leur souvenir quitte à utiliser un moyen pour le moins impressionnant voire traumatisant.


If I look hard enough into the settin' sun
My love will laugh with me before the mornin' comes

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #117 le: 20 Août 2018 à 00:56:10 »
Je ne sais pas.
J'imagine pas Ludo vouloir me faire du mal.
Ou essayer de détruire son objet d'amour en retournant l'arme contre lui, pour ne pas souffrir?
Je me perds dans des considérations inutiles...
Mais j'ai bcp de mal avec l'idée qu'il ai pu mourir en m'en voulant. Non, je ne veux pas intégrer cette pensée et cela ne cadre pas.
Je l'aimerai toujours et je prendrai soin de lui, de sa memoire
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir

Hors ligne magellan

  • Néophyte
  • *
  • Messages: 7
  • Le forum d'entraide durant un deuil
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #118 le: 20 Août 2018 à 02:10:14 »
Bonjour
Je connaissais cet article et il semble étayé  par des expériences de vécus traumatiques ayant entraîné un geste interprété comme adressé à un entourage qui devient dès lors un coupable qui s'ignorait - ou pas - comme tel.
A une certaine époque, je le prenais assez mal, étant convaincu que mon fils n'avait pas voulu faire de mal à ses proches, mais après avoir vu X. Pommereau s'exprimer sur un plateau tv j'ai mieux compris le fait que son expérience est marquée par des cas cliniques variés mais avec des constantes.
Sa tentation de généraliser 'avec modération' certains traits communs aux gestes suicidaires est intéressante même si je suis généralement opposé à ce type de démarche quand elle relève de l'amalgame. Je ne pense pas que cela soit le cas ici.
Il ne faut jamais perdre de vue que ce qui est proposé ici est une interprétation de l'inconscient du suicidant. De nos jours une mauvaise lecture de la psychanalyse a tendance à prospérer à bon compte en oubliant que la vérité de l'inconscient n'est pas celle du conscient. Tout n'est pas vérité dans l'inconscient. Ce n'est pas le siège de toutes les réponses vraies aux plus sombres énigmes. Beaucoup de séries tv marchent avec çà. Cela dit heureusement, il y a aussi beaucoup de 'folie' dans l'inconscient. On fait parfois de grosses bêtises en convoquant abusivement l'inconscient.

Il faut s'accrocher à ce qui est vrai dans nos histoires , l'amour, et ce qui ne l'est pas, la haine, se retrouve le plus souvent refoulé dans l'antichambre des mauvaises pensées plus ou moins dicibles, contre lesquelles on lutte.
Notre cerveau éduqué fait normalement le ménage en permanence... Un psychopathe ne parvient pas à le faire, voire il n'essaie pas.
 Lors de la pulsion suicidaire il y a probablement une rupture de cet endiguement, et la personne en est encore plus désemparée, la percussion des pensées 'normales' et des pensées indomptables et moralement inacceptables pour lui est une cause de détresse identitaire épouvantable. Il n'est pas rare de se sentir devenu démon, d'agir comme tel, y compris en entendant des voix, ce que prouvent de nombreux drames parfois 'altruistes'.

Lors de mon hospitalisation en urgence en 2015 (dépression mélancolique, le cerveau comme broyé par trop de nuits blanches) je suis passé dans cet état de désorganisation mentale radicale, en gardant à l'esprit l'amour qui me retenait à ma famille. Sans revenir sur les détails, en résumé cette percussion entre des pensées incontrôlables par leur amplitude, et l'image que l'on a toujours voulu conserver, est une véritable explosion pathologique. Cela sort du DSM... La souffrance est telle que si le passage à l'acte a lieu, cela peut être nimporte où. Pour ma part je me voyais déjà mort, au purgatoire. Sérieusement...
A ce stade la proximité des lieux familiers est je crois très secondaire quant au sens à donner à un quelconque message. Les repères connus facilitent même le passage à l'acte 'réussi'.
Bref, ce qui m'a semblé agir,  c'est le flot suivant la rupture d'un barrage. Un glissement dans la psychose, qui a tout d'une perte d'immunité essentielle à la survie existentielle de l'être humain.
Mais cette 'fausse EMI', je l'ai assimilée en quelque chose de fort, de bienveillant envers les personnes qui sont parties ainsi. J'ai surtout compris que l'inconscient qui déborde dans ce genre de décompensation ne recèle pas que des choses vraies, pas d'acte d'accusation fondé envers quiconque. C'est aussi le jaillissement de ces pensées totalitaires et mal fondées qui vous font souffrir de manière insupportable. Tout un paradoxe, une agression du psychisme par des intrusions impossibles à contenir...
Le mystère n'est pas que ces idéations soient tapies dans l'inconscient mais c'est le fait que la digue puisse lâcher chez tout un chacun. La désorganisation intérieure est de l'ordre de la pathologie, du même niveau que la perte d'immunité physiologique.
 Je ne sais pas si mes propos seront bien interprétés mais soyez certains que les aspects liés à la 'mise en scène ' n'ont la plupart du temps rien de justifié au regard de la vraie part d'eux-mêmes qui a été débordée par ce qu'ils avaient très involontairement  'convoqué' dans leur processus suicidaire.
Je vous souhaite l'apaisement,  sincèrement.

Hors ligne mike67

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 744
Re : Mon compagnon m'a quitté
« Réponse #119 le: 20 Août 2018 à 09:10:20 »
Un grand merci Magellan pour le temps pris pour écrire ce texte.
Il cadre aussi davantage avec l'état d'esprit dans lequel devait être nos proches avant de choisir d'en finir.
C'est dense et merci pour ton retour très personnel sur ce que tu as vécu intimement, ce choc, cette rupture de la digue.
Évidemment cela est très dur aussi, car cela me rapproche de la détresse absolue dans laquelle était mon compagnon. Je suis toujours aussi déchiré de n'avoir rien vu, de ne pas avoir été là pour l'aider. Il était seul dans son désespoir, face à cette douleur gigantesque  qui l'a rongé.
Il faut essayer de s'apaiser et apprendre à vivre avec, sans oublier.
... et essayer de ne pas se sentir fautif...c'est dur
There is a light that never goes out

Je t'emmène ce soir